Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Emmanuelle Vagnon et Sandrine Vic...

Emmanuelle Vagnon et Sandrine Victor (eds.), La Mappa Mundi d’Albi. Culture géographique et représentation du monde au haut Moyen Âge

Martin Vailly
La Mappa mundi d'Albi
Emmanuelle Vagnon, Sandrine Victor (dir.), La Mappa mundi d'Albi. Culture géographique et représentation du monde au haut Moyen Âge, Paris, Editions de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale », 2022, 282 p., ISBN : 979-10-351-0786-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Catherine Hofmann et Hélène Richard (dir.), Les globes de Louis XIV : étude artistique, historique (...)

1Le champ de l’histoire de la cartographie connaît de profondes transformations depuis deux décennies. L’une d’entre elles est la prise en compte des interactions matérielles entre la carte et son contexte : les matériaux et caractéristiques physiques de l’objet, les pratiques et rapports sociaux qu’il induit. Cette transformation implique une approche pluridisciplinaire alliant les travaux des historien·nes, ceux des conservateur·ices et des restaurateur·ices du patrimoine écrit. À cet égard, l’entreprise collective éditée par Emmanuelle Vagnon et Sandrine Victor, dédiée à une étude matérielle et historique de la Mappa Mundi d’Albi et du manuscrit de parchemin, coté ms. 29, qui la contient, est particulièrement représentative, et n’est pas sans rappeler celle que Catherine Hofmann et Hélène Richard ont consacrée en 2012 aux grands globes de Coronelli1. Les éditrices insistent sur la dimension collective de ces recherches, présentées dans des séminaires albigeois entre 2015 et 2016, une précision salutaire dans un paysage historiographique où les publications sont encore trop souvent présentées comme le fruit de travaux individuels.

2Au fil d’une introduction et de onze contributions originales, les auteur·ices du volume tentent de saisir trois dimensions complémentaires de la mappe d’Albi : son contexte de production et de réception, ses caractéristiques matérielles et savantes, et enfin le paysage savant dans lequel elle s’inscrit et qu’elle informe. On soulignera la richesse de l’iconographie, incontournable dans une étude qui travaille au ras de l’objet, et qui traduit la volonté exprimée par les éditrices du volume de rendre compréhensible une telle carte au lectorat non initié. Cette volonté fait écho à l’engagement des chercheur·euses et de la municipalité d’Albi dans la préservation d’un patrimoine, puisque la Mappa Mundi est inscrite depuis octobre 2015 au registre international « Mémoire du monde » de l’UNESCO.

3L’introduction insiste sur l’une des ambitions centrales de ce volume : déconstruire la légende noire de la naïveté cartographique du haut Moyen Âge, bâtie au cours du xixe siècle, en resituant la carte et le ms. 29 dans leur contexte de production et d’utilisation. Il s’agit de se détacher d’une vision passive des savoirs géographiques médiévaux, longtemps saisis au prisme d’une transmission imparfaite des savoirs antiques, pour mettre en avant les spécificités des cultures géographiques médiévales. La remise en contexte de la mappe d’Albi permet ainsi de sortir d’une conception anachronique de la carte comme outil de précision géographique. Elle apparaît au contraire comme le témoin d’une « pensée dynamique et historique » (p. 53) de l’espace médiéval, selon les mots d’Emmanuelle Vagnon et Sandrine Victor.

4La première partie vise à dérouler l’histoire du document, que les auteur·ices datent au viiie siècle, soit à l’aube de l’avènement carolingien. Le ms. 29 et la Mappa Mundi d’Albi sont produits lors des dernières années du règne des Mérovingiens, et vont être mobilisés par le clergé albigeois à l’aube des profondes réformes ecclésiastiques et culturelles de la « Renaissance carolingienne » (p. 121), comme le montrent Jean‑Louis Biget et Nadège Corbière. Le projet impérial carolingien naissant nécessite une mise en ordre du monde, dans lequel ce manuscrit et cette carte, à vocation encyclopédique, s’insèrent parfaitement. En les produisant ou les utilisant comme instrument pédagogique et outil de « méditations collectives » (p. 83) cartographiques, il s’agit de répondre à l’impératif de formation des clercs au service du royaume, ceux-ci représentant la colonne vertébrale du pouvoir carolingien. La diversité des domaines de savoir abordés tant par la carte que par les textes souligne la coexistence des savoirs géographiques sacrés et profanes dans le ms. 29, comme le montre Nadège Corbière. Ce manuscrit est produit sous l’influence probable des écrits d’Isidore de Séville. L’histoire du document ne s’arrête pas avec la fin de la dynastie carolingienne, mais témoigne d’une série d’évolutions au cours des siècles, par exemple celles de la reliure, faisant du ms. 29 un véritable « palimpseste géographique » (p. 81), d’après Jocelyne Deschaux. Ces observations sont menées au plus proche du manuscrit en en analysant la structure générale, les techniques d’écriture employées, la logique d’enchaînement des différents folii (feuillets du manuscrit), mais aussi la place du ms. 29 et de la mappe dans le « cadre de classement » (p. 78) des manuscrits carolingiens albigeois. Les analyses en laboratoire du ms. 29 présentées par Laurianne Robinet, Sylvie Heu‑Thao et Aurélie Tournié, permettent de confirmer ces interprétations, établissant un lien fort entre l’analyse matérielle et la méthode historienne : cette étude croisée permet de comprendre que l’analyse technique favorise l’émergence de nouveaux questionnements épistémologiques, et réciproquement.

  • 2 Selon l’expression, adaptée, de « langage de géographe » bâtie dans François de Dainville, Le langa (...)
  • 3 À ce propos, on pourra se référer à Françoise Hartog, Le miroir d’Hérodote, Paris, Gallimard, 1980.

5Dans une seconde partie, il s’agit de reconstituer le contexte culturel dans lequel est produite et reçue la Mappa Mundi d’Albi, pour comprendre les spécificités de son « langage géographique »2. Cette mappe est produite à un moment‑charnière de l’évolution des savoirs géographiques au haut Moyen Âge. La géographie médiévale est encore largement marquée par les Autorités anciennes, principalement grecques et romaines. Pourtant, la multiplication des « récits d’origine » (p. 133) légitimant la fondation des royaumes barbares en Occident a poussé les géographes médiévaux à mettre à jour leurs textes pour y intégrer ces nouveaux royaumes. De la même manière, les travaux d’Isidore de Séville, partageant un grand nombre de points communs avec la mappe d’Albi, comme le souligne Jacques Elfassi, sont souvent mobilisés par les érudits des viiie et ixe siècles. L’arrivée au pouvoir des Carolingiens initie en effet un mouvement de renouveau culturel, qui influe sur les savoirs géographiques, par la production de nouvelles traductions et de textes originaux actualisant les Autorités anciennes, d’après Claire Tignolet. La surface de la Mappa Mundi d’Albi, présentant un territoire décrit comme « Gothia », issue de la fondation d’un royaume barbare par les Goths, pourrait évoquer ces évolutions. Pourtant, malgré cette mention isolée, cet effort de mise à jour des sources anciennes est généralement absent du ms. 29, signe que les cultures géographiques à l’aube de cette « Renaissance carolingienne » sont encore marquées par la persistance des autorités antiques. Ce constat nuance la brutalité présupposée d’un tournant géographique carolingien selon Claire Tignolet, puisque le ms. 29 ne fait référence ni aux nouveaux textes géographiques, ni aux nouvelles traductions. La surface de la carte, quant à elle, établit la persistance de l’ethnographie antique qui, reprise par les érudits médiévaux, a fait des Goths les nouveaux Scythes3, à savoirdes barbares mettant la civilisation en danger par l’éloignement et la sauvagerie. Dès lors, selon les propositions de Magali Coumert, la mappe peut être comprise comme un « schéma de la Création divine » qui représente « un monde disparu depuis des siècles » (p. 144) opposant empires et barbares, donnant à voir une histoire longue de la répartition des peuples au sein de l'écoumène, l’espace habité des terres connues.

6Enfin, dans une troisième partie, l’ouvrage propose de systématiser l’analyse en établissant une série de comparaisons avec d’autres mappes, plus ou moins contemporaines de celle d’Albi, afin de mieux comprendre les mécanismes d’échange et de transmission entre divers supports des savoirs géographiques au haut Moyen Âge. La Mappa Mundi d’Albi existe parmi d’autres cartes médiévales, comme la Mappa Mundi vaticane, la Mappa Mundi du manuscrit Cotton Tiberius conservé à la British Library, les mappes ornant le manuscrit des Étymologies de l’abbaye de Saint-Gall ou encore certaines cartes arabes comme celle du géographe du xe siècle Ibn Hawqal. Les comparer permet d’intégrer le ms. 29 d’Albi dans une réflexion plus générale sur l’histoire de la cartographie au haut Moyen Âge. Les auteur·ices de cette partie insistent notamment sur la question des pratiques de lecture et de composition des mappes. D’une part, ces mappes forment un tout avec le texte qui les accompagne, comme dans le cas du ms. 29 étudié par Jean‑Baptiste Amat, ou du Cotton Tiberius auquel s’intéresse Alfred Hiatt. Cette remarque permet de penser les cartes sur le temps long, dans une dynamique évolutive : chacun de ces manuscrits connaît une accumulation d’informations nouvelles, via l’ajout de feuillets ou d’annotations, au cours des siècles. Par exemple, dans le cas des cartes tracées dans les marges des manuscrits isidoriens, il s’agit d’ajouts postérieurs à la composition des Étymologies, comme le rappelle Julie Richard Dalsace. D’autre part, la mise en série des mappes permet de faire émerger des schèmes généraux qui guident la pratique cartographique médiévale. Le canevas de la carte, souvent semblable d’une mappe à l’autre, est probablement hérité des traditions romaine et hellénistique, d’après Jean‑Charles Ducène. Par opposition, l’ajout des informations topographiques et encyclopédiques est la marque de fabrique du cartographe, et leur étude révèle parfois de grandes divergences dans les sources contemporaines mobilisées par les géographes, souvent entre Orose et Isidore de Séville. Enfin, cet exercice de comparaison permet d’insérer les mappes dans une série de rôles sociaux et culturels partagés (la mise en ordre du monde, l’exercice d’un pouvoir politique, l’éducation des clercs, la réflexion spirituelle sur la Création), témoignant de l’échange et de la circulation de savoirs géographiques entre différents centres, monastiques principalement.

7L’enquête menée au fil de l’ouvrage suggère de nouvelles pistes pour la recherche. Si le travail de tissage entre les contributions individuelles et la problématique générale de l’ouvrage mériterait parfois d’être approfondi, les textes juxtaposés fournissent une série d’entrées pour saisir l’histoire de la cartographie médiévale au plus près des objets et des contextes. C’est ici, il me semble, l’une des propositions fortes de l’ouvrage : sortir d’une conception a priori de la géographie. L’analyse des cartes et plans a en effet régulièrement été confrontée à une délimitation anachronique de ce qui était considéré par les historien·nes comme relevant de la discipline géographique. L’histoire de la géographie a bien souvent été écrite non comme une histoire des rapports d’une société à son ou ses milieux, mais comme celle d’une discipline structurée progressivement et pratiquée par des professionnel·les. Ce faisant, les études historiennes ont parfois manqué des modes de connaissance du monde (la promenade dans un jardin botanique, la collection de curiosités, etc.) pourtant pertinents pour comprendre la fabrique et le rôle des savoirs sur le monde dans une société donnée. Cette approche par le haut ne permet pas de saisir les particularités de la géographie d’une période donnée – en l’occurrence le haut Moyen Âge. En proposant un ouvrage résolument interdisciplinaire, les éditrices et leurs auteur·ices encouragent plus largement le champ de l’histoire de la géographie à questionner et, espérons-le, dépasser ce cloisonnement.

Haut de page

Notes

1 Catherine Hofmann et Hélène Richard (dir.), Les globes de Louis XIV : étude artistique, historique et matérielle, Paris, BnF, 2012.

2 Selon l’expression, adaptée, de « langage de géographe » bâtie dans François de Dainville, Le langage des géographes, Paris, Picard, 1964.

3 À ce propos, on pourra se référer à Françoise Hartog, Le miroir d’Hérodote, Paris, Gallimard, 1980.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Vailly, « Emmanuelle Vagnon et Sandrine Victor (eds.), La Mappa Mundi d’Albi. Culture géographique et représentation du monde au haut Moyen Âge », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 15 juillet 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57177 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57177

Haut de page

Rédacteur

Martin Vailly

Historien des savoirs géographiques et de leur rôle dans la société moderne, ATER au département d’histoire des sciences de la vie et de la santé, Université de Strasbourg.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search