Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Camille Boutron, Nathalie Lapeyre...

Camille Boutron, Nathalie Lapeyre, Marion Paoletti (dir.), « Le genre face aux armées », Travail, genre et sociétés, n° 47, 2022

Bénédicte Champenois Rousseau
Le genre face aux armées
Camille Boutron, Nathalie Lapeyre, Marion Paoletti (dir.), « Le genre face aux armées », Travail, genre et sociétés, n° 47, 2022, 252 p., Paris, La Découverte, EAN : 9782348074844.
Haut de page

Texte intégral

1Si, en français, la guerre, la défense, l’armée, relèvent grammaticalement du genre féminin, le monde de la défense et de la sécurité ne s’est ouvert que très tardivement aux femmes. La revue Travail, genre et sociétés y consacre ce numéro. Le nombre restreint de contributions au dossier reflète sans doute le fait que le champ des études de genre dans les armées y est aussi peu étendu que la place dévolue aux femmes.

2Le dossier thématique de ce numéro s’intéresse à la façon dont le prisme du genre peut interroger les enjeux de la féminisation des armées. Comment expliquer les résistances à la féminisation ? Comment les liens entre masculinité et militarité jouent-ils pour évincer les femmes des fonctions combattantes, mais aussi des plus hauts grades, malgré des politiques parfois très volontaristes ? Les nouvelles missions des armées, notamment les opérations de maintien de la paix pourraient-elles aider à rebattre les cartes ?

3La féminisation des armées a commencé timidement dans les années 1970, avec des quotas et des interdictions d’exercer dans certaines armes ou fonctions. Des facteurs hétérogènes, parmi lesquels la nécessité d’ouvrir le recrutement à un vivier de personnel plus important, après l’abandon du service militaire obligatoire pour les jeunes hommes, et une plus grande sensibilité à la question des inégalités entre femmes et hommes ont impulsé, dans les années 2000, une inflexion plus nette vers la mixité. Les pays occidentaux se sont engagés dans des processus de féminisation de leurs effectifs militaires. Mais force est de constater que les armées restent des bastions de la masculinité et que la mixité n’y progresse que très lentement. En France, les femmes représentaient 16% des effectifs globaux des armées en 2020. Un chiffre encourageant dans l’absolu mais qui masque la disparité des situations. Les femmes sont surreprésentées dans les fonctions support, et très minoritaires dans les fonctions combattantes comme dans le haut de la hiérarchie, atteignant à peine 10% des officiers généraux à la fin des années 2010 alors que les premières femmes sont entrées à l’école militaire de Saint Cyr en 1983, et à l’École navale en 1992.

4La guerre et les armées sont pensées depuis longtemps comme des bastions et des creusets de la masculinité. Culturellement, les valeurs liées au courage, à la force physique, à la prise de risque sont associées à la masculinité. On confie aux hommes les fonctions régaliennes de maintien de l’ordre, à l’intérieur (police) ou vis-à-vis de l’extérieur (armée). Le refus d’intégrer les femmes dans certaines fonctions a longtemps été justifié par des explications essentialisant les sexes. Les modifications de la société, la disparition de la conscription, l’aspiration à plus d’égalité entre les femmes et les hommes et la diversification de leurs activités ont contraint les armées modernes à faire une place aux femmes.

5Les quatre contributions présentent des situations vécues dans différentes parties du monde, en France, en Haïti, en Grèce et au Portugal. Elles abordent des thèmes communs, dont le grand écart entre volontarisme institutionnel et résistance interne des armées en France et au Portugal. L’étude d’Angeliki Dronkiti en Grèce montre comment le service militaire obligatoire dans son pays sert de rite de passage à l’âge adulte et confirme les jeunes hommes dans leur identité masculine, liant masculinité et défense de la nation. Le prisme de la construction de la masculinité hégémonique par les armées entraîne, de fait, une disqualification des femmes du champ militaire.

6L’article de Camille Boutron et Claude Weber sur la féminisation de l’armée française, ainsi que celui d’Izadora Xavier do Monte qui a étudié les casques bleus brésiliens postés en Haïti pour des opérations de maintien de la paix envisagent les façons de penser la violence légitime dans l’exercice de l’activité militaire sous deux angles différents. Quel rôle joue la nécessité d’exercer de la violence dans l’exclusion des femmes de l’univers militaire et plus particulièrement des fonctions combattantes ? Comment justifier le recours fréquent à la violence lorsqu’on est en mission dans des opérations de maintien de la paix ? Izadora Xavier do Monte montre bien que la construction du discours des casques bleus brésiliens en Haïti varie selon le grade, dans une palette qui va du silence à la technicisation et, ce faisant, invisibilise la violence nécessaire à la réalisation de leur mission. L’article de Camille Boutron et Claude Weber dépasse l’argument de l’étalon de la masculinité comme frein principal à l’accès des femmes aux postes de combattants. Il peine cependant à valider l’hypothèse du rôle central de l’impensé de la violence, et de l’impossibilité sociale de légitimer une violence féminine, faute d’un dispositif d’enquête approprié.

7Le petit nombre de contributions du dossier principal laisse la place à d’autres sections plus étoffées, notamment un dossier « Mutations » et un dossier « Controverses ». Ce numéro comporte en outre un hommage appuyé à Françoise Battagliola, sociologue récemment décédée qui, dès l’origine, collabora avec un petit groupe de chercheuses et de chercheurs jetant les bases de l’analyse des « rapports sociaux de sexe » et de la « division sexuelle du travail ». Dès les années 1980, Françoise Battagliola a travaillé sur des sujets très contemporains, comme les évolutions de la mise en couple. Elle a également puisé dans l’histoire, lorsqu’elle s’est s’intéressée à la façon dont les grandes bourgeoises, en s’impliquant dans les œuvres charitables ou la philanthropie, ont contribué à promouvoir un agenda réformateur pour les femmes. Les contributeurs et contributrices de cette section permettent de découvrir l’étendue des travaux de celle qui a tracé un chemin original dans le monde de la recherche sur le genre.

8Dans le dossier « Mutations », Xavier Clément s’intéresse à la façon dont l’entrée des femmes dans des carrières scientifiques ne se traduit pas en haut de la hiérarchie. Effectuant l’ethnographie d’un laboratoire d’écologie québécois, l’auteur décrit finement le processus d’auto-éviction des chercheuses des carrières scientifiques, et la montée en légitimité des plus rares chercheurs masculins, alors que la recherche énonce depuis une trentaine d’années une doxa égalitaire. L’abandon de leur carrière par les chercheuses étudiées est décrit comme une réponse à des mécanismes sournois de disqualification via une division sexuelle du travail scientifique et des micro-agressions quotidiennes qui les déstabilisent dans leur légitimité et finissent par les dégoûter ou les détourner d’une trajectoire professionnelle où le standard implicite reste encore masculin.

9La partie controverse est judicieusement consacrée à un sujet d’actualité : l’écriture inclusive. Comme l’indique le nom de la rubrique, celle-ci comporte des papiers portant des appréciations contrastées sur cette « modalité privilégiée de neutralisation de la hiérarchie de genre dans la langue écrite » (Magali Della Sudda, Marion Paoletti, p. 149). Linguistes, sociologues, professeurs de littérature exposent leurs points de vue divergents et enrichissent la compréhension et la discussion sur les enjeux des évolutions d’une langue et de ses modalités de (re)transcription. La grammaire est-elle neutre ? Reflète-t-elle ou influence-t-elle les représentations des relations de pouvoir entre les femmes et les hommes ? Quelles sont les modalités de l’écriture inclusive ? Y en a-t-il de plus (in)contestables que d’autres ? Dans quelle mesure peut-elle être porteuse d’une modification du monde ?

10La féminisation des noms des métiers conquis par les femmes ne fait pas débat dans ce dossier controverse. Ce n’est pas la seule modalité de l’écriture inclusive. Les autres pratiques sont plus précisément examinées par les contributrices. Les linguistes Danièle Manesse et Yana Grinshpun déploient des arguments techniques qui voient dans l’introduction des signes diacritiques (points, parenthèses à la fin des mots) une complication inutile de la langue française. Celle-ci contribuerait à la confusion des lecteurs, rendant la langue plus difficile à oraliser et à transcrire, au risque d’exclure une partie des locuteurs. Cette position n’est pas partagée par les autres auteurs et autrices pour lesquels une langue doit évoluer en fonction de considérations sociales et refléter les changements en cours.

11La controverse dépasse les frontières françaises. Catherine Leclerc, professeure de littérature et Michael David Miller, bibliothécaire, livrent des exemples québécois de pratiques d’écritures inclusives, la Belle Province étant pionnière en la matière dans l’espace francophone. La contribution portugaise du dossier thématique de la revue, relève que l’introduction d’une directive pour l’utilisation du langage inclusif dans l’armée et l’administration de la défense, dans un contexte politiquement favorable à la féminisation des effectifs militaires, a suscité un tel tollé que le gouvernement a dû y renoncer.

12Du parcours d’une pionnière française des études de genre aux enjeux de l’écriture inclusive, en passant par les difficultés d’intégrer des femmes aux fonctions les plus valorisées d’institutions aussi construites sur une identité masculine que l’armée, ce numéro de Travail, genre et sociétés nous offre un panorama assez complet des défis se présentant pour l’atteinte d’une égalité réelle dans les rapports de pouvoir entre les femmes et les hommes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Champenois Rousseau, « Camille Boutron, Nathalie Lapeyre, Marion Paoletti (dir.), « Le genre face aux armées », Travail, genre et sociétés, n° 47, 2022 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 juillet 2022, consulté le 15 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57180 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57180

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search