Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Adrian Daub, La pensée selon la t...

Adrian Daub, La pensée selon la tech. Le paysage intellectuel de la Silicon Valley

Charly Dumont
La pensée selon la tech
Adrian Daub, La pensée selon la tech. Le paysage intellectuel de la Silicon Valley, Caen, C&F Editions, coll. « Société numérique », 2022, 184 p., trad. Anne Lemoine, ISBN : 978-2-37662-034-1.
Haut de page

Texte intégral

1« Les outils ne nous contrôlent pas. Nous pouvons les contrôler et nous pouvons les refonder ». C’est au cœur de la Silicon Valley, à l’Université de Stanford, que Barack Obama prononce ces mots en avril 2022. En préconisant la régulation des plateformes numériques, perçues comme des menaces à la démocratie, l’ancien Président des États-Unis remet en cause un des nombreux mythes qui ont cours à propos des nouvelles technologies. C’est également ce que propose de faire Adrian Daub dans cet ouvrage traduit par Anne Lemoine. Ce court essai expose les idées communes au monde de la tech, leurs sources d’inspiration et surtout leurs contradictions, le tout avec un certain humour. La « tech » regroupe à la fois les entreprises technologiques ainsi que les médias qui commentent et analysent les évolutions de ce secteur économique. Pour dresser le portrait intellectuel de la Silicon Valley, Adrian Daub se fait observateur et s’appuie sur de nombreuses sources, au premier plan desquelles se trouvent les œuvres des auteurs et autrices qui ont influencé les acteurs de la tech, mais aussi des articles de la presse d’opinion états-unienne ainsi que divers documents (par exemple, les supports de cours suivis par Mark Zuckerberg à Harvard) et entretiens menés par l’auteur. Adrian Daub met en contexte et analyse également des conférences et interviews de personnes influentes comme Steve Wozniak (cofondateur d’Apple), Mark Zuckerberg (fondateur et dirigeant de Facebook), Elon Musk (directeur général de Tesla), Jack Dorsey (cofondateur de Twitter) ou encore Peter Thiel (cofondateur de PayPal). L’ouvrage se découpe en sept thématiques. Elles reprennent chacune un mythe qui participe à la pensée de la tech : le décrochage universitaire, la prévalence de la forme sur le contenu des plateformes numériques, l’esthétique du génie des dirigeants économiques, les communications interpersonnelles sur les plateformes numériques, le désir des utilisateurs, la disruption comme justification pour chaque innovation et la célébration de l’échec.

2Le premier mythe concerne la biographie des créateurs d’entreprises technologiques, qui auraient en commun un parcours atypique de « décrocheurs » se conformant mal au moule des études universitaires. Même si les décrochages universitaires sont en nombre limité, ceux-ci contribuent à l’image affichée par la tech et montrent la façon dont elle se comporte vis-à-vis des autres secteurs de la société. En effet, les décrocheurs décrivent le rapport à l’enseignement supérieur et à la recherche comme une relation de clientèle Et ils considèrent l’institution scolaire est considérée comme insatisfaisante. « J’ai probablement plus appris à coder avec les projets que j’ai menés en parallèle que dans les cours que j’ai suivis à l’université », déclarait ainsi Mark Zuckerberg (p. 35). Ce type de discours sur la rupture scolaire porté par certains dirigeants des secteurs technologiques construit une biographie cohérente qui valorise leur indépendance d’esprit et leur autonomie. Cependant, comme le fait remarquer l’auteur, les parcours en rupture n’ont en réalité rien d’original et le risque de déclassement est souvent mesuré. Le mythe de l’étudiant trop doué pour s’insérer dans une scolarité prestigieuse qui se crée autour du décrochage scolaire exagère « la plus insignifiante variation biographique d’une jeunesse blanche aisée » (p. 42). Pour un jeune, l’abandon des études, souvent suivi d’une reprise, est une expérience au même titre que le semestre à l’étranger. Moins qu’une rupture vis-à-vis de l’université, l’auteur constate plutôt une certaine similarité entre les modèles d’affaires développés par la tech et les aspects communs de l’expérience universitaire. Par exemple, l’entreprise Lyft prétend réinventer les déplacements en remplaçant la voiture par un service de camionnettes qui suivent des itinéraires prédéterminés… autrement dit des autobus ! Sauf que ces bus s’adressent uniquement aux personnes dotées d’un smartphone et des compétences nécessaires pour utiliser et configurer l’application dédiée. De nombreux projets développés par d’anciens étudiants devenus dirigeants d’entreprises technologiques ressemblent à s’y méprendre à une transposition de la culture étudiante à l’univers de la tech, c’est-à-dire à une proposition de services orientés vers des utilisateurs qui ont des caractéristiques et des désirs circonscrits, comme la possession d’un smartphone par exemple.

3Adrian Daub revient ensuite sur les écrits de Marshall McLuhan et sur leur réception. Pour les acteurs de la Silicon Valley qui se méfiaient des institutions et des acteurs étatiques, la conception des médias de McLuhan a été une clé de compréhension importante. Car, elle montre que les récentes évolutions technologiques ne se situent pas dans l’objet, dans le contenu des plateformes numériques, mais dans le média lui-même, le contenant de ces plateformes. Ainsi, lorsqu’un entrepreneur de la tech cherche un modèle économique pour son entreprise, ce qui lui importe est la façon dont il doit structurer sa plateforme et non l’application qui va traiter les données du service qu’il veut développer, que celui-ci concerne des déplacements automobiles, de livraisons de repas ou le partage en ligne de recettes culinaires. En effet, ce qui construit et structure la réalité des utilisateurs, ce sont les plateformes et ceux qui les créent, et non leurs contenus et ceux qui les produisent. Les entreprises de la tech ne montrent pas d’intérêts à l’égard des communautés qui se constituent sur leurs plateformes (livreurs à vélo, clients qui postent des avis sur des restaurants, amateurs de musique, blogueurs…) et ne reconnaissent pas les contenus qu’ils produisent sur la plateforme comme le fruit d’un travail. Les dirigeants des plateformes se tiennent éloignés de ces contenus pour revendiquer une neutralité de circonstance. Si la direction de Twitter n’hésite pas à souligner le rôle qu’a joué la plateforme au cours des Printemps arabes, elle décline toute responsabilité sur les propos pro-nazis qui y circulent régulièrement.

4Une troisième caractéristique de la pensée selon la tech concerne le génie de ses dirigeants, dont le succès provient de leur inventivité et de leur originalité. Pour explorer les soubassements de cette pensée, l’auteur s’appuie sur les écrits de la philosophe Ayn Rand et sur la lecture que plusieurs acteurs en font, notamment Peter Thiel, Sam Altman (président d’Y Combinateur, entreprise internationale de financement de start-up), Travis Kalanick (fondateur d’Uber), Steve Jobs (cofondateur d’Apple) ou encore Elon Musk. Les romans de Ayn Rand forment une critique du conformisme de la classe moyenne américaine et mettent en scène des protagonistes faisant l’apologie de l’égoïsme. Les acteurs de la tech apprécient dans ses livres les valeurs et la mise en scène d’un héroïsme individualiste et d’une « esthétique du génie ». Celle-ci passe par l’esthétisation du travail et par l’idée qu’une entreprise est la libre expression de soi. Imprégnée de contre-culture, la critique des élites parvient à être elle-même élitiste en redirigeant le mépris vers la masse des personnes qui se font duper par cette élite. Ainsi, c’est en opposition à la masse des consommateurs dupés que se pensent les dirigeants de la tech en ce qu’ils opèrent une esthétisation des pratiques ordinaires du travail, tout en souhaitant renvoyer une image de rébellion.

5Mais cette esthétique du génie produit de la déception lorsqu’elle se confronte à la réalité des échanges entre les utilisateurs des plateformes numériques. À partir d’une réflexion sur la rencontre entre la contre-culture et la Silicon Valley, l’auteur montre que les dirigeants de la tech partagent l’idée qu’il existerait une communication transparente, libre et vertueuse entre les utilisateurs de leurs plateformes. En effet, les incroyables avancées technologiques ont laissé croire qu’il était possible de concevoir de nouveaux outils pour améliorer la communication entre les humains. Or, il semble bien que les plateformes numériques ne soient pas les lieux de discussion et de débat idéalement souhaités, en attestent par exemple les faits de harcèlements en ligne ou le partage d’images condamnables. Mais, plus insidieusement, et contrairement à ce que prétendent les acteurs de la tech, les plateformes sélectionnent et façonnent les contenus à disposition. En raison de leur fonctionnement même, elles facilitent certaines formes de communication comme des réactions courtes ou des opinions clivantes. Le créateur de plateformes « doit se contorsionner pour affirmer qu’un certain idéal platonicien de communication anime la plateforme, tout en se tenant béatement et sereinement derrière les vidéos présentant la Terre comme plate [et] les mèmes antisémites » (p. 112).

6Le chapitre sur le mimétisme du désir des utilisateurs des plateformes numériques montre avec précision la façon dont les professionnels de la Silicon Valley utilisent des notions et concepts. La théorie mimétique, forgée par René Girard, postule que tout désir humain est mimétique. À l’origine, la théorie mimétique implique l’existence de conflits inhérents à la nature même du désir. Mais en reprenant cette théorie, les acteurs de la tech – notamment Peter Thiel à travers sa fondation, créée en 2006 – lui confèrent une valeur mystique et supérieure. Cela leur permet d’affirmer que les personnes sont par essence des « moutons » et que les concurrences entre entreprises sont avant tout des conflits interpersonnels entre des génies qui désirent la même chose.

7Pour Adrian Daub, la « disruption » est le concept qui caractérise le mieux la pensée de la tech. Il trouve sa source dans une réinterprétation des réflexions classiques sur la « destruction créatrice » développées par Karl Marx puis Joseph Schumpeter. Mais, contrairement à ces deux auteurs, le concept de disruption ne vise plus à comprendre l’évolution du capitalisme entre continuité et discontinuité. Réinterprété et dégagé de son contexte historique, il permet aux acteurs de la Silicon Valley de célébrer la destruction de toute continuité ou de toute stagnation. Cette pensée, condensée dans la devise de Facebook « Move fast and break things », s’applique à de nombreux secteurs considérés souvent à tort comme oligopolistiques. La disruption se présente alors comme la justification d’une innovation entrepreneuriale qui a dû lutter contre les réticences d’un système. Mais Uber a-t-il disrupté « des milliers de taxis individuels qui parvenaient à peine à joindre les deux bouts ? Yelp a-t-il disrupté l’oligopole des personnes ayant une opinion ? », s’interroge l’auteur (p. 155). Derrière cette rhétorique, il décèle plutôt une « profonde méfiance à l’égard de tout cumul des forces du progrès » (p. 155).

8L’ouvrage se clôt sur le dernier mythe que la pensée de la tech aime à se raconter, celui qui célèbre l’échec comme une occasion pour rebondir et, en apprenant de celui-ci, s’améliorer continuellement. « Échouer mieux » est une expression favorite dans la Silicon Valley. Elle provient d’une réflexion de Samuel Beckett sur « l’incompréhension, l’échec et la résignation » (p. 162). La célébration de l’échec, reprise comme un mantra extrait de son contexte historique et littéraire, permet aux entrepreneurs de la tech de montrer qu’ils ont « connu des temps difficiles » (p. 165). Loin d’être une réflexion sur une condition commune, la phrase est une « exhortation à s’améliorer adressée à un individu unique » centré sur le « moi créatif » (p. 166-167). Ces incantations que l’on trouve à longueur de conférences et d’interviews des dirigeants occultent bien souvent les avantages sociaux, de race, de classe ou d’âge qui permettent à certains d’échouer « mieux », à l’inverse de celles et ceux dont les propriétés sociales sont moins avantageuses et qui n’ont pas les ressources pour « rebondir » après un échec.

9En définitive, l’ouvrage met habilement en scène les protagonistes de la Silicon Valley qui « inventent les histoires qui expliquent pourquoi il doit nécessairement en être ainsi » (p. 177), c’est-à-dire les raisons de la réussite de ce secteur et de l’ascendant que prennent certaines entreprises. Au risque de produire des généralités englobantes sur un secteur qui comportent des groupes professionnels divers (dirigeants, salariés, journalistes, etc.), l’auteur montre bien comment la tech puise des ressources discursives dans la littérature commune et universitaire. Ces ressources sont dès lors transposées, souvent de façon maladroite, pour représenter une idéologie relativement partagée qui sert d’appui à la défense d’un secteur régulièrement critiqué pour sa capacité à échapper à certaines règles, sous prétexte d’innovation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Charly Dumont, « Adrian Daub, La pensée selon la tech. Le paysage intellectuel de la Silicon Valley », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 juillet 2022, consulté le 04 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57184 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57184

Haut de page

Rédacteur

Charly Dumont

Doctorant en sociologie à l’Université de Bourgogne Franche-Comté, membre du Lir3s (Laboratoire interdisciplinaire de recherche « Sociétés, sensibilités, soin », UMR 7366).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search