Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Roger Chartier, Cartes et fiction...

Roger Chartier, Cartes et fictions (XVIe-XVIIIe siècle)

Guillaume Linte
Cartes et fictions (XVIe-XVIIIe siècle)
Roger Chartier, Cartes et fictions (XVIe-XVIIIe siècle), Paris, Collège de France, 2022, 112 p., EAN : 9782722605855.
Haut de page

Texte intégral

1Roger Chartier est un historien, spécialiste de l’histoire du livre, de l’édition et de la lecture. Il est professeur émérite au Collège de France, où il a occupé la chaire « Écrit et cultures dans l’Europe moderne » entre 2007 et 2016. Son dernier ouvrage s’inscrit dans la continuité des ses nombreux travaux autour de l’histoire de la lecture et de l’édition, mais aussi de l’œuvre de Miguel de Cervantes. Dans Cartes et fictions (XVIe-XVIIIe siècle), Roger Chartrier propose de « dresser une généalogie de la présence de cartes dans les récits de fiction » (p. 11). Il met en lumière l’ancienneté du recours aux cartes dans la fiction, tandis que ce procédé est devenu particulièrement populaire au XXe siècle, avec des auteurs tels que Tolkien.

2Dans ce court ouvrage richement illustré, Roger Chartier interroge les différents usages des cartes dans les œuvres de fiction de l’époque moderne, nous invitant à suivre un parcours où la lecture du texte et celle des cartes se complètent agréablement. Le lecteur se retrouve ainsi plongé dans un même rapport à l’illustration que celui étudié par le livre : plus du tiers des pages sont dédiées aux cartes, ce qui invite à penser l’articulation de leur lecture avec celle du texte.

3Si la présence de cartes dans les cosmographies ou dans les récits de voyage était fréquente, leur intégration à des ouvrages de fiction ne constituait pas une évidence à l’époque moderne. C’est de leur recours dans ces ouvrages qu’il est ici question, c’est-à-dire de leur utilisation pour représenter des lieux imaginaires ou des parcours fictifs au sein d’espaces géographiques bien réels – par exemple, l’Espagne parcourue par Don Quichotte durant ses aventures –, mais pas seulement. Aussi, l’auteur circonscrit-il son corpus avec précision : « Toutes les cartes retenues dans cette enquête accompagnent des romans, des satires ou des dystopies, même si ou, plutôt surtout si ces fables appartiennent à des genres supposés dire le réel, comme par exemple les récits de voyage » (p. 11).

  • 1 Joan DeJean, Tender Geographies. Women and the Origins of the Novel in France, New York, Columbia U (...)

4Le livre propose un parcours chronologique inversé, qui se veut comme une remontée dans le temps à la recherche d’exemples toujours plus anciens de l’emploi de cartes dans les récits de fiction. Le premier chapitre offre une entrée par l’Espagne, avec l’étude de l’intégration de cartes à plusieurs éditions de Don Quichotte à partir de 1780, plus d’un siècle et demi après la première parution du texte de Miguel de Cervantes. Ensuite, le corps de l’ouvrage se concentre essentiellement sur l’étude des généalogies anglaise et française du recours aux cartes dans les récits de fiction (quatre chapitres, qui représentent les deux tiers du texte). La généalogie anglaise est explorée au travers des éditions d’œuvres souvent célèbres, telles que les Voyages de Gulliver, Robinson Crusoé ou encore l’Utopie de Thomas More. Le cas français, quant à lui, ouvre sur la diversité des formes et des sens recouverts par la carte en tant que telle. Ainsi que Roger Chartier le rappelle, le terme ne désignait pas uniquement les représentations géographiques d’un lieu réel (l’Espagne de Miguel de Cervantes) ou imaginaire (l’île d’Utopie de Thomas More), mais s’entendait également au sens figuré, tel que défini dans le Dictionnaire universel de Furetière, par exemple : « Savoir la carte, se dit non seulement au propre, de ceux qui savent la Géographie, mais plus souvent au figuré, de ceux qui connaissent les intrigues d’une Cour, le train des affaires d’un État, les détours d’une maison, les connaissances, les habitudes, les secrets d’une famille, d’un quartier » (1690). Le livre aborde cet aspect à travers la Carte de Tendre, insérée dans la première édition du roman Clélie. Histoire romaine, parue en 1654 à Paris. Cet ouvrage attribué à Georges de Scudéry est en réalité le produit d’une écriture partagée, d’un salon writing1, « c’est-à-dire une création collective, issue de la collaboration entre les membres d’une même société lettrée, en l’occurrence le salon de Mademoiselle de Scudéry » (p. 69). La Carte de Tendre se présente comme une « carte allégorique » traçant les chemins permettant d’accéder à l’amitié tendre et mettant en garde envers les écueils qui en éloignent. Elle devient ainsi rapidement un « motif plaisant et obligé des jeux galants du salon » (p. 74). Néanmoins, comme Roger Chartier l’indique, « Madeleine de Scudéry ne fut pas la première à inscrire sur une carte un parcours du cœur ou de l’âme » (p. 78). Il présente ainsi plusieurs cartes allégoriques de la première moitié du XVIe siècle mettant en scène la Montée du mont Carmel, pour lesquelles il distingue des similarités importantes avec la Carte de Tendre, relevant que les « parentés morphologiques sont fortes » (p. 82). Enfin, dans un dernier chapitre concluant sa quête, l’historien s’intéresse aux « fragments de cartes » présents dans les illustrations de l’édition vénitienne de Roland Furieux en 1556, puis à la carte permettant de suivre le « périple de Pétrarque jusqu’à la rencontre de Laure » dans une édition vénitienne des œuvres du poète datée de 1525

5À travers cet essai, Roger Chartier invite à repenser la place des cartes et leur emploi à l’époque moderne, au-delà des seules représentations géographiques. Dans le cadre des œuvres de fiction, la carte revêt des aspects divers, notamment allégoriques. Il ne s’agit pas seulement de donner à voir des lieux réels ou imaginaires, mais aussi de représenter des parcours plus intimes, des sentiments, des idées ou des convictions. Loin d’être toujours une simple extension du texte permettant d’en situer l’action, la carte forme parfois une composante essentielle de l’œuvre littéraire de fiction elle-même.

Haut de page

Notes

1 Joan DeJean, Tender Geographies. Women and the Origins of the Novel in France, New York, Columbia University Press, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guillaume Linte, « Roger Chartier, Cartes et fictions (XVIe-XVIIIe siècle) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 juillet 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57190 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57190

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search