Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Benjamin Ferron, Émilie Née et Cl...

Benjamin Ferron, Émilie Née et Claire Oger (dir.), Donner la parole aux « sans-voix » ? Construction sociale et mise en discours d’un problème public

Mathilde Buliard
Donner la parole aux "sans voix" ?
Benjamin Ferron, Émilie Née, Claire Oger (dir.), Donner la parole aux "sans voix" ? Construction sociale et mise en discours d'un problème public, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res Publica », 2022, 334 p., EAN : 9782753583085.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 James C. Scott, La Domination et les arts de la résistance. Fragments de discours subalterne, trad. (...)
  • 2 Ibid., p. 12.
  • 3 James C. Scott, Weapons of the Weak: Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven/Londres, Yale (...)

1Face à la multiplication des dispositifs visant à favoriser l’émergence d’une parole des citoyen·nes exclu·es et marginalisé·es, et face à l’intérêt renouvelé des chercheur·euses en sciences sociales pour les dynamiques de domination et de silenciation, le présent ouvrage s’empare du problème politique et social des « sans-voix » en l’éclairant avec des outils historiques, anthropologiques, sociologiques et linguistiques. L’enjeu est d’évaluer les effets produits par ces dispositifs, sans optimisme naïf et inconséquent ni cynisme démesuré et défaitiste. Pour ce faire, l’ouvrage collectif rassemble une sélection de communications, issues d’un colloque qui s’est tenu en juin 2018 à l’Université Paris-Est Créteil (UPEC). Produits par des contributeur·rices issu·es du monde universitaire, associatif, militant ou encore artistique, les articles adoptent des points de vue disciplinaires variés, des cadres théoriques complémentaires et étudient des aires géographiques et périodes historiques diverses. Hétérogènes dans leurs approches, les contributions sont néanmoins reliées par un postulat commun : « les “sans-voix” sont bien mal nommés, au sens où leur parole, souvent tenue pour quantité négligeable ou discréditée, minorée ou (auto)censurée, n’en a pas moins d’existence et parfois de vigueur » (p. 7). Les textes partagent également une commune inspiration des travaux de James C. Scott – l’ouvrage s’ouvrant de façon notable par la transcription d’un séminaire s’étant tenu à l’UPEC en 2018 avec le politiste. L’ensemble des travaux mobilise en effet des concepts forgés et explicités par le chercheur, notamment ceux d’infrapolitique et de « texte caché »1 (hidden transcript). Étudiant de près les luttes politiques du présent et du passé, le chercheur considère en effet que « [t]out groupe dominé produit, de par sa condition, un “texte caché” (hidden transcript) aux yeux des dominants, qui représente une critique du pouvoir »2. S’interrogeant sur les dispositifs et les moyens à notre disposition pour accéder à la parole occultée des dominé·es, l’approche de James C Scott nourrit et infuse largement l’ouvrage : en quoi les dispositifs prétendant donner la parole aux « sans-voix » permettent-ils d’accéder, au moins partiellement, au texte caché des groupes dominés ? Répondre à cette interrogation – centrale et nécessaire – implique de prendre en compte les résistances quotidiennes, relevant de l’infrapolitique, et de se rappeler que ces résistances, menées sous les radars officiels, ont pourtant pu avoir au cours de l’histoire des incidences massives et colossales. À rebours des analyses marxistes qui se sont concentrées sur les insurrections de grande échelle en délaissant les armes ordinaires permettent une résistance prudente mais non moins efficace, l’approche de James C. Scott insiste sur la rationalité des groupes dominés, utilisant les moyens à leur disposition pour résister sans pour autant prendre des risques démesurés3.

2Après une introduction rédigée par Benjamin Ferron, Émilie Née et Claire Oger puis la retranscription du séminaire de Scott, l’ouvrage est séquencé en six parties. La première adopte une perspective historique, interrogeant les pratiques des historiens qui cherchent à accéder par les archives aux voix des « oubliés » de l’histoire. La deuxième étudie des dispositifs contemporains, mis en place par des associations ou des centres de recherche qui visent à sortir du silence les individus exclus de la parole publique et à leur faire accéder à une voix reconnue et entendue. La troisième partie se penche sur les processus de politisation ou dépolitisation de ces prises de parole, interrogeant les processus de domination qui se rejouent au sein de ces dispositifs et leur capacité à faire émerger un discours réellement contestataire. Le quatrième temps de l’ouvrage étudie les prises de parole des « sans-voix » lorsque celles-ci sont institutionnalisées et encouragées par l’action publique : ces dispositifs reconduisent-ils les inégalités d’accès à la parole présentes dans nos démocraties ou participent-ils à l’émergence d’un nouvel ordre politique ? La cinquième partie se concentre sur l’étude d’un certain type de « sans-voix » : les personnes soumises à l’expérience de la maladie, invitées à exprimer une parole privée voire intime mais souvent paradoxalement réduites à rester inaudibles. Enfin, la sixième partie porte sur les représentations et circulations médiatiques des discours des groupes dominés et s’intéresse notamment aux médias produits par et pour les « sans-voix ».

  • 4 Sophie Maurer et Emmanuel Pierru, « Le mouvement des chômeurs de l’hiver 1997-1998. Retour sur un ” (...)
  • 5 Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance. Paris, Seuil, coll. (...)

3Les groupes d’individus étudiés par les contributeur·rices sont appelés tout au long de l’ouvrage des « sans-voix », l’expression figurant toujours entre guillemets afin de signifier les difficultés que pose cette dénomination et d’inviter à un usage réflexif de cette notion par essence problématique. Cela tient d’abord à la variété des situations sociales, économiques et politiques qu’elle recouvre, cette diversité rend difficile une délimitation sociologique claire et précise de ce groupe de « sans-voix ». Prostitué·es, artisan·es, ouvrier·es, enfants malades, habitant·es de quartiers populaires… : les contributeurs insistent sur la diversité des situations dont ils et elles entendent rendre compte ainsi que sur la richesse des modes d’expression mis en place par ces groupes dominés pour faire entendre leur voix. Ensuite, l’expression « sans-voix » reconduit un point de vue dominant : au milieu de toutes les privations expérimentées par ces groupes d’individus, ce n’est pas tant le droit à la parole qui leur est refusé qu’un espace public d’expression et d’écoute. Non scientifique, ce concept est le plus souvent utilisé par des membres extérieurs et dominants comme catégorie sociale de classement et cache donc un certain nombre de présupposés que les contributions s’attachent à déconstruire. Cherchant avant tout à montrer la richesse des discours produits par les « sans-voix », les contributeur·rices insistent en effet sur le misérabilisme qui préside à l’emploi de cette notion. Ils et elles invitent fermement à renverser les perspectives : il ne s’agit pas tant de déterminer comment donner la parole aux sans-voix que d’identifier les responsables d’une telle privation. Ce déficit de parole publique, souvent construit par les mêmes élites qui s’attachent ensuite à donner la parole aux « sans-voix », s’explique en effet par un défaut de légitimité et par un manque de reconnaissance d’autrui. Ciblant en priorité ces deux variables essentielles à l’émergence d’une parole publique, les dispositifs étudiés ne parviennent pourtant que rarement à déporter l’autorité vers les « sans-voix », celle-ci restant maintenue du côté de celles et ceux qui donnent la parole. Loin du consensus paisible qui fait de ces dispositifs un mode d’accès à une expression démocratique, les contributeur·rices insistent au contraire pour déterminer en amont la source du problème social. Il s’agit ainsi de problématiser ces dispositifs d’accès à une parole et de relativiser l’apparent « miracle social »4 qu’ils constituent. On l’aura donc compris, l’objectif est de porter un regard scientifique – et moins candide – sur ces initiatives qui permettraient aux « sans-voix » d’accéder à une parole et aux inaudibles d’être entendus et plus encore écoutés. La présence de personnes « sans parole publique » (p. 81), l’« inégalité d’expression » (p. 293) et la « dépossession de la parole publique » (p. 293) sont autant de constats invitant à mettre à l’essai d’autres termes et concepts qui n’insinuent nullement que le problème résiderait dans l’absence de volonté de certains groupes de se saisir d’un espace d’expression. Cet ouvrage, unique par bien des aspects qu’il développe, se place ainsi dans la lignée des travaux de théorie politique qui – à rebours de la doxa démocratique déplorant l’apathie des masses – appelle à intégrer l’ensemble des moyens d’expression politique, et non plus uniquement le vote5.

4Si toutes les contributions pointent l’asymétrie fondamentale et parfois irréductible qui existe entre le donateur et le récipiendaire de cette parole qui serait donnée, l’ouvrage dans son ensemble n’est pas dominé par une veine pessimiste. Loin de réduire tous les dispositifs étudiés à des techniques manipulatrices, les contributeur·rices insistent plutôt sur la nécessité de déconstruire – et non pas de détruire – leur sujet d’étude. Prendre conscience des relations de pouvoir à l’œuvre dans ces initiatives, souligner leurs limites et adopter un recul réflexif sur son terrain et ses pratiques de chercheur·euse apparaissent alors comme les conditions nécessaires pour permettre l’émergence d’une parole de ces dominé·es qui permettrait en retour de bousculer et de recomposer l’ordre social. Les articles présentés dans l’ouvrage, ainsi que leur regroupement thématique qui crée des échos entre ces derniers, font alors entrevoir les conditions essentielles de l’émergence « d’une parole susceptible de participer à la subjectivation, de construire des appartenances ou encore de dire l’expérience vécue » (p. 301).

Haut de page

Notes

1 James C. Scott, La Domination et les arts de la résistance. Fragments de discours subalterne, trad. de l’anglais par O. Ruchet, Paris, Éditions Amsterdam, 2008.

2 Ibid., p. 12.

3 James C. Scott, Weapons of the Weak: Everyday Forms of Peasant Resistance, New Haven/Londres, Yale University Press, 1985.

4 Sophie Maurer et Emmanuel Pierru, « Le mouvement des chômeurs de l’hiver 1997-1998. Retour sur un ”miracle social” », Revue française de science politique, n° 51, 2001, p. 371-407.

5 Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie. La politique à l’âge de la défiance. Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 2006.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Buliard, « Benjamin Ferron, Émilie Née et Claire Oger (dir.), Donner la parole aux « sans-voix » ? Construction sociale et mise en discours d’un problème public », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 18 juillet 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57194 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57194

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search