Navigation – Plan du site

Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel, 68. Une histoire collective, 1962-1981

Cédric Frétigné
68
Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel (dir.), 68. Une histoire collective, 1962-1981, La Découverte, 2008, 847 p., EAN : 9782707149961.
Haut de page

Texte intégral

1« La commémoration du vingtième anniversaire [de mai 68] voit ainsi l'entrée en scène des historiens restés longtemps réticents à en faire l'objet de leurs recherches. » (p.781) L'épilogue de l'ouvrage 68. Une histoire collective, rédigé par Philippe Artières, revient sur l'ambivalence des historiens avec la période qu'ils ont également connue comme acteurs pour beaucoup, comme témoins engagés pour certains. Ceci dit, depuis 1988, les travaux historiographiques se sont multipliés et ont fait éclater la centration sur mai, Paris, le quartier latin, les étudiants, etc.

2L'ouvrage coordonné par Philippe Artières et Michelle Zancarini-Fournel manifeste la volonté de mise en liens, d'établissement de configurations multiples. Hypothèse est faite par l'ensemble des contributeurs que l'acmé de 68 n'est rendue intelligible qu'à la seule condition d'opter pour une démarche généalogique (d'où une première partie sur l'avant, les années 60), comparative (des éclairages sur les tensions internationales, des mouvements voisins, etc.), focalisée sur une « histoire des mentalités » mais également sur une histoire « matérielle ». Ainsi les productions les plus significatives de l'époque font-elles l'objet d'articles visant à rappeler le terreau originaire de « Mai 68 ».

3Quatre parties organisent les développements : de 1962 et la fin de la guerre d'Algérie à l'hiver 67-68 ; le printemps et début de l'été 1968 ; de l'automne 68 à l'élection de Valérie Giscard d'Estaing en 1974 ; le septennat giscardien jusqu'à l'arrivée de François Mitterrand au commande de l'Etat le 10 mai 1981. Chaque partie est structurée suivant un plan identique : un « récit » historique de plusieurs dizaines de pages rappelle les temps forts de la période ; l'analyse d'un film emblématique du moment poursuit le propos ; des objets phare sont ensuite pris comme analyseur des évolutions sociétales en cours (la minijupe au début des années 60, le transistor en mai, etc.) ; des situations internationales significatives sont traitées en s'attachant à leurs incidences sur la configuration française (engagement d'intellectuels, socialisation de futurs éléments d'extrême gauche) ; des lieux exemplifiant les dynamiques observées font également l'objet d'articles (la faculté de Nanterre et les bidonvilles, l'ORTF en 68, Lip et le Larzac au début des années 70) ; la position d'acteurs collectifs - de courts portraits d'acteurs individuels, célèbres ou anonymes, sont proposés tout au long du livre - est dépeinte (le PCF et la CGT en 68, les « établis » après, les « nouveaux philosophes » dans la deuxième moitié de la décennie 70) ; une rubrique dite « traverses » permet enfin de documenter un aspect important de la période, quoique apparemment non central voire « hors champ », mais faisant écho aux sujets traités dans le livre (par exemple, les grèves dans les théâtres en 68).

4L'ambition poursuivie est donc importante. Bien que le volume soit de taille imposante, l'étendue de la période considérée (vingt ans), la diversité des thématiques abordées et le souci comparatif qui anime les coordinateurs conduisent, mécaniquement, à ne consacrer, que quatre à cinq pages à chacun des cent dix articles (si l'on exclut le texte qui ouvre chaque partie, le « récit », qui lui peut faire jusqu'à quarante pages). De fait, cette structuration par touche n'emporte pas totalement la décision. D'autant que, si l'on peut regretter la brièveté de certaines analyses, à l'inverse des redites se multiplient. Redites d'abord, entre le « récit » et les articles composant chaque partie ; redites ensuite, entre différents articles croisant des sujets marqués par leur proximité (combien d'analyses identiques, dans les termes mêmes, sur le rôle de la CGT en mai-juin 68 notamment) ; redites enfin, au sens où de nombreux contributeurs signant plusieurs articles, on retrouve fréquemment les mêmes grilles d'analyse appliquées à différents sujets. La tentation qui gagne alors le lecteur est de céder à l'évasion et de faire défection. Il me semble que la production d'approches complémentaires voire concurrentes aurait permis d'éviter ces répétitions et d'enrichir le procès historiographique.

5Au final, 68. Une histoire collective ne remplit qu'imparfaitement l'objectif que ses coordonnateurs lui ont fixé. La démesure de l'entreprise offre peut-être un premier élément d'explication. Comment tailler si large sans perdre en densité d'analyse ? Mais, on peut également noter que le point de vue assumé par l'essentiel des auteurs conduit à choisir des entrées qui négligent certains pans de la réalité de l'époque (essentiellement, pour le dire vite, ce qui se situe de l'autre côté des barricades, du côté des pouvoirs en place), d'où la présence sur le mode mineur dans le livre d'acteurs pourtant majeurs (majorité parlementaire, patronat, ministère de l'Education nationale, etc.).

6On peut partager avec les auteurs le souci de rendre justice aux acteurs souvent silencieux de l'histoire et tirer toutes les conséquences de leur prise de parole lorsqu'ils parviennent, comme en 68, à la rendre omniprésente dans l'espace public. Si l'on taisait toutefois que les pouvoirs en place, bien qu'ayant vacillé, n'ont jamais perdu le contrôle de la situation, on céderait alors à une forme de populisme. Or, en ces années, le pouvoir n'a jamais été vacant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Frétigné, « Philippe Artières, Michelle Zancarini-Fournel, 68. Une histoire collective, 1962-1981 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 29 avril 2008, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/572

Haut de page

Rédacteur

Cédric Frétigné

Cédric Frétigné est maître de conférences en sciences de l'éducation à l'Université Paris-XII Val-de-Marne, et membre du laboratoire Genre, Travail et Mobilités (Université Paris-X Nanterre).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page