Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Alessio Motta, Sociologie des déc...

Alessio Motta, Sociologie des déclenchements d’actions protestataires

Aurélien Raynaud
Sociologie des déclenchements d'actions protestataires
Alessio Motta, Sociologie des déclenchements d'actions protestataires, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, 2022, 381 p., préface de Nonna Mayer, ISBN : 9782365123389.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multi (...)

1L’action collective est un champ largement labouré par les sciences sociales. Elle a donné lieu à une littérature abondante, au point que l’on pourrait penser qu’aucun de ses multiples aspects n’a été négligé. Alessio Motta met pourtant le doigt sur un point aveugle : le moment déclencheur des actions protestataires. Qu’est-ce qui fait que des individus, à tel moment particulier, s’engagent de façon concertée dans une action de protestation ? Telle est la question centrale à laquelle s’efforce de répondre le présent ouvrage. C’est bien ici le problème du passage à l’acte qu’il s’agit ici d’éclairer, problème crucial car il en va de l’existence même des mobilisations. L’auteur s’intéresse en particulier à des actions contestataires « incertaines », au sens où jusqu’à leur déclenchement plane sur elles la menace qu’elles n’aient pas lieu. Sont donc exclues du champ de l’observation les mobilisations les plus institutionnalisées, qui laissent peu de doute quant à leur réalisation dès lors qu’elles sont initiées par de grandes organisations dont les représentants sont dotés d’une parole d’autorité qui sera nécessairement suivie d’effet (personne ne doute par exemple que lorsque le secrétaire général de la CGT appelle à manifester, il y aura bien une manifestation). Au centre de l’interrogation d’Alessio Motta se trouve la question de l’incertitude, qui est d’abord et avant tout celle des acteurs en situation : qui va se mobiliser, qui y va (ou n’y va pas), va-t-il effectivement se passer quelque chose ? Et c’est la façon dont les acteurs résolvent en pratique ce problème de l’incertitude, et dont se construisent (ou pas) des certitudes qui leur font franchir le pas de l’action, qu’il tente de mettre au jour. Car pour agir, et c’est la thèse centrale du livre, les acteurs ont besoin d’être (r)assurés qu’ils ne seront pas seuls et doivent donc acquérir la certitude que l’action aura bien lieu. Pour monter comment cette certitude s’élabore, Alessio Motta porte une attention toute particulière aux interactions entre acteurs, à leurs anticipations, calculs et tâtonnements. C’est ainsi pour l’essentiel une microsociologie d’inspiration goffmanienne qu’il met en œuvre. Largement influencé aussi par les travaux de Michel Dobry1, il est attentif aux logiques de situations qui contraignent fortement l’action des individus en contexte. L’ouvrage, tirée d’une thèse de doctorat en science politique, s’appuie sur une collection d’enquêtes réalisées sur plusieurs mobilisations : grève d’étudiants en odontologie, blocus lycéens à l’occasion de la réforme des retraites de 2010, émeutes urbaines, protestation de riders contre la rénovation du Palais Omnisport de Paris-Bercy, etc. Le matériau qui en est tiré est riche et diversifié. Il faut saluer l’imagination empirique de l’auteur, qui n’hésite pas à réaliser des expérimentations pour tester ses hypothèses de recherche.

  • 2 Erving Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Paris, Éditions (...)

2Le livre s’organise en deux parties de trois chapitres chacune. La première propose une « microsociologie du déclenchement de l’action protestataire ». Alessio Motta s’attache tout d’abord à montrer comment l’engagement contestataire s’insère dans le quotidien des acteurs (chapitre 1). Il rappelle que les motivations à s’engager sont plurielles et que la gestion de cette pluralité est un enjeu du déclenchement de l’action. Il montre ensuite que, pour les militants, les mobilisations sont des occasions de mise en scène de soi au cours desquelles ils jouent un rôle, qui s’avère plus ou moins en continuité avec leurs rôles habituels. Pour lui, l’adoption de ces rôles relève pour l’essentiel d’une gestion de la façade2. La manière de s’engager des individus dépend principalement de l’image qu’ils souhaitent renvoyer, voire revendiquer. On peut certes relativiser la primauté accordée aux enjeux de représentation de soi. Les manières de s’engager des acteurs dépendent aussi de leurs socialisations antérieures et de la position qu’ils occupent dans les micro-espaces impliqués dans la mobilisation, qui bornent leur espace des possibles et leur champ d’action. Elles ne sauraient se réduire à une manipulation plus ou moins consciente de leur face. Reste que cette lecture n’est pas dénuée d’intérêt

3Dans un deuxième temps, Alessio Motta met en évidence les « effets de seuils » qui jalonnent les processus de déclenchement des mobilisations, c’est-à-dire toutes les étapes qui, une fois franchies, ne permettent pas le retour en arrière (chapitre 2). Il s’agit par exemple des moments précédant le passage à l’acte lors desquels les acteurs s’engagent mutuellement à agir et nouent entre eux des relations d’obligation qui parent contre les défections. Ce sont aussi toutes les marques d’engagement visibles qui peuvent exercer un effet d’entrainement ou, pour le dire comme Alessio Motta, un effet de « cascade ». L’auteur montre ici tout l’intérêt qu’il y a, pour comprendre les déclenchements, à s’intéresser aux enchainements de micro-situations dotées chacune d’une logique propre impliquant des réactions et des comportements nouveaux de la part des acteurs.

4Le chapitre 3 traite enfin de la façon dont se construit, au gré des interactions entre individus, la certitude que l’action aura bien lieu. L’auteur met notamment l’accent sur l’activité interprétative déployée par les acteurs. Leur engagement dépendant pour une bonne part de leur croyance en la réalisation effective de la mobilisation, les acteurs sont portés à multiplier, à mesure que l’action approche, la recherche de signes et d’indices sur ce que ce que vont faire les autres et sur ce qui va se passer. Certains acteurs travaillent d’ailleurs activement à produire le maximum d’informations censées attester la réalisation de l’action dans le but de favoriser le passage à l’acte de leurs partenaires. Dans les moments qui précèdent le déclenchement, ce n’est pas donc l’enjeu de la lutte qui est au cœur des préoccupations des acteurs et de leurs discussions, mais bien plutôt des questions pratiques : qu’est-ce qu’il se passe, qui y va, qui n’y va pas, comment y va-t-on, etc. ? C’est l’action elle-même qui (pré)occupe les acteurs, non ce qui est censé la motiver.

5La deuxième partie du livre se veut plus sociohistorique et macrosociologique. Il s’agit de mettre au jour les produits de l’histoire qui conditionnent le passage à l’acte, ce que Alessio Motta qualifie de « facteurs de probabilité de l’action ». Le chapitre 4 analyse les plus probants : présence de personnalités reconnues du monde militant, dont la seule prise de parole a pour effet d’envoyer un signal mobilisateur, indices de « sérieux » de l’appel à l’action, explicitation par les militants de leurs seuils de participation mutuels, etc., bref tout ce qui génère de la confiance dans la tenue de l’action. Alessio Motta insiste tout particulièrement sur deux facteurs tacites. Le premier est la plus ou moins grande propension supposée d’un groupe à se mobiliser. Il ne s’agit pas ici de juger de la réalité effective de cette propension, mais de l’idée que s’en font les acteurs. Les idées reçues constituent en effet des croyances sur lesquelles s’appuient les individus pour calculer, anticiper l’action des autres et, in fine, décider d’agir ou de ne pas agir. Comme le souligne Alessio Motta, si les traditions de lutte peuvent transmettre des ressources utiles, dans les moments déclencheurs, ce qui joue est surtout la croyance dans l’existence ou non d’une tradition de lutte, et donc un effet performatif que l’on observe. Les imaginaires socialement et historiquement construits ont bien plus d’effets que des critères supposés objectifs dont on pourrait déduire qui a le plus de probabilité de se mobiliser et de quelle façon. Le second facteur est ce que l’auteur désigne comme des « déclencheurs types » ou des « situations déclencheuses types ». Il s’agit de toutes les informations qui, dans une situation donnée, envoient aux acteurs un signal générateur de contestation, c’est-à-dire une indication ouvrant la protestation comme une option allant de soi. Il y a ainsi dans la mémoire collective de certains groupes des associations entre déclencheur type et protestation plus ou moins institutionnalisés. Le chapitre 5 retrace le processus d’institutionnalisation du signe de la bavure policière comme déclencheur type de l’émeute dans les quartiers populaires. Le chapitre 6 montre enfin comment l’histoire cristallise des « réactions collectives types » dans des situations données, c’est-à-dire comment certaines manières d’agir s’imposent comme des évidences dans certaines situations de mobilisation. Ces évidences font converger les anticipations réciproques des acteurs. C’est ainsi, par exemple, que des salariés mécontents pensent d’abord à la grève. On le voit, pour Alessio Motta, ce sont moins les caractéristiques des individus ou des groupes qui jouent dans le déclenchement que les données situationnelles.

6En résumé, on a affaire ici à un livre dense, aux références théoriques nombreuses et qui donne à penser, avec et parfois contre. Le texte n’est certes pas exempt de répétitions et d’allers-retours dans l’argumentation, qui compliquent parfois l’avancée de la démonstration. Il n’en demeure pas moins passionnant. Ce n’est pas le moindre de ses mérites que d’ouvrir ce qui constituait jusque-là une boîte noire des processus de mobilisation. In fine, si la réponse qu’apporte Alessio Motta au problème du déclenchement des actions protestataires paraît simple dans son énoncé – pour s’engager, les individus doivent avoir la certitude que l’action aura bien lieu –, il montre que cette certitude ne va pas de soi mais requiert de multiples conditions qui sont loin d’être toujours réunies. C’est pourquoi, d’ailleurs, elle constitue un enjeu majeur pour les entrepreneurs de cause.

Haut de page

Notes

1 Voir notamment Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de Science Po, 1986 et « Ce dont sont faites les logiques de situation », in Pierre Favre, Olivier Fillieule et Fabien Jobard (dir.), L’Atelier du politiste. Théories, actions, représentations, Paris, La Découverte, p. 119-148.

2 Erving Goffman, La Mise en scène de la vie quotidienne. 1. La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit, 1973.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Raynaud, « Alessio Motta, Sociologie des déclenchements d’actions protestataires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 juillet 2022, consulté le 19 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57255 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57255

Haut de page

Rédacteur

Aurélien Raynaud

Docteur en sociologie, membre du Centre Max Weber, Équipe DPCS (Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search