Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022David Berliner, Devenir autre. Hé...

David Berliner, Devenir autre. Hétérogénéité et plasticité du soi

Laurent Gilson
Devenir autre
David Berliner, Devenir autre. Hétérogénéité et plasticité du soi, Paris, La Découverte, 2022, 176 p., EAN : 9782348069697.
Haut de page

Texte intégral

1Certains auteurs ne cessent de nous surprendre par leur capacité à passer d’une thématique de recherche à une autre avec autant d’aisance que de rigueur. David Berliner en fait incontestablement partie. Avec Devenir autre, l’anthropologue signe un ouvrage qui interroge l’unité du sujet humain à l’aune de sa propension à la transformation, à la métamorphose, au dédoublement, à la fragmentation, bref, à sa projection irrésistible dans une altérité multiple. Quoiqu’hautement philosophique, le problème ontologique de la « plasticité du soi » a ceci d’original qu’il est ici examiné à la lumière des outils de l’anthropologie, c’est-à-dire à partir de situations vécues que l’auteur glane aussi bien au sein d’études ethnographiques que d’œuvres littéraires.

2Construit en sept chapitres, le livre explore tour à tour des « exo-expériences » se déployant sous diverses modalités et au sein de multiples contextes, et dans lesquelles un individu ou un groupe sortent temporairement d’eux-mêmes pour s’identifier à des entités, des instances et des personnages, humains comme non humains, voire surhumains. Le premier chapitre ouvre l’enquête sur le phénomène du cosplay. À l’appui de données empiriques, on mesure combien l’incarnation d’un personnage fictionnel (issu de films, de jeux vidéo ; etc.) dépasse l’aspect proprement ludique de l’identification. Elle permet en effet à ceux qui s’y prêtent de se projeter dans une version améliorée d’eux-mêmes – processus d’« empuissancement » s’il en est – qui continue de les accompagner en dehors des conventions, dans leur intimité, tel un idéal les aidant à traverser les épreuves de la vie.

3Le chapitre suivant s’attaque au « devenir animal ». L’auteur y analyse plusieurs expériences visant à approcher au plus près des points de vue et des être-au-monde relevant du non-humain. Depuis les tentatives de scientifiques de vivre parmi les chèvres ou comme les blaireaux, jusqu’aux pratiques sexuelles structurées par des relations de domination entre humains et animaux (puppy play), en passant par les performances artistiques de « réensauvagement » et les communautés de furries, David Berliner montre que ces tentatives d’identifications aux propriétés animales (telles qu’elles sont imaginées par les humains) ne cessent de se heurter à l’impossibilité ontologique de la métamorphose totale, et consistent finalement dans l’« oubli de son humanité » le temps d’un moment – des « cannibalisations passagères de l’autre non humain » (p. 62) –pour mieux y revenir, bien qu’un peu différent.

  • 1 On regrette toutefois que l’auteur, dès le début de ce chapitre, relègue les expériences paroxystiq (...)

4Les « doubles historiques » sont appréhendés au chapitre suivant1. C’est que les incarnations de personnages d’antan (comme par exemple les sosies de Napoléon) lors de reconstitutions se déploient dans un rapport particulièrement rigoureux à l’histoire, qu’il s’agit non pas simplement de « singer » mais bel et bien de « rejouer », en la matérialisant et en la rendant sensible (ce qui requiert une méticulosité à nulle autre pareille dans l’appropriation de costumes et de décors, et à plus forte raison dans l’incorporation de gestes et de comportements). Pour l’auteur, lorsqu’elle est portée à un si haut degré d’exactitude, l’imitation déborde le vulgaire pastiche et s’érige comme une « reformulation » du personnage et de sa période de référence, lesquels peuvent devenir de véritables alter ego pour les protagonistes, ressuscités et actualisés dans les coordonnées du présent, au terme d’un geste mêlant nostalgie d’une époque fantasmée et invention résolument créatrice.

5Le quatrième chapitre se penche quant à lui sur les implications cognitives et émotionnelles du processus de basculement. Pour ce faire, l’auteur nous fait découvrir les jeux de rôle en grandeur nature. En investissant collectivement des univers fictionnels, les joueurs endossent les traits de caractère de personnages qui interagissent entre eux. L’effort psychique est conséquent dans la mesure où, pour s’imprégner de son personnage, le joueur se force certes à agir comme lui, mais également à penser, à ressentir et à percevoir à sa manière. Les émotions vécues sont bien réelles ; elles témoignent de la puissance vertigineuse et de l’intensité du dispositif au sein duquel le rôle peut s’emparer du comédien (plutôt que l’inverse), voire le dépasser. Si bien qu’un tel basculement nécessite une série de rituels, collectifs et individuels, pour se détacher de ces affects après le moment de jeu, afin de progressivement atterrir tout en gardant une empreinte intime de cette expérience de dédoublement.

  • 2 Sans surprise, l’œuvre d’Erving Goffman et celles de ses continuateurs sont ici mises au travail à (...)
  • 3 David Berliner cite notamment le concept tout à fait adéquat de « dispositif d’enchantement » forgé (...)
  • 4 À cet égard, l’exemple de la cure analytique mobilisé par l’auteur apparait comme particulièrement (...)

6Le chapitre suivant apparait comme une respiration dans l’ouvrage, puisqu’il marque un temps d’arrêt parmi les explorations ethnographiques pour mieux s’attarder sur les conditions de possibilité du basculement dans un devenir autre, conditions que David Berliner qualifie de « technologies du passage ». Car en effet, si les exemples susmentionnés attestent tous d’un point de bascule soudain (c’est-à-dire d’un moment extatique fugace où le sujet semble habité, voire remplacé par une altérité), ce dernier nécessite toutefois un cadre2 pour advenir, ou mieux : pour se « modaliser ». Et un cadre à double propriété : d’une part, il doit réunir un certain nombre d’éléments ad hoc (costumes, scènes, formules, chants, etc.) dont la conjugaison avec un espace-temps rend possible la transformation (un dispositif, en somme)3. Il doit, d’autre part, répondre plus largement à une configuration socio-culturelle dont il emprunte les codes pour mieux les accentuer, les travestir, les renverser ou les subvertir, au point d’en transgresser les frontières sous le regard d’autrui, qui reconnait le caractère extraordinaire de l’expérience, voire y participe pleinement en incarnant malgré lui un être ou un objet4 dont le regard ou la présence sont susceptibles de catalyser la traversée.

  • 5 Citons notamment les œuvres de Philip Roth et de Romain Gary, largement mobilisées au regard de leu (...)

7Source inépuisable de dédoublement et haut lieu de l’ambiguïté, la littérature est au cœur du sixième chapitre. Plus précisément, c’est ici l’activité d’écrivain qui intéresse Berliner, en tant qu’elle épouse à merveille l’art de la dissimulation. Les exemples foisonnants qui sont passés en revue5 en témoignent : nombre d’auteurs usent de pseudonymes ou de doubles romanesques pour exprimer des facettes d’eux-mêmes usuellement cachées et explorer des mondes inaccessibles, sans parler de la somme colossale des fictions mettant en scène des imposteurs habiles, adeptes de la duplicité et du camouflage, ou encore des personnages caméléonesques. Autant de gestes qui traduisent combien le recours aux masques – particulièrement aisé et aux possibilités infinies dans le cas de la littérature – s’avère d’une puissance redoutable pour opérer une traversée vers une identité multiple, laissant libre cours au potentiel imaginatif, ainsi qu’à l’expression de ce qui relevait jusqu’alors de l’indicible. Cette expérience démiurgique n’est toutefois pas sans risques, le principal étant que la créature en vienne à échapper à son créateur avec les terribles conséquences du morcellement identitaire qui s’ensuit. Ce chapitre est d’autant plus captivant qu’on apprend que David Berliner s’est lui-même livré à une telle activité en fabriquant de toute pièce un alter ego anthropologue dont j’ai personnellement suivi avec assiduité (et crédulité) les chroniques pendant de longs mois, contribuant par-là à l’existence de ce double sur la scène publique.

8Les expériences de multiplicité du soi ne se déploient pas uniquement dans le registre de la performance ludique, elles peuvent également intervenir dans des contextes de violence, et se muent dès lors en avatars de la souffrance. Tel est l’objet de l’ultime chapitre, probablement le plus important. Dominés et violentés, opprimés et humiliés, précarisés et exploités, les membres de groupes minorisés sous divers régimes historiques (les populations colonisées, le peuple Juif, les afro-descendants, les identités de genre et les orientations sexuelles non conventionnelles etc., ainsi que tous ceux qui cumulent plusieurs de ces étiquettes) développent des existences élastiques, avec leur lot de contradictions et d’ambivalences, non seulement pour survivre à l’hostilité quotidienne qu’ils endurent, mais aussi pour composer, autant que faire se peut, avec les traumatismes et les stigmates qui imprègnent leur intimité. La plasticité identitaire constitue en ces cas une véritable stratégie de navigation entre les verdicts sociaux, conduisant parfois à les déjouer, à l’instar de la figure du passeur qui se faufile entre les mondes, mais au prix d’indissolubles tensions psychiques.

  • 6 Deleuze Gilles & Guattari Félix, Mille Plateaux. Tome II Capitalisme et schizophrénie. Paris, Éditi (...)

9En définitive, David Berliner nous offre un ouvrage plein d’acuité et de pertinence, qui actualise à nouveaux frais – et non sans humour – les réflexions autour de la dialectique de la permanence et de l’inconstance, de la mêmeté et de l’altérité ; l’une et l’autre ne cessent de réinventer un équilibre toujours versatile, dont l’opérateur est à chercher dans la condition inextricablement multiple du sujet humain. On note au passage que l’auteur contourne judicieusement l’écueil de « l’échappatoire » comme interprétation exclusive de ces exo-expériences pour se concentrer davantage sur leur puissance créatrice et leur caractère coextensif à la vie sociale. En cela, Devenir autre constitue à n’en pas douter un livre profondément anthropologique. Les tenants de cette discipline ne manqueront d’ailleurs pas d’être frappés par les analogies que présentent les exemples avec les basculements et tribulations propres à sa pratique (Berliner y fait souvent référence). Mais au fond, tout un chacun pourra assurément se reconnaitre dans les lignes de ce texte – dont il faut par ailleurs souligner l’accessibilité, malgré sa densité théorique –, tant les situations qu’il déplie font écho à une multitude d’expériences de vie, ainsi qu’aux débats contemporains autour du signifiant vide que constitue « l’identité » (à cet égard, l’auteur tire de son cheminement des réflexions politiques inspirantes, qui tranchent avec la vacuité des postures relayées dans l’espace public). Du reste, une fois l’ouvrage refermé, on ne peut s’empêcher de songer à la phrase d’ouverture de Mille Plateaux : « Nous avons écrit L’Anti-Œdipe à deux. Comme chacun de nous était plusieurs, ça faisait déjà beaucoup de monde »6. Nous espérons que David Berliner ait pu mettre à l’unisson la pluralité des êtres qui le composent, au terme de l’écriture de ce texte finalement très personnel... ou justement pas.

Haut de page

Notes

1 On regrette toutefois que l’auteur, dès le début de ce chapitre, relègue les expériences paroxystiques d’identification (il faudrait même parler ici de véritable dissociation) à des personnages fictionnels, mystiques ou historiques au registre de la psychiatrie. S’il ne fait aucun doute que ces cas particuliers relèvent d’une tendance pathologique, il eût néanmoins été intéressant de les inclure avec davantage de nuance au sein de la réflexion transversale de l’ouvrage, tant leur valeur heuristique permettrait d’affiner le continuum des formes d’exo-expériences dépliées tout au long du livre, ainsi que de les lier à des questions de santé mentale.

2 Sans surprise, l’œuvre d’Erving Goffman et celles de ses continuateurs sont ici mises au travail à de nombreuses reprises, compte tenu de leur caractère opérant dans la compréhension des ressorts « théâtraux » de la vie sociale et des effets de « cadrage » qui y sont associés.

3 David Berliner cite notamment le concept tout à fait adéquat de « dispositif d’enchantement » forgé par Arnaud Halloy et Véronique Servais pour décrire les processus à l’œuvre dans l’avènement d’une « exo-expérience ».

4 À cet égard, l’exemple de la cure analytique mobilisé par l’auteur apparait comme particulièrement convaincant en même temps qu’il présente une analyse résolument novatrice et originale de ce dispositif.

5 Citons notamment les œuvres de Philip Roth et de Romain Gary, largement mobilisées au regard de leur pertinence avec le propos de l’auteur.

6 Deleuze Gilles & Guattari Félix, Mille Plateaux. Tome II Capitalisme et schizophrénie. Paris, Éditions de Minuit, 1980, p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Gilson, « David Berliner, Devenir autre. Hétérogénéité et plasticité du soi », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 juillet 2022, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57297 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57297

Haut de page

Rédacteur

Laurent Gilson

Doctorant en anthropologie (aspirant FNRS, Laboratoire d’anthropologie prospective, UC Louvain).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search