Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Sophie Orange, Fanny Renard, Des ...

Sophie Orange, Fanny Renard, Des femmes qui tiennent la campagne

Noémie Roques
Des femmes qui tiennent la campagne
Sophie Orange, Fanny Renard, Des femmes qui tiennent la campagne, Paris, La Dispute, 2022, 232 p., EAN : 9782843031724.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Coquard Benoit, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte, (...)

1L’ouvrage de Fanny Renard et de Sophie Orange entend combler un manque dans la littérature scientifique consacrée aux territoires ruraux, qui a fait la part belle aux hommes dans les « campagnes en déclin »1 . Elles proposent ici une analyse du rôle structurel des emplois majoritairement occupés par des femmes de classes populaires (métiers du soin et du service à la personne) dans ces territoires, mais également leurs effets sur la sédentarité de cette population. En effet, face au déclin des services publics et au vieillissement de la population, certaines institutions de ces territoires s’appuient sur les femmes qui restent et cherchent à les employer. Ce sont les rapports d’interdépendance entre les jeunes femmes et quatre institutions (école, travail, commune et famille) que les deux chercheuses explorent dans cet ouvrage. Elles démontrent ainsi que l’immobilisme géographique de cette population n’est pas lié à une absence de ressources, mais est la conséquence de leur intégration dans un système d’interrelations familiales, éducatives et professionnelles. La campagne tient les femmes autant qu’elles la tiennent.

2L’ouvrage se fonde sur une post-enquête financée par le Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques) à partir des données de l’Enquête nationale sur les ressources des jeunes (ENRJ 2014) âgés de 18 à 25 ans. Les chercheuses ont sélectionné l’ensemble des femmes ayant répondu à l’enquête des régions Pays-de-la-Loire, ex-Poitou-Charentes, ex-Limousin, Centre-Val-de-Loire et Auvergne-Rhône-Alpes. Les trois propriétés sociales pour la sélection sont la résidence en milieu rural, l’appartenance des parents aux classes populaires et l’accord d’être contactées plusieurs années après l’enquête ENRJ. Elles ont ainsi mené 54 entretiens entre 2017 et 2018. Les enquêtées ont entre 21 et 29 ans et habitent majoritairement dans des communes de moins de dix mille habitants, en grande partie à proximité de leurs parents. Elles ont des niveaux scolaires très variés, allant d’une absence de diplôme jusqu’au master, la moitié d’entre elles ayant pour plus haut diplôme le baccalauréat. Une dizaine d’entre elles ont un emploi dans le soin et le service à la personne, les deux-tiers sont en couples, et seulement neuf ont un ou plusieurs enfants. Les territoires enquêtés sont dynamiques économiquement et démographiquement, avec un bassin d’emploi actif (petites et moyennes entreprises) et le taux de chômage est plus bas que dans les campagnes du Nord et de l’Est de la France. Ces différentes caractéristiques conduisent les autrices à désigner les territoires enquêtés comme des « campagnes actives », par opposition aux « campagnes en déclin ». Afin d’enrichir leurs analyses, les chercheuses ont croisé les entretiens avec les données statistiques de l’enquête ENRJ et de l’Insee (recensement de la population et base permanente des équipements) ainsi que des observations menées durant six ans provenant du lieu d’habitat d’une des enquêtrices dans une commune de Vendée. Après une introduction très dense et remarquablement bien problématisée, l’ouvrage progresse thématiquement en présentant les quatre institutions étudiées.

3Les autrices notent une prégnance du privé au sein des formations locales (maison familiale rurale, école catholique, IUT, facultés de sciences de l’éducation ou de psychologie, etc.) qui encadrent les trajectoires de ces jeunes femmes. L’offre du privé permet de compenser celle des institutions locales, trop restreinte, tout en permettant aux jeunes femmes de satisfaire aux nouvelles normes de prolongation des études. La structuration de cette offre de formation, très segmentée, ne pousse pas les jeunes femmes à poursuivre des études au-delà du niveau de qualification exigé pour leurs emplois. Quant aux formations, elles sélectionnent les candidates selon des « dispositions spécifiques », c’est-à-dire des savoir-être comme la disponibilité, l’écoute, la patience, qui sont davantage exprimés chez les femmes de classes populaires que chez les femmes des autres classes sociales (p. 51).

4Ces dispositions sont forgées au contact de leur famille et de leur voisinage, et sont valorisables et valorisées dans la sphère professionnelle. Les jeunes femmes sont ainsi socialisées à la solidarité collective familiale, qui s’étend à l’entourage et au voisinage en situation de vulnérabilité, comme les personnes handicapées ou âgées, ce qui peut pousser certaines à s’orienter vers les métiers de service à la personne ou du soin, sur le mode de la vocation. Leur disponibilité, du fait de leur jeunesse, leur permet d’accepter des emplois aux horaires décalés, exigeants physiquement et mentalement. Cependant, comme le notent très justement les chercheuses, « leur valeur sur le marché du travail local tient pour partie à des ressources temporelles et corporelles périssables » (p. 105). Embauchées sur des contrats courts, à temps partiel, et souvent sans aucune garantie d’emploi pérenne, ces jeunes femmes se retrouvent précarisées en cas d’accident ou de blessure, du fait de l’absence d’organes de protection sociale suffisants.

5En proposant des emplois d’aide à l’insertion d’une durée limitée, les communes participent à précariser économiquement la main-d’œuvre féminine des campagnes tout en l’attachant au territoire par des systèmes de redevabilité. Elles permettent cependant à ces femmes d’entrer dans la petite fonction publique. Les jeunes femmes qui en bénéficient vivent le plus souvent ces emplois comme une phase transitoire en attendant de trouver un emploi dans leur métier, et elles en tirent des gratifications symboliques. En effet, l’obtention d’un emploi public dépend du capital d’autochtonie de ces femmes, mais également de leur engagement local (auprès des associations, dans les activités pédagogiques, etc.).

6Si les femmes enquêtées donnent beaucoup de leur personne dans les systèmes de solidarité familiale, elles reçoivent également. Garde d’enfants, hébergement, dons, insertion professionnelle par cooptation… : elles bénéficient ainsi de différents leviers pour s’extraire, même partiellement, de la domination masculine professionnelle et économique. Au sein de la sphère domestique, pourtant réinvestie par les hommes qui opèrent un repli de leurs sociabilités vers le foyer, elles procèdent à un certain partage des tâches domestiques et planifient l’avenir conjugal, en y intégrant leurs projets professionnels ou associatifs. L’hypogamie féminine, relativement répandue sur les territoires enquêtés, ainsi que l’inscription dans différents réseaux de solidarité, permet à ces femmes de définir l’espace domestique et le jeu conjugal et d’y investir des normes dominantes auxquelles elles ont été acculturées pendant leurs études, tout en les requalifiant et renégociant.

  • 2 Bourdieu Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les éditions de Minuit, 1979.
  • 3 Coquard Benoit, op. cit.
  • 4 Amsellem-Mainguy Yaëlle, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural, Paris, Presses de Sc (...)

7La double entrée par les trajectoires de cette population, souvent oubliée dans les études sur la ruralité, et par sa vie dans des campagnes relativement actives, permet de rendre compte de la restructuration des sociabilités féminines à l’aune de ce que les autrices qualifient de « syncrétisme normatif » (p. 14), provoqué par l’acculturation des jeunes femmes aux normes dominantes lors de leurs études post-bac. Il aurait été cependant intéressant de montrer plus longuement les effets des assignations statutaires2 de celles ayant poursuivi leur scolarité après le lycée comme le fait en partie Benoît Coquard dans Ceux qui restent3, ce qui aurait notamment permis de rendre plus saillants les effets de leurs capitaux scolaires sur leur « calendrier biographique féminin » (p. 178). De même, il nous semble que les observations auraient pu être davantage mobilisées, notamment pour montrer les espaces et temps de sociabilité féminine qui ont pourtant été relevés durant l’analyse des entretiens (sorties d’école, associations sportives, soin aux personnes âgées, etc.) et étudiées par Yaëlle Amsellem-Mainguy4.

  • 5 Ling Richard & Yttri Brigitte, Perpetual contact. Mobile communication, private talk, public perfor (...)
  • 6 Pasquier Dominique, L’Internet des familles modestes. Enquête dans la France rurale, Paris, Presses (...)
  • 7 Havard Duclos Bénédicte, « L’Internet des assistantes maternelles : Un outil pour faire vivre le mé (...)

8De manière surprenante, les usages du numérique, notamment du smartphone, ne sont pas étudiés ici alors que les logiques de coordination, voire d’hypercoordination5 au sein des foyers, des réseaux familiaux et des emplois aux horaires décalés invitent à cette prise en compte. De plus, les sociabilités populaires intègrent facilement les mises en scène de la famille et du couple sur les réseaux sociaux6, ces derniers étant également souvent utilisés pour se composer un réseau professionnel à l’image des assistantes maternelles étudiées par Bénédicte Havard Duclos7. Cette absence ouvre néanmoins le champ à de futures études auprès de cette population sur ses usages du téléphone portable et des réseaux socio-numériques, pour donner à voir un autre aspect de l’articulation quotidienne des différentes sphères d’existence, professionnelles, familiales et locales.

Haut de page

Notes

1 Coquard Benoit, Ceux qui restent. Faire sa vie dans les campagnes en déclin, Paris, La Découverte, 2019, compte rendu de Kevin Diter pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.39690 ; Renahy Nicolas, Les gars du coin. Enquête sur une jeunesse rurale, Paris, La Découverte, 2006, compte rendu de Dominique Budin pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/5418.

2 Bourdieu Pierre, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Les éditions de Minuit, 1979.

3 Coquard Benoit, op. cit.

4 Amsellem-Mainguy Yaëlle, Les filles du coin. Vivre et grandir en milieu rural, Paris, Presses de Sciences Po, 2021, compte rendu de Claire Federspiel pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.48658.

5 Ling Richard & Yttri Brigitte, Perpetual contact. Mobile communication, private talk, public performance, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

6 Pasquier Dominique, L’Internet des familles modestes. Enquête dans la France rurale, Paris, Presses des Mines, 2018, compte rendu de Yaëlle Amsellem-Mainguy pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.29541.

7 Havard Duclos Bénédicte, « L’Internet des assistantes maternelles : Un outil pour faire vivre le métier », Réseaux, n° 208-209, 2018, p. 28‑61, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/res.208.0025.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Noémie Roques, « Sophie Orange, Fanny Renard, Des femmes qui tiennent la campagne  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 juillet 2022, consulté le 10 décembre 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57314

Haut de page

Rédacteur

Noémie Roques

Doctorante en sciences de l’éducation à Experice, Université Sorbonne Paris Nord, sous la direction de Gilles Brougère et de Vinciane Zabban. Après avoir mené des recherches sur le jeu de rôle virtuel et les intermédiaires du stream de jeu vidéo avec Samuel Coavoux, elle s’intéresse à l’articulation entre loisirs numériques et loisirs traditionnels des 6-18 ans en milieu rural. Elle tente d’analyser plus spécifiquement la place des vidéos de loisirs diffusées sur Internet dans les pratiques électives des jeunes.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search