Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Pascal Durand, Poésie pure et soc...

Pascal Durand, Poésie pure et société au XIXe siècle

Frédéric Thomas
Poésie pure et société au XIXe siècle
Pascal Durand, Poésie pure et société au XIXe siècle, Paris, CNRS, coll. « Culture & Société », 2022, 350 p., ISBN : 978-2-271-14038-8.
Haut de page

Texte intégral

1Entre les années 1830 et la fin du XIXe siècle, s’est opérée une redéfinition du fait poétique, qui marque le passage de la « pure poésie » à la « poésie pure », promue (notamment) par Baudelaire ; redéfinition où s’affirme un « langage n’ayant de compte à rendre à aucune instance subalterne » (p. 21). C’est de cette révolution symbolique que Poésie pure et société au XIXe siècle entend rendre compte, en alternant des points de vue panoramiques et des focales rapprochées.

2De Hugo à Mallarmé en passant, entre autres, par Gautier et Ducasse, Pascal Durand, dans un style aussi précis qu’agréable, revient longuement sur cette histoire littéraire, dont l’année 1852 constitue une date pivot, avec la parution d’Émaux et Camées de Théophile Gautier et des Poèmes antiques de Leconte de Lisle. L’auteur analyse notamment la manière dont Ducasse, dans Les chants de Maldoror, retourne les armes de la rhétorique contre le romantisme dans son ensemble, en prenant pour cible la croyance « dans la toute puissance du langage » (p. 208-209). Il met en avant le « matérialisme enchanté » et la « composante sociologique » de la pensée et de la poésie de Mallarmé, puis s’attarde sur le rapport de Gautier, en 1868, relatif aux « progrès des lettres en France », sorte d’état des lieux de la littérature. Ce document offre un point de vue particulièrement intéressant, du fait de son auteur et en raison du positionnement stratégique du rapport, « à l’intersection de deux champs » : « le champ du pouvoir d’État […] ; et, de l’autre, un champ des lettres fortement autonomisé » (p. 139-140). Et Durand de montrer comment la lecture de Gautier gomme les conflits et les tensions, faisant de la pureté et de la forme travaillée l’aboutissement logique et naturel de quatre décennies de poésie.

3Les Chants modernes de Maxime Du Camp (1855), prêchant les valeurs et les vertus de l’utilitarisme, du progrès scientifique et de la modernité industrielle, sont l’occasion pour l’auteur de revenir sur la cassure du camp romantique entre « utilitaires » et « artistes » ; cassure qui a tourné à l’avantage des seconds. En ce sens, l’Art pour l’Art « est un art contre : contre l’utilitarisme bourgeois, contre les valeurs de progrès, contre tout enjeu externe à l’œuvre » (p. 120). Et, la « poésie pure », condensé de l’Art pour l’Art, « demeurera vectrice de cette protestation supérieure contre ce qui prétend séparer la poésie d’elle-même et tenterait d’alourdir celle-ci dans son envol au-dessus des réalités bêtement matérielles » (p. 24).

4Avec la « poésie pure », « la fusion profonde de la forme et de l’idée » (p. 82) va de pair avec une densification et opacification du texte : « la forme tend non seulement à devenir, à partir du romantisme, l’objet principal du travail poétique, mais la démonstration en acte d’une poésie qui réclame d’être prise à la lettre dans les torsions qu’elle fait subir au langage et dans les ressources expressives qu’elle en extrait » (p. 86). L’auteur cherche dès lors à dégager la dynamique de cette reconfiguration poétique, tout en éclairant son ancrage social.

5Rien de plus social, avertit en effet Pascal Durand, que le refus du social de cette poésie : « d’abord, pour la dimension collective et, au fond, toute modale que celui-ci revêt ; et, ensuite, parce que l’existence et la représentation de la littérature en général, et de la poésie “pure” par excellence, en tant qu’univers enclavés au sein du grand ensemble social correspondent assez évidemment aux processus de spécialisation constitutifs des sociétés modernes » (p. 33). La « malédiction » de la poésie est également un fait social, répondant à la saturation d’accès à la carrière littéraire et instituant la représentation « d’une résistance à toute forme de réquisition venue du social » (p. 132-133).

6Il en résulte un double mouvement contradictoire. D’un côté, la poésie « se referme comme une huître sous la pression du réel. La politique, la morale, l’État et ses superstitions sont congédiés » (p. 156). Mais cette fermeture est elle-même un écho et une réaction sociales ; dynamique synthétisée par l’auteur dans une belle formule : cette poésie « dit ce monde sans y toucher », conférant dès lors au monde « une forme visible, jusque dans la résistance qu’elle lui oppose » (p. 45 et 52).

7« Il n’est pas vrai, bien qu’on l’ait dit et répété au point de transformer la chose en proverbe lettré, écrit Pascal Durand, que la poésie moderne a rompu les amarres avec le monde et le pouvoir de représentation du langage. […] La modernité poétique est affaire de représentation : autrement et d’autre chose, voilà tout » (p. 234). « Produit d’une construction historique collective » (p. 281), la « poésie pure » s’est finalement imposée, au point que « l’impureté » en poésie apparaîtrait, au mieux, comme un crime, au pire, comme symbole du kitsch (p. 285). L’histoire littéraire biaisée, effaçant les noms qui, au cours du XIXe siècle, connurent le succès, a contribué à consacrer et même à « naturaliser » cette révolution symbolique. D’où l’invitation de l’auteur, en guise de conclusion, à voir et à lire autrement Mallarmé, Rimbaud, Lautréamont, Corbière et Laforgue : « comme des lieux de sédimentation du social » (p. 287).

  • 1 On renvoie aux travaux de Steve Murphy et Pierre Laforgue, notamment, et à l’essai collectif : Murp (...)

8Emporté par sa démonstration, Pascal Durand manque cependant parfois de nuance, tendant à trop généraliser et à gommer certaines aspérités. Ainsi, en va-t-il notamment de sa lecture de Baudelaire. Il éclaire avec intelligence l’opposition de Vallès à celui-ci : « car cette “question d’école” est aussi une question de politique, plus exactement de rapport idéologique autant que formel entre esthétique et politique » (p. 177). À travers Baudelaire, « c’est à la littérature séparée du réel que Vallès, sombre et courageux, en a surtout […]. À entrecroiser ainsi qu’il le fait esthétique et politique, on peut avoir tort, esthétiquement, devant l’histoire littéraire. Mais on peut avoir raison, politiquement, à un moment de l’histoire tout court » (p. 185-186). En réalité, il nous semble que Vallès a tort, esthétiquement et politiquement, à ce moment-là et devant l’histoire. À l’encontre de ce que l’auteur affirme, certains des poètes de la modernité – au premier rang desquels Baudelaire – sont bien des poètes du réel1. Mais autrement, voilà tout.

9Significative également, l’absence quasi-totale de toute référence à la Commune de Paris, ainsi qu’à son impact, tendant de la sorte à faire de l’histoire littéraire une évolution linéaire – comme d’ailleurs Bourdieu, dont se réclame Pascal Durand, dans Les règles de l’art (1992). Or, face à la guerre franco-prussienne d’abord et à la Commune ensuite, nombre de poètes, parmi les plus « purs » – Gautier, Leconte de Lisle, Banville – n’ont pas hésité à s’engager dans une poésie de circonstance, redessinant le clivage de la pureté et de l’impureté poétique. Interroger ce retournement et cette rupture aurait à notre avis permis d’éclairer autrement la publication, en octobre 1873, de Tombeau de Théophile Gautier, le succès de François Coppée (1842-1908) dans les années 1870, mais aussi, plus globalement, la dynamique parfois heurtée du pur et de l’impur dans la reconfiguration du fait poétique.

Haut de page

Notes

1 On renvoie aux travaux de Steve Murphy et Pierre Laforgue, notamment, et à l’essai collectif : Murphy Steve (dir.), Lectures du Spleen de Paris, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Thomas, « Pascal Durand, Poésie pure et société au XIXe siècle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 juillet 2022, consulté le 07 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57325 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57325

Haut de page

Rédacteur

Frédéric Thomas

Docteur en sciences politiques, chercheur au Cetri (Louvain-la-Neuve, Belgique), auteur de Rimbaud révolution (L’échappée, 2019).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search