Navigation – Plan du site

Séverine Gojard, Le métier de mère

Emmanuelle Zolesio
Le métier de mère
Séverine Gojard, Le métier de mère, La Dispute, coll. « Corps santé société », 2010, 221 p., EAN : 9782843031830.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  De Montlibert Christian, « L’éducation morale des familles. L’extension du métier de puériculture  (...)
  • 2  Durkheim Emile, Sociologie et philosophie, PUF, Paris, 1967 (1898), pp. 39-49.

1« Faut-il bercer un bébé ? Le laisser pleurer ? Le nourrir au sein ou au biberon ? Que faire quand il a de la fièvre ? A quel âge doit-on lui donner ses premières purées de légumes ? Et faut-il commencer par des purées de légumes ou des compotes de fruits ? Autant de questions, parmi d’autres, que se posent des parents confrontés à un nourrisson, a fortiori si c’est leur premier enfant » (p.7). Tel est le point de départ de l’ouvrage de Séverine Gojard, intitulé Le métier de mère. L’auteure donne à voir tout d’abord la pluralité des prescripteurs auxquels sont confrontées les mères en matière de soins à la petite enfance : pédiatres libéraux ou pédiatres en centre de PMI, médecins généralistes, puéricultrices et auxiliaires de puériculture en crèche ou en PMI, mais aussi grands-mères, sœurs ou amies. Elle montre que la pluralité des prescripteurs va de pair avec une diversité de normes de puériculture, ce qui permet de rompre avec une vision unifiée des discours savants, qu’ils soient oraux ou écrits. L’ouvrage permet ainsi de prolonger l’étude de Christian de Montlibert qui a montré déjà l’hétérogénéité dans le recrutement et la façon d’exercer le métier de puéricultrice1. Séverine Gojard éclaire quant à elle la pluralité des prescriptions et étudie aussi bien les conseils donnés aux jeunes mères par le personnel médical, paramédical ou par la famille, que ceux de la presse spécialisée. Elle souligne combien ces écrits diffusant les normes de puériculture contribuent à responsabiliser les mères par la mise en évidence d’une équation « respect des normes de puériculture = bonne mère ». On pourrait étendre sans doute l’analyse aux conseils donnés par la télévision ou par Internet, et c’est là une petite limite de l’ouvrage, soulignée d’ailleurs par l’auteure, que de ne pas les prendre en compte. Mais une telle extension de l’objet d’étude ne ferait vraisemblablement que renforcer son constat de la diversité des injonctions adressées aux mères en matière de soins aux enfants et celui de la moralisation de ces normes de puériculture, érigées en « règles morales » plutôt qu’en simples « règles techniques »2. En ce sens, il nous semble que cet ouvrage pourrait constituer une lecture bien utile pour conduire les professionnels de la petite enfance à un retour réflexif sur leurs pratiques prescriptives.

  • 3  Lahire Bernard, La raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures (...)

2Mais l’analyse de Séverine Gojard va bien au-delà, puisqu’elle se penche sur les modalités d’appropriation de ces normes hétérogènes par les jeunes mères selon leur classe sociale, leur expérience de soins aux enfants ou leurs conditions matérielles d’existence, en s’inspirant du travail de Bernard Lahire3. Autrement dit, l’ouvrage permet d’éclairer plusieurs manières d’être mère, par une analyse de cas d’enquêtées explorés en détails. Cette mise en évidence de variations contribue à déconstruire la supposée évidence biologique de la maternité. Les mères oscillent ainsi entre un « modèle savant » des soins aux nourrissons et un « modèle familial » et on constate toute une palette de variations autour de ces modèles : appropriation « au feeling », « à la lettre » ou « à l’ancienne » sont autant de façons pour les mères de se positionner sur le continuum de l’appropriation des deux modèles de normes. On s’aperçoit que la position sociale des enquêtées est discriminante, mais que joue aussi l’expérience de soins aux enfants antérieurement acquise (par l’expérience de soin aux frères et sœurs ou de baby-sitting par exemple). La finesse de l’analyse permet de percevoir que certaines mères se conforment aux normes de puériculture dans un domaine de pratiques (alimentation) mais pas dans tous (principes éducatifs), que d’autres peinent à mettre en œuvre des prescriptions auxquelles elles adhèrent pourtant pleinement dans le discours. Car les trois modèles d’appropriation des normes (« à l’ancienne », « au feeling », « à la lettre ») reposent sur une très grande disponibilité des mères envers leurs nourrissons, disponibilité qu’elles ne sont pas toujours en mesure de fournir, en raison d’impératifs domestiques ou professionnels. Le dernier chapitre étudie précisément les conditions de possibilité (et d’impossibilité) matérielles pour la mise en œuvre des normes de puériculture en se penchant sur les situations professionnelles et géographiques des configurations de couples. Outre le rapport aux normes de puériculture des mères, l’auteur étudie aussi le rapport au temps de celles-ci, rapport au temps que l’expérience de la maternité et de l’allaitement en particulier peut venir ébranler.

3Le titre de l’ouvrage – Le métier de mère – permet ainsi d’insister sur les contextes sociaux des apprentissages maternels. Comme la socialisation secondaire du métier professionnel, la socialisation maternelle suppose des apprentissages (sur le tas, par le livre, auprès d’interlocuteurs professionnels ou familiaux) et l’accès au métier de mère passe par diverses médiations. L’auteure inscrit aussi cette socialisation secondaire dans la continuité, montrant une « carrière » de mère, au sens interactionniste du terme. Elle montre comment l’expérience pratique de soins aux enfants est une ressource pour les jeunes mères et comment celle-ci permet de s’autonomiser des prescripteurs. De leur premier enfant aux grossesses suivantes, les jeunes mères peuvent ainsi faire évoluer la structure de leur prise de conseils (basculant d’un « modèle familial » à un « modèle savant » ou inversement). Il apparaît que l’assurance sociale liée à une position professionnelle en ascension ou à un diplôme du supérieur porte davantage les mères à cette autonomisation. On peut ainsi constater soit une intériorisation des conseils pris pour l’aîné, soit une prise de distance au vu de l’expérience acquise. L’analyse aurait gagné à éclairer précisément les étapes de ces carrières de mères au fil des naissances, mais le propos semble déjà fort convaincant, appuyé sur de nombreux extraits d’entretiens.

4En conclusion, « on ne naît pas mère, on le devient », et l’ouvrage le montre de façon magistrale. Une fois sa lecture achevée, on aimerait pouvoir lire son pendant sur l’apprentissage de la paternité, apprentissage qui se décline sans doute lui aussi suivant une pluralité de modalités et selon des modalités différentes de celles du métier de mère.

Haut de page

Notes

1  De Montlibert Christian, « L’éducation morale des familles. L’extension du métier de puériculture », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 32-33, avril-juin 1980, pp. 65-76.

2  Durkheim Emile, Sociologie et philosophie, PUF, Paris, 1967 (1898), pp. 39-49.

3  Lahire Bernard, La raison des plus faibles. Rapport au travail, écritures domestiques et lectures en milieu populaire, Presses Universitaires de Lille, 1993.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emmanuelle Zolesio, « Séverine Gojard, Le métier de mère », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 06 juin 2011, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5735

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page