Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Amín Pérez, Combattre en sociolog...

Amín Pérez, Combattre en sociologues. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad dans une guerre de libération (Algérie, 1958-1964)

Daniel Mesa Villegas
Combattre en sociologues
Amín Pérez, Combattre en sociologues. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad dans une guerre de libération (Algérie, 1958-1964), Marseille, Agone, coll. « L'Ordre des choses », 2022, 368 p., ISBN : 9782748903393.
Haut de page

Texte intégral

1Voici un livre qui, soixante ans après la signature des accords d’Évian, se propose d’éclaircir les répercussions, les traces et les enseignements que l’expérience algérienne a laissés sur l’œuvre et sur la trajectoire biographique de Pierre Bourdieu et d’Abdelmalek Sayad. En pleine guerre de libération d’Algérie, l’un des épisodes les plus marquants du XXe siècle, ces deux penseurs ont forgé leurs théories sur le monde social tout en interrogeant la nature et la portée de l’engagement intellectuel dans un contexte tragique de violence extrême.

2En effet, pour les jeunes philosophes, leur présence dans l’univers crépusculaire du colonialisme moribond est un baptême de feu et le lieu de toutes les tensions. En particulier, jaillit la question des possibles rapports entre la démarche scientifique et les urgences de l’action et du compromis politique : tel est le thème de l’ouvrage d’Amín Pérez.

3Signalons tout d’abord que le livre suit une méthode bourdieusienne : il historicise, au travers d’une sociogenèse, la théorie sociologique de Bourdieu et de Sayad. De cette sorte, elle n’apparaît pas comme une création ex nihilo ou comme le résultat d’une dialectique éthérée, où les concepts surgissent par parthénogenèse. L’expérience de la Guerre d’Algérie a ébranlé les croyances et les convictions collectives et individuelles et, loin d’être un aspect anecdotique dans la vie d’un savant, elle a semé de profondes questions d’où ont fleuri de riches réponses.

4Comme dans les Vies Parallèles de Plutarque, Amín Pérez compose un récit qui parcourt les méandres de deux existences marquées par des vécus personnels et sociaux lointains, mais semblables.

5Dans la première partie du livre, grâce à une prose vive et passionnante, l’auteur nous conduit au travers de deux itinéraires saisissants, d’abord pour explorer leurs trajectoires d’avant-guerre et ensuite pour juger des effets que le conflit algérien a eu sur le travail et sur la conception du monde de ces deux hommes. Au travers d’une amplification argumentative, l’auteur montre comment, dans ces circonstances, se développe une conception de la sociologie qui met l’accent sur la force émancipatrice de la connaissance scientifique et évalue sa fonction à l’aune d’un projet politique d’émancipation humaine.

6L’analyse minutieuse des trajectoires personnelles, familiales, scolaires et professionnelles de Bourdieu et de Sayad (chapitre I) donne à de comprendre la signification d’une rencontre entre deux individus ayant eu des expériences du monde social similaires. Leurs affinités leur ont procuré la capacité de se frayer un chemin équidistant par rapport aux orthodoxies que chacun d’entre eux étant voué à intégrer dans sa conception du réel : le nationalisme révolutionnaire dans le cas de Sayad et le marxisme scolastique dans celui de Bourdieu.

7C’est donc la guerre (chapitre II) qui marque un tournant décisif dans leurs trajectoires humaines et intellectuelles. Ils rejoignent le mouvement des étudiants libéraux, une sorte de tierce option qui essaye de se tenir loin des schémas politiques simplificateurs et réducteurs des ultras – favorables à une Algérie française – et des nationalistes –pour la plupart appartenant au Front de libération nationale (FLN). C’est dans ces conditions que Bourdieu et Sayad se tournent vers les sciences sociales comme source de compréhension et de lucidité, tant pour la pensée que pour l’action.

8Depuis le socle théorique et empirique de la sociologie (chapitre III), Bourdieu et Sayad déploient leur savoir pour élaborer une analyse rigoureuse de la société coloniale, de ses mécanismes de production et de reproduction de sa forme idiosyncrasique de domination. C’est aussi la source légitimatrice de leurs interventions dans les débats intellectuels que la guerre déclenche. L’on voit se dessiner la figure de l’intellectuel spécifique (Foucault), armé de connaissances précises qui font la force de ses idées et de ses prises de position. Elle contrastera avec une autre représentation de l’intellectuel et de son engagement, celle de Jean-Paul Sartre et de l’intellectuel total, qu’il entendait incarner.

9La formulation en pluriel du titre et du sous-titre du livre d’Amín Pérez souligne une idée fertile de la sociologie de Bourdieu : celle de l’intellectuel collectif qui postule que la connaissance se construit dans un dialogue critique, à partir d’un travail demandant de la compétence et de la coopération.

  • 1 « Lorsque, à la fin des années 50 et au début des années 60, j’ai réalisé des recherches en Algérie (...)

10En dépit du fait que Bourdieu, comme il l’a rapporté plus tard1, reste durant ces années algériennes très soucieux du respect du principe méthodologique de la « neutralité axiologique », il s’aperçoit que le choix de la science au lieu de l’ignorance, du mensonge ou de l’idéologie sophistiquée, est en lui-même une élection normative et éthique, orientée par la volonté de savoir, par le vrai et par la rationalité.

  • 2 Pinto Louis, « Une sociologie militante. L’engagement politique de Pierre Bourdieu », Regards socio (...)

11Dans cette optique, la pratique théorique de la science suppose une forme vie libre de contraintes autres que celles de son champ spécifique. En somme, « les normes ne sont pas aussi extérieures au travail intellectuel qu’on le croit dans la mesure où celui-ci implique, par sa seule existence, quelque chose comme une éthique et une politique : il faut pouvoir s’affranchir des évidences incontestées de la doxa, de tout ce qui fait la force des dominants, pour produire un effet de connaissance »2, remarquait Louis Pinto à juste titre.

12Dans la deuxième partie de son étude, Amín Pérez se penche sur ce cheminement de « libération par la connaissance », un parcours né de la conviction de la nécessité de participer à la reconstruction scientifique de la réalité algérienne tout en articulant ce programme avec l’examen des conditions de possibilité d’une société postcoloniale libre et démocratique.

13L’enquête sociologique se transforme en puissant moyen d’observation et de clarification d’un univers social trouble, opaque, convulsionné. Mais les instruments et la méthode de ces sciences n’étaient pas à prendre, ils étaient à conquérir et à construire. Bourdieu et Sayad, devenus collègues et amis, ont ainsi bâti ensemble une approche scientifique pour écouter, regarder et témoigner en temps de guerre (chapitre IV).

14Faire de la sociologie dans la tourmente est une manière de rendre de compte de faits, de les tirer et de les préserver de l’oubli, mais aussi d’expliquer et de donner un sens aux souffrances de ceux qui vivent la violence comme une tragédie absurde. La responsabilité du sociologue consiste donc à ne pas déformer la compréhension du monde : la quête de la vérité est sa contribution à la cause de la liberté.

15C’est cette cause pratique qui guide les stratégies théoriques de Bourdieu et de Sayad. Autrement dit, le contexte d’invention (way of discovery) a des conséquences sur l’orientation de la recherche : un renouvellement des sciences sociales (chapitre V), engendré par un objet d’étude qui résiste à être appréhendé dans les catégories intellectuelles propres de l’ethnologie coloniale et de ses couples structurants ; postérieurement, un abandon de l’anthropologie structuraliste dans le souci de restituer la subjectivité des agents sociaux ; finalement, une étude attentive des conditions sociales de possibilité d’une action et d’un renversement politique révolutionnaire qui écarte les fausses explications des idéologies à l’égal que l’idéalisme irresponsable.

16Le dernier chapitre du livre vient préciser les modalités et les possibilités d’une émancipation sociale, à la lumière de la connaissance scientifique. Il réfléchit sur les voies qui s’ouvrent à une transformation démocratique réelle de la société après la guerre de libération et sur les dangers d’une reproduction de la domination coloniale sans colonisateur. Il s’agit d’une méditation pour faire converger la science, la démocratie et la pédagogie rationnelle comme autant d’éléments inéluctables d’un utopisme réaliste : vérité, liberté et raison.

17Il est intéressant de remarquer que cette étude infirme amplement l’hypothèse d’une scission dans l’existence de Bourdieu entre une période savante et une période militante, dont les grèves de 1995 marqueraient la frontière. En effet, l’on voit au contraire émerger très tôt l’intérêt du sociologue pour conjuguer les exigences de rigueur et d’impartialité de la science avec un engagement politique humaniste.

18L’ouvrage d’Amín Pérez laisse transparaître l’idéal des Lumières qui gît au sein de l’entreprise théorique de Bourdieu et de Sayad : la science peut et doit être un moyen d’émancipation de la domination et de l’exploitation. Liberté et raison apparaissent ainsi indissociablement liées. Toutefois, une condition nécessaire n’est pas une condition suffisante. Voilà pourquoi l’ouvrage invite à penser aux rapports entre la philosophie et la science et, en particulier, entre le projet de construction d’un sujet autonome maître de sa propre pensée et la connaissance des limites et des contraintes dans lesquelles la vie humaine évolue.

19Disons finalement que, pour ceux qui ont déjà fréquenté l’œuvre de Bourdieu et de Sayad, ce livre est une source fertile qui permet d’envisager sous de nouveaux angles la formation de la pensée de ces deux sociologues. Mais à ceux qui s’approchent pour la première fois au massif, parfois écrasant, de la théorie du monde social de Bourdieu, le travail d’Amín Pérez fournit un point de départ réflexif, stimulant et informé, pour pénétrer dans l’univers d’un auteur toujours d’actualité, du fait de son rang de classique des sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 « Lorsque, à la fin des années 50 et au début des années 60, j’ai réalisé des recherches en Algérie en collaboration avec les statisticiens de l’Insee, j’étais très préoccupé du respect des principes de neutralité axiologique (Wertfreiheit) que Max Weber avait défini », Pinto Louis, « Neutralité axiologique. Science et engagement : une lettre de Pierre Bourdieu », Savoir/Agir, n° 16, 2011, p. 111.

2 Pinto Louis, « Une sociologie militante. L’engagement politique de Pierre Bourdieu », Regards sociologiques, n° 22, 2001, p. 77.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Daniel Mesa Villegas, « Amín Pérez, Combattre en sociologues. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad dans une guerre de libération (Algérie, 1958-1964) », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 juillet 2022, consulté le 07 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57400 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57400

Haut de page

Rédacteur

Daniel Mesa Villegas

Avocat, magister en sociologie et philosophie politique (université Paris Diderot), doctorant au Centre d’études sociologiques et politiques Raymond Aron (CESPRA).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search