Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Cédric Hugrée, Tristan Poullaouec...

Cédric Hugrée, Tristan Poullaouec, L'université qui vient. Un nouveau régime de sélection scolaire

Igor Martinache
L'université qui vient
Cédric Hugrée, Tristan Poullaouec, L'université qui vient. Un nouveau régime de sélection scolaire, Paris, Raisons d'agir, 2022, 184 p., ISBN : 9791097084172.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Pierre-André Juven, Frédéric Pierru, Fanny Vincent, La casse du siècle. À propos des réformes (...)
  • 2 Voir Stéphane Bonnéry, Étienne Douat (dir.), L'éducation aux temps du coronavirus, Paris, La Disput (...)
  • 3 Voir Nathalie Beaupère, Lucile Chalumeau, Nicolas Gury, Cédric Hugrée, L’abandon des études supérie (...)
  • 4 Voir Tristan Poullaouec, Le diplôme, arme des faibles. Les familles ouvrières et l'école, Paris, La (...)

1L’hôpital n’est pas la seule institution dont la pandémie de Covid-19 a révélé la « crise » dans l’Hexagone1. C’est le cas aussi, entre autres, de l’université, au sein de laquelle la continuité pédagogique a été particulièrement difficile à assurer2. Dans un cas comme dans l’autre, et l’on pourrait en dire autant de nombreux autres services publics, la faute en incombe moins aux comportements des agents ou à ceux des usager·es, comme on l’entend fréquemment, qu’aux décisions politiques qui ont affecté les contextes et la structures dans lesquelles ils se déploient et qui les déterminent en partie. Or, pour s’en rendre compte, il est nécessaire de faire un pas de côté, et un autre en arrière, afin de replacer le sujet en perspective, sociale et historique, et ne pas s’en tenir aux indicateurs généralement acceptés pour juger de la bonne ou mauvaise marche d’un service public. C’est cet exercice que proposent d’effectuer les auteurs, sociologues qui se sont déjà employés à battre en brèche certaines idées reçues tenaces concernant l’« échec » des étudiant·es de licence3 ou l’« inflation » des diplômes4. La sociologie des classes populaires, et en particulier l’étude des rapports complexes que leurs membres entretiennent à l’enseignement supérieur, constitue le fil directeur commun des recherches respectives de Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, de sorte qu’il est tout sauf fortuit de les voir signer aujourd’hui un ouvrage à quatre mains qui se veut à la fois rigoureux et engagé.

2Comme le titre l’indique, la thèse défendue dans cet ouvrage est que se déploie actuellement un nouveau régime de sélection scolaire qui se joue bien avant l’entrée dans l’enseignement supérieur, et qui s’y manifeste par le paradoxe apparent de la concomitance d’un accès sans cesse croissant et d’un creusement des inégalités suivant l’origine sociale. La présentation de ce nouveau régime est développée au cours de cinq chapitres qui l’abordent sous différents angles. Le premier met en évidence la manière dont la « crise » de l’université a été organisée suite à la seconde explosion universitaire des années 1990. Deux réformes y sont particulièrement montrées du doigt : la loi relative aux bibertés et responsabilités des universités (LRU) de 2007 qui a organisé leur mal-nommée autonomisation, et la mise en place de la bien connue plate-forme Pacoursup, censée résoudre les problèmes de tension à l’entrée de certaines filières universitaires – santé, psychologie et sciences et techniques des activités physiques et sportives (Staps), notamment. En arrière-plan, la volonté politique, affirmée dès le milieu des années 1980, d’amener 80 % d’une classe d’âge au baccalauréat et même, plus tard, 50 % à la licence, tout en occultant la forte ségrégation du système éducatif, avant comme après le baccalauréat, en fonction de l’origine sociale. De ce fait, l’institution se retrouve prise en étau entre la nécessité d’accueillir ce public sans cesse élargi avec des moyens qui, eux, ne croissent pas au même rythme, et de les éconduire ensuite année après année – sélection de fait qu’un assouplissement des modalités de contrôle des connaissances peine à atténuer.

3La solution faussement évidente promue par certains, à commencer par le chef de l’État, qui consiste à instaurer une sélection formelle à l’entrée en première année, avive plutôt qu’elle ne résout le « problème », comme l’expliquent ensuite les auteurs. Ils mettent d’abord en évidence une montée générale des aspirations scolaires des familles de milieux populaires qui, après le baccalauréat au début du siècle, semblent avoir érigé la licence comme nouvel horizon à atteindre. Reste que ce constat général ne doit pas occulter des disparités au sein même de ces classes populaires, où les franges plus qualifiées et stabilisées ont à la fois des représentations plus positives de la poursuite d’étude et des chances objectives plus élevées de réussite que les membres des franges précarisées. Il convient ainsi, selon les auteurs, d’être davantage attentifs aux conditions concrètes de réussite dans les études supérieures, dont une partie importante est corrélée au statut des parents face à l’emploi, mais aussi au logement et à l’expérience migratoire, afin de se départir d’une lecture courante en termes de capacités ou de volonté individuelles.

4Les « ruptures universitaires » sont l’objet du troisième chapitre. Là encore, une lecture erronée de ces dernières a conduit à l’adoption de mesures politiques inadaptées et donc à un gaspillage de ressources d’autant plus dommageables que celles-ci se font rares. La première d’entre elles est constituée par le Plan réussite licence (PRL) lancé par Valérie Pécresse en 2007, parallèlement à la LRU. Mobilisant 730 millions d’euros sur cinq ans, le plan a été un échec au regard de ses propres objectifs et demeure aveugle à la grande disparité initiale des moyens entre les filières d’enseignement supérieur. L’effet Mathieu, suivant lequel on donne plus à ceux qui ont déjà plus, joue ici à plein : un·e étudiant·e inscrit en classes préparatoires aux grandes écoles (CGPE), recruté·e majoritairement dans les classes les plus favorisées, reçoit ainsi 2 100 heures d’enseignement en deux ans alors qu’un·e étudiant·e de licence a droit pour sa part à 1 500 heures sur trois ans… Plus encore, comme le montrent les auteurs, les discours alarmistes sur les taux d’échec en licence s’appuient sur une mesure erronée car ils se focalisent sur la seule première année. Ils oublient ainsi que la première année de licence constitue fréquemment un sas d’orientation, et doivent donc être fortement nuancés dès lors que l’on prend en compte un horizon plus long pour constater la proportion d’étudiant·es ayant validé un diplôme quelques années après leur entrée l’université. Et, surtout, ces discours occultent le fait que la grande majorité des étudiant·es qui se présentent effectivement aux examens valident leur année. Le véritable enjeu semble donc d’accompagner les étudiant·es « fantômes » qui décrochent après les premières notes de contrôle continu. Mais, comme le notent les auteurs, les dispositifs de remédiation qui tendent à se multiplier localement pourraient eux-mêmes rencontrer rapidement leurs limites, dans la mesure où les conditions de réussite à l’université semblent résider avant tout dans la socialisation scolaire antérieure.

5Dans le chapitre suivant, Cédric Hugrée, Tristan Poullaouec ouvrent la boîte noire de la licence pour mettre en évidence, d’une part, cinq parcours-types distincts qui mènent à la réussite du diplôme et, d’autre part, le poids de certains déterminants en la matière, tels que l’origine sociale, l’origine migratoire et le genre. Mais c’est surtout le type de baccalauréat obtenu, et plus généralement les apprentissages réalisés au cours de la scolarité primaire et secondaire, qui s’avèrent véritablement décisifs, ce qui semble confirmer le sentiment d’impuissance de certain·es enseignant·es du supérieur, selon lequel tout est déjà joué en amont de leurs enseignements. Les conditions matérielles ne sont néanmoins pas à négliger, comme le pointent également les auteurs, statistiques à l’appui. Ils rappellent notamment les effets ambivalents du salariat étudiant suivant sa durée et son articulation avec le contenu et l’organisation des études.

  • 5 Voir Luc Boltanski, Eve Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

6Dans le dernier chapitre, Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec interrogent le critère de l’insertion professionnelle qui s’est imposé au cours des deux dernières décennies pour mesurer la valeur des différents diplômes, en pointant deux écueils. Le premier est d’ordre technique et renvoie aux problèmes de construction des indicateurs dans lesquels ce critère se traduit et qui génèrent toutes sortes de classements également problématiques. Le second est plus politique : ce critère charrie une vision qui tend à substituer au mode scolaire d’accès à l’emploi un mode managérial d’accès à l’emploi, alors même que le premier, qui mise sur l’acquisition de connaissances et savoir-faire généraux à même de favoriser une capacité à apprendre – « une capacité générale à acquérir des capacités particulières » comme l’écrivent les auteurs (p. 144) –, apparaît bien plus adapté à un monde du travail en constante évolution que le second, qui repose sur l’acquisition de compétences prêtes à l’emploi et sur l’« entreprise de soi ». Or, derrière cette mutation symbolique, conforme au « nouvel esprit du capitalisme »5, se joue également une forte restriction de l’accès aux emplois publics qualifiés pour les titulaires de diplômes inférieurs à bac + 5, qui expliquerait en grande partie le décrochage salarial dont ces dernier·es font l’objet.

7Au terme de ce parcours, les auteurs plaident pour une politique qui prenne en compte les conditions concrètes de la réussite universitaire plutôt que de miser sur la sélection comme aiguillon des efforts et du mérite personnel. Cela passerait notamment par la mise en place d’un lycée unique jusqu’au baccalauréat, telle que la porte le Groupe de recherche sur la démocratisation scolaire (GRDS). Il s’agirait également de rétablir l’autonomie de l’université par rapport aux enjeux marchands, lesquels s’incarnent à la fois dans la multiplication des écoles privées d’enseignement supérieur auxquelles les gouvernements successifs ont accordé la possibilité de délivrer des grades universitaires et dans la soumission de la définition des savoirs à acquérir aux dynamiques et exigences du marché du travail. Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec ébauchent ce faisant les contours d’une « realpolitik éducative de gauche », comme ils la qualifient, et l’on peut gager que ces propositions devraient recevoir un certain écho au moment où l’algorithme de Parcoursup dévoile ses résultats d’affectation et où la rentrée universitaire se profile.

Haut de page

Notes

1 Voir Pierre-André Juven, Frédéric Pierru, Fanny Vincent, La casse du siècle. À propos des réformes de l'hôpital public, Paris, Raisons d'agir, 2019 ; compte rendu de David Descamps et Agathe Foudi pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.42351.

2 Voir Stéphane Bonnéry, Étienne Douat (dir.), L'éducation aux temps du coronavirus, Paris, La Dispute, 2020 ; compte rendu de Quentin Brncic pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.49689.

3 Voir Nathalie Beaupère, Lucile Chalumeau, Nicolas Gury, Cédric Hugrée, L’abandon des études supérieures, Paris, La Documentation Française/Observatoire national de la vie étudiante (OVE), 2007 et Séverine Chauvel et Cédric Hugrée (dir.), « Enseignement supérieur : l’art et les manières de sélectionner », Sociologie, vol. 10, n° 2, 2019, p. 173‑224.

4 Voir Tristan Poullaouec, Le diplôme, arme des faibles. Les familles ouvrières et l'école, Paris, La Dispute, 2010 ; compte rendu de Christophe Delay pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.1069.

5 Voir Luc Boltanski, Eve Chiapello, Le Nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Cédric Hugrée, Tristan Poullaouec, L'université qui vient. Un nouveau régime de sélection scolaire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 août 2022, consulté le 30 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57412 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57412

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search