Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Alain Ruscio (dir.), Regards fran...

Alain Ruscio (dir.), Regards français sur l’Islam. Des croisades à l’ère coloniale

Yesmine Karray
Regards français sur l'Islam
Alain Ruscio (dir.), Regards français sur l'Islam. Des croisades à l'ère coloniale, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, 2021, 340 p., EAN : 9782365123167.
Haut de page

Texte intégral

1Rassemblant les contributions d’une quinzaine d’auteurs, cet ouvrage collectif aborde la question de la perception de l’Islam en France des Croisades à l’ère coloniale en éclairant ce sujet très actuel par une contextualisation historique. Le choix de faire appel à des spécialistes de périodes et d’aires géographiques différentes, afin de souligner la permanence multiséculaire de certains préjugés envers cette religion, fonde l’originalité de ce travail qui se distingue par son décloisonnement disciplinaire et son parti pris d’historiciser les polémiques que connaît la société française contemporaine. Ne pouvant résumer l’ensemble des travaux présentés, nous choisissons de nous focaliser sur ceux qui nous auront paru les plus représentatifs de sa philosophie générale.

2Ainsi, Roland Lafitte et Alain Ruscio abordent l’hésitation du vocabulaire associé à l’islam, du « sarrasin » de la chanson de Roland, au « barbaresque » (du XVIe siècle au XIXe siècle), sans oublier les différents termes formés à partir du prénom du Prophète (Mahomerie, Mahometterie, Mahométan…), du Coran (alcoraniste, coraniste), ou encore à partir du terme « musulman » ou « islam » (« musulmanisme », « islamique », « islamisme », etc.). La prolifération des termes désignant un même phénomène est le signe selon eux du malaise de l’Occident chrétien puis laïc, pris entre attraction et répulsion vis-à-vis de l’islam. Dans le même esprit, ils retracent les différentes images – souvent négatives – de Mahomet à travers l’Histoire, soulignant que beaucoup de préjugés ont pour origine le contexte du combat contre l’islam (en tant que « fausse religion » du point de vue chrétien, puis à partir du XVIIe siècle, en tant que superstition irrationnelle), construisant ainsi progressivement un mythe qui a peu à voir avec la figure historique de Mahomet.

3Cet écart entre mythe et réalité est mis en avant par ces mêmes auteurs dans une autre contribution portant cette fois-ci sur les batailles de Poitiers et de Roncevaux : en dépit de la place de ces batailles dans le roman national, leur réalité historique correspond très peu à l’affrontement décisif, presque civilisationnel, qu’on imagine. En effet, « Poitiers ne fut pas un affrontement entre armées géantes, mais un accrochage certes violent, mais relativement bref, entre les fantassins francs et la cavalerie sarrasine. Par contre, de Sarrasins, il n’y eut point dans la vallée pyrénéenne, et le preux neveu de Charlemagne succomba sous les coups d’assaillants basques »(p. 103).

4La question de la perception historique de l’islam et de sa résonance dans la France contemporaine est au cœur d’une autre contribution d’Alain Ruscio au sujet des regards français sur le voile islamique du XIXe au XXe siècle, qui est sans doute l’une des thématiques qui touchent le plus à l’actualité immédiate. Il en explore ainsi les dimensions multiples, du voile comme « prison » ou « mystère » au « dévoilement » parfois politiquement instrumentalisé à l’instar des dévoilements publics de femmes musulmanes en mai 1958 en Algérie. Dévoilements qui n’étaient pas, contrairement à ce que l’on a voulu faire croire, spontanés, mais résultaient plutôt d’un ordre militaire français (p. 322).

5Deux contributions se focalisent sur la période du XVIIIe siècle. Faruk Bilici en dresse un panorama général, s’intéressant aussi bien à l’étroite surveillance subie par les ambassadeurs turcs de l’époque qu’aux points de vue contradictoires de la philosophie des Lumières sur l’islam. En effet, si certains intellectuels critiquaient l’impossibilité de sa réforme en tant que religion, d’autres, à l’instar de Voltaire et de Rousseau, ont soutenu l’islam en tant que système législatif égalitaire afin de s’opposer au catholicisme dévot. Mais ce soutien n’est pas sans ambivalence : si Voltaire est le « fossoyeur de la tradition dévote sur l’islam en France sous l’Ancien Régime » (p. 155), il ouvrira aussi « le chemin à ceux qui combattront le despotisme oriental au nom des valeurs civilisatrices de la Révolution » (ibid.). Bilici conclut par le rapport équivoque de Napoléon à l’islam, qui ne se cachait pas d’une certaine admiration pour Mahomet (jusqu’à le qualifier de « grand homme »), malgré ses offensives militaires contre le monde musulman.

6Sébastien Jahan s’intéresse quant à lui à la perception de l’islam par les Français cultivés au XVIIIe siècle en se focalisant sur la biographie consacrée par l’historien Henri-François Turpin (1711-1799) à Mahomet. Ce dernier livre du prophète un portrait contrasté, hésitant sans cesse entre deux interprétations, celle de « l’imposteur réfléchi » et celle du « fanatique séduit par les prestiges de son imagination » (p. 166) ; pourtant il lui reconnaît un certain « génie » et même le mérite d’avoir introduit une certaine rationalité en islam, en ayant eu la volonté de « substituer à des superstitions avilissantes, un culte épuré par la raison » (p. 167).

  • 1 Il est d’usage d’utiliser « islam » avec une minuscule pour désigner la religion des musulmans, tan (...)

7Cette ambivalence est par ailleurs explorée dans la contribution de Roland Laffitte et Alain Ruscio, « Intérêt paradoxal pour l’I/islam1, l’autre tradition française », qui souligne que l’islam – aussi bien en tant que religion qu’en tant que civilisation – a toujours été considéré à la fois proche d’un point de vue géographique et éloigné d’un point de vue civilisationnel : un « ennemi intime » en somme (p. 89).

8Selon ce même prisme méthodologique consistant à se focaliser, non sur une période ou un objet donné, mais sur une attitude considérée de manière transverse, les deux auteurs s’intéressent dans une autre contribution à l’hostilité à l’Islam et aux musulmans, en tant que « phénomène multiséculaire » (p. 71). L’idée reçue consistant à dater l’hostilité populaire envers l’islam à l’affaire des foulards des collégiennes de Creil (septembre 1989) ou encore aux attentats du 11 septembre 2001, est une erreur de datation de huit siècles, qui ignore une hostilité profondément ancrée du Moyen-Âge à l’époque coloniale en passant par l’Ancien Régime.

  • 2 Sylvain Gouguenheim, Aristote au mont Saint-Michel : les racines grecques de l’Europe chrétienne, P (...)

9La contribution de Simone Mazauric se centre plus spécifiquement sur la perception des sciences arabo-islamiques par l’historiographie française, à la différence des autres contributions qui mettent davantage l’accent sur le regard du grand public ou des classes politiques. Ainsi, si les historiens français des sciences du XIXe siècle à la guerre d’Indépendance algérienne ont déprécié voire nié les sciences arabo-islamiques, l’existence et l’originalité de ces dernières ont été progressivement reconnues après la Seconde Guerre mondiale grâce au travail d’historiens comme René Taton ou Maurice Daumas. D’après Simone Mazauric, cette rupture opère presque comme une révolution historiographique. L’autrice met par ailleurs en garde contre ce qu’elle qualifie de possible « régression » dans la prise en compte par la recherche actuelle de la fécondité et de l’originalité des sciences arabo-islamiques ainsi que de leur rôle dans le développement de la science moderne occidentale. Donnant comme exemple l’ouvrage de Sylvain Gouguenheim (2008), Aristote au mont Saint-Michel2, elle affirme que « l’auteur y opère […] un retour vers les visions les plus rétrogrades des sciences arabo-musulmanes en s’attachant […] à démontrer que l’Europe ne doit rien aux savants arabes, qui ne lui auraient même pas transmis le savoir de la Grèce antique, passé par d’autres canaux » (p. 139).

  • 3 Habous : terme arabe signifiant littéralement « legs pieux » et désignant en droit musulman les bie (...)

10Les dernières contributions portent sur la période coloniale. Ruscio s’intéresse au sort des mosquées en Algérie française, avançant que durant les trois ou quatre décennies qui ont suivi l’occupation de l’Algérie, les trois quarts de ses mosquées – dont certaines multiséculaires – ont été perdues, qu’elles aient été détruites, détournées en édifices profanes ou religieux catholiques, ou encore victimes d’une asphyxie financière après la confiscation des habous3 par les autorités françaises.

11Concernant ces rapports de l’État français à l’islam, Hocine Zeghbib affirme, dans une contribution intitulée « État et islam dans l’Algérie coloniale. Séparation contrariée, laïcité empêchée », que la loi de séparation des Églises et de l’État de 1905 a rencontré une farouche résistance de l’administration coloniale, cette dernière s’opposant à la laïcité et voulant au contraire maintenir le statu quo maintenant l’islam en tant que « culte officiel organisé, financé et contrôlé par elle » (p. 204). Durant l’entre-deux-guerres a commencé « à s’organiser un autre islam, plus revendicatif et plus autonome qui finira par s’intéresser à la loi de 1905 pour revendiquer la séparation du culte musulman et de l’État » (p. 204).

12D’autres auteurs de l’ouvrage préfèrent se limiter à des aspects plus spécifiques de la religion musulmane, à l’instar de Luc Chantre qui analyse le pèlerinage du Hajj et ses enjeux géopolitiques et économiques du point de vue des autorités françaises qui en ont fait, au XIXe siècle, une « menace globale » (p. 232) ou un problème de santé publique, inventant même un « complot mecquois ».

13Deux contributions portent sur la conversion des Européens à l’islam durant la période coloniale. Une première contribution collective s’appuie sur certains exemples célèbres (René Guénon, Isabelle Eberhardt, Eva de Vitray-Meyerovitch, etc.) pour soulever les enjeux de ces conversions individuelles : « La conversion de compatriotes était comprise soit comme le signe d’une originalité frisant la folie, soit comme un défi : épouser la religion de l’autre, du dominé, n’était-ce pas commencer à trahir sa patrie ? » (p. 296-297). Sur cette question de la conversion, Gérard Chalaye va pour sa part s’intéresser à une œuvre littéraire, le roman Reine Iza amoureuse de François Bonjean (1884-1963), considéré comme « une véritable phénoménologie de la conversion à l’islam » (p. 300). En effet, Xavier Bracoran, le personnage principal qui se convertit à l’islam par amour pour Lalla Touria (une Marocaine traditionnelle), permet au romancier de mettre en relief certaines motivations mystiques ou religieuses de conversion à l’islam emblématiques de l’époque de René Guénon, à savoir l’idée que cette dernière grande révélation monothéiste est la seule à permettre un retour à la primordiale vérité abrahamique, supérieure aux révélations détenues par Moïse et Jésus qui l’ont quelque peu dévoyée.

14Regards français sur l’Islam, des Croisades à l’ère coloniale offre ainsi des contributions d’une grande diversité (historique, géographique, thématique), mais toujours très précises et documentées. Soulevons néanmoins certaines limites, notamment la présentation formelle (telles de nombreuses coquilles ou l’absence d’une bibliographie générale en fin d’ouvrage), ou le fait que certains parallèles avec l’actualité récente, quoiqu’intéressants, auraient gagné à être davantage approfondis. Ainsi, à la suite d’une citation de Charles Maurras – « Il y a un réveil de l’Islam […] Qui colonise désormais ? Qui est colonisé ? Eux ou nous ? » (p. 29) –, Laffitte et Ruscio commentent incidemment « Le grand remplacement n’est pas un thème neuf… » (p. 29) sans autre justification, ce type de commentaires ayant d’autres occurrences. Cet ouvrage collectif très riche n’en offre pas moins au lecteur, grâce à ces détours historiques, des outils d’analyse féconds pour comprendre le contexte contemporain.

Haut de page

Notes

1 Il est d’usage d’utiliser « islam » avec une minuscule pour désigner la religion des musulmans, tandis que la majuscule pour « Islam » renvoie à la civilisation islamique.

2 Sylvain Gouguenheim, Aristote au mont Saint-Michel : les racines grecques de l’Europe chrétienne, Paris, Le Seuil, 2008.

3 Habous : terme arabe signifiant littéralement « legs pieux » et désignant en droit musulman les biens de mainmorte dont l’usufruit bénéficie à une œuvre pieuse ou d’utilité générale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yesmine Karray, « Alain Ruscio (dir.), Regards français sur l’Islam. Des croisades à l’ère coloniale », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 17 août 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57417

Haut de page

Rédacteur

Yesmine Karray

Doctorante à l’ENS Lyon rattachée au laboratoire Triangle UMR 5206, Yesmine Karray prépare une thèse sur « Les métaphores politiques chez Al-Ghazâlî : contribution à une étude des rapports entre mystique, morale et politique » sous la direction de Makram Abbès. Ancienne normalienne étudiante de l’ENS Ulm, titulaire d’un master de philosophie de l’EHESS et d’un master « Sciences des Religions et société » de l’EPHE.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search