Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Claire Perrin, Clément Perrier, D...

Claire Perrin, Clément Perrier, Damien Issanchou (dir.), Bouger pour la santé

Igor Martinache
Bouger pour la santé !
Claire Perrin, Clément Perrier, Damien Issanchou (dir.), Bouger pour la santé ! Analyses sociologiques d'une injonction contemporaine, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, coll. « Sports, cultures, sociétés », 2022, 246 p., EAN : 9782706152771.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir Bergeron Henri et al., Le biais comportementaliste, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, c (...)

1Être en bonne santé est désormais l’une des principales motivations à la pratique d’une activité physique et sportive, à l’instar de l’ingestion de cinq fruits et légumes par jour. Au point que la législation française impose de le rappeler en petits caractères en bas des produits alimentaires saturés en sucre ou en lipides : énième avatar d’un libéralisme individualiste qui préfère recommander plutôt que proscrire ou prescrire, suivant la logique des « nudges » qui séduisent aujourd’hui tant de responsables politiques, mais aussi de chercheur·es en économie ou en droit1.

  • 2 La catégorie de sport-santé « recouvre la pratique d’activités physiques ou sportives qui contribue (...)
  • 3 Voir Loirand Gildas, « Le sport est-il toujours bon pour la santé publique ? », Informations social (...)
  • 4 Foucault Michel, Il faut défendre la société. Cours au Collège de France, Paris, Gallimard, 1976.
  • 5 Sur ces derniers, voir notamment Spira Alfred, Nicolas Leblanc, Santé. Les inégalités tuent, Vulain (...)

2Comme toute évidence apparente, l’association entre sport et santé2 mérite néanmoins d’être interrogée sociologiquement, tant dans sa genèse que dans ses implications, et c’est justement le propos de cet ouvrage collectif issu d’un colloque organisé à Lyon en novembre 2018. Si l’on met de côté la confusion persistante – au moins dans le grand public – entre activité physique et sport, ainsi que l’occultation signifiante des pathologies et blessures entraînées par leur pratique3, la loi du 26 janvier 2016, qui a introduit la prescription médicale d’activité physique, constitue assurément un bon point de départ pour analyser la convergence entre les mondes sanitaire et sportif et ses multiples implications. Pour les auteurs, cette loi a engendré une véritable injonction à l’activité physique qui participe elle-même d’un nouveau régime de gouvernement des corps4. Il ne s’agit pas d’affirmer en cela que les bénéfices sanitaires imputés à l’activité physique seraient infondés, mais que les dispositifs dans lesquels ils sont invoqués tendent à imputer aux individus la responsabilité de leur santé en laissant dans l’angle mort d’autres déterminants de sociaux et les inégalités associées5.

  • 6 Comme suffit à le montrer le nombre important de chercheur·es impliqué·es dans cet ouvrage, mais au (...)

3La sédentarité a ainsi été construite comme un problème public dont la réponse logique serait de mettre les corps en mouvement. En pareil cas, il incombe aux sociologues d’étudier les processus et les agents impliqués dans cette mise à l’agenda public, et c’est à quoi s’emploient les 14 contributions qui composent cet ouvrage collectif, apportant chacune leur pierre à l’édifice scientifique de compréhension de ce nouvel air du temps6.

4Le livre est organisé en trois parties. La première explore la manière dont le développement de l’activité physique adaptée (APA) reconfigure l’accompagnement des maladies chroniques. Les différents chapitres qui la constituent montrent ainsi comment l’APA est prise dans une tension entre deux modèles de prise en charge de ces patient·es : l’orthodoxie médicale de la réadaptation fonctionnelle d’une part, incarnée principalement par le milieu hospitalier, et d’autre part la perspective éducative portée par les réseaux de soins qui vise à transmettre aux patient·es un « pouvoir d’agir » sur leur propre corps. Cette tension apparaît notamment dans l’enquête menée par Julien Cazal auprès de patients victimes d’une affection cardiaque dans un service de soins de suite et réadaptation (SSR). L’auteur montre comment ceux-ci font l’objet d’une rupture biographique brutale et généralement inattendue et doivent apprendre un nouveau rapport à leur corps adapté à leur affection. Ces normes, savoirs et techniques sont ainsi incorporées par la pratique de l’APA, avec la médiation des professionnels spécialisés, mais aussi des groupes de pairs passés par la même expérience. La tension entre ces logiques médicale et éducative peut prendre d’autres formes, comme le montrent les chapitres de cette partie, notamment la contribution de Sandrine Knobé et Floriane Lutrat qui met en évidence les différents modes d’appropriation du dispositif pionnier « sport-santé sur ordonnance » (SSsO) mis en place par la ville de Strasbourg par ses bénéficiaires selon leur socialisation antérieure.

5La deuxième partie est consacrée à la production de l’action publique qui sous-tend différents dispositifs de « sport-santé », en adoptant pour ce faire plusieurs échelles. La contribution de Jean-Charles Basson, Nadine Haschar-Noé et Marina Honta montre ainsi comment l’activité physique a pris une place croissante dans le Programme national nutrition-santé (PNNS) au fil de ses moutures successives, à partir du début des années 2000, tandis que celle de Marina Honta met en évidence le rôle des agents intermédiaires, qu’elle qualifie aussi de « fonctionnaires du milieu », dans la mise en œuvre du Plan sport-santé-bien-être (PSSBE) lancé en 2012. L’autrice souligne en particulier les diverses manières dont ceux-ci envisagent le caractère « responsable » de cette action publique en fonction du contexte départemental. Le chapitre de Clément Perrier se place à un niveau plus global en s’intéressant pour sa part au réseau d’acteurs publics qui a œuvré à l’inscription progressive de l’AP dans le code de la santé publique, à travers notamment les deux dispositifs précédents et surtout l’adoption de la loi de 2016.

  • 7 Dispositifs lancés en 2000 et généralisés en 2006 dans le cadre de la politique de la Ville et qui (...)
  • 8 Ehrenberg Alain, Le Culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

6On l’aura compris : en vertu d’un cadre national relativement souple et plastique, le déploiement de la « nouvelle » logique du « sport-santé » passe par de multiples formes d’action en fonction des territoires et des acteurs (qui se sentent) concernés, qu’explore la troisième et dernière partie. Jean-Paul Génolini et Philippe Terral étudient ainsi une action d’éducation à la santé mise en œuvre au sein d’un Atelier santé-ville (ASV)7 dans un quartier du nord de Toulouse, au début des années 2010. Le projet consiste à monter avec les habitant·es un événement autour de l’hygiène alimentaire et physique, et les auteurs montrent comment il a favorisé une triple-proximité organisationnelle, cognitive et institutionnelle, en mettant en avant la notion de plaisir lié au corps. Les deux chapitres suivants portent sur la promotion du sport-santé dans les entreprises. Guillaume Bodet adopte une focale générale pour mettre en évidence, à la suite d’autres travaux sur ce sujet, l’ambivalence des intentions qui animent les dirigeants en la matière, mais aussi l’écart entre les discours et les pratiques, puisque c’est finalement une toute petite minorité des entreprises (moins de 10 %) qui déploient réellement des actions en la matière, et encore une minorité de leurs salarié·es (autour de 15 %) qui y prennent part. Les principales questions à explorer concernent cependant moins les intentions que les effets de ces actions, comme le souligne l’auteur. Yan Dalla Pria et Julien Pierre pointent quant à eux l’émergence d’un marché du sport-santé digitalisé dans les entreprises, porté par différentes start-up spécialisées. Ils montrent que cet essor prend appui sur un terreau favorable, constitue par la promotion tous azimuts de la thématique du « bien-être », en même temps qu’il révèle certaines transformations contemporaines du monde du travail, notamment la « plateformisation », la quantification et la « gamification » du travail. Cette dernière partie rappelle également que si la signification sociale du sport et de l’AP a incontestablement évolué au cours des trois dernières décennies, à la faveur d’un ensemble d’actions publiques l’associant à la santé, le « culte de la performance » est cependant loin d’avoir disparu8. Ce qui pourrait apparaître une contradiction entre ces logiques de l’activité physique et du sport n’en est pas une, car l’une et l’autre reposent sur une même responsabilisation des individus quant à leur santé.

7Les enquêtes contemporaines sur cette promotion injonctive du sport-santé, comme celles réunies dans ce volume, loin de se cantonner à dénoncer des dispositifs qui l’opérationnalisent, en montrent certains impensés et certaines limites, faute de prendre en compte d’autres déterminants de santé. Et plus largement, en ces temps où la santé publique apparaît paradoxalement mal en point alors que sévit une pandémie inédite, et que certains mouvements entendent, non sans succès, remettre en cause le droit à l’avortement, on voit combien la question foucaldienne de la biopolitique et du gouvernement des corps mérite d’être reposée, sans perdre de vue les inégalités socio-économiques dans l’accès à la santé et au contrôle de son propre corps.

Haut de page

Notes

1 Voir Bergeron Henri et al., Le biais comportementaliste, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2018, compte rendu de Marion Clerc pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.29593, et Martinache Igor, Philippe Roman et Géraldine Thiry, « Le paradigme comportemental, un nouvel impérialisme économique ? », Revue française de socio-économie, n° 22, 2019, p. 7-17, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-francaise-de-socio-economie-2019-1-page-7.htm.

2 La catégorie de sport-santé « recouvre la pratique d’activités physiques ou sportives qui contribuent au bien-être et à la santé du pratiquant conformément à la définition de la santé par l’organisation mondiale de la santé (OMS) : physique, psychologique et sociale », suivant la définition du ministère des Sports français : https://www.sports.gouv.fr/pratiques-sportives/sport-sante-bien-etre/Le-Pole-Ressources-national-Sport-et-Sante-11176/Pourquoi-promouvoir-la-sante-par-le-sport. Concrètement, celle-ci peut revêtir de multiples formes, de la prescription médicale d’activités physiques pour des personnes atteintes de maladies chroniques à la promotion de ces activités auprès de la population générale en invoquant un motif sanitaire, en passant par la vente de produite ou services privés répondant à la même justification.

3 Voir Loirand Gildas, « Le sport est-il toujours bon pour la santé publique ? », Informations sociales, n° 187, 2015, p. 54-57, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2015-1-page-54.htm.

4 Foucault Michel, Il faut défendre la société. Cours au Collège de France, Paris, Gallimard, 1976.

5 Sur ces derniers, voir notamment Spira Alfred, Nicolas Leblanc, Santé. Les inégalités tuent, Vulaines-sur-Seine, Éditions du Croquant, 2022 ; notre compte rendu pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.55824.

6 Comme suffit à le montrer le nombre important de chercheur·es impliqué·es dans cet ouvrage, mais aussi celui des travaux auxquels ils et elles se réfèrent, l’étude du « sport-santé » est devenue un véritable sous-champ de recherche en physiologie mais aussi en sciences sociales !

7 Dispositifs lancés en 2000 et généralisés en 2006 dans le cadre de la politique de la Ville et qui visent notamment à réduire les inégalités socio-économiques de santé à travers la participation des habitant.es de quartiers prioritaires.

8 Ehrenberg Alain, Le Culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Igor Martinache, « Claire Perrin, Clément Perrier, Damien Issanchou (dir.), Bouger pour la santé », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 31 août 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57478 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57478

Haut de page

Rédacteur

Igor Martinache

Maître de conférences à l’Université de Paris-Nanterre.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search