Navigation – Plan du site

Joël Zaffran, Le temps de l’adolescence. Entre contrainte et liberté

Rachel Gasparini
Le temps de l’adolescence
Joël Zaffran, Le temps de l’adolescence. Entre contrainte et liberté, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Le Sens social », 2010, 188 p..
Haut de page

Texte intégral

1L’ouvrage de Joël Zaffran peut intéresser des étudiants, des chercheurs en sociologie ou plus largement en sciences sociales mais également toute personne qui travaille avec des adolescents notamment dans les structures de loisirs ou d’accompagnement scolaire, voire même des parents. La question de départ est simple : pourquoi les adolescents se détournent-ils des structures et des activités de loisirs pourtant organisées par les adultes à leur intention ? L’interprétation en termes d’irresponsabilité des adolescents ne convient pas à l’auteur qui analyse plus profondément les raisons de ce rendez-vous manqué, dans une démarche sociologique rigoureuse et argumentée, déployée à travers trois recherches. L’auteur ancre la question dans le contexte des liens d’interdépendance réciproques entre adultes et adolescents, les premiers voulant imposer leur jeu aux seconds toujours prompts à marquer leur autonomie et à se ménager un espace et un temps à eux.

2L’une des manières pour les adultes de garder la main sur les adolescents est d’élaborer des politiques publiques et de financer des associations organisant des loisirs, avec des activités qui ont plusieurs vertu : éventuellement divertir, éduquer en apportant une valeur ajoutée du point de vue scolaire (par les savoirs transmis mais aussi des habitudes et des modèles de conduite liés à la forme scolaire d’apprentissage), enfin éviter la vacuité potentiellement source de troubles. Cette dernière fonction illustre bien le rapport de défiance que notre société entretient avec ses adolescents.

3L’angle d’approche de Joël Zaffran ne consiste pas à rejeter les explications en termes de crise d’adolescence et d’ailleurs son texte rappelle à plusieurs reprises l’existence de transformations physiologiques et psychologiques, mais il resitue également le contexte socio-historique de construction de cette période exagérément perçue comme orageuse (en opposition à l’enfance qui a une connotation plus positive), caractéristique d’un « être fatigué et fatigant », « contestataire », « vigoureux », « en crise » et « en conflit ». L’une des vertus de ce livre est de ne pas occulter, à l’instar d’autres chercheurs en sociologie voire en psychologie, la face plus heureuse des adolescents qui ne sont pas tous ni toujours fragiles, tristes et rebelles aux adultes dont ils partagent certains standards de référence comme l’importance des pairs, de la famille et de l’avenir professionnel. Mais les adolescents souhaiteraient davantage d’autonomie, moins de contrôle et d’encadrement des adultes. Ils souffrent d’un « excès de sollicitude » caractéristiques de nos sociétés modernes où le rôle de l’école est devenu plus important dans le contrôle des individus en terme de compétition sociale, d’organisation du temps (voir la prégnance du temps scolaire sur le temps de loisirs) mais aussi de socialisation qui se partageait autrefois davantage avec le milieu professionnel (avant la scolarisation de tous les enfants jusqu’à 16 ans) ainsi que les grandes associations pour la jeunesse dont le projet paraît comme vide de sens et qui agissent davantage en prestataires de services. L’auteur souligne la difficulté de la tâche parentale et le risque de trop déléguer finalement la fonction d’encadrement à d’autres lieux (dont l’école ou les activités organisées pour les adolescents).

4Au terme de cette lecture stimulante, on aimerait poursuivre la discussion avec l’auteur par des questions qui n’enlèvent rien à l’intérêt du livre. D’abord il l’écrit lui-même, la question des situations sociales a été laissée dans l’ombre. Ne serait-il pas intéressant de poursuivre l’analyse des types d’activités de loisirs en tenant compte plus finement des conditions de socialisation familiale, notamment selon l’appartenance et l’origine sociale des parents ? On peut se demander si certains loisirs, proches des activités scolaires, ne sont pas présents depuis longtemps dans les familles fortement dotées scolairement (« Planètes jeunes », l’ « ANSTJ, Association Nationales Sciences et Techniques Jeunesse » existent depuis 1962) alors qu’ils semblent s’être diffusés plus récemment à d’autres familles. De même, l’offre de loisirs dans les zones urbaines sensibles arrive-t-elle vraiment à son objectif de maintenir les adolescents pour les contrôler et les déplacer à certains moments sensibles de l’année : quel est le profil des adolescents finalement concernés par ces activités, n’ont-ils pas un minimum de compétences à se conformer à certaines formes de socialisation ? Par ailleurs, la réflexion menée ici concerne un public d’urbains, qu’en est-il des jeunes vivant en milieu rural, alors que la notion de déplacement autonome et de fréquentation de la ville semblent jouer un rôle si central pour les adolescents ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Gasparini, « Joël Zaffran, Le temps de l’adolescence. Entre contrainte et liberté », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 08 juin 2011, consulté le 16 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5764

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page