Navegación – Mapa del sitio

Camille Lacoste-Dujardin, La vaillance des femmes. Relations entre femmes et hommes berbères de Kabylie

Julien Beaugé
La vaillance des femmes
Camille Lacoste-Dujardin, La vaillance des femmes. Relations entre femmes et hommes berbères de Kabylie, La Découverte, col. « textes à l'appui », 2008, 164 p., @ean : 9782707154026.
Inicio de página

Texto completo

  • 1 Notamment : Le conte kabyle. Etude ethnologique, Paris, François Maspero, 1970 ; Des mères contre l (...)
  • 2 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 2002 (1ère édition : 1998), p13.

1Dans cet ouvrage, l'auteur fait la synthèse de nombreuses recherches, les siennes1 et d'autres (G. Laoust-Chantreaux, A. Hanouteau et A. Letourneux, C.-R. Ageron...), sur la condition féminine en Kabylie. Plus précisément, et le titre le dit (trop) bien, elle entend s'intéresser aux aspects positifs de cette condition - les contre-pouvoirs, notamment symboliques, au patriarcat -, à l'encontre du point de vue traditionnellement adopté, celui de la « domination masculine ». On sait en effet que, dans un de ses derniers essais, éponyme, Pierre Bourdieu avait fait du cas kabyle une « image grossie » (titre du premier chapitre) ou une « archéologie objective de notre inconscient sexuel »2 (p. 13). Pour Camille Lacoste-Dujardin, on ne peut affirmer que la domination masculine soit consentie (M. Godelier) ou incorporée (P. Bourdieu) par les femmes kabyles (p. 8), sauf à s'intéresser insuffisamment à l'expression féminine elle-même et aux différents contextes historiques de production et de changement de la condition féminine.

2Les trois premiers chapitres sont les plus aboutis et les plus riches. Eminente spécialiste, elle étudie d'abord les représentations des relations entre hommes et femmes dans les contes kabyles, dans un va-et-vient permanent avec la réalité (chapitre 1). Dans les contes villageois, élaborés par les femmes, « les hommes sont souvent absents du domicile familial, dans l'exercice d'activités plus ou moins lointaines, mais toujours dangereuses et nécessitant donc le port d'une arme » (p. 22) : défrichement, chasse, commerce itinérant. « C'est pourquoi la famille doit être riche en hommes, puisque l'absence fréquente de certains doit être suppléée par d'autres, gardiens et défenseurs de la maisonnée. » (p. 23). Les contes commencent souvent sur ce manque initial d'un homme, « contraint d'abandonner les siens, alors vulnérables » (p. 23). Le fléau à combattre est la stérilité de la terre et des hommes, que le héros villageois doit rétablir. La fécondité, en effet, est représentée comme la seule source d'enrichissement (versus l'enrichissement personnel de l'homme de la ville, en terres, en femmes, en biens mobiliers, mal vu, p. 103). Les plus puissants des hommes étaient les « patriarches de grandes familles, surtout nombreuses en hommes dans la force de l'âge : ceux-ci, à la fois producteurs dans le domaine de l'économie agricole locale et commerçante extérieure, participants à la gestion politique du village, étaient aussi défenseurs de la communauté villageoise. Ils contribuaient ainsi à renforcer le capital symbolique de leur famille en lui garantissant une place de choix dans l'organisation sociale villageoise. » (p. 31). Hommes et femmes sont donc complémentaires pour le besoin du groupe, quand bien même ils sont « inclus séparément dans leur groupe de sexe respectif » (jeunes filles et garçons sont séparés assez tôt, vers 9-10 ans), et vivent dans un « évitement respectueux » (p. 38). La codification des relations entre les sexes est d'autant plus nécessaire que plusieurs "couples" mariés (monogames) vivent au sein de la maisonnée familiale, où sont réunis le patriarche, ses fils et leurs épouses respectives. Cette collaboration se fait par la maternité, certes, mais encore par la participation des femmes à des rites propitiatoires à la fertilité (« douées de la (...) force créatrice de vie », p69, on leur reconnaît des liens particuliers avec la nature, p54), et par la division des activités et de l'espace entre hommes et femmes, celles-ci se chargeant des travaux domestiques, de certains travaux agricoles et d'artisanat, de l'éducation des jeunes enfants notamment. Cela n'exclut pas toute concertation entre mari et femme (p. 38), mais les relations entre hommes et femmes sont empreintes « d'une certaine ignorance mutuelle, sinon parfois même d'une réelle crainte » (p. 39). La seule relation affective qui « échappe à l'interdit d'expression entre les sexes » serait celle qui unit la mère et son fils.

  • 3 C. Lacoste-Dujardin cite a contrario une femme ayant rejoint son mari en France, mère de sept enfan (...)

3Les contes ne font pas que transmettre les « modalités traditionnelles de rapports entre les genres » (p. 43) : particulièrement « lucides » sur leurs dysfonctionnements, les femmes les évoquent, tentent de les résoudre voire les dénoncent (chapitre 2). C'est d'abord la difficile situation de la jeune mariée qui doit quitter sa famille pour un inconnu, « déjà comblé affectivement par sa mère » (p. 43), dont elle ne peut guère espérer d'affection. « Dans une société où l'identité ne se conçoit que collective (...), celle des femmes est ainsi fort malmenée » : « déracinée de sa famille d'origine pour intégrer cette nouvelle communauté familiale que sa fécondité attendue doit enrichir, on exige de cette très jeune mariée (les contes évoquent l'âge de treize ans), dès son arrivée, une immédiate assimilation, afin qu'elle serve désormais tous les intérêts de cette nouvelle maisonnée, où elle ne trouve qu'une place d'auxiliaire de la maîtresse de maison. » (p. 46). Contre cette mauvaise situation, comme les hommes, qui y voient un intérêt matériel évident, le discours féminin apprécie les bienfaits de l'endogamie (avec un cousin paternel, un cousin maternel ou un homme du village), en ce qu'elle rend possible l'affection entre les époux et la continuité de l'identité féminine, et impossible la répudiation. De manière moins consensuelle, les femmes, nous dit l'auteur, « ne sont nullement dupes de l'inégalité imposée par les hommes (...). Bien au contraire, les conteuses kabyles se font critiques. Elles ripostent bel et bien, avec leurs propres armes, par l'expression d'une violence qui, toute symbolique soit-elle, n'en marque pas moins durablement les esprits enfantins. (...) Les mères se complaisent ainsi à multiplier les êtres féminins malfaisants que les hommes doivent redouter » (p. 50). Tous rappellent l'importance de la fonction maternelle dans le pouvoir des hommes (et des femmes3).

4Dans leurs pratiques maintenant, les femmes ont quelques pouvoirs par lesquels « elles tentent d'agir sur le cours des choses et des événements » (p. 69-70) (chapitre 3). Il y a d'abord la magie (1), dont les femmes ont le monopole (en tant qu'elles ont le privilège « de participer aux forces de la nature, invisibles, bénéfiques ou maléfiques », p. 71). Elle était utilisée fréquemment contre toutes sortes de maladies, lors de célébrations, en prévention du « mauvais œil » ; par exemple contre « la stérilité infâmante, sanctionnée par l'inexistence sociale d'une femme inapte à la maternité et son renvoi dans sa famille d'origine » (p. 74). Il existe certaines magiciennes professionnelles, parfois issues de lignages religieux et forts respectées. Elles font preuve d'une certaine indépendance par rapport aux relations de genre traditionnelles, « d'autant plus que, souvent sans époux, elles peuvent vivre seules, grâce aux rétributions de leurs consultations » (p. 74) ; elles ne peuvent toutefois avoir accès à « l'assemblée des hommes ». La magie est également présente dans la plupart de leurs activités quotidiennes, indispensables au groupe (2), y compris en certaines activités techniques dévolues aux femmes comme la poterie et le tissage, qui nécessitent de réelles compétences. Le lourd travail domestique (p. réparation culinaire, cardage de laine, etc.) est effectué à plusieurs, parentes et voisines : « elles travaillent ainsi tout en bavardant. (...) Ces réunions laborieuses sont autant d'occasions de socialisation entre femmes, qu'elles mettent à profit en diffusant des nouvelles, dans une « fonction gazette » où, avec une grande liberté de parole, elles parlent surtout des hommes, les critiquant volontiers, y compris dans l'exercice de leurs fonctions politiques » (p. 82). L'auteur n'en dit pas plus à notre regret. Les femmes participent également aux travaux des champs. Enfin, dans le domaine de la parenté (3), régi en principe de manière strictement patriarcale, les femmes disposent de contre-pouvoirs, entérinés par les hommes : la « filiation par le lait » et l' « enfant endormi ». Contre la stricte ascendance masculine, l'allaitement par les femmes crée des liens de fraternité entre enfants, cousins ou voisins, le lien ainsi créé empêchant le mariage (pp. 90-92). Il faut tout de même rappeler que cette institution est enseignée par le Coran (IV, 23) et...certainement aussi, donc, par des hommes de la société kabyle. La croyance de l' « enfant endormi », dans une gestation prolongée dans le ventre de la mère, permet aux femmes d' « imputer un enfant à un père de leur choix, y compris à leur mari, fût-ce par-delà la mort », en cas de remariage après veuvage (p. our conserver un héritage ou honorer un mari mort sans fils ou stérile) ou d'adultère (p. 92-96). Plus rarement, les femmes peuvent refuser de se marier ou d'accomplir certaines tâches féminines (abstinence sexuelle par exemple), abandonner le foyer conjugal, se suicider. Plus souvent, elles « usent de l'influence que, mères de fils, elles exercent sur ces hommes de la génération suivante » (p. 89).

5Contre l'image figée « dans un temps immobile » (p. 7) qu'on tend à proposer des relations de genre en Kabylie (notamment), l'auteur considère qu'il faut replacer les différences de ce point de vue entre groupes berbères (Chaouias, Touaregs...) dans les conditions sociales (avec l'opposition entre pasteurs semi-nomades et sédentaires) et les conjonctures historiques particulières à chacun d'eux (p. 16) - et plus généralement à chaque société (chapitres 4 et 5). Toutefois, ces relations sont plus suggérées et esquissées que démontrées. La comparaison avec les autres groupes berbères, dans lesquels les femmes ont plus de liberté, est trop courte pour être vraiment utile. Le recours à l'histoire donne en revanche quelques pistes de réflexion générales mais intéressantes. Ainsi, « jusqu'à il y a moins d'un siècle encore, la plupart des femmes berbères de Kabylie ont vécu dans de forts rudes conditions : assignées, dès une puberté rapidement suivie du mariage, à des naissances nombreuses » (p. 99). A raison d'une grossesse tous les deux ans environ, les femmes étaient assez tôt épuisées et victimes d'une surmortalité : « tandis que, selon la norme universelle, les femmes vivent généralement plus que les hommes, l'inverse était de règle (...) en Algérie jusqu'en 1969-1971 » (p. 100). Paysans d'une agriculture maigre et aléatoire, les hommes ont fait preuve de beaucoup de mobilité, d'abord par les commerçants itinérants, puis par les travailleurs saisonniers, « privant longuement chaque famille d'une partie de ses hommes » (p. 102). Face aux troupes de cavaliers en quête de razzia ou d'impôt, aux armées conquérantes ou (plus encore) aux guerres entre tribus rivales, il fallut donc que des hommes restent au pays pour veiller à la défense de la famille et des biens, en sus de l'accomplissement des travaux agricoles et artisanaux sédentaires. La situation légitimait une division sexuelle du travail très inégalitaire (p. 88, p104). Ainsi, comprend-on aussi le retour à l'exhérédation des femmes (contre l'injonction coranique) au milieu du XVIIIe siècle, dans un contexte où beaucoup de femmes se retrouvaient seules et risquaient d'appauvrir le patrimoine familial et villageois (p. 120s.). A partir de la fin du XIXe siècle, la colonisation, de multiples calamités naturelles, les désordres intertribaux puis la guerre d'indépendance ont accru l'importance du commerce itinérant et des emplois saisonniers (jusqu'en France à partir de 1905, sous l'effet de la scolarisation) (p. 126). Il en résulta « un déséquilibre sans cesse croissant au sein d'une population villageoise d'où les hommes étaient plus que jamais absents », les femmes vivant privées de leurs maris partis « travailler à gagner de l'argent » (p. 128). La guerre d'indépendance surtout, comme l'émigration, coûta cher en hommes : un homme pour trois femmes, en certains villages, en 1969-1971 (p. 130). Plus que la colonisation, elle ébranla les structures domestiques familiales, « dont le pôle féminin avait été jusque-là préservé, constitué en refuge et noyau de résistance. Par exemple, bien des femmes ont dû alors assumer le ravitaillement et, en dépit du danger, fréquenter les marchés environnants jusque-là réservés aux hommes, étendant ainsi leur aire de déplacements. » (p. 132). L'autorité patriarcale fut compromise de plusieurs manières : l'absence des hommes évidemment, mais aussi la soumission aux règles nationales algériennes imposant le demi héritage aux femmes, l'autonomie financière de nombreuses veuves de guerres pourvues de leurs pensions, l'émigration de femmes en France et la découverte d'un nouveau style de vie conjugale (dont elles vantent les qualités). En Algérie, les dernières années ont été marquées par des changements importants : la chute (spectaculaire) de la fécondité des Algériennes à 2,5, le développement de leur scolarisation, la mise en question du modèle traditionnel de cohabitation familiale. Plus généralement, une certaine individualisation des destins féminins qui fait dire à l'auteur, qu'aujourd'hui, les Algériennes « placent leurs espoirs dans la réalisation des trois ambitions principales des femmes du monde entier : le choix de leur mari, de leurs maternités et d'une activité extérieure revendiquée comme une "participation à la société". » (p. 138).

  • 4 Cf. la remarque fort judicieuse de Jean-Claude Passeron (dans Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, (...)
  • 5 C'est un phénomène que l'on retrouve chez les musulmanes engagées dans la justification des changem (...)
  • 6 Cf. notamment Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980.

6Au final, ce livre est un heureux complément au premier chapitre du livre de Pierre Bourdieu, parce que l'auteur décrit plus simplement et plus longuement que celui-ci les activités et les contre-pouvoirs féminins. Peut-être, note-t-elle, parce qu' « un homme sociologue peut avoir quelques difficultés à communiquer directement avec les femmes » (p. 6). Peut-être aussi que le modèle de Pierre Bourdieu, aux traits forts dessinés pour mieux montrer et démontrer les grandes lignes de force de la relation de domination (dans la logique proprement théorique), doit être lu avec prudence - comme il l'y incite. Nous pensons aussi que la portée du schème de la domination a tendance à être surestimée et plus encore, qu'à des fins militantes (p. our mieux la dénoncer), on feint de croire que les dominés le sont tout à fait, qu'ils ont effectivement et pleinement intériorisé la représentation de légitimité de telle langue, de telle couleur de peau, de telle appartenance sexuelle, de tel niveau de diplôme, etc. Ce n'est que très partiellement vrai4. Et, malheureusement, la critique théorique de Camille Lacoste-Dujardin tombe de ce point de vue à plat parce qu'elle s'inscrit d'abord dans une logique militante qui la conduit à l'excès inverse d'écrire, en conclusion, que « de tout temps, les femmes berbères de Kabylie n'ont jamais consenti à la "domination masculine" » (p. 151) et à défendre, principalement contre les démons actuels, une « vaillance » caractéristique des femmes berbères. Et de convoquer les grandes héroïnes mythifiées de l'histoire berbère5 ou les femmes engagées aujourd'hui, « dans la continuité de la combativité de leurs mères, grands-mères et ancêtres femmes » (p. 145), contre les violences faites aux femmes par les mouvements intégristes, pour défendre la situation de la Kabylie ou de nouveaux modèles de féminité et de vie conjugale. Au-delà de cette identification exagérée (dans ce cadre) à une cause, on regrette que l'auteur n'ait pas davantage souligné la manière dont les différences statutaires, qui sont aussi des inégalités de pouvoir, peuvent malgré tout (ou plutôt : c'est la situation normale) être investies positivement. L'auteur y insiste peu, préférant traquer tous les "contre-pouvoirs". Or, par exemple, elle aurait pu davantage évaluer la pertinence de prendre les contes pour étudier la culture kabyle et, en particulier, les formes de la résistance féminine à la domination masculine. On ne laisse pas de s'interroger, entre autres, sur la portée des contes, sur la manière dont on y croit (les hommes ne s'en moquent-ils pas ?), sur le degré d'autonomie féminine dans leur élaboration, sur les rapports différenciés que les femmes entretiennent aux contes et à leur contenu (ce qui aurait demandé de réfléchir davantage à la stratification interne au groupe des femmes), sur l'importance supérieure d'autres éléments dans l'éducation et la culture : la religion musulmane bien sûr (qui apparaît ici presque extérieure à la société berbère), mais plus sûrement les injonctions quotidiennes, l'organisation de l'espace, les mots connotés, etc., toutes choses si bien décrites dans l'œuvre algérienne de Pierre Bourdieu6. Sans compter le fait que les contes invitent toujours au retour à l'ordre traditionnel (comme le note l'auteur) ou, ailleurs, mais selon la même logique de sélection, celui de déduire l'ethos des femmes kabyles de celui des plus engagées...

Inicio de página

Notas

1 Notamment : Le conte kabyle. Etude ethnologique, Paris, François Maspero, 1970 ; Des mères contre les femmes. Maternité et patriarcat au Maghreb, Paris, La Découverte, 1985.

2 Pierre Bourdieu, La domination masculine, Paris, Seuil, 2002 (1ère édition : 1998), p13.

3 C. Lacoste-Dujardin cite a contrario une femme ayant rejoint son mari en France, mère de sept enfants, dont six nés en France : « Si j'avais su, ici [en France], les enfants j'ai plus besoin ! » (p. 134).

4 Cf. la remarque fort judicieuse de Jean-Claude Passeron (dans Claude Grignon, Jean-Claude Passeron, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, Hautes Etudes/Gallimard/Le Seuil, 1989, p70-71) : « Il y a des « terrains », des « interactions », des « strates » des classes populaires [des groupes de sexe, d'âge, etc.] où la pratique s'avère sensible aux indicateurs de l'intériorisation de la légitimité culturelle : autodépréciation, honte culturelle, dénégation, imitation, compensation, etc. Il y en a d'autres où ces indicateurs restent parfaitement muets (...). »

5 C'est un phénomène que l'on retrouve chez les musulmanes engagées dans la justification des changements qui affectent leur condition, qui célèbrent des « sultanes oubliées » ou plus souvent l'activité - publique - des premières musulmanes, en particulier des femmes du Prophète Muhammad.

6 Cf. notamment Pierre Bourdieu, Le sens pratique, Paris, Minuit, 1980.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Julien Beaugé, « Camille Lacoste-Dujardin, La vaillance des femmes. Relations entre femmes et hommes berbères de Kabylie », Lectures [En línea], Reseñas, 2008, Publicado el 07 abril 2008, consultado el 16 septiembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/576

Inicio de página

Redactor

Julien Beaugé

ATER au CURAPP (Centre Universitaire de Recherches sur l'Action Publique et le Politique, Epistémologie et Sciences Sociales - CNRS UMR 6054)

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página