Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Hourya Bentouhami, Judith Butler,...

Hourya Bentouhami, Judith Butler, Race, genre et mélancolie

Elise Huchet
Judith Butler
Hourya Bentouhami, Judith Butler. Race, genre et mélancolie, Paris, Amsterdam éditions, coll. « L’émancipation en question », 2022, 160 p., ISBN : 978-2-35480-248-6.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme est défini de manière synthétique dans l’ouvrage comme « ce processus de production de dif (...)

1Hourya Bentouhami propose dans cet essai une relecture rigoureuse et minutieuse de l’œuvre de la philosophe américaine Judith Butler en s’interrogeant sur la place des réflexions sur la race1 dans ses ouvrages, à la lumière des analyses de théoricien.ne.s critiques de la race. Elle entend ainsi renouveler les lectures de Butler en France, en mettant en avant moins l’ancrage de l’œuvre de la philosophe dans la pensée post-structuraliste française, que son dialogue avec ses contemporain.e.s travaillant sur les questions de genre et de race.

  • 2 Butler Judith, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, trad. fr. C. Kra (...)
  • 3 Butler Judith, La force de la non-violence, trad. fr. C. Jacquet, Paris, Fayard, 2021.

2Si Judith Butler n’a pas écrit d’essai exclusivement consacré aux mécanismes de racialisation et aux exclusions qu’ils impliquent, les réflexions sur la race traversent toutefois son travail, de Trouble dans le genre2 à La force de la non-violence3, témoignant de ce que Bentouhami appelle un « souci de la race » (p. 28). L’étude de la construction du genre ne peut faire l’impasse sur celle de la race, tant les deux processus sont imbriqués. C’est à l’étude de cette imbrication et de ses différentes modalités que l’ouvrage se consacre.

  • 4 Le concept de « fémonationalisme » a été développé par la sociologue Sara R. Farris, Au nom des fem (...)

3Or, le premier geste théorique nécessaire pour penser cette imbrication des deux processus, est précisément de la reconnaitre, c’est-à-dire de faire apparaître comment « les processus visant à produire de la différence sexuelle et une hiérarchie entre les genres et les sexualités se greffent sur des logiques de racialisation, produisant des altérités radicales, des corps disponibles ou jetables, dotés d’une moindre valeur » (p. 13). Bentouhami critique ce qu’elle nomme une « approche analogique » (p 13), consistant à penser un simple parallèle dans la construction des normes de genre et des normes raciales. Une telle approche, en plus d’être fausse sur le plan épistémologique, est présentée comme dangereuse politiquement. L’auteure se réfère ainsi au danger des positions « fémonationalistes4 » instrumentalisant les discours féministes à des fins racistes, et rendues possibles par la désimbrication des luttes pour les libertés liées à la sexualité d’avec celles pour les libertés liées à la libre expression culturelle et religieuse (p. 155). Contre une approche analogique, l’auteure pense donc les modalités de l’intrication des deux processus, et ce de manière thématique.

4Trois grands chapitres organisent l’ouvrage.

  • 5 Butler Judith, Ces corps qui comptent, De la matérialité et des limites discursives du « sexe », tr (...)
  • 6 Bhabha Homi, Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, trad. fr. F. Bouillot, Paris, Payo (...)

5Le premier – « Performativité du genre et de la race. A propos du mimétisme » - propose une réflexion sur le concept de performativité, défini comme le mécanisme par lequel des normes qui prétendent décrire le réel agissent en réalité sur ce-dernier et le constituent. Jouer avec ces normes performatives est un outil de déconstruction qui permet une dénaturalisation de la race et du genre : c’est notamment ce que Butler décrit dans Trouble dans le genre à travers la pratique du drag. Le chapitre se concentre en particulier sur l’approfondissement par Butler de ses observations sur les performances de genre dans Ces corps qui comptent5, à travers son analyse du documentaire, Paris is burning. Le film met en scène la pratique artistique et le quotidien de personnes queers non-blanches de Harlem, rejouant par leurs danses et leur travestissement à la fois les normes de genre et de race. Judith Butler souligne que l’on a affaire, dans ces performances, à des imitations sans originaux, au sens où la blanchité, de même que la féminité ou la masculinité, sont des idéaux fantasmatiques jamais pleinement réalisés. La comparaison opérée par Hourya Bentouhami avec le concept de mimicry chez Homi Bhabha6, à savoir une imitation fonctionnant non comme une reprise de l’original mais comme sa traduction, éclaire ici les propos de Butler.

6Le chapitre décrit également la façon dont le pouvoir organise l’ordre du visible, déterminant ce qui sera perçu et les cadres d’intelligibilité dont on dispose pour percevoir. La saturation du visible par le pouvoir se manifeste par ce que Butler appelle la « paranoïa blanche » dans son analyse de l’assassinat de Rodney King, un homme noir abattu par la police aux Etats-Unis. Cette paranoïa est définie comme « le fait d’attribuer aux corps perçus comme noirs un trop-plein, un excès phénoménologique qui fait que toute présence, notamment noire masculine, est perçue comme une menace » (p. 83).

  • 7 Hartman Saidiya, Scenes of Subjection: Terror, Slavery, and Self-Making in Nineteenth-Century Ameri (...)
  • 8 Spillers Hortense J., « Mama’s Baby, Papas’s Maybe: An American Grammar Book », Diacritics, vol. XV (...)
  • 9 Stoler Ann Laura, Race and the Education of Desire: Foucault's History of Sexuality and the Colonia (...)
  • 10 Butler Judith, Malabou Catherine, Sois mon corps. Une lecture contemporaine de la domination et de (...)

7Le second chapitre, intitulé « Biopolitique de la parenté. L’humain en question », se concentre sur la parenté, la filiation et la famille, lieux de contrôle biopolitique des populations et d’élaboration de ce qui est considéré comme « humain ». A travers une discussion avec la penseuse Saidiya Hartman7 mais aussi Hortense J. Spillers8, Butler défend un « droit à la famille », entendu comme une revendication de faire famille autrement, contre les injonctions normatives assurant la reproduction d’un prétendu ordre national. Le chapitre fait également état de la critique de Claude Lévi-Strauss par Butler dans Trouble dans le genre, à savoir l’existence d’un tabou inavoué de l’homosexualité derrière le tabou de l’inceste mis en évidence par l’anthropologue français. Hourya Bentouhami complète cette réflexion en insistant sur le tabou du métissage, mis en évidence par la philosophe dans sa reprise des travaux d’Ann Laura Stoler9 sur l’histoire de la sexualité en contexte colonial. Le chapitre s’achève par une lecture particulièrement forte du dialogue de Butler avec Catherine Malabou, Sois mon corps10, à l’aune des travaux sur l’esclavage transatlantique. Les liens de dépendance que Judith Butler décrit dans le dialogue – qui passent notamment par des processus de délégation corporelle – constituent selon Bentouhami un cadre d’analyse pertinent pour penser l’esclavage.

  • 11 Butler Judith, Le Pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif, trad. fr. C. Nor (...)
  • 12 Gilroy Paul, L’Atlantique noir. Modernité et double conscience, trad. fr C. Nordmann, Paris, Éditio (...)

8Enfin, le dernier chapitre – « Politiques du nom. Injure raciale et politique de la non-violence » - a pour objet principal l’ouvrage Le Pouvoir des mots11, et explore la puissance politique du langage, tant dans ses capacités à blesser qu’à être un instrument de lutte – notamment par la réappropriation de termes et la possibilité de les resignifier. Bentouhami revient de manière détaillée sur la discussion critique de Butler avec les représentant.e.s de la Critical Race Theory, et avec Mari J. Matsuda en particulier : là où cette dernière défend le caractère intrinsèquement blessant des insultes racistes, appelant à la réglementation de leur circulation dans l’espace public, la philosophe met quant à elle en avant l’agentivité propre au langage et la capacité des locuteur.ice.s à déplacer le sens des mots. C’est sur ce constat d’une instabilité linguistique irréductible que se conclut le chapitre, défendant la possibilité pour la critique de s’emparer des signifiants politiques émancipateurs. Judith Butler rejoint sur ce point les idées de Paul Gilroy dans son ouvrage majeur L’Atlantique noir. Modernité et double conscience12.

  • 13 Butler Judith, La Vie psychique du pouvoir. L’assujettissement en théories, trad. fr. B Matthieusse (...)
  • 14 Du Bois W. E. B., Black Reconstruction in America (1860-1880), New-York, The Free Press, 1998 ; Roe (...)

9 J’insisterai, pour conclure, sur les différentes modalités du dialogue qu’Hourya Bentouhami établit entre la pensée de Butler et un certain nombre de textes majeurs consacrés à la race, en distinguant trois objectifs complémentaires remplis par son ouvrage. Premièrement, celui de mettre en lumière les références explicites de Butler aux théoricien.ne.s de la race, et l’importance de ces sources dans l’élaboration de sa pensée. Deuxièmement, celui de proposer une relecture critique de l’œuvre de la philosophe, d’une part en mettant en évidence les impensés de son travail dus à une prise en compte insuffisante des réalités coloniales et postcoloniales – Bentouhami se livre ainsi à une lecture alternative de La vie psychique du pouvoir13, en partant du constat de la prise en compte insuffisante du tabou du métissage (p. 68). D’autre part en complétant certaines analyses, comme lorsque l’auteure tente de penser chez Butler un concept de « blanchité obligatoire » sur le modèle de la notion d’ « hétérosexualité obligatoire » (p 28). Troisièmement, Hourya Bentouhami parvient à démontrer la fécondité de la pensée de Butler pour les théories critiques de la race, telles que les études sur l’économie de la blancheur initiées par Du Bois14 et poursuivies par David Roediger (p. 56).

  • 15 Butler Judith, Spivak Gayatri C., L’État global, trad. fr. F. Bouillot, Paris, Payot, 2007.

10L’essai d’Hourya Bentouhami est très riche, tant dans les pistes de réflexion qu’il ouvre qu’en ce qu’il fait connaître des textes importants dans le champ des théories critiques de la race encore peu lus par le public français. À ce titre, la bibliographie thématique en annexe est un outil de travail précieux pour les chercheur.euse.s ou curieu.ses.x qui souhaiteraient approfondir la question. On regrettera cependant que l’ouvrage, principalement en raison de son organisation thématique, tende à homogénéiser la pensée de la philosophe et passe sous silence ses évolutions, notamment en ce qui concerne son rapport à la phénoménologie. Il est dommage également que le dialogue avec Gayatri C. Spivak, L’État global15, ne soit pas analysé : cela aurait ouvert la voie à des questionnements importants sur le lien entre racisme, construction nationale et citoyenneté.

Haut de page

Notes

1 Le terme est défini de manière synthétique dans l’ouvrage comme « ce processus de production de différences anthropologiques irréductibles, où le différent est conçu comme anormal, pathologique et punissable » (p. 16).

2 Butler Judith, Trouble dans le genre. Le féminisme et la subversion de l’identité, trad. fr. C. Kraus, Paris, La Découverte, 2005.

3 Butler Judith, La force de la non-violence, trad. fr. C. Jacquet, Paris, Fayard, 2021.

4 Le concept de « fémonationalisme » a été développé par la sociologue Sara R. Farris, Au nom des femmes. « Fémonationalisme ». Les instrumentalisations racistes du féminisme, trad. fr. J. Robert, Paris, Syllepse, coll. « Nouvelles Questions Féministes », 2021.

5 Butler Judith, Ces corps qui comptent, De la matérialité et des limites discursives du « sexe », trad. fr. C Nordmann, Paris, Éditions Amsterdam, 2009.

6 Bhabha Homi, Les lieux de la culture. Une théorie postcoloniale, trad. fr. F. Bouillot, Paris, Payot, 2007.

7 Hartman Saidiya, Scenes of Subjection: Terror, Slavery, and Self-Making in Nineteenth-Century America, Oxford, Oxford University Press, 1997.

8 Spillers Hortense J., « Mama’s Baby, Papas’s Maybe: An American Grammar Book », Diacritics, vol. XVII, n°2, 1987, p. 64-81.

9 Stoler Ann Laura, Race and the Education of Desire: Foucault's History of Sexuality and the Colonial Order of Things, Durham, Duke University Press, 1995.

10 Butler Judith, Malabou Catherine, Sois mon corps. Une lecture contemporaine de la domination et de la servitude chez Hegel, trad. fr. E. Boyer et C. Malabou, Paris, Bayard, 2010.

11 Butler Judith, Le Pouvoir des mots. Discours de haine et politique du performatif, trad. fr. C. Nordmann et J. Vidal, Paris, Éditions Amsterdam, 2004.

12 Gilroy Paul, L’Atlantique noir. Modernité et double conscience, trad. fr C. Nordmann, Paris, Éditions Amsterdam, 2010 ; compte rendu d’Igor Martinache pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/1030.

13 Butler Judith, La Vie psychique du pouvoir. L’assujettissement en théories, trad. fr. B Matthieussent, Paris, Éditions Amsterdam, 2022.

14 Du Bois W. E. B., Black Reconstruction in America (1860-1880), New-York, The Free Press, 1998 ; Roediger David, Le Salaire du Blanc. La formation de la classe ouvrière américaine et la question raciale, trad. fr. F. Desiles et J. Verger, Paris, Syllepse, 2018.

15 Butler Judith, Spivak Gayatri C., L’État global, trad. fr. F. Bouillot, Paris, Payot, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elise Huchet, « Hourya Bentouhami, Judith Butler, Race, genre et mélancolie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 05 septembre 2022, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57769 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57769

Haut de page

Rédacteur

Elise Huchet

Agrégée de philosophie, doctorante en philosophie politique contemporaine, Université Paris-Cité (LCSP), doctorante associée au Centre Marc Bloch de Berlin.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search