Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Philippe Aldrin, Pierre Fournier,...

Philippe Aldrin, Pierre Fournier, Vincent Geisser, Yves Mirman (dir.), L’enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales

Lucia Valdivia
L'enquête en danger
Philippe Aldrin, Pierre Fournier, Vincent Geisser, Yves Mirman (dir.), L'enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales, Malakoff, Armand Colin, coll. « Sociologia », 2022, 304 p., ISBN : 978-2-200-63324-0.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1L’ambition de cet ouvrage est d’analyser les transformations de la profession des chercheurs et chercheuses en sciences sociales et surtout de la pratique de l’enquête ethnographique, sous l’angle des formes de surveillance auxquelles la recherche est soumise. Il postule que depuis le début des années 2000, l’autonomie des professionnels de la recherche en sciences sociales est menacée, sous l’effet combiné de dynamiques diverses (managérialisation, privatisation et politisation de l’enseignement supérieur et de la recherche). Ainsi, les dix-sept chapitres proposent un retour réflexif et une description des différentes formes de surveillance subies par les auteur-trices lors de leurs enquêtes de terrain.

2L’ouvrage est structuré en trois parties qui présentent autant de changements intervenus dans l’encadrement de la recherche. Pour les auteurs, ces changements constituent un nouveau régime de surveillance de la recherche en sciences sociales. La première partie, constituée de cinq chapitres, montre comment les nouvelles normes sécuritaires et managériales affectent l’autonomie de la recherche. Les quatre premiers chapitres présentent des enquêtes ethnographique menées en France entre 2012 et 2018 et le dernier est un entretien réalisé par Yves Mirman à Félix Tréguer qui porte sur la surveillance numérique de la recherche.

  • 1 Vanessa Codaccioni, Justice d’exception. L’État face aux crimes politiques et terroristes, Paris, C (...)
  • 2 Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l'excuse », Pa (...)
  • 3 Ces structures hautement sécurisées prennent en charge les détenus « radicalisés ».
  • 4 David Lyon, Kirstie Ball, Kevin D. Haggerty, Routledge Handbook of Surveillance Studies, New York, (...)
  • 5 Sociologue spécialiste des questions numériques dont les travaux portent sur l’évolution des dispos (...)

3D’abord, Vanessa Codaccioni revient sur son parcours de recherche relatif à la répression politique1. Dans un contexte de forte criminalisation des mouvements sociaux et d’augmentation des violences policières, elle montre la difficulté d’enquêter sur les institutions judiciaire et surtout policière. Elle met en évidence comment cette dernière discrédite tout discours critique en dénonçant une « culture de l’excuse »2 et nie la légitimité des sciences sociales à nommer les pratiques policières. Ensuite, Gilles Chantraine et David Scheer, en s’appuyant sur leur recherche sur les « quartiers d’évaluation de la radicalisation »3, analysent les possibilités de l’enquête dans un contexte politique tendu, suite aux attentats de 2015. Ils s’attachent à décrire comment la surveillance au sein et à l’extérieur de la prison affecte les chercheurs et leur travail mais aussi comment elle fait évoluer le cadre d’analyse de la « sociologie de la prison », qui s’hybride à celui des « surveillance studies »4. De son côté, Lise Foisneau analyse les contraintes de la surveillance sur son enquête ethnographique, laquelle porte sur une aire d’accueil des « gens du voyage ». Cette enquête a failli être empêchée par une décision de justice et a valu à l’autrice d’être expulsée de son terrain. Lise Foisneau développe alors les stratégies et ressources qu’elle a déployées face à la violence administrative et policière, afin de poursuivre sa recherche. Enfin, Félix Tréguer5 présente l’histoire de la surveillance numérique et l’importance des activistes numériques tels que Julian Assange ou Edward Snowden, qui ont mis en lumière l’imbrication entre les logiques de surveillance des entreprises de l’économie numérique (Gafam) et les systèmes de surveillance des États. Lorsqu’il analyse le cas de la France, surtout après les lois sécuritaires de 2015, il évoque le désinvestissement des institutions de l’enseignement supérieur et de la recherche vis-à-vis de la surveillance numérique pratiquée par les Gafam en raison de l’utilisation massive des outils qu’elles proposent. Félix Tréguer conclut en présentant quelques « bonnes pratiques » élémentaires en matière de sécurité informatique (sauvegardes, chiffrement des données et des communication).

4À travers la diversité des terrains analysés, les sept études de cas proposées en deuxième partie du livre permettent de comprendre les différentes formes que peut prendre la surveillance des enquêtés, par exemple en contexte partisan ou en entreprise, mais aussi la surveillance des pairs dans les chaires industrielles ou les comités d’éthique ainsi que les moyens pour objectiver, analyser et contourner cette surveillance.

  • 6 UMP : Union pour un mouvement populaire ; PS : Parti socialiste.

5En analysant les formes de surveillance et de contrôle, souvent informelles, voire insensibles, qu’ils ont subies au cours de leurs enquêtes en immersion au sein de l’UMP ou du PS6, Philippe Aldrin et Anne-Sophie Petitfils montrent combien ces contrôles sont constitutifs des relations existant entre les militant·es des partis. De son côté, Marie Laure Cuisance, en plus de pointer l’intensité de la technologie de contrôle et de surveillance en entreprise, montre surtout comment, à la fois surveillée et surveillante, l’enquêtrice s’arrange, contourne ces dispositifs et saisit l’opportunité d’un contexte particulier d’ouverture de la « boîte noire » des centres d’appel d’un grand groupe d’assurance pour mener à bien son enquête. La contribution d’Anaïs Maro qui travaille sur la construction de l’identité des Oromos d’Éthiopie, nous amène à réfléchir à la tension entre une juste éthique de la recherche et son application administrative et bureaucratique par des comités d’éthique. Les injonctions de son comité d’éthique australien, éloigné des conditions particulières de son terrain, ont fait violence à l’enquêtrice et aux enquêtés, transformant son enquête en un véritable parcours de la combattante. En forme de conclusion, Vincent Geisser appelle à dés-essentialiser et dés-exotiser les terrains en situation autoritaire, tel que le sien réalisé sur la dissidence en Tunisie Pour cela, il nous propose de replacer les logiques de surveillance dans le cadre hégémonique d’une conception managériale et sécuritaire de la recherche, et ce même dans les sociétés dites démocratiques.

6Dans la dernière partie de l’ouvrage, les cinq auteur·ices nous invitent à réfléchir à la possibilité de la recherche dans des contextes autoritaires « musclés ». D’abord, Thomas Perret questionne et précise les risques de l’enquête en contexte autoritaire en fonction du sujet étudié. Il explique que son travail sur les élites religieuses sunnites en Syrie entre 2005 et 2008, malgré ses premières craintes du contrôle étatique syrien, s’est déroulé sans problème. En effet, en raison de leur situation socialement privilégiée en termes économiques, relationnels et symboliques, ses enquêtés ont acquis une sorte d’immunité qui les protège de la répression. De son côté, Laurence Dufresne développe son expérience de la surveillance policière sur son terrain algérien. Elle analyse comment le corps qui se trouve pris dans la surveillance quotidienne révèle les normes et logiques de contrôle intériorisées ainsi que les tactiques pour s’adapter et « faire avec » les contraintes. Contrairement à la précédente, l’enquête d’Yves Mirman en Jordanie s’est soldée par une rupture. Dans sa contribution, qui conclut l’ouvrage, il réfléchit à la manière dont les dispositifs répressifs et de contrôle instillent de l’incertitude sur la recherche, par exemple la difficulté à délimiter la « ligne rouge » du régime, arbitraire, qui a été franchie. Ce genre de difficulté a des effets concrets sur la carrière du chercheur et sur ses résultats scientifiques. Yves Mirman présente les réactions différenciées des chercheurs vis-à-vis de cette incertitude qui sont dépendantes de leurs situations sociales, institutionnelles, éthiques et politiques  : certains peuvent médiatiser la surveillance qu’ils ont subie, avec ou sans le soutien des autorités de tutelles scientifiques, tandis que d’autres sont contraints au silence et à l’interruption de leur terrain.

7Cet ouvrage réussit à nous montrer les différentes formes concrètes que peuvent prendre des régimes de surveillance, mettant en danger l’enquête ethnographique. Peut-être aurions-nous souhaité une certaine hiérarchisation des différents types de contrôle présentés (étatiques, par les enquêté·es). Mais, grâce au retour réflexif des vingt-deux chercheurs et chercheuses sur leurs enquêtes ethnographiques et à leurs analyses précises des contraintes de cette surveillance à différents stades de leurs enquêtes, l’ouvrage nous aide à interroger l’urgente question de l’autonomie de la recherche en sciences sociales.

Haut de page

Notes

1 Vanessa Codaccioni, Justice d’exception. L’État face aux crimes politiques et terroristes, Paris, CNRS, 2015 ; compte rendu de Joana Falxa pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.19903.

2 Bernard Lahire, Pour la sociologie. Et pour en finir avec une prétendue « culture de l'excuse », Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2016, compte rendu de Sébastien Zerilli pour Lectures https://doi.org/10.4000/lectures.20101.

3 Ces structures hautement sécurisées prennent en charge les détenus « radicalisés ».

4 David Lyon, Kirstie Ball, Kevin D. Haggerty, Routledge Handbook of Surveillance Studies, New York, Routledge, 2012.

5 Sociologue spécialiste des questions numériques dont les travaux portent sur l’évolution des dispositifs de surveillance et membre fondateur de La quadrature du net, association de défense des libertés numériques.

6 UMP : Union pour un mouvement populaire ; PS : Parti socialiste.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucia Valdivia, « Philippe Aldrin, Pierre Fournier, Vincent Geisser, Yves Mirman (dir.), L’enquête en danger. Vers un nouveau régime de surveillance dans les sciences sociales », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 septembre 2022, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57783 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57783

Haut de page

Rédacteur

Lucia Valdivia

Doctorante en sociologie politique à l’Université Lumière Lyon 2, sous la direction de Lilian Mathieu. Membre du Centre Max Weber, équipe « Dispositions, pouvoirs, cultures, socialisations ».

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search