Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Sophie Audidière, Antoine Janvier...

Sophie Audidière, Antoine Janvier (dir.), « Il faut éduquer les enfants… ». L’idéologie de l’éducation en question

Luc Bruliard
« Il faut éduquer les enfants… »
Sophie Audidière, Antoine Janvier (dir.), « Il faut éduquer les enfants… ». L'idéologie de l'éducation en question, Lyon, ENS Éditions, coll. « La croisée des chemins », 2022, 295 p., ISBN : 9791036205156.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage au titre évocateur invite à explorer la dimension idéologique des questions d’éducation. Sophie Audidière et Antoine Janvier entendent « partir des expérimentations situées dans les contradictions et les failles de l’idéologie de l’éducation pour engager une démarche résolument critique » (p. 10). La question de l’idéologie de l’éducation est évoquée à trois niveaux : tout d’abord la pertinence d’élever (les enfants) non pas au sens d’assurer leur nourrissage mais de leur permettre d’aller plus loin dans leur autonomie ; ensuite la pertinence des lieux d’éducation et en particulier la place de l’école comme environnement matériel mais également psychique et mental des « éduqués » ; enfin, en termes de méthodes et de pédagogies, l’ambition de « libérer » l’enfance des carcans institutionnels, de la tradition et des lieux communs et, par ricochet, d’en libérer aussi ceux et celles qui en ont la charge. L’ouvrage, privilégie deux périodes historiques : la première va de la fin du XVIIIe siècle jusqu’à l’institutionnalisation de l’école publique en France avec les lois Ferry et la seconde s’étend sur le XXe siècle.

2Les contributions relatives à la première période précisent les influences politiques et idéologiques de penseurs et pédagogues  : Tolstoï (Oleg Bernaz), Fourier (Nathalie Brémand), Bakounine (Jean-Christophe Angaut), James Guillaume (Jean-Charles Buttier), Paul Robin (Lucie Rey) et Ferdinand Buisson (Anne-Claire Husser). Jeanne Chiron pose la question de l’éducation des filles et des femmes () en tant qu’elle « permet d’interroger la construction du « mythe » de l’éducation au XVIIIe siècle en éclairant les limites inhérentes à cette idéologie » (p. 17). L’opportune contribution de Julien Vincent, s’appuyant sur l’exemple des écoles centrales entre 1795 et 1803, fait apparaître que les financements et mécanismes d’administration de l’école vont de pair avec son projet éducatif et pédagogique, plutôt qu’ils découlent de celui-ci. L’analyse de Jean-François Dupeyron sur le projet pédagogique de la Commune de Paris, vu comme une alternative précoce à la mise en place d’un système scolaire qui deviendra bientôt l’école républicaine, est également précieuse. Au-delà du contenu même des contributions, le mérite de cette première partie de l’ouvrage est de rappeler que les pratiques pédagogiques alternatives, souvent associées au courant de l’Education nouvelle, prennent racine dans des théorisations, expériences et utopies d’une grande richesse, et ce bien avant la période convenue d’émergence de ce courant.

3Les textes portant sur la période plus récente font la part belle à des théoriciens et pédagogues connus : Dewey (Christophe Point), Montessori (Bérangère Kolly) et Piaget (Grégory Cormann). L’accent est mis sur Fernand Deligny, lecteur de Wallon (Pierre-François Moreau) mais aussi électron libre du champ de l’enfance inadaptée et marginale – ou marginalisée – (Marlon Miguel et Anne Lise Lebrun). C’est là un rappel fructueux de l’œuvre de ce pédagogue inclassable, tombé aujourd’hui dans un relatif oubli. Vanina Mozziconacci explore également la question de l’émancipation des femmes dans leur rapport à l’éducation.

  • 1 Cf. notamment Jean Houssaye, Quinze pédagogues, leur influence aujourd’hui, Paris, Armand Colin, 19 (...)

4Globalement, l’ouvrage confirme la place impossible des pédagogues, partagés entre un idéal philosophique et politique (notamment la volonté de libérer, d’émanciper les apprenants) et la mise en œuvre éventuelle de cet idéal dans une conjoncture historique et un environnement singulier donnés1.

5La promotion de la liberté, présente chez tous ces pédagogues, les conduit parfois à tenter de concilier conformation au système social et scolaire et émancipation ; c’est le cas dans les projets de Ferdinand Buisson tout comme dans la mise en œuvre des lycées autogérés des années 1980 (contribution de Delphine Patry). D’autres n’hésitent pas à remettre en cause plus radicalement le travail éducatif induit par la société libérale et capitaliste, à rechercher et inventer des espaces des lieux, des circonstances, des bricolages alternatifs (contribution de Anne Lise Lebrun). Ceci conduit Sébastien Charbonnier, dans un article décapant, à affirmer « qu’il ne faut pas éduquer les enfants », non par refus d’agir auprès d’eux mais dans la volonté de sortir d’un modèle où « la vérité politique de l’enfance, c’est l’infantilisation comme processus d’asservissement » (p. 261). Les contributions soulignent également l’importance du collectif, dimension que l’on retrouve notamment dans les contributions sur John Dewey ou les lycées autogérés.

  • 2 Cf. Philippe Champy, « Jean-Michel Blanquer et l’instrumentalisation politique des neurosciences co (...)
  • 3 Cf. Jacky Beillerot, Idéologie du savoir, Paris, Casterman, 1979.

6Cet ouvrage, par sa volonté manifeste de rappeler l’omniprésence de l’idéologie dans l’action éducative et d’en débusquer les émanations et les effets, est une entreprise fructueuse et nécessaire à l’heure où la lisibilité des injonctions éducatives et pédagogiques – et les choix politiques qui en découlent – est souvent brouillée par un recours réducteur à « l’apolitisme scientifique »2. Les tentatives (tentations) actuelles d’améliorer le quotidien scolaire avec des « innovations» comme la classe flexible, la classe sans note, la pédagogie des îlots modifiés, pour louables soient-elles, ne se réduisent-elles pas à des formes euphémisées de la scholastique scolaire chère à Célestin Freinet ? Et que dire de « l’école inclusive », une si belle idée mais dont le quotidien est souvent désenchanté… En conclusion, cet ouvrage de qualité mériterait d’être poursuivi par l’étude d’autres pratiques et conceptions pédagogiques et éducatives, afin de renouveler aussi la réflexion des chercheurs et praticiens sur l’idéologie du savoir3.

Haut de page

Notes

1 Cf. notamment Jean Houssaye, Quinze pédagogues, leur influence aujourd’hui, Paris, Armand Colin, 1994.

2 Cf. Philippe Champy, « Jean-Michel Blanquer et l’instrumentalisation politique des neurosciences cognitives », Raison présente, n° 217, 2021, p. 37-46.

3 Cf. Jacky Beillerot, Idéologie du savoir, Paris, Casterman, 1979.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luc Bruliard, « Sophie Audidière, Antoine Janvier (dir.), « Il faut éduquer les enfants… ». L’idéologie de l’éducation en question », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 septembre 2022, consulté le 14 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/57784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.57784

Haut de page

Rédacteur

Luc Bruliard

Enseignant spécialisé, docteur en sciences de l’éducation, chargé de cours à l’université Paris-Nanterre.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search