Navigation – Plan du site

Noam Chomsky, Sur la nature et le langage

Marie Opoczynski
Sur la nature et le langage
Noam Chomsky, Sur la nature et le langage, Agone, coll. « Banc d'essais », 2011, 224 p., ISBN : 9782748901399.
Haut de page

Texte intégral

1« Si les gens ne parlaient que quand ils ont quelque chose à dire, l’espèce humaine perdrait bientôt l’usage de la parole ». Cette citation de S. Maugham reprise ici par Noam Chomsky, qui nous rappelle à bon escient que le langage, est un système d’expression de la pensée, avant d’être un système de communication. Nous utilisons beaucoup le langage pour nous parler à nous-mêmes.

2Galilée est le premier à avoir reconnu l’importance du langage et l’une de ses principales caractéristiques : l’usage de moyens finis permet d’exprimer un éventail infini de pensées.

3Jusque dans les années 1930, les propriétés chimiques étaient considérées essentiellement comme des outils de calcul, des moyens d’organiser les résultats concernant les réactions chimiques. Puis, les corps de doctrine développés par les chimistes ont été unifiés avec une physique radicalement révisée. Aujourd’hui, les sciences cognitives sont confrontées à des problèmes très proches de ceux qu’a rencontrés la chimie avant 1930. La bonne manière serait de traiter le sujet en présentant les principes fondamentaux du langage et ceux du cerveau et de montrer comment ils peuvent être unifiés mais nous en savons trop peu aujourd’hui. Ainsi, il s’agit d’établir un riche corps de doctrine en vue d’une éventuelle unification avec l’activité neurophysiologique du cerveau, ultérieurement. L’objectif est de trouver, non pas des explications ultimes, mais les meilleures explications théoriques. Il serait erroné d’envisager une conception non biologique du langage. Aussi, « il nous faut construire des corps de doctrine sans nous laisser troubler par le fait qu’il nous faut peut-être remettre à plus tard l’explication des principes ». Les « succès de la chimie ont fourni des lignes directrices utiles à la reconstruction de la physique qui a suivi : les conditions que la physique fondamentale devait satisfaire. De même, les découvertes sur la communication des abeilles fournissent les conditions que toute explication future en termes cellulaires devra satisfaire. Et dans les deux cas, l’influence est réciproque.

4Newton a montré que le monde en soi n’est pas intelligible : le mieux que l’on puisse faire est de construire des théories intelligibles, ce qui est tout à fait différent. Pendant la première moitié du XIXème, Gauss a, par exemple, créé une bonne partie des mathématiques modernes, mais de manière plus ou moins intuitive. Puis, il est devenu impossible de travailler avec ces notions contradictoires. Le ménage a donc été réalisé et la notion de limite a été élaborée.

5« Apprendre les sciences, c’est un peu comme devenir cordonnier : vous travaillez avec un maître-artisan. Vous saisissez l’idée ou non. Si vous la saisissez, alors vous pouvez la mettre en œuvre ; si vous ne las saisissez pas, vous n’êtes pas un bon cordonnier. Mais personne ne saurait enseigner comment y arriver. »

6Une des pré-conditions de l’explosion du lexique est la capacité humaine d’imitation, qui ne peut s’expliquer par les neurosciences. Selon Noam Chomsky, le langage et les langues ont une remarquable capacité d’adaptation en fonction de leurs hôtes humains : des créatures extra-humaines, apparues hors du monde biologique, et dont les virus fournissent la meilleure analogie. Les universaux du langage sont apparus spontanément  et indépendamment dans chaque langue au cours de son évolution. Ils sont des traits convergents de l’évolution du langage, comme les nageoires dorsales des requins et des dauphins.

7Le « programme minimaliste » explore la thèse selon laquelle le langage humain pourrait être un « système parfait », un système optimal pour respecter certaines conditions imposées par d’autres systèmes cognitifs avec lesquels la faculté de langage interagit. L’imperfection serait entendue comme étant les traits non interprétables. Les expériences servent à essayer de se débarrasser des phénomènes non-pertinents et à découvrir juste ceux qui comptent. Une expérience sérieuse est guidée par une théorie.

8Le langage est un système relativement uniforme : les enfants apprennent n’importe quelle langue, n’importe où. Trop récent, il n’a connu aucune évolution significative. Le langage est différent de la plupart des autres systèmes biologiques car les contraintes physiques (externes) qu’il a rencontrées sont faibles. Il existe un nombre incalculable de manière de le faire. Le langage n’est pas dérivé des appels des primates non-humains : ils n’ont aucune propriété en commun (notamment la référence à distance, les propriétés sémantiques). R. Lewontin suppose que le cerveau devenait bien plus gros que les autres espèces de primates survivantes et qu’à un stade donné (il y a environ 100.000 ans), le cerveau a été réorganisé pour incorporer une faculté de langage. Inventer des scénarios n’est pas très instructif. Il existe des perspectives auxquelles nous n’avons pas encore songé. S’il y a de la stabilité, cela signifie que nous n’irons pas loin car il reste aujourd’hui trop de mystères. Même dans les sciences les plus avancées, presque tout peut être remis en question. La recherche en imagerie médicale est une piste intéressante pour esquisser l’architecture des systèmes et la façon dont ils interagissent et pour explorer les façons dont la faculté de langage interagit avec d’autres systèmes de l’esprit-cerveau.

9Au-delà des dernières avancées relatées par Noam Chomsky, et qui peuvent demeurer obscures pour un non-linguiste, la façon d’aborder la recherche par l’auteur semble réjouissante. En effet, à la lecture de ce dernier, il apparaît que modestie, optimisme et ouverture aux autres ne sont pas des vains mots pour faire progresser les connaissances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Opoczynski, « Noam Chomsky, Sur la nature et le langage », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 08 juin 2011, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5781

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page