Navigation – Plan du site

Scarlett Beauvalet, Histoire de la sexualité en France à l'époque moderne

Joseph Owona Ntsama
Histoire de la sexualité en France à l'époque moderne
Scarlett Beauvalet, Histoire de la sexualité en France à l'époque moderne, Armand Colin, 2010, 320 p., EAN : 9782200354886.
Haut de page

Texte intégral

1L’essai de Scarlett Beauvalet (Université de Picardie) repose sur l’hypothèse selon laquelle la sexualité humaine -notamment pour la France à l’époque moderne-, est tributaire des codes sociaux normatifs qui se systématisent autour d’une éthique et morale chrétienne de la sexualité. Ses pratiques, par conséquent, qu’elles soient formelles ou jugées peu orthodoxes, sont le résultat de sa capacité à subvertir les normes bien pensantes en la matière, en l’occurrence en désacralisant littéralement les poncifs judéo-chrétiens du XVIe siècle à ce sujet. Cinq chapitres équilibrés relatent donc des fois dans le moindre des détails, le processus évolutif de ces codes sociaux et interdits du Sur-Moi et enfin des pratiques de la sexualité en France. Le maître-livre, à cet effet, de Saint-Augustin (« La cité de Dieu »), à travers son rigorisme et son intransigeance sur cette question, participe solidement à la consolidation des amours platoniques. Les débuts de l’ère chrétienne vont marquer un bémol sur tout ce qui concerne la sexualité (perception et pratiques notamment). Désormais, « la réprobation de la sexualité se fait désormais autour de trois notions : la fornication, la concupiscence et la luxure »(p.8). Pour étayer sa thèse de l’incidence directe du corps social sur les manières d’appréhender et d’éprouver sa sexualité, Scarlett Beauvalet convoque une approche évolutionniste et systémique de l’histoire des mœurs sexuelles achoppe donc logiquement à la conclusion selon laquelle la sexualité humaine est une construction sociale qui se systématise et s’éprouve à travers le temps long.

2Le premier chapitre de cette somme nous replace dans l’univers puritain et austère des jansénistes et autres augustiniens (à la différence des thomistes) dont la posture, vis-à-vis de l’institution qu’est le mariage, s’insurge sur tout ce qui va toucher le corps, la volupté et par conséquent la sexualité : l’acte sexuel devenant pas moins qu’un simple pis-aller s’il ne s’effectue pas dans l’optique exclusive de la procréation. Plus que jamais, on est formaté par cette « philosophie du ‘refus’ ». S’en suit toute une kyrielle d’explications pour expliquer et justifier, voire légitimer les stratégies de contournement de ce rigorisme de la sexualité dans le couple ; pourquoi la femme serait-elle plus encline que l’homme à être moins hardie, voire timorée, lorsqu’il s’agit d’assouvir et d’assumer pleinement sa sexualité. Il est donc clair que l’Eglise catholique romaine notamment, en ces temps reculés, aura pesé de tout son poids sur la norme et les pratiques d’une part et ses aspects jugés non orthodoxes en matière de sexualité, d’un autre côté.

3Le second chapitre va mettre l’emphase sur le remodelage des comportements sexuels humains avec une coercition particulièrement accrue sur le non-respect des codes et surtout des usages de la sexualité humaine, tel que le prescrira le fameux concile de Trente. L’Eglise, plus que jamais, dicte donc sa loi et sa doctrine en la matière (notamment en ce qui concerne les préceptes de « devoir conjugal », « dette conjugale », « l’obligation à satisfaire son conjoint » où l’inverse et idem sur le choix des positions lors des rapports sexuels) et consolide, de ce fait, sa position de directeur des consciences. Ce magistère moral et éthique va aussi influencer l’imaginaire de telle enseigne qu’il arrive à faire admettre qu’il existe un rapport intrinsèque entre, par exemple, la qualité de la semence de l’homme (qui, pour le cas d’espèce, peut être « trop pauvre, imparfaite ou dégénérée », l’intensité du coït, sa durée et sa fréquence et la qualité de l’intégrité physique des enfants qui pourraient en résulter: c’est ce que Venette désigne par la suite par le terme assez baroque d’« enfants contrefaits ».

4Son éveil passe par le prisme d’une activité ludique que les parents entretiennent publiquement, dans un premier temps, avec leur progéniture impubère, avec notamment en arrière-plan l’idée de vérifier, à défaut de constater de visu et même de tactu, la turgescence et surtout la consistance de leurs organes génitaux lorsqu’il s’agit des garçons. C’est donc par le biais de jeux que l’on pourrait juger aujourd’hui comme impudiques, que la sexualité des enfants s’éveille et qui expliquent le « naïf étonnement » des premières expériences sexuelles. Ce troisième chapitre décrit avec moult exemples (Rousseau, Rabelais, et surtout Rétif de la Bretonne…) comment l’environnement sociologique et culturel et animalier de l’heure participe à la structuration d’un environnement phantasmatique, à la limite de la perversion, et qui offre en l’occurrence la possibilité aux adolescents d’éprouver leur sexualité naissante. Il met aussi par ailleurs l’accent sur l’ensemble des normes sociales qui doivent policer cette sorte de rapport licencieux. Le tout s’effectuant bien entendu sous le contrôle vigilant d’une Eglise plus que jamais soucieuse de régenter les comportements sexuels humains.

  • 1 Lire : Le sexe en solitaire, 2005, Paris, Gallimard (Traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat)

5C’est le thème sous lequel se réunissent les deux derniers chapitres de l’essai. Ici, Scarlett Beauvalet revient très largement sur l’adultère, le concubinage, la masturbation, la sodomie (« un crime passible du feu »), l’homosexualité masculine, le saphisme (assimilé à un « plaisir vain et frivole »), le pacte avec le Diable (« sexualité incestueuse »), la prostitution, la bestialité, le viol, l’inceste, etc. comme formes déviantes de sexualité pour lesquelles l’Eglise (qui avec le temps sera moins coercitive) et la société continuent à maintenir leur vigilance quant à leurs multiples manifestations. Si on peut regretter qu’un Thomas Laqueur ne soit pas convoqué ici pour expliquer davantage pourquoi l’onanisme est devenu un véritable problème éthique au XVIIIe siècle, compte tenu du caractère décisif de son travail sur la question1, force est de reconnaître que le travail de Scarlett Beauvalet a ceci d’intéressant qu’il montre bien que, pour ce qui concerne la France -comme partout ailleurs-, la sexualité est un construit donc l’objectivité dépends du degré de maturité du corps social dans lequel elle s’objective, d’une part, et de l’épaisseur des poncifs secrétés par la religion, d’autre part.

Haut de page

Notes

1 Lire : Le sexe en solitaire, 2005, Paris, Gallimard (Traduction de Pierre-Emmanuel Dauzat)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joseph Owona Ntsama, « Scarlett Beauvalet, Histoire de la sexualité en France à l'époque moderne », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 08 juin 2011, consulté le 17 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5785

Haut de page

Rédacteur

Joseph Owona Ntsama

Historien-Chercheur, Fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique Centrale

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page