Navigation – Plan du site

Arnaud Mias, Les risques professionnels. Peut-on soigner par le travail ?

Maxime Quijoux
Les risques professionnels
Arnaud Mias, Les risques professionnels. Peut-on soigner le travail ?, Ellipses Marketing, coll. « La France de demain », 2010, 191 p., EAN : 9782729861612.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Cassou Jean (dir.), Les risques de travail, pour ne pas perdre sa vie à la gagner, 1982, la Découv (...)
  • 2  Citons, entre autres, le psychologue Christophe Dejours, l’économiste Philippe Askénazy ou la soci (...)
  • 3  Actes de la recherche en sciences sociales 2006/3 (no 163), 2006/5 (n° 165), 2008/5 (n° 175) ; Mou (...)
  • 4 Voir Gollac M., « Des chiffres insensés ? Pourquoi et comment on donne un sens aux données statisti (...)

1Depuis le début des années 2000, la question des risques professionnels et plus largement de la santé au travail, profite d’un intérêt croissant des sciences sociales. Vingt ans après l’ouvrage précurseur de Cassou1, la publication récente d’une série de numéros et d’ouvrages consacrée à ces objets témoigne en effet d’un éveil scientifique singulier autour de ces problématiques. A côté d’auteurs dont la notoriété dépasse désormais le cercle de nos disciplines2, des revues généralistes de sciences sociales y ont aussi consacré plusieurs de leurs dossiers, comme Politix l’a encore illustrée récemment3. Cet essor n’est évidemment pas étranger à la situation sociale dans les entreprises : après des années de recherche centrées sur la précarisation de l’emploi, la série de suicides à France Télécom a rendu « visible » la dégradation persistante des conditions de travail, pourtant signalée depuis vingt ans par certains chercheurs4.

2L’ouvrage d’Arnaud Mias, Les risques professionnels. Peut-on soigner le travail ? s’inscrit donc dans une tendance de fond. Cet ouvrage, court et accessible (192 pages), constitue en ce sens une tentative de synthèse des principales réflexions et controverses sur les questions de santé au travail. Il se compose de trois parties : une première dresse un état des lieux sur la question des risques professionnels ; la seconde concerne leur prise en charge dans l’entreprise et par les pouvoirs publics ; enfin la troisième partie est dédiée aux principaux acteurs à même de « soigner le travail ».

  • 5   Voir Fassin D. et al. Les inégalités sociales de santé, 2001, la Découverte, Paris.

3La première partie de l’ouvrage s’intitule « Le travail, un patient récalcitrant ». Elle constitue un exercice assez classique de définition de l’objet. L’auteur retrace l’émergence de la notion de risques professionnels, depuis son apparition au milieu du XIXe siècle aux dernières enquêtes menées en France telles que SUMER ou SIP. L’auteur met l’accent sur la difficulté d’objectiver cette notion, les luttes qu’elle suscite dans le champ du travail, sans oublier le choix originel opéré par l’Etat pour la réparation de la maladie au détriment de sa prévention. L’auteur illustre ensuite cette définition à partir de la répartition statistique des accidents du travail et des maladies professionnelles. Il en conclue que « on ne souffre peut-être pas plus en France » qu’ailleurs en Europe, bien que l’hexagone reste le champion des inégalités face à la mort sur le continent5. L’auteur y fait d’ailleurs indirectement allusion, en rappelant notamment que les ouvriers français sont dix fois plus exposés aux cancérogènes que les cadres.

4Face à ces constats, l’auteur s’interroge dans une deuxième partie sur les solutions existantes pour « soigner le travail ». Il revient premièrement sur les origines du régime de réparation des accidents du travail et des maladies professionnelles. Il souligne très justement que ce système d’indemnisation s’est construit à partir d’un certain fatalisme de l’Etat face aux « aléas » du travail, systématisant l’imputabilité de l’employeur pour mieux le dédouaner de ses responsabilités pénales. Le patronat est donc « responsable mais pas coupable » des dommages et des morts qui opèrent dans ses entreprises. En tout cas jusqu’à présent, car l’auteur montre aussitôt que la santé au travail est tributaire de rapports de force qui redéfinissent constamment les responsabilités individuelles et collectives et, de fait, les cadres de la reconnaissance des risques professionnels. Ainsi, de l’instauration des tableaux de maladies professionnelles au début du XXe siècle au scandale de l’amiante des années 1990, l’auteur montre bien que l’identification des risques professionnels suit peu les avancées scientifiques ou épidémiologiques : face à l’inertie de l’Etat ou au déni récurrent du patronat, son « objectivation » dépend essentiellement de luttes politiques et scientifiques, permises par la synergie d’experts, de travailleurs et d’associations de victimes. Les pouvoirs publics, sous l’impulsion de l’Europe, tentent de mettre en place de nouvelles normes ; mais celles-ci restent souvent inappliquées sans la pression de ces acteurs spécifiques.

5C’est pourquoi l’auteur s’intéresse plus particulièrement dans une dernière partie aux différents acteurs du monde du travail. Tour à tour, il questionne le rôle des salariés, employeurs, médecins, inspecteurs du travail, syndicats et CHSCT, dans la construction de la santé au travail. Mias met bien en évidence la complexité à rendre compte des risques professionnels : ainsi, pendant que les salariés « nient » la dangerosité de leur travail pour mieux y faire face, les patrons usent de l’essor de la sous-traitance pour mieux « diluer » leurs responsabilités. Quant aux différents défenseurs supposés des salariés -médecins du travail, inspecteurs, syndicats ou CHSCT- chacun connaît des contraintes propres qui entravent une prévention efficace des conditions de travail. Certains - inspecteurs du travail, CHSCT - connaissent des difficultés objectives, notamment en matière de personnel compétent ; mais les autres sont plus directement critiqués : on reproche ainsi aux médecins du travail de trop se focaliser sur les propriétés personnelles des salariés au détriment de l’organisation du travail. Les syndicats sont, quant à eux, contestés pour leur passivité historique à l’égard de ces combats, en dépit de quelques mobilisations majeures.

6En définitive, l’objectif de ce livre n’est pas simplement de dresser un bilan de la situation actuelle des risques professionnels : en conclusion l’auteur revendique en effet de « rendre effectif un droit à la santé au travail. ». Mias termine ainsi son ouvrage en rappelant une série de propositions censée parfaire la prévention de santé au travail : on retiendra ici la volonté de pénaliser plus sévèrement les employeurs, de « renchérir le coût du risque » (ou de renforcer « la démocratie dans le travail, par un authentique soutien donné aux droits d’expression, de consultation et de négociation dans l’entreprise ».

7Cet ouvrage, simple et percutant, est destiné davantage aux non-initiés plutôt qu’aux experts qui n’y trouveront pas forcément de nouvelles analyses. Il constitue un support pédagogique pratique pour toutes celles et ceux qui souhaitent, à l’aune de l’intensification du travail, s’informer sur les questions de santé au travail.

Haut de page

Notes

1  Cassou Jean (dir.), Les risques de travail, pour ne pas perdre sa vie à la gagner, 1982, la Découverte, Paris.

2  Citons, entre autres, le psychologue Christophe Dejours, l’économiste Philippe Askénazy ou la sociologue Annie Thébaud-Mony.

3  Actes de la recherche en sciences sociales 2006/3 (no 163), 2006/5 (n° 165), 2008/5 (n° 175) ; Mouvements 2009/2 (n° 58) ; Politix, 2010/3 (n° 91), pour ne citer que ces revues.

4 Voir Gollac M., « Des chiffres insensés ? Pourquoi et comment on donne un sens aux données statistiques », Revue Française de Sociologie, XXXVIII, 1997, pp-5-36 ; voir aussi Appay B., Thébaud Mony A. (dir.), précarisation sociale, travail et santé, 1996, CNRS, Paris.

5   Voir Fassin D. et al. Les inégalités sociales de santé, 2001, la Découverte, Paris.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maxime Quijoux, « Arnaud Mias, Les risques professionnels. Peut-on soigner par le travail ? », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 09 juin 2011, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5789

Haut de page

Rédacteur

Maxime Quijoux

Post-doctorant à l'Université Paris 13, membre du GISCOP 93 (Groupement d'Intérêt Scientifique sur les Cancers d'Origine Professionnelle en Seine-Saint-Denis).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page