Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Michèle Dupré et Jean-Christophe ...

Michèle Dupré et Jean-Christophe Le Coze, Des usines, des matières et des Hommes. De la sécurité industrielle dans la chimie

Raphaël Hotchamps
Des usines, des matières et des hommes
Michèle Dupré, Jean-Christophe Le Coze, Des usines, des matières et des hommes. De la sécurité industrielle dans la chimie, Paris, Presses des Mines, coll. « Sciences sociales », 2021, 186 p., ISBN : 978-2-35671-696-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 La directive européenne Seveso établit des méthodes de classement des installations industrielles e (...)
  • 2 Dupré Michèle, Le Coze Jean-Christophe. Réactions à risques, Regards croisés sur la sécurité dans l (...)
  • 3 Froman Bernard et al. Qualité, Sécurité, Environnement : Construire Un Système De Management Intégr (...)

1 Après quinze années de recherches, Michèle Dupré et Jean-Christophe Le Coze entreprennent, avec cet ouvrage, de sociologiser la prévention des risques industriels. À la jonction entre risques pour le travail et risques pour l’environnement, ils nous livrent une enquête originale au sein d’entreprises de la « chimie de spécialité classées SEVESO II seuil haut1 » (p. 21). L’approche de Michèle Dupré, sociologue du travail et des risques industriels majeurs (RIM) au Centre Max Weber se trouve complétée par le regard plus technique de Jean-Christophe Le Coze, spécialiste en sécurité industrielle et responsable de l’axe de recherche « Évaluation et pilotage des systèmes sociotechniques à risque » à l’INERIS. L’ouvrage complète la bibliographie commune au binôme2. La notion de « management intégré », très mobilisée en entreprise et par la littérature plus technique3 a tendance à déshumaniser et à obscurcir l’intelligibilité des enjeux de prévention des risques au travail. Dupré et Le Coze, quant à eux, redonnent à l’étude de la sécurité industrielle son caractère nécessairement sociologique. À revers de cette littérature technique et parfois indigeste traitant du sujet des risques, nous est ici proposée une étude de la « fabrique » (p. 11) de la prévention des RIM. Il s’agit alors de ne pas séparer acteurs, organisations, outils de travail et de gestion des risques, etc., mais bien d’étudier la prévention comme un tout dynamique entremêlant interactions, techniques, règles et faisant partie intégrante du dispositif sociotechnique complexe que compose l’installation industrielle. En plus d’entretiens avec des acteurs externes aux usines (l’inspection des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE), par exemple), l’ouvrage se fonde sur une enquête ethnographique au sein de cinq usines différentes, notamment par la taille du site et des groupes industriels auxquels elles appartiennent ou par le montant de leurs chiffres d’affaires.

2Après un premier chapitre présentant brièvement la chimie industrielle, sa technique, son économie, sa démographie, la diversité des branches qui la composent ainsi que la multiplicité des pratiques et stratégies de prévention des RIM, le second chapitre apporte une première description des « usines de chimie de spécialité » (p. 25). Celle-ci se divise en trois parties : l’usine est fermée (bien qu’ouverte sur le plan économique, elle est spatialement fermée au vu des matières et procédés propres à son installation) ; l’usine est impressionnante (ces installations comportent nombre de tuyaux, de vannes… le tout segmenté en plusieurs services dont très peu d’acteurs comprennent l’intégralité du système technique) ; l’usine est segmentée (comme dit précédemment, l’usine se segmente en plusieurs zones avec au centre le stockage, le dépotage où sont déchargées les matières, la production, le laboratoire et en périphérie les zones administratives et les zones de stockage et de dépotage annexes).

3Sociologiser la prévention des risques implique de replacer les organisations au centre de l’analyse. Ainsi, les auteurs montrent, à travers le troisième chapitre, que les modes de management influent largement sur la qualité des interactions, ce qui a de facto des « conséquences en matière de sécurité industrielle » (p. 47). Ce travail managérial est effectué par deux groupes d’acteurs : les directeurs de site et les responsables de service. Revenant sur les trajectoires et les contextes présents dans lesquels se trouvent ces acteurs, les auteurs se réfèrent aux idéaux types Wébériens de la domination légitime pour déshomogénéiser le groupe des managers et exposer la pluralité de leurs modes d’action. Au sein de l’organisation, la présence d’un manager à l’autorité rationnelle légale (domination reposant sur un système de règles reconnues comme légitimes) conditionne des modalités d’interaction et de circulations des informations différentes d’un manager incarnant une autorité traditionnelle (domination reposant sur la légitimité des coutumes et traditions partagées), avec tout ce que cela implique dans la gestion collective des risques.

4Le chapitre 4, qui concerne le travail au contact des matières, notamment celui des opérateurs, reprend la même structure que le précédent. En effet, c’est en premier lieu le travail en lui-même qui est questionné. Pour les opérateurs, on trouve principalement deux types d’activité : le dépotage-stockage et la production. La production se déroule en deux lieux distincts, à savoir « la salle de contrôle » (p. 87) et « l’atelier » (p. 89). Il s’ensuit une description de l’activité de travail prenant en compte l’implication des travailleurs ainsi que l’investissement demandé aux équipes pour tenir les dispositifs techniques de sécurité. En somme, ce chapitre pose les questions usuelles de la sociologie du travail (automatisation, augmentation des quantités produites, réduction du personnel, etc.) face à la sécurité industrielle.

5Après avoir présenté plus en profondeur les conditions organisationnelles ainsi que les particularités du travail dans la chimie de spécialité, le propos se recentre sur les modalités de prévention ainsi que sur les services qui en ont la tâche. D’une part sont présentés les dispositifs techniques de sécurité mis en place pour le dépotage (barrières, capteurs…) et pour le stockage des matières (rangement par zones en fonction de la nature des produits). D’autre part, est exposée l’activité des services incendie. Ces services – en plus du travail réglementaire et de la tenue des POI (Plan d’Organisation Interne) – ont quantité d’interactions importantes, que ce soit avec les autres services internes ou bien externes aux sites (par exemple avec les pompiers locaux, afin que les sites soient connus de leurs services en cas de besoin).

6Si les événements, c’est-à-dire les « incidents, écarts, anomalies, accidents » (p. 119), sont des moments ayant un début et une fin, et que ceux-ci sont souvent étudiés en tant que tels, analyser la fabrique de la prévention en tant que processus nécessite de les replacer dans des dynamiques temporelles et organisationnelles. S’en suit une série de questions : comment réagissent les dispositifs sociotechniques lors de ce qui est qualifié « d’événement » ? Comment les acteurs s’en saisissent-ils ? Que révèlent-ils sur les dispositifs ? En plus de questionner ces situations, leur gravité, leur fréquence, ce chapitre est particulièrement stimulant par sa proposition d’une sociologie du rapport à l’événement. Les auteurs analysent le travail de catégorisation, d’interprétation, d’analyse, de perception des incidents, accidents, etc. en fonction des services et des groupes d’acteurs. L’étude des dispositifs sociotechniques que proposent ici Dupré et Le Coze rend compte des interactions face à l’événement ainsi que des outils techniques auxquels ont recours les acteurs. Enfin, en revenant de manière critique sur la notion « d’erreur humaine » (p. 128), ceux-ci mettent au jour le rôle de l’organisation lors de fautes récurrentes commises par des opérateurs. Le risque d’erreur ne dépend donc pas seulement de l’opérateur en tant qu’individu, mais bien de « l’incapacité collective de l’équipe en place à rattraper des problèmes de conception, d’organisation, de production et de matériel rencontrés pendant leur activité de travail » (p. 128).

  • 4 Voir notamment les travaux de Laure Bonnaud.

7La fabrique de la prévention des RIM se fait via deux types de régulation. D’une part une régulation interne (la construction de règles propres à l’organisation pour contrôler ou autonomiser l’activité des travailleurs), de l’autre une régulation externe (les règles imposées par des acteurs extérieurs à l’usine, notamment l’inspection des ICPE). Selon les auteurs, il y aurait une asymétrie lors des interactions et des négociations entre les entrepreneurs et l’inspection ; « Asymétrie de pouvoir, d’information et d’expertise. » (p. 144) ajoutons que cette analyse du cas des usines de la chimie de spécialité s’avère particulièrement intéressante, car elle complète les travaux antérieurs sur l’inspection des ICPE4.

  • 5 Repris par les auteurs dans Dunkley Sam, Hopkins Andrew, Disastrous Decisions: The Human and Organi (...)

8L’ouvrage se termine par une réflexion sur la santé dans le rapport dialectique entre sécurité industrielle et sécurité au travail. Bien que ces deux éléments soient évidemment liés (la sécurité des opérateurs dépend nécessairement de celle des installations), les démarches de prévention doivent être distinctes (sécuriser les installations d’une part, rendre le travail plus sûr de l’autre) : « L’activité de prévention et de gestion des risques associés, qu’ils soient professionnels ou technologiques, ne constitue pas un continuum et se réalise dans des sphères d’action fort différentes » (p. 160). De plus, on peut bien souvent observer dans l’industrie une « confusion entre sécurité au travail (occupational safety) et sécurité industrielle (process safety)5 » (p. 160). Sur la base de leurs observations et entretiens, les auteurs évoquent finalement le rôle des instances de représentation des personnels (CHSCT notamment, aujourd’hui CSE), les points de vue divergents au sein de ces organisations, leur investissement et leur engagement en matière de prévention ou encore les outils auxquels elles ont recours.

  • 6 Vaughan Diane, The Challenger Launch Decision : Risky Technology, Culture, and Deviance at NASA, Ch (...)

9Le travail de Dupré et Le Coze tranche donc avec la littérature technique traitant de la prévention des risques. Assez proches des travaux anglo-saxons classiques traitant de la sécurité industrielle6, les auteurs intègrent la dimension sociale nécessaire à l’étude des dispositifs de prévention. Enfin, plutôt que de fournir une nouvelle documentation prescriptive à destination des experts de la sécurité industrielle, cet ouvrage présente une enquête ethnographique et des résultats qui pourront tout à fait intéresser un lectorat non initié.

Haut de page

Notes

1 La directive européenne Seveso établit des méthodes de classement des installations industrielles en fonction de leur niveau de dangerosité et impose la mise en sécurité de celles-ci. Le calcul du seuil (haut ou bas) se fait en fonction de la dangerosité et de la quantité des matières présentes sur un site.

2 Dupré Michèle, Le Coze Jean-Christophe. Réactions à risques, Regards croisés sur la sécurité dans la chimie. Lavoisier, 2014 ; Dupré Michèle, Le Coze Jean-Christophe. « Bricolage et incidents en chaîne », in Bourrier Mathilde, Nova Nicolas, Techniques et culture : En cas de panne, n° 72, 2019.

3 Froman Bernard et al. Qualité, Sécurité, Environnement : Construire Un Système De Management Intégré, Afnor Éditions, 2009.

4 Voir notamment les travaux de Laure Bonnaud.

5 Repris par les auteurs dans Dunkley Sam, Hopkins Andrew, Disastrous Decisions: The Human and Organisational Causes of the Gulf of Mexico Blowout, The Journal of World Energy Law & Business, Volume 5, n° 4, décembre 2012, p. 366–372.

6 Vaughan Diane, The Challenger Launch Decision : Risky Technology, Culture, and Deviance at NASA, Chicago, The University of Chicago Press, 1996 ; Perrow Charles, Normal accident, Living with high-risk technologies, Princeton University Press, 1984.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Raphaël Hotchamps, « Michèle Dupré et Jean-Christophe Le Coze, Des usines, des matières et des Hommes. De la sécurité industrielle dans la chimie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 19 septembre 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58005 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58005

Haut de page

Rédacteur

Raphaël Hotchamps

Doctorant en sociologie à l’Université Sorbonne Paris Nord. IRIS – EHESS (UMR 8156).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search