Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Isabelle Stengers, Cosmopolitiques

Isabelle Stengers, Cosmopolitiques

Romaric Jannel
Cosmopolitiques
Isabelle Stengers, Cosmopolitiques, Paris, La Découverte, coll. « Les empêcheurs de tourner en rond », 2022, 632 p., EAN : 9782359252224.
Haut de page

Texte intégral

1« Vingt-cinq ans après, sept petits livres sont [ici] réunis en un seul volume » (p. 5). Tels sont les mots qui ouvrent à la somme de plus de 600 pages que constitue Cosmopolitiques d’Isabelle Stengers. Cet ouvrage rassemble des textes initialement publiés de manière séparée, qui interrogent les « sciences modernes » ainsi que leurs prétentions. Loin d’offrir un regard polémique ou une nouvelle mise en question critique de sciences telles que la physique ou la biologie, ce livre nous propose un questionnement spéculatif mettant « à l’œuvre des concepts [considérés comme] opérants » (p. 6), notamment l’idée de « pratique ».

  • 1 Sur l’histoire des idées cosmopolitiques, voir notamment : Baudart Anne, « Individualisme et cosmop (...)
  • 2 Sur le cosmopolitisme kantien, voir par exemple : Guibet Lafaye Caroline, « Introduction : Le cosmo (...)

2Comme en témoigne le titre de cette entreprise philosophique, le terme qui doit toutefois attirer en premier lieu l’attention du lecteur est celui de « cosmopolitiques » – au pluriel. L’idée « cosmopolitique », présente chez les cyniques et les stoïciens1, a été mobilisée à la fin du XVIIIe siècle par Emmanuel Kant, qui en discute notamment dans un ouvrage au titre éloquent : Idée d’une histoire universelle au point de vue cosmopolitique (1784)2. Isabelle Stengers, qui explique ici emprunter ce terme à Kant (p. 10), fait un usage original de ce vocable en le liant à ses réflexions autour d’une « écologie des pratiques ».

3L’auteure explique vouloir remettre en cause une alternative prégnante selon laquelle les sciences seraient entendues soit comme des « pratiques grâce auxquelles les humains découvrent progressivement ce que demande l’intelligibilité du monde », soit comme des pratiques dont le « savoir » serait « une simple fabrication humaine » (p. 6). Il s’agit donc pour elle d’interroger différents rapports aux savoirs à travers le terme de « pratique » en cherchant non pas à établir une sorte de nomenclature de pratiques propres à telle ou telle discipline ou à telle ou telle activité, mais en se posant la question des obligations auxquelles sont soumis les praticiens.

4Si Isabelle Stengers souhaite poser une « écologie des pratiques », ce n’est pas pour prétendre que toutes les pratiques se vaudrait de manière absolue ; elle note au contraire que toutes ont leur propre régime de légitimité dans un cadre qui leur est spécifique, qu’elles répondent à un certain besoin d’intelligibilité du monde et qu’elles tendent toutes à satisfaire à des obligations qui sont particulières à ces pratiques. Concernant les sciences elles-mêmes, c’est bien ce que la philosophe entend signifier lorsqu’elle explique qu’« il ne s’agira jamais d’affirmer que les sciences sont des pratiques “comme” les autres » et que toute pratique « pose la question de savoir à quoi elle oblige ses praticiens » (p. 6).

5La question des obligations des praticiens est ainsi au cœur des réflexions d’Isabelle Stengers. Sans entrer dans le détail des développements conduits dans cet ouvrage, lesquels relèvent pour beaucoup de l’histoire et de la philosophie des sciences, il apparaît que les « cosmopolitiques » – toujours au pluriel – mettent en exergue la pluralité des rapports au monde possibles, leur pertinence dans un cadre qui leur est propre, mais également l’impossibilité de disqualifier un rapport au monde au profit d’un autre sur des motifs qui se voudraient transcendants ou supérieurs. « La perspective “écologique” nous invite à ne pas prendre pour idéal de paix une situation de consensus où la population de nos pratiques se trouverait soumise à des critères transcendant leur diversité au nom d’une intention commune, d’un bien qui leur serait supérieur », explique-t-elle (p. 53).

6Cosmopolitiques constitue le nom d’une invitation à la cohabitation raisonnée entre diverses disciplines du savoir et diverses activités socialement inscrites. Cet appel aux résonances multiples repose avant tout sur l’analyse de débats qui traversèrent les sciences physiques concernant leur nature et leur prétention à disposer d’un accès privilégié à la « réalité ».

7L’auteure explique par exemple que, pour Ernst Mach, détenteur d’une « conception historico-pragmatique de la physique », « l’ensemble des références physiques qui semblent désigner un monde existant par lui-même […] doit être éliminé au profit de formulations qui lient les lois physiques aux pratiques humaines dont elles sont irréductiblement solidaires » (p. 27). À l’inverse, elle considère que Max Planck affirme « la nécessité de la “foi du physicien” en la possibilité d’atteindre une conception unifiée du monde physique » (p. 27), laquelle serait une dimension essentielle de ce qu’elle nomme la « vocation du physicien » (p. 28). Ce qui est ici en question est la capacité, ou non, du physicien à « parler du “monde” ou de la “nature”, indépendamment des relations opératoires, instrumentales » (p. 28). Et Stengers de souligner que les positions de Mach lui ont valu une « véritable excommunication » de la part de Planck (p. 27).

8Si Isabelle Stengers présente cet exemple archétypal, c’est qu’il semble représentatif de la manière dont certaines disciplines, certaines approches scientifiques, voire certaines activités non scientifiques peuvent être dénoncées par celles qui prétendent détenir une scientificité supérieure, un rapport privilégié à la réalité ou un caractère plus fondamental. Non que cela serait nécessairement inexact selon un point de vue donné, mais que la dimension polémique de ce type de disqualification supporte fort mal la cohabitation. En somme, la « question cosmopolitique » invite à la « mise en coexistence de pratiques techniques disparates, correspondant à des entre-captures distinctes, caractérisées par des contraintes logiques et syntactiques différentes » (p. 566).

9Les sept textes réunis ici viennent donc composer cette invitation et forment les différentes parties de l’aventure philosophique proposée par Stengers : 1. « La guerre des sciences » (p. 21-95), 2. « L’invention de la mécanique : pouvoir et raison » (p. 97-169), 3. « La thermodynamique : la réalité physique en crise » (p. 171-249), 4. « Mécanique quantique : la fin du rêve » (p. 251-336), 5. « Au nom de la flèche du temps : le défi de Prigogine » (p. 337-424), 6. « La vie et l’artifice : visages de l’émergence » (p. 425-511) et 7. « Pour en finir avec la tolérance » (p. 513-621). L’ensemble est précédé d’une préface, ainsi que d’un préambule ; il est dépourvu de conclusion et d’index.

10En dépit de la complexité des questions abordées, le propos d’Isabelle Stengers demeure relativement accessible. Il intéressera les lecteurs férus de philosophie des sciences ou désireux d’en apprendre davantage sur les rapports entre les différentes pratiques scientifiques. Il intéressera en outre ceux qui s’intéressent à la manière dont se structurèrent jusqu’à nos jours les rapports de force entre les pratiques multiples qui sont constitutives de notre capacité, mais aussi de nos difficultés à « faire monde ». C’est dire toute la dimension politique et le caractère bien actuel de cet imposant essai d’histoire et de philosophie des sciences.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire des idées cosmopolitiques, voir notamment : Baudart Anne, « Individualisme et cosmopolitisme », Revue de métaphysique et de morale, vol. 61, n° 1, 2009, p. 5-18, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/rmm.091.0005 ; Pradeau Jean-François, « Imiter l'univers. Remarques sur les origines grecques du cosmopolitisme », Le Télémaque, vol. 19, n° 1, 2001, p. 37-46, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/tele.019.0037 ; Pradeau Jean-François, « Le cosmopolitisme, une histoire ancienne », Raison présente, vol. 201, n° 1, 2017, p. 9-18, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/rpre.201.0009.

2 Sur le cosmopolitisme kantien, voir par exemple : Guibet Lafaye Caroline, « Introduction : Le cosmopolitisme kantien », in Yves Charles Zarka (dir.), Kant cosmopolitique, Éditions de l’Éclat, 2008, p. 13-16, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/ecla.zarka.2008.01.0013 ; Castillo Monique, « Significations du cosmopolitisme kantien », Raison présente, vol. 201, n° 1, 2017, p. 19-30, disponible en ligne : https://doi.org/10.3917/rpre.201.0019.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romaric Jannel, « Isabelle Stengers, Cosmopolitiques », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 septembre 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58015 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58015

Haut de page

Rédacteur

Romaric Jannel

Docteur en philosophie de l’École pratique des hautes études, Université Paris Sciences & Lettres. Chercheur collaborant à l’Institute for Research in Humanities (Université de Kyoto, Japon). Directeur de programme au Collège international de philosophie (CIPh).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search