Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Luc Rouban, Les raisons de la déf...

Luc Rouban, Les raisons de la défiance

Chloé Alexandre
Les raisons de la défiance
Luc Rouban, Les raisons de la défiance, Paris, Les Presses de Sciences Po, 2022, 172 p., ISBN : 978-2-7246-3820-2.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Enquête annuelle conduite par le CEVIPOF depuis 2010, avec un questionnaire reproduit pour toutes l (...)

1Le déficit de confiance des Français dans leurs représentants politiques court depuis plusieurs décennies, même s’il a atteint son paroxysme fin 2018 au début du mouvement des Gilets jaunes. Cependant, le cas de la crise sanitaire liée au Covid-19 en 2020 a été l’occasion de mesurer à nouveau son ampleur, alors même que le contexte inédit aurait pu au contraire susciter un élan d’union nationale. Ce paradoxe constitue l’interrogation de départ de Luc Rouban, directeur de recherche au CNRS en science politique et membre du CEVIPOF. Ce dernier fait plusieurs constats chiffrés à l’aide des données annuelles du baromètre de la confiance1 : (i) les Français sont bien plus sévères que leurs voisins Européens dans leur jugement sur l’action gouvernementale face au Covid ; (ii) l’évaluation est biaisée en fonction du niveau de défiance général vis-à-vis de l’exécutif et du niveau de critique vis-à-vis du système politique représentatif ; (iii) les experts et autorités scientifiques qui gravitent autour de l’action publique ont tout autant fait les frais de la défiance ; (iv) il n’existe pas de relation univoque entre la position sociale des individus et le niveau de défiance. Dès lors, l’auteur cherche, au-delà de la crise sanitaire, à expliquer ce phénomène que l’on nomme « défiance politique » et les raisons pour lesquelles elle apparait particulièrement systémique en France ?

  • 2 « Avez-vous le sentiment d’appartenir avant tout à la communauté… ? Nationale (25%), de valeurs (8% (...)
  • 3 Luc Rouban abordait déjà le rôle explicatif de l’anomie à travers le cas du mouvement des Gilets ja (...)

2Luc Rouban teste, à l’aide d’indicateurs statistiques, le rôle de deux phénomènes en particulier. D’abord, celui de l’anomie à l’échelle des relations interpersonnelles qu’il mesure indirectement à travers l’absence de sentiment d’appartenance à une communauté ou groupe social, et notamment à la nation2. Les individus les plus concernés sont plutôt en bas de l’échelle sociale, peu diplômés, et ont plus le sentiment de subir leur vie que de la maitriser3. Les difficultés d’intégration sociale vécues à l’échelle de l’individu concourent à une dégradation de la cohésion sociale à l’échelle collective, que le chercheur qualifie alternativement de « société fragile », « nation désunie » ou encore « république anomique ». Cette situation favorise ensuite selon lui la décrédibilisation des normes et des institutions garantes de la cohésion nationale (dont au premier chef, le Président et le gouvernement), ce qui a finalement pour conséquence la « mise en cause systématique de l’autorité et la disparition d’un cadre normatif favorable à l’intérêt général » (p. 69). Rouban illustre ainsi par exemple que dans la période récente, le rejet du vaccin contre le Covid-19 est moins le résultat d’un scepticisme sur le plan scientifique et médical, que celui du délitement du sens du collectif. Dès lors, exprimer son rejet du système a primé sur la solidarité envers autrui.

  • 4 Sur ce thème, un détour par les écrits du philosophe et sociologue Axel Honneth, notamment La lutte (...)
  • 5 Il s’agit d’un indice qui comprend trois dimensions : l’évaluation de l’idée que les efforts payent (...)
  • 6 La confiance dans la méritocratie est notamment largement plus forte chez les soutiens d’Emmanuel M (...)

3Le deuxième phénomène explicatif de la défiance serait le sentiment de mépris social et de manque de reconnaissance4. Ce sentiment qui concerne un français sur trois dépend fortement de la perception de sa propre situation. Il est ainsi très répandu chez celles et ceux qui se sentent appartenir aux classes populaires (75%) quand il touche beaucoup moins ceux qui se sentent appartenir aux couches supérieures (20%). Pour Rouban, la perception du mépris est à rapprocher avec le décalage entre la promesse de méritocratie et l’évaluation que font les citoyens de son effectivité. 44% des français seulement ont confiance dans la méritocratie5 et le taux est particulièrement bas chez celles et ceux qui se déclarent insatisfaits de leur vie (19%), ou en bas de l’échelle sociale (13%). La frustration de ne pas obtenir ce qui est promis contre des efforts, et de ne pas se sentir considéré pour ces efforts même s’ils n’aboutissent pas conduit, en retour, à cesser de reconnaitre une autorité aux promoteurs de la méritocratie et plus généralement à l’État et au personnel politique6.

  • 7 Cette thèse apporte un complément sociologique à l’explication institutionnelle déjà avancée par Em (...)

4Une modélisation finale conclut la première partie de l’ouvrage, et met en évidence la hiérarchie dans le pouvoir explicatif des facteurs testés : « la confiance est d’abord liée à la conviction de vivre dans une société méritocratique récompensant l’effort individuel, puis à l’identification à la communauté nationale, et enfin à la position dans l’échelle de réussite subjective » (p. 87). Commentant ce résultat, Luc Rouban ne prétend pas qu’il soit propre à la France. Il trouve d’ailleurs des effets similaires chez nos voisins grâce aux données comparées de l’enquête. En revanche, il défend l’hypothèse que le mécanisme est amplifié en France car le pays s’est construit sur un idéal républicain fort qui nourrit des aspirations particulièrement hautes en termes d’égalité entre pairs et citoyens, et qui accroit d’autant les déceptions quand le modèle est ébranlé7.

  • 8 Sur ce thème, un détour par les écrits du sociologue Gerry Stoker, notamment Why politics matters : (...)

5Dans une deuxième partie (que l’on détaillera moins), Luc Rouban replace ses conclusions sur les facteurs de la défiance dans le cadre de changements politiques plus larges qui touchent les démocraties occidentales. D’une part, il pointe l’émiettement et la privatisation de la décision publique produite par la délégation aux experts ainsi que le décalage entre l’offre des partis politique et les attentes économiques et culturelles des citoyens qui entrainent une incapacité pour ces derniers à identifier qui prend réellement les décisions et donc un sentiment de dépossession politique. D’autre part, Rouban suggère, cette fois comme conséquence de la défiance politique, l’émergence d’un nouveau rapport au pouvoir politique, plus individualiste et plus consumériste8. Certains groupes de citoyen, qui préfèreraient faire primer l’efficacité immédiate aux garanties de l’État de droit et à la complexité du pluralisme et des mécanismes institutionnels, valoriseraient ainsi davantage l’autoritarisme politique.

6Ce dernier propos est à prendre avec précaution. Il nous semble faiblement fondé théoriquement et maladroitement démontré empiriquement, c’est pourquoi nous nous y arrêtons. Particulièrement, la question qui sert à mesurer le renoncement à la démocratie parait relativement fallacieuse : un dilemme est proposé aux répondants entre « un système démocratique » et « des opportunités de s’enrichir » ou bien encore « plus d’égalité et de justice sociale ». Les théoriciens de la démocratie pourront commencer par objecter que la justice sociale fait partie des attentes démocratiques contemporaines et qu’il n’est pas antidémocratique d’y aspirer. Par ailleurs, forcer à choisir entre ces deux options semble assez artificiel quand on sait grâce à d’autres questions que les trois quarts des français pensent que le régime démocratique est le meilleur possible dans l’absolu, et ce sans trop de variations entre groupes sociaux. De plus, il n’est pas précisé quels aspects du système démocratique seraient mis en balance. Enfin, la formulation d’un tel dilemme présente des difficultés d’interprétation des résultats : elle peut inciter les individus en bas de l’échelle sociale à faire part de leur demande de justice sociale qui leur manque au quotidien (sans que cela signifie qu’ils soient contre la démocratie) quant à l’inverse les plus aisés auront le luxe de pouvoir prioriser la démocratie. Ceci produit malheureusement mécaniquement des chiffres qui viennent illustrer la thèse d’un autoritarisme des classes populaires, laquelle est largement critiquée. L’auteur ne manque d’ailleurs pas d’observer que les classes supérieures sont « des démocrates qui ne veulent rien concéder » (p 139). Pourtant, peut-on être certains de cette affirmation compte tenu des soubassements normatifs préalables ? Si le chercheur n’est ici pas nécessairement responsable de la formulation des questions d’une enquête dont il se sert, il est dommage qu’il n’exprime pas davantage de réserve sur leur capacité parfois réduite à capter correctement certaines attitudes ou opinions.

7En conclusion, Les raisons de la défiance est un ouvrage grand public, riche et utile. L’explication proposée par Luc Rouban mérite d’être lue car, trop souvent on se contente de constater la défiance, sans l’expliquer. Le lecteur aura trouvé au contraire ici des intuitions théoriques stimulantes et des tests empiriques globalement convaincants, surtout en première partie. Les conclusions apportent matière à réflexion pour les professionnels qui cherchent à actionner les bons leviers pour améliorer l’état de la confiance politique dans le futur. De même, le propos comparé, même s’il gagnerait à être systématisé pour être mieux mis en valeur, ajoute un intérêt supplémentaire à la démonstration et à la discussion sur la singularité du cas français. En revanche, certains chiffres et commentaires intermédiaires au fil de la démonstration, voulus comme des ponts avec d’autres littératures, surchargent de manière dispensable la progression du raisonnement. Ils mériteraient d’être approfondis dans des travaux séparés avec des définitions admises et circonscrites et des indicateurs ad hoc. On pense notamment au lien trop rapide tiré entre défiance, complotisme et fatalisme (p. 101‑102), ou encore entre défiance, populisme, démocratie délibérative et démocratie directe (p. 43 puis p. 131‑133).

Haut de page

Notes

1 Enquête annuelle conduite par le CEVIPOF depuis 2010, avec un questionnaire reproduit pour toutes les vagues, qui porte sur les différentes dimensions de la confiance, dans les institutions et les acteurs politiques , mais aussi d’autres acteurs de la société qui ont une figure d’autorité. L’enquête permet de faire des comparaisons dans le temps et dans l’espace, certains pays européens ayant rejoint le projet récemment.

2 « Avez-vous le sentiment d’appartenir avant tout à la communauté… ? Nationale (25%), de valeurs (8%), de langues et origine géographique (11%), de goût et mode de vie (9%), aucune communauté (45%) ».

3 Luc Rouban abordait déjà le rôle explicatif de l’anomie à travers le cas du mouvement des Gilets jaunes dans son précédent ouvrage, La matière noire de la démocratie (Paris, Presses de Sciences po, 2019).

4 Sur ce thème, un détour par les écrits du philosophe et sociologue Axel Honneth, notamment La lutte pour la reconnaissance (Paris, Éditions du Cerf, 2000 [1ère édition allemande :1992]) pourrait être intéressant.

5 Il s’agit d’un indice qui comprend trois dimensions : l’évaluation de l’idée que les efforts payent, que les règles du jeu sont les mêmes pour tous, et que on peut réussir même sans connaitre des gens bien placés.

6 La confiance dans la méritocratie est notamment largement plus forte chez les soutiens d’Emmanuel Macron que les autres. Voir sur ce thème un précédent livre de Luc Rouban, Le paradoxe du Macronisme (Paris, Presses de Sciences po, 2018).

7 Cette thèse apporte un complément sociologique à l’explication institutionnelle déjà avancée par Emiliano Grossman et Nicolas Sauger dans Pourquoi détestons nous autant nos politiques (Paris, Presses de Sciences Po, 2017) quand ils pointaient le rôle d’une autre spécificité française : son organisation institutionnelle particulièrement centralisée qui donne une impression d’omnipotence des gouvernants et concentre sur un petit nombre d’acteurs les responsabilités et donc les reproches quand il y a insatisfaction.

8 Sur ce thème, un détour par les écrits du sociologue Gerry Stoker, notamment Why politics matters : making democracy work, (Londres, Palgrave Macmillan, 2006) peut être intéressant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Chloé Alexandre, « Luc Rouban, Les raisons de la défiance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 20 septembre 2022, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58018 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58018

Haut de page

Rédacteur

Chloé Alexandre

Doctorante en science politique (PACTE, Sciences Po Grenoble).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search