Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Louis-Jean Calvet, Enquête sur le...

Louis-Jean Calvet, Enquête sur le signe. Du roman policier à la police de la langue en passant par l’interprétation du signe linguistique

Frédérique Brisset
Enquête sur le signe
Louis-Jean Calvet, Enquête sur le signe. Du roman policier à la police de la langue en passant par l’interprétation du signe linguistique, Lormont, Le Bord de l'eau, coll. « Clair & Net », 2021, 248 p., EAN : 9782356878267.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles Sanders Peirce introduit la notion d’interprétant dans ce processus , dans Écrits sur le si (...)

1On connaît les travaux du sociolinguiste Louis-Jean Calvet, dont beaucoup font référence, notamment les titres qu’il a publiés dans la collection « Que sais-je ? » des Presses Universitaires de France. L’essai qu’il propose aujourd’hui, aux confins de la linguistique et de la sémiologie, s’adresse également à un lectorat élargi, mais il est d’une tout autre nature. Il reste fidèle à ses postulats de recherche, en particulier dans sa remise en cause de l’approche saussurienne de la langue et la binarité signifiant/signifié confrontée à la vision ternaire de Charles Sanders Peirce1. L’ouvrage présenté ici relève cependant davantage du vagabondage, cheminant des classiques policiers du XIXe siècle jusqu’au discours « politiquement correct », en traversant les langues des régimes totalitaires, historiques comme de fiction, et les dorénavant incontournables langues de bois.

2L’hypothèse de départ de cette réflexion métalinguistique est stimulante par l’originalité de son approche : le décodage du discours relèverait de la même démarche que celle de l’enquêteur criminel, le même signe (au sens large) pouvant conduire à des interprétations différentes, voire antinomiques, mettant à mal toute prétention à l’univocité du lien entre signe et sens. Les intitulés des deux parties, « Signer son crime » et « À qui profite le crime ? », elles-mêmes divisées chacune en quatre chapitres, expriment d’ailleurs fort bien cette approche métaphorique, qui vise à « comprendre comment fonctionne le signe linguistique et comment il peut être utilisé à des fins politiques » (p. 5).

  • 2 Entretien télévisé, 1967.
  • 3 Antoine Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation, Gap, Ophrys, 1990.

3On comprend mieux alors la pertinence des trois premiers chapitres dédiés aux personnages de grands classiques de la littérature policière, Dupin, Locard et Holmes, auxquels se joint en quatrième partie le plus contemporain inspecteur Colombo. Louis-Jean Calvet explique que « L’indice a une existence, mais pas de sens » (p. 94), ce dernier procédant en fait de la réflexion ou l’analyse, comme le montre par exemple l’occurrence du malentendu (p. 103) étudié comme phénomène de la compréhension par Bourdieu2 ou Culioli3. La compréhension est en effet, selon Louis-Jean Calvet, une construction : elle passe par des phases alternatives d’anticipation et de rétroaction (p. 116), similaires à celles de la démarche criminologique.

4Il illustre son hypothèse d’exemples extraits des utilisations totalitaires de la langue : dans 1984 d’Orwell (1948), le newspeak ou novlangue permet de faire signifier aux mots leur parfait contraire, via l’oxymore ou l’euphémisme, ou d’en effacer d’autres, programme fictionnel inspiré au romancier notamment par les pratiques soviétiques. Par ce biais, Louis-Jean Calvet montre comment la langue a alors permis de « neutraliser [la] charge sémantique » de termes (p. 222) dont la fréquence et l’emploi superlativé répondaient à des fins d’endoctrinement, voire de lavage de cerveau. Selon lui l’usage de « signifiants idéologisés » assumait une « fonction persuasive » (p. 194) que le régime nazi avait déjà abondamment expérimentée en Allemagne et ailleurs ; comme plus tard les Khmers rouges au Cambodge. Ces emplois déviants du vocabulaire appuient ainsi la thèse de l’élaboration du sens comme affaire sociale, qui résulte habituellement de conventions librement acceptées par les locuteurs. Ici elle obéit à une police de la langue arbitrairement fixée par un État ou une autorité à visée encratique, voire à des mouvements plus ambigus, comme le soutient Louis-Jean Calvet quant à l’émergence du « politiquement correct » (p. 223).

5L’auteur a recours pour son argumentation à de multiples sources littéraires, philosophiques et linguistiques, francophones (Baudelaire, Barthes, étonnamment absent de l’index, Lacan, Morin, Rey, Traverso) aussi bien qu’issues de langues étrangères, que ce soit l’anglais (Austin, Marcuse, Jakobson, Chomsky, Lessing), l’italien (Eco, Ginzburg) ou l’allemand (Freud, Klemperer). Dans ces derniers cas, le choix de l’exégèse d’auteurs traduits s’avère cependant assez déroutant, car les auteurs ou autrices desdites traductions ne sont quasiment jamais cité·es : comment s’assurer que les variations lexicales commentées chez Ginzburg (p. 69) sont bien celles de l’original et non tout bonnement des variantes des choix traductifs de la version française ? La question des sources se pose aussi : une citation présentée comme une « blague de comptoir », (« un nouveau pape est appelé à régner », p. 112), fort pertinente pour éclairer le concept de quiproquo, appartient à Jacques Prévert et non à un poète du zinc occasionnel.

6La réflexion, dans son ensemble, est pourtant séduisante et l’on est donc d’autant plus gênée à la lecture de ce volume de 250 pages, incluant une utile bibliographie de quatre pages et un index nominum de même extension, par le cumul d’erreurs formelles sur les « signes » même qu’il met en œuvre : typographiques en premier lieu, qui font se succéder les formes les plus fantaisistes pour les auteurs et autrices convoqué·es (parmi les plus fréquentes dans l’ouvrage : Ginzburg/Ginsburg, Gabiriau/Gaboriau, Foucault/Foucauld, Ducrot/Duclos, Klemperer/Kemperer, Castelnuovo/Castlenuovo, Roudinesco/Roudinesko/Rudinesco, Culioli/Cullioli). Non seulement ces incohérences mettent à mal la pertinence de l’index précité, mais elles ont surtout l’inconvénient de perturber grandement le lectorat, la forme brouillant l’appréhension du fond. Même chose pour les titres dont il est fait mention : Le chien des Baskerville devient une page plus loin Le chien des Baskervile voire Les chiens des Baskerville, alternativement daté de 1901 ou 1902, La langue du IIIè Reich se mue en celle du IIè Reich en note de bas de page et en bibliographie, pour ne citer que quelques items parmi les trop nombreuses scories relevées. La syntaxe, l’orthographe, et in fine la cohérence du texte sont de même fortement malmenées (exemples les plus flagrants : « sont tour », « se rendre de compte » pour « se rendre compte », « un album sur lesquels », « un niveau de horreur », « obsétionnelle », « phase » au lieu de « phrase », « marin » pour « mari »), du fait de ce qui procède visiblement d’un manque de relecture éditoriale (auquel est sans doute imputable aussi, p. 212, la confusion entre USA et URSS ou RFA et RDA), qui ôte à cet essai la rigueur scientifique formelle que l’on pourrait en attendre.

7Il a toutefois le grand mérite de rappeler certains usages langagiers malheureusement plus que jamais d’actualité, en recourant à un angle d’étude innovant et finalement assez ludique (on y croise, outre les policiers cités plus haut, Bénabar, Johnny Hallyday, Patrick Bruel ou Thomas Dutronc...). Il alerte à nouveau, enfin – et c’est le plus important – sur les travers linguistiques, discursifs et lexicaux les plus inquiétants de la communication publique (la publicité n’est pas en reste sur la politique). Les technologies actuelles en facilitent la propagation insidieuse, à l’instar de la réitération de messages formatés par les producteurs « d’éléments de langage », ou au contraire de la disparition de mots-tabous des moteurs de recherche électroniques, sur le territoire chinois notamment (p. 195-196). Voilà qui démontre, s’il en était besoin, combien sociologie et linguistique ont toujours partie liée.

Haut de page

Notes

1 Charles Sanders Peirce introduit la notion d’interprétant dans ce processus , dans Écrits sur le signe, Paris, Seuil, 1978.

2 Entretien télévisé, 1967.

3 Antoine Culioli, Pour une linguistique de l’énonciation, Gap, Ophrys, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédérique Brisset, « Louis-Jean Calvet, Enquête sur le signe. Du roman policier à la police de la langue en passant par l’interprétation du signe linguistique », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 septembre 2022, consulté le 26 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58023 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58023

Haut de page

Rédacteur

Frédérique Brisset

Maîtresse de conférences honoraire à l’université de Lille (ULR CECILLE), Frédérique Brisset est spécialiste en études anglophones, traduction, traductologie et lexicologie.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search