Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Robert Kurz, L’État n’est pas le ...

Robert Kurz, L’État n’est pas le sauveur suprême. Thèses pour une théorie critique de l'État

Pierre Le Brun
L'État n'est pas le sauveur suprême
Robert Kurz, L'État n'est pas le sauveur suprême. Thèses pour une théorie critique de l'État, Albi, Crise & Critique, coll. « Palim psao », 2022, 182 p., traduit de l'allemand par Matthieu Galtier et Johannes Vogele, ISBN : 978-2-490831-18-0.
Haut de page

Texte intégral

1Ce court mais dense ouvrage esquisse une analyse, inédite, de l’État au moyen des outils de la « critique de la valeur », courant intellectuel critique d’inspiration marxienne dont Robert Kurz (1943-2012) était un des fondateurs et des plus éminents représentants. Inachevé à la mort de son auteur, l’essai est découpé en 36 thèses de quelques pages chacune. La lecture en est rendue ardue par le style souvent abscond et souffre de l’absence d’une présentation générale de la critique de la valeur, dont les principaux concepts sont fréquemment mobilisés sans être préalablement définis.

  • 1 Jappe Anselm, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Deno (...)
  • 2 La distinction entre richesse abstraite et richesse concrète recoupe celle, fondamentale chez Marx, (...)

2La critique de la valeur (« Wertkritik » en allemand) propose une relecture originale de Marx. Contre le marxisme traditionnel, qui défendrait une distribution plus juste des richesses, la Wertkritik plaide pour une critique « catégorielle » du capital, c’est-à-dire qui prenne pour cible les catégories abstraites dans lesquelles la richesse est pensée dans les sociétés capitalistes (la valeur, l’argent, le travail, la marchandise)1. Le nom « critique de la valeur » vient du point de départ théorique commun à ces travaux : la définition par Marx de la valeur comme « sujet automate », à savoir comme principe, historiquement situé et socialement contraignant, d’accroissement perpétuel de la richesse via la production capitaliste de marchandises – ce que Kurz nomme « mouvement autotélique de la richesse abstraite »2. Le projet de son essai est d’étendre la critique de la valeur à l’État, objet de nombreux débats entre théories marxiennes, pour en proposer une « détermination conceptuelle, théorique et historique » (p. 14).

  • 3 « L’État le capital se sont développés à partir d’une même racine, se conditionnant l’un l’autre, c (...)

3La thèse générale de Kurz est que l’État moderne est conceptuellement et historiquement indissociable du principe général guidant le capital : le mouvement autotélique de la richesse abstraite3. La principale implication de cette proposition a donné son nom à l’ouvrage : tout mouvement social-démocrate qui prétendrait améliorer le sort de la population au moyen d’une redistribution des richesses sans remettre en cause le principe étatique ne ferait que traduire ses revendications dans les catégories abstraites du capital, et serait de fait condamné à n’être au mieux qu’une « gauche de modernisation » de celui-ci (p. 24). Kurz fonde cette thèse sur une lecture critique des principaux travaux de la philosophie politique européenne du XVIIe au XXe siècle. Certains épisodes historiques (crises économiques, guerres) sont ponctuellement convoqués pour illustrer le propos. L’ouvrage se divise en trois parties. Les 18 premières thèses concernent la pensée pré-marxienne de l’État. Les thèses 19 à 28 sont consacrées à la pensée de Marx et de ses contemporains. La dernière partie porte sur le XXe siècle.

  • 4 Scholtz Roswitha, Le sexe du capitalisme. "Masculinité" et "féminité" comme piliers du patriarcat p (...)
  • 5 La sacralisation du droit de propriété revient à Locke, qui le légitime comme récompense du travail (...)

4Pour Kurz, les premières théories bourgeoises de l’État auraient construit une dissociation entre l’État et le marché, qui s’incarnent respectivement dans le citoyen et le bourgeois, tous deux masculins4, et pensés par Kurz comme les deux faces complémentaires du sujet automate. Ces philosophes bourgeois auraient donné naissance à trois grands courants. Le premier, historiquement, est celui des contractualistes anglais. Hobbes aurait fourni, avec le Léviathan (1651), une théorie de l’État en phase avec les contradictions inhérentes au capitalisme alors naissant. Il distingue d’un côté une concurrence universelle entre sujets (concrètement, entre propriétaires masculins) érigée en loi naturelle via la métaphore de l’« état de nature » ; de l’autre un État, le Léviathan, posé comme « monstrueuse instance de domestication intérieure » (p. 26) garantissant le droit de propriété5.

5Le second paradigme est celui des Lumières et de l’économie politique naissante, dans lequel l’État cesse d’être simplement fonctionnel pour devenir une fin en soi et une garantie du bon fonctionnement du marché. Le mouvement autotélique de la richesse abstraite se trouve alors dédoublé. Il s’incarne à la fois dans la « main invisible du marché » de Smith (1776) et dans la « volonté générale » de Rousseau (1762). Cette dernière renvoie en effet à un principe rationnel abstrait et transcendantal, qui dépasse les volontés particulières, et change l’individu en citoyen dès lors qu’il s’en fait la voix. Kurz y voit, de même que dans l’impératif catégorique de Kant, une légitimation transcendantale du sujet automate : pour les Lumières, « les individus bourgeois ne sont libres qu’à la condition d’être soumis a priori au principe rationnel capitaliste de validation » (p. 37). Son analyse permet à Kurz de souligner l’erreur de l’« illusion démocratique » (p. 66), c’est-à-dire de l’espoir de renverser le capitalisme par le vote : la volonté générale qui fonde l’État est une loi transcendante à jamais hors de portée des volontés particulières.

  • 6 « Dans la dialectique positive et affirmative de Hegel, tous les contenus et objets du monde en gén (...)

6Le troisième courant pré-marxien est celui, formulé par Hegel, de l’idéalisme étatiste allemand, qui fait de l’État l’aboutissement ultime du sujet automate6. La contradiction entre État et économie est formellement résolue par la dialectique hégélienne, la « main invisible » ne devenant qu’un moment dans la réalisation de l’État. Le principal effet de l’idéalisme étatiste a été, selon Kurz, de leurrer durablement les mouvements sociaux, qui ont dès lors cherché à accélérer l’avènement de l’État moderne via des réformes sociales et l’extension des droits civiques. Ces luttes auraient contribué à universaliser la raison capitaliste au lieu de la supprimer : « le mouvement ouvrier est ainsi inconsciemment devenu le prescripteur de la modernisation capitaliste » (p. 65). De même, le « féminisme démocratiquement domestiqué » (p. 71) se serait concentré sur l’égalité juridique formelle, et aurait donc abouti à intégrer les femmes à une logique capitaliste structurellement masculine restée intouchée.

  • 7 Kurz Robert, « Postmarxisme et travail-fétiche. De la contradiction historique dans la théorie marx (...)
  • 8 Si la critique de la valeur accorde une place fondamentale à ces travaux, elle en rejette néanmoins (...)

7La deuxième partie de l’ouvrage, moins dense et parfois répétitive, porte sur les théories de Marx et les débats qu’elle a suscités. Kurz y dégage, au terme d’un tri radical, les fondements de sa théorie de l’État. Dans le sillage de ses précédents travaux, il distingue chez Marx deux positions7. La première, prise comme référence par la Wertkritik8, est particulièrement nette dans ses écrits de 1843 et 1844 (principalement la Critique de la philosophie du droit de Hegel et Sur la question juive). Ces travaux esquissent une première critique catégorielle de l’État : Marx y montre que l’égalité formelle offerte par la citoyenneté accroît la soumission des individus au sujet automate. Pour ce premier Marx donc, le mal réside dans l’essence même de l’État. Kurz y oppose un second Marx, adepte d’une « critique sociologique réductrice » (p. 91) proche de l’idéalisme étatiste, qui l’amène à rallier la cause sociale-démocrate et à envisager l’État comme un passage obligé vers la sortie du capitalisme. Cette position, particulièrement nette dans le Manifeste (1848) puis dans l’Anti-Dühring d’Engels (1878), analyse l’État comme un outil au service d’une classe sociale : il ne s’agit donc plus de condamner l’État dans son essence, mais seulement une forme particulière de celui-ci – l’État bourgeois – auquel il conviendrait de substituer une « dictature du prolétariat ». La critique anarchiste, construite en opposition explicite à ce second Marx, ne constitue pas, pour Kurz, une alternative théorique valide du fait de la faiblesse de son contenu conceptuel et de son orientation antisémite.

  • 9 L’économie néoclassique, la sociologie fonctionnaliste, les sciences politiques dans leur ensemble (...)
  • 10 Kurz semble utiliser le terme « démocratie » comme synonyme de régime parlementaire.
  • 11 « Les crises de la première moitié du XXe siècle ont fait apparaître clairement que l’État démocrat (...)
  • 12 Cette idée s’appuie principalement sur cas de la République de Weimar. D’après les notes laissées p (...)

8Les dernières thèses de l’ouvrage sont consacrées aux théories de l’État du XXe siècle, qui poursuivent autant qu’elles révèlent une « sédimentation des catégories capitalistes de base dans la conscience collective » (p. 136). Les sciences sociales, très sommairement abordées9, auraient été dominées par des « théories subjectives de la valeur » (p. 143), qui ne seraient qu’autant de « théories sociales tronquées » car non catégorielles. Dans le champ philosophique, deux grandes théories de l’État sont davantage développées : celle de Carl Schmitt (1922, 1932), pour qui l’État se définit dans la désignation arbitraire d’un ennemi, et celle de Hans Kelsen (1934), qui envisage l’État comme pur système hiérarchisé de normes juridiques dont la validité est indépendante du contenu moral de son droit. Supposément rivales, ces deux théories auraient en commun de défendre des définitions formelles de l’État auxquelles se conforme notamment le régime hitlérien. Outre une naturalisation de la raison capitaliste, Kurz lit chez ces deux auteurs l’aveu de la soumission de l’État démocratique à la richesse abstraite et sa propension à l’imposer, au besoin, par la dictature. Les démocraties10 constitueraient ainsi la forme la plus pure du sujet automate par les moyens qu’elles lui offrent de se déployer avec une violence historiquement sans comparaison11. Pour Kurz, les totalitarismes du XXe siècle auraient ainsi été rendus possible par la social-démocratie et ses références acritiques à la volonté générale12.

9Globalement, cet essai est à lire comme l’ébauche d’une réflexion critique sur l’État et la social-démocratie, appelée à être étayée et consolidée empiriquement. Les arguments apportés par Kurz à l’appui de ses intuitions, certes stimulantes à bien des égards, souffrent souvent de leur concision et de leur caractère allusif. Entre autres exemples, l’assimilation de la volonté générale de Rousseau au sujet automate de Marx semble traitée un peu trop rapidement eu égard à l’importance de ce point dans l’économie générale de l’ouvrage. La sélection des théories critiquées, si elle s’étend effectivement aux figures les plus connues de la philosophie européenne, n’en reste pas moins réduite et arbitraire sur certains points (en particulier, la pensée anarchiste est analysée à partir des seuls écrits, antisémites, de Bakounine et Proudhon).

Haut de page

Notes

1 Jappe Anselm, Les Aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, Denoël, 2003.

2 La distinction entre richesse abstraite et richesse concrète recoupe celle, fondamentale chez Marx, entre travail abstrait et travail concret, qui correspondent à deux façons différentes d’envisager une même activité productive et la création de richesse qui en découle. Le travail concret appréhende le travail sous l’angle de sa production de valeur d’usage tandis que le travail abstrait l’envisage comme une pure quantité de temps consacrée à la production d’une marchandise. C’est le travail abstrait, spécificité capitaliste, qui fonde la richesse abstraite. Pour une présentation plus détaillée, voir : Postone Moishe, Temps, travail et domination sociale : Une réinterprétation de la théorie critique de Marx, Paris, Mille et une nuits, 2009.

3 « L’État le capital se sont développés à partir d’une même racine, se conditionnant l’un l’autre, comme les deux faces d’un même rapport. » (p. 31).

4 Scholtz Roswitha, Le sexe du capitalisme. "Masculinité" et "féminité" comme piliers du patriarcat producteur de marchandises, Albi, Crise & Critique, 2019.

5 La sacralisation du droit de propriété revient à Locke, qui le légitime comme récompense du travail masculin.

6 « Dans la dialectique positive et affirmative de Hegel, tous les contenus et objets du monde en général […] sont considérés comme des composantes intégrales de l’automouvement de l’“esprit du monde” (lire : du "sujet automate"). » (p. 44).

7 Kurz Robert, « Postmarxisme et travail-fétiche. De la contradiction historique dans la théorie marxienne », Jaggernaut, n°3, Albi, Crise & Critique, 2020.

8 Si la critique de la valeur accorde une place fondamentale à ces travaux, elle en rejette néanmoins trois éléments : son androcentrisme, son antisémitisme, et son orientation transhistorique.

9 L’économie néoclassique, la sociologie fonctionnaliste, les sciences politiques dans leur ensemble et l’individualisme méthodologique sont successivement et très succinctement évoqués et critiqués (p. 137-143).

10 Kurz semble utiliser le terme « démocratie » comme synonyme de régime parlementaire.

11 « Les crises de la première moitié du XXe siècle ont fait apparaître clairement que l’État démocratique porte toujours déjà en lui le germe de l’état d’exception. Lorsque les critères de la "richesse abstraite" et de son "sujet automate" ne peuvent plus être satisfaits, alors le droit perd justement toute signification juridique, les personnes morales perdent tout droit formel et se trouvent réduites à des morceaux de viande sur lesquelles l’“autocritas” subjective peut appliquer sa “souveraineté” avec toute sa brutalité dictatoriale sans avoir connaissance de ses propres conditions préalables fétichistes. Tel est le véritable fondement de tout droit (et non toutes ses légitimations logiquement impossible). » (p. 153)

12 Cette idée s’appuie principalement sur cas de la République de Weimar. D’après les notes laissées par Kurz, la partie finale du livre devait analyser les théories léninistes et maoïstes comme des déclinaisons du paradigme social-démocrate.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Le Brun, « Robert Kurz, L’État n’est pas le sauveur suprême. Thèses pour une théorie critique de l'État », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 septembre 2022, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58113 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58113

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search