Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Mircea Vultur (dir.), Les diplômé...

Mircea Vultur (dir.), Les diplômés universitaires

Marie Duru-Bellat
Les diplômés universitaires
Mircea Vultur (dir.), Les diplômés universitaires. Perspectives socioéconomiques, Québec, Presses de l'université Laval, coll. « Sociologie contemporaine », 2022, 246 p., ISBN : 978-2-7637-5586-1.
Haut de page

Texte intégral

1Dans cet ouvrage collectif, des économistes et des sociologues canadiens proposent des éclairages sur l’évolution de l’enseignement supérieur et des perspectives professionnelles des étudiants, en d’autres termes une « sociographie des diplômés universitaires » (p. 10). Alors qu’au Canada, comme dans la plupart des pays riches, le choix a été fait de « massifier » l’enseignement supérieur au nom de l’égalisation des chances et de la croissance économique, la question que soulèvent les auteurs est celle de l’effectivité de ces promesses, à la lumière de recherches récentes. Au Canada, on assiste particulièrement depuis 2000 à une croissance du nombre de diplômés (avec aujourd’hui près de 62% des 25-64 ans dotés d’un diplôme post secondaire) et la question de la démocratisation, tout comme celle de l’évolution de la valeur des diplômes, font l’objet de nombreux travaux. Même si les auteurs prennent soin de rappeler à maintes reprises que les études n’ont pas pour seule finalité l’insertion professionnelle, la question de la surqualification des diplômés constitue le fil rouge de ce livre : alors que l’accès au supérieur continue à être marqué par des inégalités sociales (selon le milieu familial et l’origine migratoire ou le genre), la « rentabilisation » d’études souvent coûteuses constitue un second processus porteur d’inégalité, dans un contexte où l’augmentation du nombre de diplômés excède celle des emplois qualifiés censés leur correspondre.

2L’ouvrage est scindé en trois parties : diplomation d’abord, marché du travail ensuite, puis surqualification. Les résultats, toujours récents, sont présentés de manière très fouillée, incluant les sources et les méthodes, et un grand nombre de références y compris à la littérature française.

  • 1 Merle Pierre, « Le concept de démocratisation de l’institution scolaire : une typologie et sa mise (...)

3Ainsi, la question de la démocratisation reprend la distinction, popularisée en France par Pierre Merle1, entre démocratisation ségrégative (accentuant de fait les inégalités), démocratisation égalisatrice (avec réduction des inégalités) et démocratisation uniforme (quand les écarts sont simplement translatés à des niveaux plus élevés). Les auteurs montrent que si l’on peut parler d’une certaine démocratisation égalisatrice au niveau du collège (soit des études durant au plus trois années et généralement de type professionnel), l’université (soit des filières académiques longues) reste marquée par une démocratisation ségrégative : les inégalités sociales sont en baisse quand on les évalue à l’âge de 20 ans mais en hausse quand on déplace le regard vers les étudiants de 24 ans. Globalement, c’est à une course en avant que l’on assiste, avec une hausse des taux d’accès au supérieur des étudiants de tous les milieux sociaux ; les politiques éducatives se veulent très libérales (encourageant une individualisation et un assouplissement des parcours), avec moins une perspective de justice sociale que le souci de répondre aux besoins du marché du travail. Les auteurs soulignent que cette ouverture du système accroît le sentiment de compétition et aussi la sélection, plus ou moins marquée selon les filières universitaires, ce qui alimente le recours des jeunes de milieu aisé, et plus encore de parents au niveau d’instruction élevé, à des établissements privés ou à des programmes « enrichis » dès l’enseignement secondaire. Globalement, alors que l’inégalité « traditionnelle » entre garçons et filles s’est aujourd’hui inversée (les filles étant plus diplômées du supérieur que les garçons), les inégalités tenant au niveau d’instruction des parents sont de plus en plus marquées, ces grandes lignes étant néanmoins modulées selon les régions du pays (avec notamment davantage d’inégalités sociales au Québec).

4La partie « marché du travail » développe des analyses économiques précises, riches de nombreux modèles économétriques, qui convergent pour conclure à un phénomène de surqualification des jeunes au sortir de l’enseignement supérieur. Certes, les rendements privés des études supérieures par rapport aux études secondaires restent élevés, mais c’est surtout vrai en ce qui concerne l’obtention du grade de licence, le rendement semblant baisser au-delà, notamment avec le doctorat. En conséquence, alors que « la tradition de la culture universitaire marque profondément les formes d’anticipation de soi » (p. 101), les jeunes docteurs ont à entreprendre un vrai travail de redéfinition de leurs perspectives de vie face à une insertion difficile…

5La partie « surqualification » (la plus développée) se focalise sur le niveau de recrutement des jeunes, en le mettant en perspective avec le niveau d’études. Les économistes adoptent ainsi une approche dite normative dans la littérature sur le déclassement : le niveau d’étude d’une personne dépasse-t-il celui habituellement requis pour le poste, d’après les nomenclatures des emplois ? Et si oui, quels sont les effets de cette surqualification (en termes de salaire ou de satisfaction au travail notamment), et quelles personnes sont-elles les plus touchées ? Pour résumer les résultats, un premier constat est l’existence de taux de surqualification tendanciellement en hausse, soit aujourd’hui environ 40% des diplômés universitaires. Ces taux sont particulièrement élevés chez les jeunes adultes notamment pour les diplômes inférieurs au « baccalauréat » (équivalent canadien de la licence). Les économistes ne s’en étonnent guère, dès lors que « l’élévation de la structure des diplômes s’est produite plus rapidement que l’élévation de la qualification des emplois » (p. 140). Si cela n’empêche pas les diplômés universitaires de se placer mieux que les moins diplômés, on observe que « les emplois les plus qualifiés sont devenus de plus en plus l’apanage exclusif des travailleurs les plus diplômés ». Autrement dit, pour l’accès à l’emploi qualifié, le diplôme est devenu simultanément « de plus en plus nécessaire et de moins en moins suffisant » (p. 142). Cette surqualification tend à être durable au fil de la carrière, les auteurs parlant alors d’un « effet cicatriciel ». Elle est plus ou moins marquée selon la spécialité du diplôme (les plus touchés étant les étudiants en art, sciences humaines et droit) et les régions. Sont aussi spécialement concernés les étudiants dotés d’un diplôme obtenu à l’étranger, notamment en Amérique latine ou en Afrique.

6L’impact de la surqualification ne concerne pas seulement la satisfaction au travail (comme le montrent les mesures du déclassement subjectif, tel que ressenti par les personnes) et le salaire, mais aussi la capacité d’épargne, ce qui peut compromettre le remboursement des sommes empruntées pour financer les études, soit ce que les auteurs appellent une « pénalité patrimoniale » d’autant plus élevée que les études sont longues.

7Cet ouvrage intéressera les chercheurs soucieux d’évaluer de manière fine le phénomène de déclassement des diplômés, qui est loin de ne concerner que le Canada. Alors que le développement de l’enseignement supérieur au Canada préfigure peut-être la situation française, cet éclairage pourrait apporter un peu d’objectivité dans des débats politiques français, souvent passionnés dès que des questions comme le financement et a fortiori la régulation des effectifs de l’enseignement supérieur sont posées…

Haut de page

Notes

1 Merle Pierre, « Le concept de démocratisation de l’institution scolaire : une typologie et sa mise à l’épreuve », Population, vol. 55, n° 1, 2000, p. 15-50.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Mircea Vultur (dir.), Les diplômés universitaires », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 septembre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58158 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58158

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Observatoire sociologique du changement et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search