Navigation – Plan du site

Sophie Barreau-Brouste, Arte et le documentaire. De nouveaux enjeux pour la création

Lucile Foujanet
Arte et le documentaire
Sophie Barreau-Brouste, Arte et le documentaire. De nouveaux enjeux pour la création, Le Bord de l'eau, coll. « Penser les médias », 2011, 250 p., EAN : 9782356871060.
Haut de page

Texte intégral

1Sophie Barreau-Brouste, sociologue de la culture et des médias, interroge dans Arte et le documentaire (Prix 2010 de la Recherche de l’INA) la ligne éditoriale d’Arte et sa programmation de documentaires, mais aussi la « chaîne de production », allant du documentariste au diffuseur en passant par le producteur. Où se situe aujourd’hui ce genre et pouvons-nous encore le nommer ainsi ? Pour ce faire, elle a effectué des analyses croisées des archives des documentaires d’Arte, ainsi que des entretiens avec les responsables de la chaîne, des producteurs et des réalisateurs.

2Sophie Barreau-Brouste rappelle qu’Arte est née d’une union télévisuelle de l’Allemagne et de la France en 1992 afin de contrer l’exportation de la culture américaine et revendiquer la culture européenne. Dès le début, le documentaire devient l’un de ses programmes majoritaires (39%), Arte y investit 5% de son chiffre d’affaire et co-produit plus de 80% des documentaires qu’elle diffuse. Il semble ainsi que la chaîne tient une place décisive dans ce paysage, tout comme Canal +, malgré un marché qui se divise avec la multiplication des chaînes spécialisées.

3L’auteure questionne la différence entre le documentaire télévisuel et le cinématographique, que l’on observe de nouveau de plus en plus dans les salles depuis quelques années. Quelles valeurs créatrices y sont attribuées ? Pour nombre de producteurs indépendants (Les Films du Grain de sable, Les Films d’Ici, Les Films du Village, ISKRA), ainsi que pour certains auteurs, le lieu originel du documentaire se situe dans la salle de cinéma, lieu où le débat prend forme. Mais le documentaire ne devient légitime dans le champ du cinéma que par sa présence préalable au sein des festivals (Cinéma du réel à la Bnf, les Etats généraux du documentaire à Lussas, Festival International du documentaire à Marseille…). Au travers d’exemples, l’auteure montre que certains documentaires à la base produits pour la télévision et qui ont eu une forte audience sont ensuite sortis au cinéma comme On n’est pas des marques de vélo, de Jean-Pierre Thorn (2003). Mais d’un point de vue juridique, un documentaire d’abord diffusé à la télévision puis au cinéma n’est pas considéré comme une œuvre cinématographique. Le média télévisuel détient alors le monopole, c'est-à-dire les pouvoirs de décision et les financements. Lorsqu’Arte produit un documentaire cinématographique, il est automatiquement inscrit dans la grille de programme de la chaîne.

4Pour ce faire, le documentaire doit impérativement répondre à un ensemble de normes. Les critères sont précis : définition d’un projet qui rentre dans la grille des programmes, temps à respecter, forme journalistique (plans courts, pas de plans silencieux, voix off), etc. Les documentaires sont davantage informationnels qu’interprétatifs et ne sont plus objet de création, ils se transforment en média de communication. Ce formatage d’un côté, mais aussi cette ouverture sur les nouvelles technologies (Arte+7 et les web-docu) s’explique par la recherche d’un renouvellement du public. L’imaginaire social associe souvent le documentaire à l’ennui et qui plus est, celui qui passe sur Arte n ne serait qu’animalier. La venue de programmes comme le web-documentaire (forte interactivité et attractivité) participe à la redynamisation et au rajeunissement de la chaîne. L’image du documentaire est alors revalorisée. Par ailleurs, avec le dispositif du web-docu, Arte mélange la forme du documentaire et du reportage (ex du web-documentaire, l’Argentine, le plus beau pays du monde qualifié de nouveau web-documentaire d’Arte Reportage), l’informationnel prime sur le point de vue de l’auteur et le documentaire se transforme en un travail journalistique. La concurrence de plus en plus importante depuis 2000, amène à une recherche d’audience toujours plus forte et par ricochets à un formatage du documentaire.  

5Au travers de cette démonstration, l’auteure montre qu’Arte détient les rênes de la production du documentaire du début à la fin, et le documentariste en tant qu’auteur est « effacé ». Une réelle négociation se trame entre les différents acteurs (work drama) du processus, chaque profession collabore en tentant d’y immiscer son point de vue. Le producteur tient un rôle de médiateur entre le réalisateur et le diffuseur afin de communiquer et de négocier, le diffuseur possédant les pleins pouvoirs. Les documentaristes se sentant dévalorisés, demandent une reconnaissance de leur statut juridique, mais aussi d’un point de vue social, étant seulement statués en tant qu’intermittent du spectacle. Chacun adopte alors sa propre stratégie de comportements face à Arte. Il ressort alors trois idéaux-types. Les jeunes réalisateurs qui  travaillent pour la première fois avec la chaîne vont se conformer aux normes du documentaire télévisuel, en adoptant une logique économique rationnelle (statut de réalisateur-technicien). Par ailleurs, les professionnels indépendants acceptent, mais restent tout de même sur leurs positions. Les premières générations, qui ont connu le succès avec Arte, se sentent exclus et marginaux. Leurs documentaires ne rentrent plus dans la case des programmes.  

6Ainsi l’ouvrage amène à prendre conscience des réels enjeux politiques et médiatiques auxquels Arte est confronté. Après lecture, on perçoit qu’Arte n’est la chaîne n’est pas la chaîne idéale imaginée dans nos esprits, elle doit tout autant qu’une autre s’adapter à la concurrence du marché, le concept de la création est ainsi mis à mal. Dernièrement Thierry Garrel, directeur de l’unité documentaire depuis la création d’Arte a quitté la chaîne. On peut se demander dans quel sens le documentaire va-t-il alors évoluer sur la chaîne dans les prochaines années, alors que la « marque Garrel » tentait de toucher des thèmes documentaires très éclectiques malgré les contraintes…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucile Foujanet, « Sophie Barreau-Brouste, Arte et le documentaire. De nouveaux enjeux pour la création », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 13 juin 2011, consulté le 03 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5824

Haut de page

Rédacteur

Lucile Foujanet

Etudiante en M2 Stratégie du développement culturel à l'Université d'Avignon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page