Navigation – Plan du site

AccueilÀ suivreComptes rendus à paraîtreLes nouvelles femmes de droite

Les nouvelles femmes de droite

Les nouvelles femmes de droite

Magali Della Sudda, Les nouvelles femmes de droite, Marseille, Hors-d'atteinte, coll. « Faits & idées », 2022, 280 p., ISBN : 978-2-38257-028-9.
Notice publiée le 03 octobre 2022

Présentation de l'éditeur

Elles fustigent les politiques égalitaires, qui viseraient à faire des femmes « des hommes comme les autres », qu'elles considèrent comme des menaces pour la société. Elles s'opposent à l'islam et à l'immigration extra-européenne et lisent les violences sexuelles au prisme de la race plutôt que du genre. De manière générale, elles présentent le féminisme, en particulier celui de la deuxième vague, comme un mouvement d'aliénation.
En 2012-2013, la Manif pour tous a massivement mobilisé contre la loi ouvrant le mariage aux personnes de même sexe, dite « Loi Taubira », et les politiques d'égalité de genre. Dans son sillage, les droites radicales se sont saisies de ces sujets, favorisant l'émergence d'un militantisme féminin hostile aux féministes. Loin de se cantonner à militer dans des structures existantes, ces « Nouvelles femmes de droite », qu'il s'agisse de groupes de militantes comme les Caryatides, les Antigones ou le Collectif Némésis, ou d'intellectuelles telles Marianne Durano ou Eugénie Bastié, ont gagné une visibilité politique et médiatique nouvelle et brouillent les clivages politiques traditionnels. Chercheuse au CNRS, Magali Della Sudda, spécialiste de science politique et de socio-histoire, a étudié ces femmes qui semblent d'un certain point de vue agir contre leurs propres intérêts tout en fournissant de nouvelles armes à l'extrême droite.

Haut de page

Auteur

Magali Della Sudda

Politiste et socio-historienne, Magali Della Sudda est chargée de recherche au CNRS et travaille au centre Émile Durkheim (CNRD/Sciences Po Bordeaux). Elle a été chercheuse invitée au CASBS de l’université de Stanford en 2020-2021. Ses principaux travaux concernent la politisation et le genre dans une perspective comparatiste et transnationale. Elle se consacre actuellement aux mobilisations contemporaines, par exemple à travers le projet Agence nationale de la recherche/Gilets jaunes, qu’elle coordonne sur quatre ans. Les recompositions autour des questions de genre à partir de la Manif pour tous ont fait l’objet de son habilitation à diriger des recherches.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search