Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Mathilde Fautras, Paysans dans la...

Mathilde Fautras, Paysans dans la révolution. Un défi tunisien

Pierre Blavier
Paysans dans la révolution
Mathilde Fautras, Paysans dans la révolution. Un défi tunisien, Paris, Karthala, coll. « Maghreb contemporain : nouvelles lectures, nouveaux savoirs », 2021, 481 p., ISBN : 978-2-8111-2815-9.
Haut de page

Texte intégral

1L’éclosion d’un mouvement social ou d’une Révolution est communément analysée à l’aune de facteurs qui s’appliqueraient à l’échelle de tout le territoire concerné, tels que des mécanismes socio-économiques ou des questions de politique nationale. Mais il est souvent plus fin et convaincant de compléter cette grille de lecture en concevant ces mobilisations comme résultant en réalité d’une complexe agrégation d’enjeux sociaux territorialisés. C’est notamment dans cette perspective que s’inscrit l’ouvrage de Mathilde Fautras, en s’intéressant aux questions agricoles dans la révolution tunisienne de 2011. Plus précisément, elle se concentre sur les changements notables qu’a connu ce secteur d’activité au cours des dernières décennies dans la région de Sidi Bouzid, précisément là où eut lieu en décembre 2010 l’immolation de Mohammed Bouazizi marquant le début de la Révolution tunisienne puis des printemps arabes. D’ailleurs, ce dernier venait d’une famille qui avait dû vendre aux enchères ses terres et sur lesquelles il travaillait avant de devenir vendeur ambulant. Le lien entre les tensions du secteur agricole et les événements révolutionnaires est donc manifeste, souligné par plusieurs observateurs locaux dont l’autrice relate les propos, et ce même si dans le débat public les enjeux agricoles furent rapidement mis de côté au profit du chômage des diplômés.

2 Mais, au-delà de cette articulation avec les événements révolutionnaires, l’ouvrage documente avec beaucoup de minutie la mise en place d’une logique de spéculation dans cette région très agricole, les inégalités foncières et de conditions de vie qui en résultent, et les bouleversements que cela occasionne pour les économies familiales paysannes des habitants. C’est bien le pluriel qu’il faut ici utiliser, car l’autrice s’attache à montrer dans un important premier chapitre la relative diversité des situations, depuis une agriculture familiale d’autoconsommation jusqu’à des exploitations oléicoles ou maraîchères beaucoup plus intensives, orientées notamment vers la spéculation et l’exportation, en passant par des situations intermédiaires d’agriculture entrepreneuriale. Entre ces pôles, on retrouve plusieurs sous-catégories construites selon neuf caractéristiques, parmi lesquelles : la culture pratiquée, les techniques utilisées, la nature de la main d’œuvre (familiale ou salariée), la finalité de la production agricole (autoconsommation versus commercialisation). Pour établir cette typologie, qui comprend finalement pas moins de huit types d’exploitation, elle s’appuie sur une enquête de terrain réalisée entre 2012 et 2014 en faisant passer un questionnaire à N=43 exploitants et en réalisant des entretiens.

3Les chapitres suivants documentent les raisons de cet essor des exploitations intensives, du fait là encore de plusieurs facteurs : arrivée dans la région d’investisseurs venus de celle voisine de Sfax, et surtout politiques publiques de libéralisation leur étant favorables, développement d’un marché foncier (clarification des droits de propriété), ou encore aides publiques favorisant les gros investissements. À cela il faut ajouter les inégalités d’accès à l’eau, et son exploitation dorénavant effrénée qui engendre d’importants risques environnementaux, et met en péril la pérennité de tout le système agricole. Autrement dit, c’est une très large gamme de facteurs et de disciplines que l’étude mobilise au fil de ces chapitres, puisqu’il s’agit de dimensions qui mêlent géographie physique (qualités et érosion des sols, pluviométrie), analyse des politiques publiques (subventions, accès à l’eau), histoire (héritage de Bourguiba) ou encore sociologie politique (pratiques corruptives) et anthropologie (liens tribaux).

4Cela lui permet par exemple de proposer une très fine compréhension de l’endettement (4ème chapitre), des points de vue à la fois économiques (montants, financeurs), anthropologiques (les usages de ces crédits par les familles), et politiques (clientélisme) : ainsi elle convoque douze facteurs imbriqués pour expliquer cet endettement croissant. Elle montre combien la politique de financement, qui s’est accentuée ces dernières décennies, a en réalité privilégié les spéculateurs qui pouvaient y accéder, alors qu’elle a au contraire entraîné les paysans dans une spirale d’endettement inextricable aboutissant finalement à une précarisation foncière, c’est-à-dire concrètement la vente progressive des terres de petites exploitations. À cette logique s’ajoutent des pratiques corruptives nécessaires pour accéder au crédit, attestées du temps de Ben Ali et auxquelles la Révolution de 2011 ne semble pas vraiment avoir mis fin.

5Toutes ces évolutions rendent incontournable la pluriactivité familiale, qui fait l’objet du dernier chapitre, et se manifeste par une présence accrue des femmes sur le marché du travail agricole, au prix de conditions d’emploi parfois très difficiles. On comprend au fil de l’ouvrage que, dans cette région très agricole de Sidi Bouzid, c’est tout une organisation socio-économique qui a été remise en cause et qui évolue vers ce que l’autrice résume par l’expression de « précarisation foncière », avec son lot de « pratiques corruptives et clientélistes », un endettement croissant à des taux usuriers, et finalement la vente des terres à des investisseurs. Pour autant, elle fait également état de certains freins à cette logique, tels que l’existence d’une insertion locale qui peut faciliter l’achat de terres ou certaines formes de reconnaissance locale pour un investisseur ayant participé à diffuser des techniques agricoles.

6 L’ouvrage se démarque donc par la multiplicité des dimensions qu’il aborde, et propose un regard très documenté et clinique sur la situation (utilisation de plusieurs schémas éclairants, carnet central de cartes et photos en couleur), en traçant des ponts interdisciplinaires entre la géographie, l’anthropologie, ou la science politique. C’est une réelle gageure que d’avoir pu réaliser cette étude, surtout pour une femme occidentale interrogeant des agriculteurs et en outre sans parler le dialecte tunisien (long à maîtriser). Cela témoigne d’une vraie opiniâtreté dans l’enquête, sur laquelle l’autrice reste très modeste, au point qu’elle propose relativement peu d’éléments de réflexivité sur les matériaux récoltés et les éventuelles difficultés rencontrées, même si elle évoque certaines pistes qui n’ont pu être poursuivies (par exemple pour saisir les pratiques de corruption ou les rumeurs, difficilement accessibles). Par moments, cela aurait pu être intéressant de donner un peu plus d’éléments sur la situation d’enquête, et les propriétés sociales des personnes interrogées, afin d’aider le lecteur à mieux situer les propos tenus, et dans la mesure où l’enquêtrice a dû se heurter de nombreuses fois à des propos convenus (par exemple sur le soi-disant attachement culturel à la terre). Il n’empêche qu’on sent à la lecture que c’est bien les observations sur le terrain qui ont guidé l’analyse, comme c’est d’ailleurs indiqué explicitement (p. 189), et il s’agit d’une contribution qui confirme tout l’intérêt de recourir à des études localisées pour comprendre un événement tel que la Révolution tunisienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Blavier, « Mathilde Fautras, Paysans dans la révolution. Un défi tunisien », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 03 octobre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58278

Haut de page

Rédacteur

Pierre Blavier

Chargé de recherche CNRS au laboratoire Clersé (UMR 8019).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search