Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Yann Algan et Élise Huillery, Éco...

Yann Algan et Élise Huillery, Économie du savoir-être

Thomas Michaud
Économie du savoir-être
Yann Algan, Elise Huillery, Économie du savoir-être, Les Presses de Sciences Po, coll. « Sécuriser l'emploi », 2022, 144 p., ISBN : 978-2-7246-3930-8.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Elise Huillery est notamment membre du Conseil scientifique de l’Éducation nationale constitué par (...)

1Ce livre des économistes Yann Algan et Élise Huillery1 est une synthèse remarquable des travaux menés à propos des compétences socio-comportementales et de leurs influences sociales, économiques et managériales. Il défend la thèse qu’une meilleure maitrise de ces compétences permettrait aux individus d’être plus heureux et plus efficaces dans leurs activités professionnelles. Complémentaires des compétences techniques, les compétences socio-comportementales peuvent aussi s’acquérir, mais la France connait un retard important dans leur enseignement. Les auteurs s’appuient sur un corpus d’articles et de livres publiés par des auteurs internationaux et sur les travaux d’organisations internationales comme l’OCDE pour établir un état des lieux des recherches dans ce secteur. Ils prennent le parti d’une nécessaire réforme du système éducatif français, avançant l’hypothèse que les compétences socio-comportementales seraient « le talon d’Achille français ». Le livre est une apologie des soft skills, présentées comme la solution aux principaux maux de la société et de l’économie française. Les propos sont très bien argumentés et visent à proposer une synthèse des connaissances sur ce sujet, mais il est regrettable que le livre n’aborde pas une éventuelle critique de ce qui peut apparaitre comme une nouvelle mode pédagogique et managériale.

  • 2 Les auteurs s’appuient notamment sur le livre de Yann Algan, Pierre Cahuc et André Zylberberg, La f (...)

2Yann Algan et Élise Huillery partent du constat que la France est le pays de l’OCDE qui produit et entretient le plus d’inégalités scolaires. Si une élite excelle, un grand nombre d’élèves rencontrent de graves difficultés qui peuvent même les mener au décrochage. De même, la prise de risques et la création d’entreprises y sont moins développées que dans d’autres pays. Ces deux caractéristiques sont à leurs yeux liées au retard de la France dans la valorisation et l’apprentissage de compétences sociales et comportementales. Pourtant, de nombreuses études montrent que ces compétences permettent d’améliorer les résultats scolaires ainsi que l’insertion et la réussite professionnelle des individus, dans l’innovation et la croissance2. Les auteurs affirment que « le bien-être des individus comme la résilience de nos sociétés face aux chocs économiques, sociaux et politiques, dépendent en grande partie de l’aptitude des citoyens à se comprendre, à se faire confiance (à eux-mêmes et entre eux) et à coopérer : aptitudes qui découlent directement des compétences socio-comportementales » (p. 10-11).

3Le premier chapitre est consacré à la présentation de ces compétences. Le concept de compétences socio-comportementales a été introduit par Samuel Bowles et Herbert Gintis en 1976. L’OCDE utilise le terme « compétences socio-émotionnelles, la Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l’Éducation les appelle « compétences conatives » et les économistes les nomment plus fréquemment « compétences non cognitives » ou « soft skills ». Yann Algan et Élise Huillery distinguent les compétences comportementales des compétences sociales.

4Les compétences comportementales sont les suivantes : l’estime de soi, c'est-à-dire l’évaluation de sa propre valeur ; le sentiment d’efficacité personnelle (self-efficacy), qui traduit l’impression d’être capable de réaliser des tâches ; le locus de contrôle, qui désigne l’appréciation qu’un individu porte sur les facteurs qui influencent sa vie. Carole Dweck, chercheuse américaine en psychologie sociale, mentionne également l’état d’esprit de développement (growth mindset) des individus qui croient que leur intelligence peut se développer avec l’effort, par opposition à l’état d’esprit fixe (fixed mindset) des individus qui considèrent que l’intelligence est fixe et immuable.

5Pour les auteurs, les compétences comportementales contribuent à donner à l’individu une vision de ses chances de réussite future et de sa capacité à s’améliorer. Les compétences sociales relèvent quant à elles des modalités de relation aux autres. La confiance désigne un espoir de fiabilité dans les relations avec autrui et avec la société. On la mesure avec des « jeux de confiance » à travers lesquels les participants obtiennent de meilleurs résultats s’ils se font confiance. La coopération désigne le comportement menant les individus à des échanges non conflictuels et non concurrentiels afin de parvenir à des fins communes. Le sentiment d’appartenance à l’égard d’une communauté comme la famille, l’école, l’entreprise, le quartier ou le pays est présenté comme essentiel à la motivation des individus. Enfin, le respect des autres, l’empathie et le contrôle de soi conditionnent le climat social et de degré de conflictualité dans les relations humaines.

6Ils estiment que les compétences socio-comportementales sont au fondement de l’effort, de la persévérance et de l’engagement des individus. Ils comparent le système éducatif français à ceux des autres pays pour pointer du doigt ses carences. Par exemple, les élèves français ont un indice de locus de contrôle interne beaucoup plus bas que celui des élèves des autres pays de l’OCDE. Ils pensent que leur réussite dépend moins de leurs efforts personnels que de facteurs externes, hors de leur contrôle, comme la qualité de l’enseignement ou leur origine sociale. Ils sont aussi beaucoup plus anxieux, ce qui nuit à leur bien-être et à leur réussite. Les auteurs résument ainsi la situation : « Le constat qui se dégage de ces analyses est clair : à 15 ans, les adolescents français souffrent d’un profond déficit de confiance en eux et d’optimisme quant à leurs chances de réussir ; ils expriment un fatalisme surprenant, qui se traduit par une anxiété et une peur de l’échec plus grandes, et par un manque d’ouverture à la nouveauté et de persévérance » (p. 30). Ce constat se retrouve chez les adultes : en France plus que dans les autres pays de l’OCDE, ils ont l’impression que les évènements qui leur arrivent dépendent peu de leurs propres actions. En matière de confiance interpersonnelle au sein de la population, la France se classe au 58e rang, sur 97 pays. Les Français apparaissent aussi peu optimistes, leurs valeurs étant davantage tournées vers la sécurité que vers l’innovation, contrairement à ce que l’on observe en Allemagne, en Europe du Nord et aux États-Unis.

  • 3 Sisk Victoria F., Burgoyne Alexander P., Sun Jingze, Butler Jennifer L. et Macnamara Brooke N., « T (...)
  • 4 Albandea Inès et Giret Jean-François, « L’effet des soft skills sur la rémunération des diplômés », (...)

7Le chapitre 2 montre que le déficit de compétences socio-comportementales génère des pertes en termes de réussite académique et d’accumulation de capital humain. Des études3 ont ainsi montré que les mesures pour promouvoir un esprit de développement ont des effets positifs sur les résultats scolaires. Par ailleurs, le déficit de compétences comportementales renforce les inégalités sociales. De plus, les élèves qui réussissent le mieux en lecture sont ceux qui coopèrent le plus. Certains travaux4 révèlent aussi une forte hétérogénéité des soft skills selon le type de filière d’étude. Les étudiants en écoles de commerce et d’ingénieurs ont davantage de goût du risque, d’estime de soi et de persévérance que ceux qui étudient les sciences humaines. L’argument vise à montrer que la valorisation des soft skills dans la personnalité d’un étudiant lui permet d’obtenir par la suite une rémunération plus élevée. Le but est de légitimer la diffusion de ces compétences au plus grand nombre pour permettre une insertion socio-professionnelle optimale.

  • 5 Par exemple Bloom Nicholas, Sadun Raffaella et Van Reenen John, « The organization of firms across (...)

8Le chapitre 3 expose l’influence des compétences socio-comportementales sur l’organisation des entreprises et la croissance économique. Les études montrent5 que les pays et les régions où la confiance mutuelle est plus élevée ont une meilleure productivité, tandis que ceux dans lesquels les relations de travail sont verticales et empreintes de défiance ont des capacités de changement et d’innovation limitées. À l’inverse, les pays où la confiance est élevée se spécialisent souvent dans la recherche et développement. La capacité des individus à se faire mutuellement confiance explique aussi une part importante de la croissance économique. Le prix Nobel d’économie 1972, Kenneth Arrow, affirmait par exemple que la confiance était un des éléments centraux pour expliquer la croissance, notamment en facilitant les échanges. Une étude suggère que les Français pourraient accroitre leurs revenus de 5% s’ils se faisaient autant confiance que les Suédois. Les auteurs soulignent toutefois que les travaux sur l’influence des compétences socio-comportementales sur la croissance manquent pour l’instant.

  • 6 Par exemple, Helliwell John, « Well-being and social capital: Does suicide pose a puzzle? », Social (...)
  • 7 Les auteurs étudient de cette manière le climat social à l’école, dans l’entreprise, et notamment l (...)
  • 8 Voir notamment Senik Claudia, Crises de confiance ?, Paris, La Découverte, 2020.
  • 9 Par exemple, Fiorillo Damiano et Sabatini Fabio, « Structural social capital and health in Italy », (...)

9Des recherches6 ont été menées pour définir les effets des compétences socio-comportementales sur les « performances sociales d’un pays » (p. 62)7. Plusieurs études8 relevant l’insatisfaction des Français dans leur travail, Claudia Senik émet l’hypothèse que cette insatisfaction pourrait être liée au sentiment d’absence de coopération au sein des entreprises. D’autres9 soulignent que le développement des soft skills a des bénéfices en termes de santé, d’insertion dans la société, de paix sociale et de bien-être. Les auteurs précisent par ailleurs que « les chiffres mettent en évidence l’énorme perte de bien-être subie par les Français du fait de la défiance entre salariés et managers, la plus élevée de tous les pays occidentaux » (p. 71).

  • 10 Peter Drucker (1909-2005) est un professeur, consultant américain en management, théoricien de l’es (...)
  • 11 Edward Deci est professeur de psychologie à l’université de Rochester (États-Unis) et Richard Ryan (...)

10Ces différentes études mènent à changer les méthodes de management. Peter Drucker10 estimait que le management consistait à aider, à encourager et à persuader plus qu’à superviser. Edward Deci et Richard Ryan11 pensent que les piliers de la motivation humaine sont les sentiments de compétence, d’autonomie et d’appartenance. Les compétences socio-comportementales déterminent le développement des organisations apprenantes, qui s’opposent aux modèles tayloristes. Autonomie, quête de sens et coopération sont des modalités d’organisation du travail impliquant la mise en valeur des soft skills.

11Ce livre est une synthèse très instructive et utile à toute personne qui souhaiterait s’approprier les résultats des études les plus connues de ce champ des sciences économiques consacré aux soft skills et à leur influence sur le management et l’organisation des entreprises. Cette synthèse semble toutefois chercher à justifier une utilisation accrue des soft skills dans l’éducation et dans le management, sans remettre en question le bien fondé d’une telle pratique par des travaux de sciences sociales, par exemple. De plus, il aurait été appréciable qu’une partie soit consacrée à la manière d’enseigner les compétences socio-comportementales. Les liens de causalité entre leur développement et l’innovation et la croissance s’appuient sur quelques études, mais mériteraient des recherches bien plus poussées afin d’éclairer ce sujet passionnant.

Haut de page

Notes

1 Elise Huillery est notamment membre du Conseil scientifique de l’Éducation nationale constitué par Jean-Michel Blanquer lorsqu’il était ministre de l’Éducation nationale.

2 Les auteurs s’appuient notamment sur le livre de Yann Algan, Pierre Cahuc et André Zylberberg, La fabrique de la défiance (2013), qui montre que la confiance conditionne l’efficacité des entreprises.

3 Sisk Victoria F., Burgoyne Alexander P., Sun Jingze, Butler Jennifer L. et Macnamara Brooke N., « To what extent and under which circumstances are growth mind-sets important to academic achievement? Two meta-analysis », Psychological Science, vol. 29, n° 4, 2018, p. 549-571.

4 Albandea Inès et Giret Jean-François, « L’effet des soft skills sur la rémunération des diplômés », Cereq, Net.Doc, n° 149, 2016.

5 Par exemple Bloom Nicholas, Sadun Raffaella et Van Reenen John, « The organization of firms across countries », CEP Discussion Paper, n° 937, 2009.

6 Par exemple, Helliwell John, « Well-being and social capital: Does suicide pose a puzzle? », Social Indicators Research, n° 81, 2007, p. 455-496.

7 Les auteurs étudient de cette manière le climat social à l’école, dans l’entreprise, et notamment le ressenti de la population en termes de confiance personnelle ou interpersonnelle, ou de bien-être individuel et collectif.

8 Voir notamment Senik Claudia, Crises de confiance ?, Paris, La Découverte, 2020.

9 Par exemple, Fiorillo Damiano et Sabatini Fabio, « Structural social capital and health in Italy », MPRA Paper, n° 32392, 2008.

10 Peter Drucker (1909-2005) est un professeur, consultant américain en management, théoricien de l’esprit d’entreprise et de l’innovation systématique. Son livre The Age of Social Transformation (1995) est cité dans l’ouvrage.

11 Edward Deci est professeur de psychologie à l’université de Rochester (États-Unis) et Richard Ryan est professeur à l’Institut de psychologie et d’éducation de l’université catholique australienne, ainsi que chercheur à l’université de Rochester. Ils sont les fondateurs de la théorie de l’autodétermination qui a renversé la croyance selon laquelle il faut récompenser les êtres humains pour les inciter à accomplir des tâches. Voir leur livre, Handbook of Self-Determination Research, University of Rochester Press, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Michaud, « Yann Algan et Élise Huillery, Économie du savoir-être », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 07 octobre 2022, consulté le 26 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58330 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58330

Haut de page

Rédacteur

Thomas Michaud

Docteur en sciences de gestion. Chercheur associé au laboratoire ISI/Lab RII, Université du Littoral, Côte d’Opale.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search