Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Anne-Marie Chartier, L’école et l...

Anne-Marie Chartier, L’école et l’écriture obligatoire

Pascale Garnier
L'école et l'écriture obligatoire
Anne-Marie Chartier, L'école et l'écriture obligatoire, Paris, Retz, coll. « Forum éducation culture », 2022, 333 p., ISBN : 978-2-7256-3665-8.

À lire aussi

Haut de page

Texte intégral

1Après L’école et la lecture obligatoire1, Anne-Marie Chartier poursuit le projet d’historiographier les pratiques scolaires, en étudiant cette fois celles de l’écriture. Bien moins investiguée que la lecture, qui focalise au plus haut point l’attention des médias avec la fameuse « guerre des méthodes », l’écriture ne lui est pas moins historiquement et pédagogiquement associée. L’originalité de l’approche tient ici à l’« histoire par le bas » que développe l’autrice2, celle des pratiques scripturales ressaisies dans leurs contextes historiques et à travers les points de vue de leurs acteurs. L’autrice insiste sur leurs propres capacités à les redéfinir en situation, loin qu’elles puissent se déduire d’injonctions verticales. Elle appréhende ces pratiques par des traces, autant que possible celles laissées par les maitres et les élèves dans leurs cahiers (quelques-uns sont reproduits en pages centrales). C’est dire l’immense travail d’archives qu’elle a entrepris, tout en s’appuyant sur les travaux de collègues historiens français et étrangers. L’Avertissement de l’ouvrage explicite le choix d’une « édition courte » (333 pages) et introduit la version longue disponible en ligne, avec tout son appareil de notes et de références3. L’ouvrage est composé de 16 chapitres répartis en quatre grandes parties que l’on peut ordonner de manière très schématique sur un fil chronologique : « Les langues d’écriture et le geste d’écrire » part de l’enseignement humaniste de la Renaissance ; « L’écriture et la mémoire des textes » se centre sur le XIXe siècle ; « L’écriture obligatoire de l’école républicaine » va de la IIIe République jusqu’aux années 1960-1970 ; « Se mettre à écrire à l’école : les discours et les pratiques » porte sur la période contemporaine.

2Pour comprendre l’histoire de l’écriture scolaire, ou plutôt l’histoire d’une scolarisation de l’écriture, il faut, comme le fait Anne-Marie Chartier, la resituer dans l’histoire longue des pratiques et suivre le fil de ses usages sociaux. Il faut ainsi remonter à une époque où l’écriture était une pratique rare, un « art » de la calligraphie, une excellence technique, socialement et professionnellement distinctive, comme en témoigne l’institution de la corporation des « maitres écrivains » (1576), qui détenait le monopole de son enseignement jusqu’à la loi Le Chapelier (1791). Les pratiques de l’écriture scolaire sont alors analysées comme parties prenantes d’une institution scolaire en construction/transformation. Le cursus scolaire tel que nous le connaissons aujourd’hui se construit en même temps que sont définis les savoirs qui sont enseignés au fil de la scolarité. C’est notamment le cas de la création du « cours préparatoire », lieu emblématique des apprentissages du lire et écrire, qui est inséré entre l’école maternelle – qui prend progressivement le pas sur les « classes enfantines » bien plus largement répandues dans la France rurale de la première moitié du XXe siècle – et l’école élémentaire. Cette construction progressive d’un cursus scolaire est inscrite dans des transformations socio-historiques au long cours. Ainsi, par exemple, la pratique des « classes uniques » dans les petites écoles rurales est bien distinguée de celle qui se développe dans les écoles urbaines, caractérisée par une répartition des élèves selon leur niveaux de scolarité. En outre, en milieu urbain, les pratiques scolaires sont liées à des distinctions sociales fortes entre le public des écoles du peuple et celui des Collèges.

3Le parti pris d’une « histoire par le bas » impose de prêter une attention égale aux « détails » et aux différences entre le curriculum officiel ou prescrit (qui n’est pas pour autant oublié) et le curriculum réel : le travail que font quotidiennement les enseignants dans leur classe et en dehors de la classe (par exemple, les corrections ou la préparation d’un exercice de copie) et ce qui font les élèves. À cet égard, les cahiers d’élèves constituent de témoignages éloquents. Tout l’intérêt de cette approche est de remettre en perspective ce que nous tenons pour évident et « naturel », comme la multiplicité des cahiers ou classeurs, différenciés selon les matières scolaires qui, à partir des années 1960, prend le pas sur le « cahier du jour », dans une école élémentaire qui se secondarise quand le collège devient obligatoire. Elle indique aussi la disjonction entre la langue parlée par les enfants et la langue écrite en classe, qui a longtemps été de mise et le reste aujourd’hui pour une partie d’entre eux. D’où l’importance aussi, dans ces « détails » tous essentiels, de l’ensemble d’une culture matérielle attachée aux gestes d’écriture, que ce soit le support d’écriture ou l’outil scripteur, avec ce qu’il nécessite comme apprentissage particulier. Au-delà, l’écriture obligatoire entraîne dans son sillage une nouvelle architecture et un aménagement de la « maison d’école », quand les bancs font place aux pupitres des écoliers. Elle s’accompagne également du développement de toute une galaxie d’acteurs : éditeurs scolaires, fabricants de matériel, etc.

4Cette perspective d’« histoire par le bas » permet également de mettre au jour les cultures de métier des enseignants, à chaque époque. L’importance accordée à la maîtrise de l’écriture s’inscrit ainsi au fil du temps dans les épreuves de recrutement et dans la formation des enseignants. C’est à l’échelle de plusieurs générations d’enseignants que les pratiques se transforment. Donner à apprendre à écrire fait jouer des savoirs essentiellement pratiques, « sans auteur », avec des référentiels faits de bric et de broc et difficiles à expliciter, comme le montre en particulier une investigation des pratiques observées par l’auteure dans une classe de grande section de maternelle. Ces pratiques de classe ne sont jamais des applications des instructions officielles ; elles doivent peu, d’un autre côté, à des références savantes qui se développent dans ce domaine. Leur analyse souligne en somme une « profusion qui rebute la théorisation » (p. 233). Le travail de l’historienne, de la philosophe aussi, n’oublie pas ses expériences de formatrice d’enseignants au plus près des pratiques quotidiennes dans les classes. Ces ressources sont irremplaçables lorsqu’il s’agit de déchiffrer historiquement une « pragmatique d’action pédagogique pour qui enseigne » (p. 233). Elles permettent de comprendre que ce qui a été condamné comme dépassé, par les chercheurs, des innovateurs ou les cadres institutionnels, a toujours une valeur d’usage dans les classes, à l’image exemplaire de la dictée.

5Il est impossible de synthétiser en une seule ligne directrice toutes les évolutions qui sont analysées dans ce livre, d’autant qu’au fil du temps ce que « savoir écrire » veut dire varie : réaliser des gestes graphiques, entrer dans la langue écrite, produire des textes. Les multiples contextes de ces apprentissages s’imbriquent et les débats sur cet enseignement sont récurrents, comme celui entre la mémorisation, souvent dénigrée comme apprentissage de bas niveau, et la compréhension, qui exige une maîtrise approfondie des significations de l’écrit. Deux moments de basculement apparaissent cependant centraux : le premier lorsque la langue française écrite devient un objet d’études en lui-même ; le second quand l’écriture devient le point de passage obligé de tous les autres apprentissages de l’école, à l’exception de quelques disciplines « périphériques ». Ces basculements marquent la montée des exigences sur le plan de la précocité, de la vitesse et de l’étendue des acquisitions attendues de tous les élèves. Ils soulignent aussi la complexité accrue des tâches que les élèves doivent réaliser quand il ne s’agit plus de copier ou d’emprunter aux grands auteurs, mais de travailler l’expression de soi, en prise avec des expériences individuelles et collectives. À travers la montée de ces exigences, Anne-Marie Chartier montre une accentuation de la compétition scolaire et les incertitudes liées aujourd’hui à la présence des nouvelles technologies numériques, sans nostalgie ni prophétisme. Il n’est pas besoin ici d’être une ou un spécialiste de l’écriture, ni même de l’école, pour apprécier la richesse et la fertilité de cette « histoire par le bas ».

Haut de page

Notes

1 Chartier Anne-Marie, L’école et la lecture obligatoire. Histoire et paradoxes des pratiques d’enseignement de la lecture, Paris, Retz, 2007.

2 Anne-Marie Chartier ne s’attache pas à caractériser la perspective historiographique qui est la sienne dans cet ouvrage ; nous la rapprochons volontiers des préoccupations d’une « history from below » développée par l’historien Edward P. Thomson, Customs in Common: Studies in Traditional Popular Culture, New York, New Press, 1991, telle qu’elle est comprise par Cerrutti Simona, « Who is below ? E.P. Thomson, historien des sociétés modernes : une relecture », Annales. Histoire, sciences sociales, vol. 70, n° 4, 2015, p. 931-956, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-annales-2015-4-page-931.htm.

3 La version e-pub est disponible en ligne : https://www.editions-retz.com/pedagogie/domaines-transversaux/l-ecole-et-l-ecriture-obligatoire-9782725676425.html.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Garnier, « Anne-Marie Chartier, L’école et l’écriture obligatoire », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 10 octobre 2022, consulté le 16 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58405 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58405

Haut de page

Rédacteur

Pascale Garnier

Docteure en sociologie, professeure en sciences de l’éducation, Université Sorbonne Paris Nord.

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search