Navigation – Plan du site

AccueilLireLes notes critiques2022L'insaisissable empire des règles

L'insaisissable empire des règles

À propos de : Daston Lorraine, Rules. A Short History of What We Live By, Princeton, Princeton University Press, 2022.
Thibault Le Texier
Rules
Lorraine Daston, Rules. A Short History of What We Live By, Princeton, Princeton University Press, coll. « The Lawrence Stone Lectures », 2022, 384 p., ISBN : 9780691156989.
Haut de page

Texte intégral

L’arche historique

  • 1 Par exemple : Kaufmann Jean-Claude, Corps de femmes, regards d’hommes : sociologie des seins nus, (...)
  • 2 Par exemple : Goffman Erving, Comment se conduire dans les lieux publics : notes sur l’organisati (...)

1Les règles sont partout. À l’école, en voiture, sur internet, dans les stades, sur la plage1. Elles codifient le déroulement des enterrements et des pique-niques, comme celui des représentations à l’opéra et des journées de bureau, mais aussi les vêtements, les coiffures, la gestuelle, les expressions faciales, les sentiments adéquats, etc.2 Certaines règles guident, d’autres disciplinent ou interdisent, d’autres résolvent des conflits, et il existe encore bien des façons de les classer. Les règles sont si diverses et impliquent si souvent des exceptions qu’il est difficile de dire à quelles règles obéissent les règles. D’autant qu’on sait rarement si l’exception confirme la règle ou bien signale une règle concurrente inconnue.

  • 3 Par exemple : Daston Lorraine (dir.), Biographies of Scientific Objects, Chicago, University of C (...)

2Le dernier ouvrage de Lorraine Daston s’attaque à ce mont vertigineux en proposant une histoire des règles en Occident depuis l’Antiquité – une histoire des manières de penser la règle, mais aussi de l’appliquer. Malgré ce programme écrasant, l’historienne des sciences produit une réflexion pleine de qualités : bien écrite, claire, d’une érudition réjouissante et jamais gratuite, volontiers drôle. Même si le livre n’est pas sans défauts importants, on le verra, il enrichit l’histoire des catégories de l’entendement scientifique occidental (« objectivité », « observation », « expérience », « preuve », etc.) entreprise depuis presque trente ans par Lorraine Daston avec ses collègues de l’Institut Max-Planck d’histoire des sciences, à Berlin3.

3Le premier chapitre pose le cadre analytique du livre. Il s’agit d’étirer les règles entre trois oppositions qui en reviennent finalement à une seule : les « règles épaisses » contre les « règles fines ». Une règle épaisse (thick rule) s’applique à une infinité de situations ; flexible et générale, elle est accompagnée d’exemples, de mises en garde, d’observations et d’exceptions ; son bon ajustement aux circonstances nécessite expérience et jugement. La règle épaisse par excellence est le modèle, souvent incarné par un maître exemplaire ou une œuvre de référence. Et c’est au sens de « modèle » que les langues occidentales ont d’abord employé le mot « règle » de l’Antiquité au XVIIIe siècle. À l’inverse, une règle fine (thin rule) ne tolère pas les exceptions. Spécifique et rigide, elle doit être appliquée à la lettre et peut même être confiée à des machines. La règle fine par excellence est l’algorithme, dont la chaîne d’opérations basiques est indifférente au contexte et ne requiert ni expérience ni discernement pour être suivie. Là où la règle épaisse prévoit des marges d’ajustement, la règle fine suppose un réel mis au cordeau.

4La thèse centrale du livre est la suivante : en Occident, entre la fin du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle, nous avons basculé d’un monde incertain et mouvant de règles épaisses à un monde standardisé de règles fines. Le mot « règle » a perdu le sens de « modèle ». Le jugement est accusé d’arbitraire. Le discernement, l’intuition et le raisonnement par analogie sont également dévalués, écrit Daston, au profit de l’exactitude mathématique et de la fausse impartialité des bureaucrates. Dans quelques « îlots uniformes, stables et prédictibles » (p. 273), dont elle ne donne malheureusement pas les coordonnées précises, le vieux rêve de règles parfaitement univoques et inflexibles est devenu réalité.

5Le deuxième chapitre revient sur les racines étymologiques du mot « règle », qui désignent en grec (kanon) et en latin (regula) des tiges très droites servant à mesurer et tracer, comme le font toujours nos règles d’écoliers, d’ingénieurs et d’architectes. Ces termes anciens subsument les trois sens majeurs du mot « règle » : « une précision méticuleuse et souvent mathématique ; des modèles ou des motifs à imiter ; des lois ou des décrets » (p. 24). Daston détaille ensuite la Règle de saint Benoît, qui a servi de « constitution fondatrice » à « toutes les communautés monastiques de la chrétienté occidentale » (p. 34). L’attrait de cette Règle tient autant à ses 73 préceptes détaillés qu’aux exceptions qui les accompagnent et invitent l’abbé au discernement. L’abbé doit être en outre « la règle de la Règle : le modèle vivant d’une vie sainte » (p. 34). Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, en Occident, le mot « règle » a désigné avant tout cet effort de mise en ordre ajustée aux circonstances.

6De la fin du XVe au XVIIIe siècle, les arts mécaniques ont offert un terreau particulièrement fertile aux règles, comme le montre le troisième chapitre, le plus richement illustré. À mi-chemin entre les sciences et l’artisanat, mêlant compréhension et dextérité, ces arts mécaniques embrassaient la menuiserie, la cuisine, la musique, la peinture, la navigation, la chasse, le commerce, le jardinage, l’architecture, l’horlogerie, l’imprimerie, la pharmacie ou encore la politique. Ils ont fait l’objet de nombreux manuels rassemblant les « règles de l’art » : règles épaisses, à la fois rationnelles sans être scientifiques et générales sans être universelles, comme le montre Daston en examinant les écrits de Vauban sur la guerre de position et les livres de cuisine. Cette littérature influence les scientifiques, qui y puisent des modèles et d’innombrables métaphores, au point que « les règles de l’art ont fini par transformer les méthodes et les objectifs de la science » (p. 53).

7Les algorithmes sont quant à eux l’archétype des règles fines. Avant le XVIIIe siècle, il s’agissait essentiellement de techniques de calcul et d’apprentissage, explique le quatrième chapitre. Les mathématiques n’étaient pas un système de règles abstraites mais une collection de problèmes concrets, à suivre pas-à-pas et à mémoriser. Face à un nouveau cas, l’élève convoquait par analogie des cas similaires déjà rencontrés, et non une règle abstraite. « Le trop-plein de spécificités encourage un type propre de généralité », écrit Lorraine Daston (p. 105).

8À la fin du XVIIIe siècle, poursuit le cinquième chapitre, des projets de computation à grande échelle, notamment en astronomie, ont commencé à diviser des calculs mathématiques en une longue suite d’opérations simples confiées à des travailleurs peu qualifiés, donnant aux algorithmes un caractère mécanique. Dès lors, avant d’envisager de confier ces calculs à des machines, il n’y avait plus qu’un pas, que franchit l’ingénieur et mathématicien anglais Charles Babbage au début du XIXe siècle. La première machine à calculer fiable date des années 1870, mais pendant un siècle ce type de machines n’a pu fonctionner qu’en tandem avec des calculateurs humains (souvent des femmes mal payées). À rebours des enseignements passés, demander à ces opérateurs de ne pas réfléchir semblait désormais le meilleur moyen d’éviter les erreurs.

9À partir du sixième chapitre, Daston utilise le triptyque lois-règles-règlements. Elle observe que ces trois types de règles sont hiérarchisés entre la fin du XVe siècle et la fin du XVIIIe siècle. Au sommet, les lois, imitant l’ordre qu’elles entendent produire : « générales dans leur formulation, larges dans leur juridiction et augustes dans leur autorité » (p. 151). Puis viennent les règles (rules), plus nombreuses, plus détaillées, plus circonscrites. Et enfin les règlements (regulations), plus proliférants et spécifiques encore. Ces règlements, auxquels est consacré ce sixième chapitre, sont « des règles en action » (p. 154). Ils prennent en compte la particularité des situations et des habitudes qu’ils ont pour mission de changer. Selon Daston, tandis que les lois devenaient un lointain arrière-plan, les règlements n’ont cessé de proliférer. Cette évolution est liée principalement à la densité de population dans les villes et à leur complexité, écrit-elle. Daston examine ainsi trois phénomènes ayant entraîné un essor des règlements : 1) la consommation ostentatoire des élites, combattue sans succès par cinq siècles de lois somptuaires, du XIIIe à la fin du XVIIIe siècle – lois toujours en retard d’une mode et souvent inapplicables, quand elles n’étaient pas contre-productives ; 2) le désordre et l’insalubrité du Paris des Lumières, auxquels ont répondu d’innombrables règlements de police ; 3) la stabilisation de l’orthographe, qui a déchaîné les passions en Allemagne et en France.

  • 4 Cf. Daston Lorraine et Stollies Michael (dir.), Natural Law and Laws of Nature in Early Modern Eu (...)

10Le septième chapitre examine deux types de lois, dont Daston est très bonne connaisseuse4 : les « lois de la nature », qui gouvernent le cosmos, et les « lois naturelles » des humains à l’état sauvage. Les Occidentaux ont longtemps pensé ces deux types de lois de manière parallèle. Des similitudes étaient notées (même degré de généralité, même rôle de matrice, même contraste entre l’unité théorique et la diversité des cas concrets), mais leurs différences prévalaient. De fait, le terme de « loi » convient mal à la diversité de la nature et à ses sujets, incapables de comprendre les règles qu’ils sont censés suivre. Sans compter l’ambiguïté de ces lois de la nature, qui tiennent à la fois du divin et de l’humain, de l’ordre rationnel et de l’instinct sauvage.

11Comment une règle casse-t-elle à force d’être tordue, demande le huitième chapitre ? Quand faut-il suivre une règle à la lettre, et quand peut-on s’en tenir à l’esprit de la règle ? Il est rare qu’une règle ne souffre ni exception dans son principe, ni ajustement dans son application. C’est particulièrement vrai dans les domaines de la médecine, de l’enseignement, de la morale et du droit. Et pourtant, depuis le XVIIe siècle, l’Occident a vu apparaître des règles de plus en plus exhaustives et de moins en moins souples. Nous en sommes venus à voir les exceptions et les aménagements comme des fautes ou des injustices, écrit Daston, alors que les exceptions et les aménagements devaient justement permettre d’éviter ces fautes et ces injustices. L’autrice invite ainsi, en conclusion, à ne pas oublier que « les règles n’ont pas simplement des exceptions ; elles définissent et sont définies par leurs exceptions » (p. 269). Voilà pourquoi, même si nous ne sommes pas devenus des automates obéissant aveuglement à des protocoles, nous gagnerions peut-être à raviver la logique des modèles.

Quatre bémols

12Malgré ses nombreuses qualités, le livre souffre à mon sens de quatre faiblesses : un sujet inexpugnable, des cadres d’analyses flottants, un manque d’épaisseur socio-politique et un simple survol des XXe et XXIe siècles.

13Le premier reproche que l’on peut adresser à l’ouvrage, c’est de traiter un sujet impossible. Daston, dont il faut saluer l’ambition et l’imposant travail de recherche, le reconnaît : « une enquête qui aborde un sujet aussi gargantuesque sur plus de deux millénaires et dans plusieurs langues sera nécessairement sélective » (p. 21) – de fait, chaque thème abordé en appelle dix autres qui ne le seront pas (rien sur les jeux, le sport, l’armée ou le commerce, par exemple). Malgré cette sélection drastique, dont Daston aurait pu expliciter les critères et les biais, les règles imaginées par les Occidentaux depuis deux millénaires et demi semblent trop diverses et compliquées pour se couler à la fois dans une typologie cohérente et dans une histoire unifiée. Daston mène ces deux projets avec énergie et talent, mais échoue en grande partie à chaque fois.

14Côté typologie, Daston n’articule pas vraiment ses trois cadres d’analyse : le diptyque règles épaisses / règles fines, le triptyque modèles / lois / algorithmes et le triptyque lois / règles / règlements. Certes, les modèles sont associés aux règles épaisses et les algorithmes aux règles fines. Mais les deux triptyques ne sont pas articulés ; ils n’ont pas le même sens suivant que l’on considère les termes, les idées ou les pratiques ; et ils apparaissent au fil des pages de façon assez arbitraire – le livre a même parfois l’aspect un peu décousu d’un recueil d’articles.

15Côté histoire, l’objet est trop vaste pour livrer des principes généraux. À chaque fois que le livre propose une règle sur les règles, celle-ci est contredite par toutes sortes d’exceptions. Certains règlements sont des listes d’interdits, d’autres sont prescriptifs ; certains sont flexibles, d’autres non ; certains réussissent sans peine, d’autres échouent malgré de longs efforts ; certains sont des règles épaisses, d’autres des règles fines. De même, certaines règles sont appliquées aux choses, d’autres aux raisonnements, d’autres encore aux humains. Difficile de comparer des manuels de cuisine et des règlements de police, des règles de politesse et des formules d’arithmétique, des normes ISO et des codes de la route. Face à un tel sujet, les généralisations sont condamnées à un haut degré d’abstraction ou à répéter des évidences – par exemple, « les réglementations les plus efficaces doivent être ancrées dans les normes et les habitudes. Il est préférable d’inculquer les normes et les habitudes à un stade précoce » (p. 209). Ce qui n’enlève pas leur intérêt aux études de cas.

16Le deuxième reproche que l’on peut faire au livre, c’est d’alterner de façon un peu erratique une histoire des mots et une histoire des idées. Daston suit l’usage de termes (comme « règle » et « modèle »), mais elle suit aussi l’évolution d’idées quels que soient les termes qui les expriment (comme l’idée d’algorithme). D’un côté, elle peut voir le terme « modèle » disparaître des définitions du mot « règle » sans avoir à expliquer la permanence de l’idée de modèle, par exemple dans les ouvrages de développement personnel et les biographies (p. 44). De l’autre, elle peut suivre l’idée d’algorithme jusqu’à nos jours même quand le terme n’est pas employé – il est notamment absent des ouvrages de Charles Babbage cités par Daston, alors que, selon elle, « Babbage a fait plus que quiconque pour redéfinir le calcul dans un sens mécanique » (p. 125), pavant la voie aux machines à calculer et aux algorithmes tels que nous les connaissons.

17Ce va-et-vient entre termes et idées n’est pas explicité. Il est en outre aggravé par la convocation d’un troisième objet d’étude : les pratiques. Par exemple, alors que la réflexion juridique de Daston s’attache aux usages du mot « loi », son analyse des règlements s’attache aux pratiques, quitte à transformer les lois somptuaires en « règlements somptuaires » (sumptuary regulations). Jusqu’au sixième chapitre, le terme regulation est d’ailleurs employé au sens large de « réglementation », pour décrire aussi bien la Règle de saint Benoît que des lois, puis son sens est resserré pour désigner uniquement les « règlements ». Le livre alterne ainsi sans les ordonner une histoire sémantique, une histoire des idées et une histoire des pratiques, quoi que cette dernière dimension soit peu développée.

18Tel est précisément le troisième reproche que je ferais au livre : rester trop éloigné des pratiques. L’un des principaux problèmes des règles, c’est leur application. La foisonnante littérature primaire convoquée par Daston a l’intérêt de n’être pas cantonnée aux grands auteurs, mais elle mériterait d’être confrontée davantage à des travaux de sociologie et de science politique.

  • 5 Scott James C., Domination and the Arts of Resistance: Hidden Transcripts, New Haven, Yale Univer (...)

19En particulier, le point de vue des gouvernés fait souvent défaut. Alors qu’une règle est généralement une relation entre ceux qui l’édictent, ceux qui la font appliquer et ceux qui doivent la suivre, Daston adopte presque toujours le point de vue des penseurs et des législateurs, voyant l’application des règles comme un problème de codification, de transmission, d’éducation ou d’obéissance, et non comme un rapport de forces fait de résistances, de négociations et d’amendements – or les gouvernants, a montré par exemple James Scott, ont généralement intérêt à taire l’étendue de ces rapports de force5. En dehors des pédagogues, les théoriciens des règles semblent peu soucieux de leur réception et de leur incorporation par les gouvernés. Les sanctions sont à peine évoquées dans le livre. Les interdits aussi. L’analyse des règlements de police à Paris au XVIIIe est frappante à cet égard. Daston note que deux-cents ans après leur édiction, ces règlements restent « toujours fragiles, comme en témoignent les soulèvements de rue répétés et les embouteillages perpétuels » (p. 186), alors que les soulèvements et les embouteillages ont moins à voir avec le respect des règlements de police qu’avec la pauvreté et le trop-plein de voitures. Daston note aussi que l’incorporation de ces règlements a bénéficié de catastrophes, comme les incendies, qui « ont suscité des opportunités pour de nouvelles constructions et de nouveaux règlements, requérant par exemple de remplacer le bois et le chaume par des briques et des tuiles moins inflammables » (p. 186). Mais est-ce bien là un facteur fondamental ?

  • 6 Weber Max, Économie et société. Vvol. 2. L’organisation et les puissances de la société dans leur (...)
  • 7 Elias Norbert, La Société des individus, trad. de J. Etoré, Paris, Pocket, 1997.
  • 8 Durkheim Émile, De la division du travail social, Paris, PUF, 1986, notamment p. 182 [1893].

20Le livre aurait gagné, sur ce point, à s’armer des travaux des sociologues. Les enquêtes de Max Weber auraient été utiles par exemple pour saisir cette « transition floue entre le comportement qui résulte d’une accoutumance acceptée passivement et celui qui a pour maxime consciente de se conformer à la norme »6. Et Norbert Elias aurait été convoqué à profit pour étudier la transformation du rapport aux règles qui s’est opérée quand le contrôle des pulsions a relevé de l’autodiscipline et non plus de prohibitions extérieures, à mesure que l’État monopolisait l’exercice du droit et la contrainte physique légitime7. Un siècle de sociologie a montré que les règles de vie en société ne sont pas seulement respectées par peur de sanctions ou par émulation d’un modèle. Ce sont aussi des lieux confortables. Afin de jouir des nombreux avantages de la grégarité, l’être humain tend à rechercher les règles existantes pour s’y conformer. Et la vie en société tend à produire des régularités susceptibles d’être redoublées ou corrigées par des règles8.

21Qu’il s’agisse d’y trouver une protection, de l’affermir, de la critiquer, d’y résister, de l’enfreindre ou de jouer avec, les rapports individuels à la règle sont à peine esquissés par Lorraine Daston. Elle note, à propos des règles de promotion académique indexées au nombre d’articles publiés dans des revues classées, que « plus la règle est transparente, plus son application est mécanique, et plus l’application est mécanique, plus il est facile de tromper le mécanisme » (p. 41). Mais elle arrête là sa réflexion, au lieu de se demander si l’empire des règles fines ne serait pas miné, en pratique, par cette possibilité de s’y soustraire aisément.

  • 9 Vidoni Nicolas, La Police des Lumières. XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 2018, troisième parti (...)
  • 10 Napoli Paolo, Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 200 (...)

22Le livre s’attarde également peu sur les personnes chargées d’appliquer ou de faire appliquer les règles (souverains, abbés, magistrats, policiers, docteurs, enseignants, etc.). En quoi leur statut, leur légitimité et leurs pouvoirs influent-ils par exemple sur la forme des règles et sur leur fond ? Quels liens peut-on dessiner entre règles et sanctions ? Et pourquoi certaines institutions, comme les États et les armées, ont-elles été de véritables usines à règles ? Le livre ne l’explique pas. Pour comprendre par exemple la manie des règles qui s’empare du Paris des Lumières, Daston propose plusieurs explications, comme la concurrence entre les capitales européennes, mais la principale raison est à chercher selon elle dans « un séduisant fantasme d’ordre » (p. 172) et dans « une sorte de névrose obsessionnelle-compulsive » dont souffrirait la police parisienne, « condamnée à répéter les mêmes règles futiles année après année » (p. 180). Or il y a bien d’autres manières d’expliquer la prolifération des règlements de police dans le Paris de l’époque, comme les pressions exercées par le Roi ou par le Parlement de la ville, le besoin pour la police de légitimer sa fonction, la dangerosité et l’insalubrité des rues, le soutien du public éclairé, l’épouvantail des foules séditieuses, des succès encourageants et bientôt une crainte généralisée des miasmes9. En outre, les règlements étant le principal moyen d’expression de la police (les deux termes ont été longtemps synonymes10), n’était-il pas inévitable que les premiers se multiplient à mesure que la seconde gagnait en pouvoir ?

23Un quatrième reproche que l’on peut faire au livre, c’est de dessiner une « arche historique » (p. 266) allant de l’Antiquité jusqu’à nos jours sans guère prêter attention aux XXe et XXIe siècles. Daston privilégie logiquement la période dont elle est spécialiste (1500-1800). Hélas, c’est au prix d’un quasi-abandon de l’époque contemporaine, qui a pourtant vu déferler un raz-de-marée de lois, de règlements, de normes, de standards, de modes d’emploi et de codes. Selon la principale thèse du livre, nous serions passés d’un monde de règles épaisses à un monde où « les règles fines sont devenues le modèle de toutes les règles » (p. 84) ; mais cette thèse est affirmée davantage qu’elle est démontrée, et les raisons de ce basculement n’intéressent pas Daston. Certes, elle avance que « l’évolution de règles plus épaisses vers des règles plus fines a été en partie motivée par une méfiance croissante à l’égard du pouvoir discrétionnaire, diversement taxé d’arbitraire, de caprice, d’incohérence, d’imprévisibilité, d’injustice, d’opacité, d’intérêt personnel et même de tyrannie » (p. 270). Mais cette méfiance croissante n’est guère expliquée, et le lecteur peut la juger secondaire par rapport aux bouleversements économiques, politiques, techniques et culturels du siècle écoulé.

  • 11 Weber Max, « Parlement et gouvernement dans l’Allemagne réorganisée. Contribution à la critique p (...)

24Par ailleurs, si Max Weber a dénoncé la « cage de fer » de la bureaucratie, comme Daston le rappelle, et si « les écrivains et théoriciens du XXIe siècle fantasment un meilleur des mondes gouverné par des algorithmes informatiques » (p. 20-21), la réalité est-elle bien ainsi ? La cage de fer n’est-elle pas ouverte à mille ajustements, comme Daston le reconnaît en rappelant qu’une grève du zèle peut suffire à paralyser une organisation, et comme Weber le soulignait lui-même en déplorant l’influence persistante des partis politiques sur les fonctionnaires11 ? Comment expliquer que ce monde saturé de règles fines soit gouverné non par des dictateurs mais par des ultralibéraux vantant la transgression, l’anti-conformisme, l’agilité, l’autonomie ? La critique des règles n’a-t-elle pas cessé de s’accroître depuis les Lumières ? Et n’est-ce pas aussi l’abondance matérielle qui a entraîné, pour une large part, cette inflation de règles accompagnant les nouvelles possibilités offertes aux Occidentaux de voyager, de remplir leur foyer de dizaines d’objets technologiques ou encore d’acheter des aliments venus de l’autre bout du monde ? Sur ces sujets contemporains, le livre aurait gagné à s’étoffer de quelques pages.

Haut de page

Notes

1 Par exemple : Kaufmann Jean-Claude, Corps de femmes, regards d’hommes : sociologie des seins nus, Paris, Nathan, 1995.

2 Par exemple : Goffman Erving, Comment se conduire dans les lieux publics : notes sur l’organisation sociale des rassemblements, trad. de D. Cefaï, Paris, Economica, 2013 [1963].

3 Par exemple : Daston Lorraine (dir.), Biographies of Scientific Objects, Chicago, University of Chicago Press, 2000.

4 Cf. Daston Lorraine et Stollies Michael (dir.), Natural Law and Laws of Nature in Early Modern Europe: Jurisprudence, Theology, Moral and Natural Philosophy, Farnham, Ashgate, 2008.

5 Scott James C., Domination and the Arts of Resistance: Hidden Transcripts, New Haven, Yale University Press, 1990, p. 89.

6 Weber Max, Économie et société. Vvol. 2. L’organisation et les puissances de la société dans leur rapport avec l’économie, trad. de J. Freund et al., Paris, Plon, 1995, p. 34 [1921].

7 Elias Norbert, La Société des individus, trad. de J. Etoré, Paris, Pocket, 1997.

8 Durkheim Émile, De la division du travail social, Paris, PUF, 1986, notamment p. 182 [1893].

9 Vidoni Nicolas, La Police des Lumières. XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Perrin, 2018, troisième partie.

10 Napoli Paolo, Naissance de la police moderne. Pouvoir, normes, société, Paris, La Découverte, 2003, p. 20.

11 Weber Max, « Parlement et gouvernement dans l’Allemagne réorganisée. Contribution à la critique politique du corps des fonctionnaires et du système des partis » (1918), in Weber Max, Œuvres politiques (1895-1919), trad. de E. Kauffmann, J.-P. Mathieu et M.-A. Roy, Paris, Albin Michel, 2004, p. 307-455.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibault Le Texier, « L'insaisissable empire des règles », Lectures [En ligne], Les notes critiques, mis en ligne le 12 octobre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58425 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58425

Haut de page

Rédacteur

Thibault Le Texier

Chercheur associé au CESSP. Il a récemment publié La Main visible des marchés. Une histoire critique du marketing (La Découverte, 2022).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search