Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Eric Klinenberg, Canicule. Chicag...

Eric Klinenberg, Canicule. Chicago, été 1995. Autopsie sociale d’une catastrophe

Cyprien Rousset
Canicule. Chicago, été 1995
Eric Klinenberg, Canicule. Chicago, été 1995. Autopsie sociale d'une catastrophe, Lyon, Editions deux-cent-cinq, coll. « A partir de l'Anthropocène », 2022, 415 p., trad. Marc Saint-Upéry, ISBN : 978-2-919380-43-5.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. Boudia Soraya et Jas Nathalie, Gouverner un monde toxique, Versailles, Quae, 2019 ; compte rend (...)

1Vagues de chaleur et de froid, inondations, incendies : les conséquences du réchauffement climatique se manifestent de plus en plus fréquemment. Si personne n’est épargné par ces transformations globales, tous les pays et groupes sociaux ne sont pas touchés de la même façon1, comme le démontrent les analyses sociologiques de ces phénomènes habituellement présentés comme « naturels » ou « météorologiques ». Dans cette veine, l’enquête d’Eric Klinenberg sur la canicule de juillet 1995 à Chicago montre comment, en seulement quelques jours, dans un pays développé, une vague de chaleur a fait près de 739 morts. Cette problématique, qui fut à nouveau d’actualité lors de la canicule européenne d’août 2003, est au cœur de l’enquête doctorale réalisée à la fin des années 1990 par ce sociologue étatsunien aujourd’hui directeur de l’Institute for Public Knowledge (New York University). Deux décennies plus tard, sa traduction, aussi tardive qu’essentielle, rappelle l’importante contribution d’Eric Klinenberg à la réflexion sur les façons dont les sciences sociales peuvent se saisir de l’actualité, des catastrophes climatiques et naturelles, et de leur gestion politique et sociale.

2Comprendre les 739 décès de juillet 1995 requiert ce que l’auteur appelle une « autopsie sociale », qui consiste, en suivant la métaphore organiciste, à disséquer les différents « organes sociaux de la ville et [à] identifier les conditions » (p. 64) qui ont conduit à la mort d’autant de personnes. Dans une veine résolument critique, il s’agit d’ébranler le « monopole de l’explication, de la définition et de la classification officielles des questions de vie et de mort » (p. 64) que détiennent les institutions politiques et médicales. À ces fins, l’auteur fait appel à un impressionnant arsenal de matériaux : statistiques, photographies, archives, entretiens et observations sont mobilisés de façon extensive et intégrés au texte grâce à un remarquable travail d’édition, qui rend la démonstration aussi convaincante que la lecture est agréable. De plus, les nombreuses références citées offrent au public francophone un large panorama de certains sous-champs de la sociologie étatsunienne. L’étude des facteurs sociaux de l’exclusion et, partant, des décès, s’intègre ici à une vaste « épidémiologie sociale de la ville » (p. 82) que complète, dans un second temps, l’analyse de la construction de la vague de chaleur comme « événement et expérience publics » (p. 85).

  • 2 Elias Norbert, La solitude des mourants, Paris, Christian Bourgois, 1987 [1982].
  • 3 Voir Klinenberg Eric, Going Solo. The Extraordinary Rise and Surprising Appeal of Living Alone, New (...)

3Derrière le nombre de victimes se cache un premier fait saillant : beaucoup de ces personnes meurent seules, chez elles. Le premier chapitre éclaire ainsi d’un jour nouveau la « solitude des mourants » analysée par Norbert Elias2, mais en s’y intéressant sous l’angle de la production collective de l’isolement, état défini par le « fait d’avoir des liens sociaux limités » (p. 116). Outre l’insécurité et la valorisation de l’indépendance, le sociologue observe que de plus en plus de personnes vivent seules3, et que les hommes afro-américains sont surreprésentés parmi ces personnes. Dans les résidences pour personnes âgées, des processus conjoints de privatisation, de dégradation et de réduction du nombre de places ont aussi progressivement ébranlé les « conditions sociales et politiques de la cohésion et de la solidarité collectives » (p. 156). Ce faisant, la réclusion et la déprise sociale qui découlent de ces dynamiques expliquent les décès liés à la vague de la chaleur. Si l’ensemble de la ville de Chicago a compté en moyenne 7 décès par 100 000 habitants durant la vague de chaleur, ce taux a été dix fois plus élevé dans les quartiers les plus pauvres et déshérités.

  • 4 En 1995, le quartier de North Lawndale enregistre 40 décès liés à la chaleur par 100 000 habitants, (...)

4Ce premier résultat est toutefois rapidement nuancé, puisque le sociologue observe que les taux de mortalité varient aussi fortement entre des quartiers aux caractéristiques sociales pourtant identiques. La comparaison approfondie de North et South Lawndale, deux quartiers similaires du point de vue de la plupart des indicateurs socioéconomiques, mais aux taux de mortalité sensiblement différents4, permet alors de résoudre cette énigme. Pour ce faire, Eric Klinenberg réinvestit l’analyse écologique chère aux premiers sociologues de l’Université de Chicago : attentif à la différenciation de l’espace urbain, il conçoit la ville comme un « système social complexe d’institutions intégrées qui entrent en contact et s’interpénètrent de diverses manières » (p. 84), plutôt que comme un ensemble de mondes sociaux séparés. Pour lui, ce système est déterminant dans la construction d’écologies propices à la solidarité et à l’entraide : la présence et le dynamisme des associations, des églises, et des commerces du « petit village » de South Lawndale y expliquent le faible nombre de victimes. En revanche, au Nord, les rues désertes et les bâtiments abandonnés qui favorisent les activités illégales, de même que le manque de moyens financiers des clubs et associations communautaires ou la rotation élevée des habitants sont autant de symptômes d’une dégradation écologique. Contraints et habitués à l’isolement, de nombreux habitants de North Lawndale sont restés chez eux lors de la canicule, alors même qu’ils ne disposaient d’aucun moyen de s’en protéger ou de se rafraîchir. Leur mort s’explique donc avant tout par une « infrastructure sociale » (p. 34) dégradée.

5Cette « écologie des réseaux de soutien et d’entraide » (p. 165), fondamentale pour faire face à un événement extrême, est largement dépendante des infrastructures publiques, et donc des multiples institutions qui composent la gouvernance urbaine. Entrée dans une « ère managériale » (p. 233), celle-ci a progressivement concentré ses ressources sur des formes « paramilitaires » d’aide, comme les pompiers et la police, plutôt que sur les programmes sanitaires et sociaux et sur la coordination de l’ensemble des services publics et d’urgence. Les citoyens, ciblés par un « discours d’empowerment consumériste » (p. 270), ont progressivement été atomisés, et un nombre croissant d’entre eux s’est trouvé exclu des circuits ordinaires d’aide et de prestations sociales. Occultées et non-traitées, les inégalités se sont donc aggravées, l’accès à des biens élémentaires, comme l’énergie ou l’eau courante, n’étant même pas assuré. Ces conditions de dénuement et de vulnérabilité, déjà extrêmes en temps normal, se sont révélées fatales dans le temps court de la canicule.

6L’« État du désastre » (p. 233) que décrit Eric Klinenberg présente une autre caractéristique notable, le gouvernement par les relations publiques, sur lequel porte le quatrième chapitre. Au cours de la canicule, les ressources de la mairie de Chicago ont prioritairement porté sur le cadrage et la définition de la situation. La chaleur a joué un rôle d’explication scientifique, libérant le maire Richard M. Daley de toute responsabilité, et « imposant [surtout] une forme de déni bureaucratique aux administrations qui auraient pu autrement mobiliser une réponse efficace » (p. 306). Éviter le désastre politique a non seulement primé, mais cette stratégie a en outre réduit l’efficacité des services dans la gestion des victimes de la canicule.

7Les médias ont alors été d’autres acteurs de la construction symbolique et médiatique de la canicule, et ont servi de relais à la campagne de relations publiques menée par la mairie. En effet, le cinquième chapitre montre que la structure du champ journalistique a produit une homogénéisation progressive de la couverture médiatique, chaque rédaction s’inspirant des autres pour couvrir l’actualité. La canicule a d’abord été naturalisée, c’est-à-dire présentée comme une catastrophe naturelle et exogène, avant d’être construite comme un « spectacle social » (p. 318) axé sur la recherche du nombre réel de morts et sur les intrigues politiques. L’évocation des conditions de vie et de mort des victimes a ainsi disparu derrière les images sensationnelles des morgues débordées.

  • 5 Voir par exemple, sur les tremblements de terre, Dyl Joanna, Seismic City. An Environmental History (...)

8Initialement publié en 2002, ce livre reste d’une actualité saisissante. Alors que les événements de ce type – vagues de chaleur et de froid, inondations, incendies – se multiplient, Eric Klinenberg prouvait déjà il y a vingt ans l’intérêt que les sciences sociales ont à s’en emparer. Ces événements révèlent, au sens photographique du terme, des processus sociaux souterrains et occultés, comme l’isolement et la ségrégation sociale et ethnoraciale, les interactions entre champs médiatique, politique et administratif, et leurs effets sur les services publics. Contre un grand partage qui réduit leur domaine au social, l’auteur démontre que les phénomènes habituellement définis comme naturels ou biologiques sont aussi des terrains d’enquête féconds et légitimes pour les sciences sociales5.

  • 6 Voir le récent numéro « Qui a peur des sciences sociales », Actes de la recherche en sciences socia (...)
  • 7 Cf. Klinenberg Eric, Palaces for the People. How Social Infrastructure Can Help Fight Inequality, P (...)

9En somme, la lecture de ce livre précurseur rappelle que, à condition de dépasser cette division du travail scientifique, les sciences sociales ont un rôle décisif à jouer dans la compréhension du changement climatique, qui constitue le « contexte fondamental de notre vie sociale, économique et politique » (p. 49). Plus encore, et sous réserve que les réticences et la « peur des sciences sociales » disparaissent6, elles apportent une contribution importante et concrète à la lutte contre les conséquences du réchauffement climatique et au combat en faveur de l’« habitabilité de la Terre », selon les mots de Michel Lussault, préfacier de l’ouvrage. Leur intérêt n’est pas seulement spéculatif, puisqu’elles justifient une transformation de l’infrastructure sociale7 et des formes de solidarité, transformation d’autant plus urgente que la prétendue anormalité de ces « catastrophes » appartient désormais au passé.

Haut de page

Notes

1 Cf. Boudia Soraya et Jas Nathalie, Gouverner un monde toxique, Versailles, Quae, 2019 ; compte rendu de Julien Pongérard pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.35475.

2 Elias Norbert, La solitude des mourants, Paris, Christian Bourgois, 1987 [1982].

3 Voir Klinenberg Eric, Going Solo. The Extraordinary Rise and Surprising Appeal of Living Alone, New York, Penguin Books, 2012. Vivre seul n’équivaut toutefois pas à être isolé (cf. Russell Hochschild Arlie, The Unexpected Community. Portrait of An Old Age Subculture, Berkeley, University of California Press, 1973).

4 En 1995, le quartier de North Lawndale enregistre 40 décès liés à la chaleur par 100 000 habitants, contre seulement 4 par 100 000 habitants pour celui de South Lawndale (p. 178). Eric Klinenberg montre en outre que la composition ethnoraciale des quartiers (le premier est majoritairement noir, le second majoritairement hispanique) ne constitue pas une explication convaincante, puisque « l’environnement social de Little Village a protégé non seulement la population hispanique du quartier, mais aussi les personnes âgées blanches isolées culturellement ou linguistiquement, qui étaient elles aussi exposées à un risque élevé de décès » (p. 181).

5 Voir par exemple, sur les tremblements de terre, Dyl Joanna, Seismic City. An Environmental History of San Francisco’s 1906 Earthquake, Londres, University of Washington Press, 2017. Sur les rapports entre social et biologique et pour une analyse sociologique des AVC, voir Darmon Muriel, Réparer les cerveaux. Sociologie des pertes et des récupérations post-AVC, Paris, La Découverte, 2021 ; compte rendu d’Aurélien Raynaud pour Lectures : https://doi.org/10.4000/lectures.51245.

6 Voir le récent numéro « Qui a peur des sciences sociales », Actes de la recherche en sciences sociales, n°243-244, 2022.

7 Cf. Klinenberg Eric, Palaces for the People. How Social Infrastructure Can Help Fight Inequality, Polarization, and the Decline of Civic Life, New York, Crown, 2018.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyprien Rousset, « Eric Klinenberg, Canicule. Chicago, été 1995. Autopsie sociale d’une catastrophe », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 16 octobre 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58448 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58448

Haut de page

Rédacteur

Cyprien Rousset

Lecteur de français au sein de l’Université de Californie à Berkeley, élève de l’École normale supérieure, et agrégé de sciences économiques et sociales.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search