Navigation – Plan du site

Sophie Victorien, Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L'éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945

Arthur Vuattoux
Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses
Sophie Victorien, Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L'éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », 2011, 317 p., EAN : 9782753512832.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nicolas Sallée, « Une clinique de l’ordre. Examen des controverses autour de l’Ordonnance du 2 fév (...)

1Issu d'un travail de thèse réalisé à l'Université de Rouen, l'ouvrage de Sophie Victorien propose une étude du secteur associatif de l'éducation spécialisée en Seine-Maritime. Son travail prend pour point de départ la constitution d'un maillage institutionnel de protection de l'enfance né de la mise en œuvre de l'Ordonnance du 2 février 1945 relative à la jeunesse délinquante, puis de celle du 23 décembre 1958 régissant la protection de l'enfance en danger. Cette ambiguïté dans la prise en charge des mineurs, entre répression de l'enfance dangereuse et protection de l'enfance en danger, va permettre la création à la Libération de structures de placement mêlant prises en charges judiciaires et mesures civiles. L'ouvrage retrace cette histoire, des balbutiements de l'après-guerre à la remise en cause de certaines des valeurs de l'Ordonnance du 2 février 1945 à la fin des Trente Glorieuses, où une version « responsabilisante » de la prise en charge des mineurs délinquants1et la professionnalisation avancée du secteur transforment profondément le paysage institutionnel.

2Si l'ouvrage traite tout autant du contexte général de réforme de la justice des mineurs dans l'après-guerre (première partie) que de l'évolution locale des structures associatives de protection de l'enfance (troisième partie), il place au centre de l'analyse la jeunesse concernée par ces transformations (deuxième partie notamment). Prenant pour référence le secteur associatif, bien plus important dans ce secteur de l'action sociale que le secteur public, du fait d'une tradition de philanthropie républicaine et religieuse, l'ouvrage met en avant les représentations sociales d'une jeunesse envisagée différemment selon que l'heure est à la reconstruction de la nation - au sein de laquelle la jeunesse jouit d'un regard social positif du à son implication dans l'effort de guerre -, ou à la crise sociale des années 1970, qui place la jeunesse désaffiliée au cœur des préoccupations de sécurité publique.

  • 2 Ancien nom de la Protection judiciaire de la jeunesse (P.J.J.).

3La jeunesse prise en charge par les structures de l’Éducation surveillée2 est à cette époque l'objet d'une vaste opération de catégorisation, issue de l'interaction entre les secteurs éducatif, judiciaire et médical, qui aboutit à la qualification d'« enfance inadaptée », très vite constituée comme catégorie de l'action publique. Sophie Victorien montre que cette catégorie, née dans le sillage des travaux du psychiatre Georges Heuyer, demeure relativement « floue ». Pour autant, les jeunes placés font l'objet d'une investigation de plus en plus fine, mêlant enquête sociale, visite médicale et psychologie, guidant le placement, orientant les mesures d'insertion et constituant peu à peu, au rythme de la professionnalisation du corps éducatif, une sorte de clinique éducative. Par ailleurs, l'originalité de la démarche de l'auteure est d'envisager la constitution de l' « enfance inadaptée » du point de vue des pensionnaires, grâce à un travail sur la correspondance des jeunes placés.

4Localement, l'étude se penche sur le développement d'un véritable tissu de la prise en charge : un réseau d'institutions où se jouent des enjeux de pouvoirs très marqués et où s'établissent les notabilités du secteur protectionnel. Ainsi, une poignée d'individus règne sur la plupart des structures et associations habilitées à prendre en charge la jeunesse. Les structures, quant à elles, présentent de plus en plus un caractère complémentaire, à même d'assurer une véritable « continuité de la prise en charge » (p. 106) qui explique le fait que certains jeunes passent souvent de foyers de semi-liberté en institutions de rééducation, avant de clore leur parcours d'insertion dans des établissements pour jeunes majeurs. Le développement rapide des prises en charge montre également l'inter-relation entre de nouvelles législations et la création de nouveaux types de placements. Par exemple, la « lutte contre le proxénétisme » et la fermeture des « maisons de tolérance » ont accru la présence des jeunes filles dans les établissements.

5Cependant, ce maillage institutionnel et la constitution progressive d'une clinique éducative fondée sur la catégorie d'enfance inadaptée vont être confrontés à une vaste remise en question dans les années 1970, où les anciennes méthodes éducatives, novatrices à la Libération, seront bientôt considérées comme obsolètes. L'idée de « filière délinquantielle » voit le jour et l'efficacité des prises en charge est remise en cause au vu des « kyrielles de placements » que révèle la lecture de certains dossiers de mineurs. Si l’État continue à déléguer largement l'éducation spécialisée au secteur associatif, la prise en charge s'est professionnalisée et il faut maintenant compter avec le développement de savoirs institutionnels portés par les éducateurs.

6Le territoire délimité par l'auteure constitue un choix méthodologique particulièrement heuristique : la Seine-Maritime accusait à la Libération un retard important dans son maillage institutionnel de prise en charge, on voit donc clairement comment il s'est constitué. De plus, les problématiques développées ont l'intérêt de questionner également le présent. En effet, la période de remise en cause des fondements idéologiques de l'Ordonnance du 2 février 1945 n'est pas achevée, et l'imbrication des logiques éducative, psychopathologique et répressive pose toujours question dans l'actuelle transformation des prises en charge de la jeunesse irrégulière. Plus spécifiquement, l'ouvrage permet de mieux cerner la façon dont s'est construit un secteur associatif fort dans un domaine de l'action publique marqué par de nombreuses controverses idéologiques.

Haut de page

Notes

1 Nicolas Sallée, « Une clinique de l’ordre. Examen des controverses autour de l’Ordonnance du 2 février 1945 », Vacarme, n°49, automne 2009.

2 Ancien nom de la Protection judiciaire de la jeunesse (P.J.J.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arthur Vuattoux, « Sophie Victorien, Jeunesses malheureuses, jeunesses dangereuses. L'éducation spécialisée en Seine-Maritime depuis 1945 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 18 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5845

Haut de page

Rédacteur

Arthur Vuattoux

Etudiant en master 2 de sciences sociales à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page