Navigation – Plan du site

« Sociétés du spectacle », Actes de la recherche en sciences sociales, n°186-187, mars 2011

Sandrine Bretou
Sociétés du spectacle
« Sociétés du spectacle », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 186-187, mars 2011, 141 p., Seuil, EAN : 9782021040210.
Haut de page

Texte intégral

1Ce numéro des Actes de la recherche en Sciences Sociales, met en relief le parallèle mais aussi et surtout, les co-influences entre le théâtre de différentes époques et lieux, et les dénouements politiques issus du peuple.

2Carlotta Sorba dans son fascinant article sur le Risorgimento, parle d'échanges complexes entre l'opéra romantique et le mouvement nationaliste italien. C'est un bon exemple qui illustre bien les mouvements nationaux de la première moitié du XIXe siècle en Italie, mais aussi en Angleterre et en France, s'appuyant sur le langage symbolique et sur la ritualité. Il s'agit bien pour cet auteur d'une « imagination mélodramatique », revenant à penser à une certaine sensibilité collective pour ces mouvements, voire même de « nouvelles formes de communication politique ».

3Vincent Robert, après nous avoir présenté un spectacle à succès d'Alexandre Dumas, Le Chevalier de Maison-Rouge, un épisode du temps des Girondins, joué la première fois en 1847, nous livre une analyse pertinente de celui-ci malgré la difficulté de lecture due à la censure de l'époque. Il met en évidence la présence du Chant des Girondins lors des manifestations de février 1848, même si Dumas n'était pas un révolutionnaire, « en tant que pionnier de la mise en scène, il l'était. »

4Jeanne Moisand livre une tout aussi fascinante analyse entre la fréquentation ouvrière des théâtres et la politisation de ces milieux à Barcelone entre 1868 et 1909. Ce mouvement a pu commencer lors de la démocratisation des théâtres à partie des années 1870, où les entrepreneurs du spectacle pouvaient enfin créer et ouvrir des salles sans craindre la censure. Les ouvriers barcelonais n'étaient pas seulement des spectateurs mais bien de « fervents acteurs ou auteurs amateurs ». C'est l'époque à Barcelone où le théâtre et l'éducation sont populaires, il s'agit bien ici de parler de « pédagogie politique sur les planches » comme le suggère l'auteur, c'est là aussi que l'électorat analphabète se mobilise. Finalement, « la manière dont les ouvriers investissent le lieu théâtral et l'espace public témoigne davantage d'une volonté d'intégration culturelle et politique, et de sa frustration réitérée ».

5Au XIXe siècle, on n'avait pas pour le théâtre cette vision élitiste ou normée en fonction de critères littéraires contemporains. Pour Christophe Charle, le théâtre commercial et les revues du XIXe siècle fournissent un excellent observatoire pour une compréhension satisfaisante à la fois de « la société théâtrale, la société qui fréquente les théâtres, et les modalités de transposition de la société réelle sur la scène ». Cet article est intéressant notamment par son analyse à la fois quantitative et qualitative des revues théâtrales, démontrant l'importance des genres satiriques qui révèlent en fin de compte les points de friction sociaux et politiques des sociétés urbaines.

6Bleuwenn Lechaux nous propose un aspect contemporain du théâtre, le théâtre critique new-yorkais, qui a vu le jour durant les mandats de G. W. Bush. Le théâtre critique ne semble pas inné par rapport à certaines expériences menées à New-York. L'auteur revient un temps sur l'histoire particulière entre le théâtre et la politique aux États-Unis, débutant dès les années 1970. On pourrait rapprocher le théâtre militant d'un us contestataire mais aussi comme une dépréciation esthétique car en même temps que le théâtre militant veut conforter ses assises professionnelles, il tend à une certaine dépolitisation qui en faisait leur caractéristiques. Certains artistes voient l'art comme un instrument militant possible et valable.

7Qu'en est-il dans les émissions-forums que l'on connaît sur nos télévisions? Éric Darras nous propose une vision différente de telles émissions venues des États-Unis de cette « télé-poubelle » ou encore « télé-trash », qui montre plutôt par cet engouement populaire, une certaine dépolitisation du politique, que ce soit dans les talk-shows américains ou les émissions européennes calquées sur les premières. Malgré des analyses mettant en valeur le caractère conservateur de ces émissions, l'auteur souhaite démontrer « les usages obliques et les capacités de résistances (relatives) » des téléspectateurs.

8Afrânio Garcia Jr. clôture ce numéro par un article situant les écrits de Stefan Zweig par rapport à l'histoire de sa famille et l'histoire politique de l'époque, ou l'histoire d'un artiste européen au Brésil dans un contexte de guerre, ouvrant à la critique de la critique de textes.

9Ce numéro des Actes est des plus intéressant pour tous ceux qui s'intéressent à l'histoire du théâtre et à l'une de ces facettes les plus passionnantes la critique sociale et politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Bretou, « « Sociétés du spectacle », Actes de la recherche en sciences sociales, n°186-187, mars 2011 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5847

Haut de page

Rédacteur

Sandrine Bretou

Maître de conférences en sociologie, membre du LERSEM de Montpellier et du GIS "participation du public, décision, démocratie participative" de Lyon

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page