Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Marianne Blanchard, Philippe Lemi...

Marianne Blanchard, Philippe Lemistre (dir.), « Un nouvel âge de la sélection scolaire ? », Formation Emploi, n° 158, 2022

Marie Duru-Bellat
Un nouvel âge de la sélection scolaire ?
Marianne Blanchard, Philippe Lemistre (dir.), « Un nouvel âge de la sélection scolaire ? », Formation emploi, n° 158, juillet 2022, 242 p., Marseille, Céreq.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Jean-Claude Passeron, « Attention aux excès de vitesse », Esprit, n°125, 1987, p. 129-134.

1Ce numéro issu des « 26ème journées du longitudinal » qui se sont tenues en 2020 et qui rassemblent annuellement des chercheur·ses travaillant sur les relations entre la formation et l’emploi comprend neuf contributions centrées sur l’évolution des parcours scolaires dans un système qui s’est largement massifié, renvoyant à un second numéro l’étude de l’insertion professionnelle. Il offre un panorama dense des multiples facettes de ce qui est désigné comme relevant de la « sélection scolaire », à tel point qu’on peut se demander s’il ne s’agit pas là d’un mot valise agrégeant des processus très différents. Marianne Blanchard et Philippe Lemistre, qui dirigent ce dossier définissent la sélection de façon très large comme « tout ce qui contribue à ce qu’une partie de la population des élèves/étudiants n’accède pas à certaines filières et formations » (p. 8). La période contemporaine est qualifiée de « nouvel âge de la sélection » dans la mesure où le système éducatif s’est à la fois ouvert et diversifié, tandis que les jeunes sont appelés à prendre en charge eux-mêmes leur parcours. Pourtant, et l’introduction le rappelle, ces évolutions ne sont pas neuves puisqu’elles elles sont déjà à l’œuvre dans le secondaire dès les années 1980. Le sociologue doit toujours, comme le pointait avec malice Jean-Claude Passeron1, se méfier de l’invocation du « nouveau » comme apportant nécessairement une plus-value sociologique ! Néanmoins, les changements contemporains, qui conjuguent translation de la sélection et diversification croissante des itinéraires, ont une ampleur particulièrement conséquente à ce niveau de l’enseignement supérieur sur lequel se focalise ce numéro.

2L’article de Marion Valarcher montre que les lycéens ont intégré l’idée d’une sélection généralisée à l’entrée de l’enseignement supérieur, si ce n’est qu’ils semblent amalgamer difficulté à entrer dans une formation et difficulté des études elles-mêmes. Non sans inquiétude, car leurs enseignants mobilisent la peur pour les inciter à travailler : Parcoursup est utilisé comme un épouvantail, nourrissant une forme de chantage à l’orientation, dès lors que le processus se fonde sur le dossier scolaire. Les jeunes « porteurs de handicaps » sont eux-aussi dans la crainte, non pas tant de ne pas pouvoir accéder au supérieur (puisque l’étude d’Anaëlle Milon porte sur 21 jeunes qui sont eux-mêmes étudiants) que de s’y heurter à de multiples obstacles du fait même de leur handicap. Une sélection invisible dit l’auteure, même si le fait de se heurter à l’inaccessibilité de certains services et de s’autocensurer en conséquence constitue une dimension inhérente au handicap plus qu’une nouvelle forme de sélection universitaire.

3La thèse d’une sélection qui relèverait strictement de l’Université se trouve également questionnée par l’observation des phénomènes d’autocensure et de décrochage des jeunes ruraux ou habitant des zones isolées (articles d’Arnaud Dupray et de Clément Reversé). Ces jeunes parlent de « désamour » pour les études, de volonté d’accéder à des emplois « concrets » qui ne sont pas perçus comme une déqualification, se montrent réticents à quitter leur région… Que les choix s’inscrivent dans un contexte (ce qui rappelle que les situations observées en Ile‑de‑France ne sont pas représentatives de l’ensemble du territoire), qu’ils soient évidemment socialement déterminés, n’empêche pas les personnes de les assumer, d’y voir parfois une revanche par rapport aux échecs scolaires, même si le sociologue (un brin surplombant, puisque son point de vue prévaut sur celui des intéressé·es) lit ces comportements comme exprimant une situation de domination, et donc une forme de sélection…

  • 2 Ces programmes entendent, au nom de l’ « excellence pour tous », élargir le recrutement des élèves (...)

4Délimiter les contours du mérite n’est pas plus univoque. Ainsi, l’une des contributions montre comment les personnes chargées de choisir les bénéficiaires du programme PAREX (parcours d’excellence lancés en 2016)2 réalisent des arbitrages entre la sélection d’élèves « excellents » d’un point de vue académique et la volonté de diversifier les formes d’excellence en choisissant des élèves aux caractéristiques plus variées, mettant notamment l’accent sur un potentiel et des motivations. Cependant, c’est le mérite « scolaire » qui est privilégié, l’admission dans ces programmes se faisant avant tout sur la base de la valeur scolaire des élèves sans que la motivation des candidats ne puisse s’y substituer. L’article de Charlotte Glinel et Agnès van Zanten illustre cette même tension dans la définition du « mérite », opposant une « logique professorale » à une « logique managériale » dans les recrutements des étudiants bénéficiant du dispositif d’ouverture sociale à Sciences Po, et donc à la fois d’une procédure d’admission et d’un accompagnement spécifiques pendant la scolarité elle-même . Les jurys, composés à la fois de professeurs et de cadres du privé, y mettent en œuvre des « réflexes sociaux et professionnels de catégorisation » (p. 160), les uns valorisant les qualités scolaires, les autres des qualités de dynamisme, de motivation, de goût de l’effort. In fine, la direction de l’établissement, qui dispose d’un poids prédominant dans la sélection des candidat·es, limite l’ouverture réelle à des profils très différents, puisque les critères scolaires restent décisifs.

5La domination des critères scolaires dans la sélection constitue également un des résultats de l’étude de Mathieu Rossignol-Brunet sur les filières explicitement sélectives des universités de Lettres (à l’instar, par exemple, des doubles licences). Cette sélection scolaire s’avère-t-elle garante de meilleurs taux de réussite, comme le voudrait la rhétorique de Parcoursup ? Seulement si l’on accepte une définition très restrictive de la « réussite scolaire ». En effet, la sélection écarte les étudiants qui s’aventurent dans les études pour tenter leur chance ou qui découvrent rapidement qu’ils se sont trompés d’orientation. Dès lors, les autres réussissent mieux que dans les filières sans sélection. Cependant, le coût caché de ce gain de réussite est, comme le déplore l’auteur, d’une suppression d’un « droit à l’erreur » pour les étudiant·es.

6D’autres dimensions structurelles affectent la sélection. C’est le cas du rapport entre l’offre de places et la demande, comme l’illustre l’étude de Mélanie Sargeac. Le principal changement induit par Parcoursup est que les filières dites non sélectives (essentiellement des filières universitaires) ont à présent le droit, alors qu’elles étaient jusqu’alors ouvertes, de refuser des étudiants dès lors que leurs capacités d’accueil sont dépassées. Or l’attractivité inégale des universités engendre, notamment en Ile‑de‑France, une hiérarchisation des sites : les plus demandés reçoivent un public fortement sélectionné (par les notes, le type de bac possédé et par conséquent l’origine sociale). L’étude réalisée sur trois établissements d’Ile‑de‑France, en Droit, montre comment les enseignants adaptent leur discours de rentrée au public accueilli, prévoyant le succès ou l’abandon rapide de nombre de leurs étudiants, ce qui peut avoir un effet de prédiction auto-réalisatrice en encourageant ou en décourageant les élèves et donc amplifier la sélection d’ores et déjà réalisée.

7La sélection scolaire est, dans certains contexte, la conjonction de différents facteurs. Au Québec, l’organisation des études universitaires en deux étapes, le collège – le CEGEP – puis l’université proprement dite, a pour conséquence une sélection en deux temps. L’étude de Pierre Doray, Benoît Laplante et Natacha Prats montre que si l’orientation au CEGEP (et dans telle ou telle de ses filières) est marquée par des inégalités sociales, le passage à l’université obéit avant tout à des facteurs scolaires. Ceci autorise les auteurs à conclure que l’on assiste à une reconversion des facteurs sociaux en facteurs scolaires, un processus qui mériterait d’être scruté en France au niveau du passage en master.

8Dans une postface Séverine Chauvel souligne la nécessité de travailler davantage la notion de sélection, mais la diversité des acceptions attestées dans ce numéro invite tout autant à penser la non sélection : serait-ce qu’« ils prennent tout le monde » comme le dit un lycéen (interrogé par Marion Valarcher), qu’on ouvre toutes les filières au gré des flux lycéens, avec création instantanée des moyens de leur encadrement et sans se préoccuper de ce qui se passera quand viendra l’heure de l’insertion ? Le découplage de ce numéro avec celui qui sera centré sur l’emploi fait passer à l’arrière-plan le critère de la finalité des études supérieures qui, et la quête des filières sélectives par les jeunes les mieux informés le montre, est largement dominée par l’accès à un emploi. Dès lors que les emplois sont inégalement attractifs, la sélection scolaire (et la sélection sociale qui l’accompagne) va être au rendez-vous. Certes, tous les lycéens n’ont pas les mêmes préférences (et les mêmes préférences que les sociologues), ce qui rend fragile l’invocation (un peu rituelle) de la sélection quand certaines ou certains, par exemple, préfèrent des études littéraires aux CPGE scientifiques ou des études courtes près de chez eux à une grande école parisienne. La perspective dominante dans ce numéro consiste à se méfier de ces préférences socialement construites, et à considérer que prioriser choix et motivation revient à verser dans une logique « managériale »…

  • 3 Nagui Bechichi, Julien Grenet et Georgia Thebault, « Ségrégation à l’entrée des études supérieures (...)
  • 4 On pense en particulier aux analyses de John H. Goldthorpe. Voir par exemple « The myth of educatio (...)
  • 5 Pierre Bourdieu, « Classement, déclassement, reclassement », Actes de la recherche en sciences soci (...)

9Mais alors, sur la base de quels critères répartir les jeunes, dès lors que les notes scolaires sont injustes et les motivations suspectes ? Faut-il faire une plus grande place au tirage au sort ou laisser jouer le marché, dès lors que toute régulation – évidemment sociale donc « socialement biaisée » – s’expose à des critiques légitimes ? Se confronter à ce questionnement capital est certes plus complexe que la seule analyse critique des processus d’accès au Supérieur, d’autant plus que la méthodologie qualitative le plus souvent adoptée invite à attribuer la charge explicative au contexte immédiat – Parcoursup – alors que le contexte social plus large est quelque peu passé sous silence. Que le dispositif Parcoursup soit loin d’être satisfaisant, certes, de même qu’il est parfaitement nécessaire de discuter la notion de mérite. Si, pour avancer sur ces questions somme toute assez classiques, ces travaux empiriques sont précieux, la sociologie gagnerait à cultiver plus de cumulativité avec l’état de l’art, sans négliger les économistes. Ceux-ci ont produit des analyses de Parcoursup très éclairantes sur les effets de la procédure, pas toujours si sélective que ça d’ailleurs, quand on ne se limite pas aux approches qualitatives et à la région parisienne…3 De nombreuses analyses sociologiques de la méritocratie scolaire, curieusement jamais évoquées4, mériteraient également d’être prises en compte. Sans nul doute, ce numéro passionnant (et passionné) aiguise la curiosité, mais il laisse beaucoup de questions ouvertes, peut-être les plus essentielles : ainsi, peut-on dissocier la question de l’ouverture de l’accès au supérieur de celle de l’accès ultérieur à l’emploi, au risque d’ignorer les inégalités sociales spécifiques que génère les décalages éventuels, dont pâtiraient ces étudiants « abusés » dont parlait Pierre Bourdieu en 19785? C’est véritablement à une analyse critique globale de la méritocratie scolaire qu’il faudrait s’atteler, en multipliant les perspectives, à la fois comparatives – les pays de prime abord plus sélectifs sur le plan scolaire se caractérisent-ils par davantage d’inégalités sociales ? –, et plus politiques – faut-il défendre les privilèges des diplômés, valoriser d’autres critères d’accès à l’emploi et dans ce cas jauger la pertinence des politiques quantitatives d’expansion de l’enseignement supérieur ? Ces questionnements relèvent évidemment de l’ensemble de la communauté des sociologues et c’est le mérite de ce numéro de les susciter.

Haut de page

Notes

1 Jean-Claude Passeron, « Attention aux excès de vitesse », Esprit, n°125, 1987, p. 129-134.

2 Ces programmes entendent, au nom de l’ « excellence pour tous », élargir le recrutement des élèves visés jusqu’alors par les dispositifs de type « cordées de la réussite » mis en place auprès de lycéens pour les encourager à candidater dans les grandes écoles. S’adressant à des élèves de 3ème scolarisés dans les zones relevant de l’éducation prioritaire, ils mettent en place, pour des élèves volontaires, des activités variées touchant à la fois l’information sur les orientations, le travail scolaire lui-même (aide aux devoirs, soutien sur les méthodes et la motivation) et le bagage culturel.

3 Nagui Bechichi, Julien Grenet et Georgia Thebault, « Ségrégation à l’entrée des études supérieures en France et en région parisienne : quels effets du passage à Parcoursup ? », INSEE Document de travail, n°2021-03, 2021.

4 On pense en particulier aux analyses de John H. Goldthorpe. Voir par exemple « The myth of education-based meritocracy », New Economy, vol. 10, n° 4, 2003, p. 234-239.

5 Pierre Bourdieu, « Classement, déclassement, reclassement », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 24, 1978, p. 2-22.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « Marianne Blanchard, Philippe Lemistre (dir.), « Un nouvel âge de la sélection scolaire ? », Formation Emploi, n° 158, 2022 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 02 novembre 2022, consulté le 27 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58587 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58587

Haut de page

Rédacteur

Marie Duru-Bellat

Sociologue spécialiste des questions d’inégalités sociales et genrées (Centre de recherche sur les inégalités et IREDU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search