Navegación – Mapa del sitio

InicioLeerLes comptes rendus2011Chrystèle Bellard,   Les crimes a...

Chrystèle Bellard,   Les crimes au féminin

Camille Dorignon
Les crimes au féminin
Chrystèle Bellard, Les crimes au féminin, Paris, L'Harmattan, col. « BibliothèqueS de droit », 2010, 148 p., ISBN : 97822096123694.
Inicio de página

Texto completo

  • 1  Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain (dir.). Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femme (...)

1Où va la nuit, film de Martin Provost sorti le 4 mai 2011, raconte l’histoire d’une femme battue, Rose, qui, un jour, de femme soumise, devient femme meurtrière. « Impossibles victimes, impossibles coupables » : l’intitulé du colloque mené sous la direction de Frédéric Chauvaud et Gilles Malandain1 il y a deux ans reflète l’ambiguïté du crime de Rose, qui n’en serait pas un. Bien que le réalisateur indique qu’il a fait attention à ce que dans le film « Rose ne soit pas perçue comme une victime », l’association du personnage à cette catégorie plus qu’à celle des coupables est posée.

2Ce détour par l’actualité cinématographique permet d’illustrer une des deux grandes catégories de criminelles dont traite l’ouvrage de Chrystèle Bellard, Les crimes au féminin. Cet ouvrage est paru chez l’Harmattan, dans la collection des Bibliothèques de droit, qui ont le grand mérite de donner de la visibilité à d’intéressants travaux de jeunes chercheurs. Ce texte en fait partie.

  • 2  Claire Judde de Larivière, à propos de Belle Guiness, La première tueuse en série des États-Unis d (...)
  • 3 pour des exemples topiques, voir Annik Houel, Patricia Mercader et Helga Sobota , « Femmes criminel (...)
  • 4  Cesare Lombroso et Guillaume Ferrero, La femme criminelle et la prostituée et la femme normale, Fé (...)

3L’existence de ce clivage entre criminelles est important : bien qu’il ne soit pas structuré autour de ces deux représentations de la femme criminelle, elles transcendent l’ouvrage. Il y a la criminelle-victime, Electre des temps modernes, qui commet l’infraction en se défendant, ou en représailles, comme Rose, celle dont le crime est excusable, acquittée d’avance : l’amante trahie, l’épouse bafouée, la femme se protégeant etc. Et il y a la criminelle « coupable deux fois », l’« anti-femme »2 que l’auteure nomme « criminelle-diabolique ». Parce que si la première catégorie bénéficie de la compassion populaire, et de celle des juges, c’est parce bien que la transgression pénale, aussi forte soit elle, ne va pas jusqu’à la négation de son rôle de femme dans la société. Elle s’est montrée une bonne épouse, une fille défendant son honneur, une mère digne : une femme modèle, en un mot3. Alors que la femme doublement coupable n’est pas seulement celle qui a commis un crime, c’est aussi (surtout) celle qui viole la loi sociale, celle qui tue pour l’argent, qui maltraite ses enfants, la débauchée mauvaise mère, la pire des femmes4. Ces représentations caricaturales sont ancrées dans l’inconscient collectif : l’auteure les a trouvées aux sources de la criminologie, et dans la bouche des professionnels qu’elle a interrogés.

4Ces deux schémas nécessitent donc des allers retours dans la réflexion, empêchant une généralisation facile du phénomène. Et pourtant, l’on aurait pu se dire qu’en restreignant son étude à la classe d’infraction pénale la plus grave, Chrystèle Bellard avait à sa disposition les éléments pour s’en approcher. Mais même l’unicité de l’infraction ne suffit pas à l’explication de la complexité du crime des femmes. La raison, l’auteure nous la fait voir : selon que la criminelle appartient à l’une ou à l’autre de ces catégories, on tend vers la correctionnalisation (indulgence) ou vers la criminalisation (dégoût).

5L’auteure se distingue en ayant une approche gendrée de la question : loin de se livrer à des comparaisons avec la criminalité des hommes, elle ancre sa démarche dans une perpective objective, et non dans un relativisme « phallogocentré » (L.IRIGARAY).

  • 5  Michelle Perrot, « Ouverture », in Femmes et justice pénale, sous la direction de Christine Bard, (...)

6Cette analyse genrée, on ne manquera pas de le remarquer puisque c’est ici pertinent, est menée par une femme, Mme Bellard, sous la direction d’une autre femme, la professeure Herzog-Evans. C’est d’ailleurs encore une autre femme qui en fait le compte-rendu ici. Comme d’autres, on peut se dire qu’un tel examen de la résistance des femmes au crime doit beaucoup à la féminisation des études juridiques. Michelle Perrot regrette ainsi l’absence de critique féministe de la criminologie, telle qu’elle existe aux États-Unis et au Canada : la France serait « particulièrement rebelle à la critique sexuée du droit, supposé universel »5.

7Chrystèle Bellard scinde classiquement son étude en deux parties, traçant les contours de la place de la criminelle dans la société, avant de dresser la typologie de leurs actes. Même si cela est un peu simpliste, on peut dire que l’auteure se demande d’abord « qui sont-elles ? » puis « que font-elles ? ».

8Qui sont-elles ? Dans sa première partie, « Criminelles et Société », Chrystèle Bellard renvoie d’abord aux « représentations classiques », celle de l’empoisonneuse, de la mère meurtrière, de la femme trahie, ces idéal-type des journaux à sensation et des ouvrages de criminologie machistes du XIXème, que l’auteure appelle des « monuments de misogynie » qu’ils sont en aucun doute. Elle montre la vicacité de ces archétypes, malgré des démentis scientifiques : c’est ainsi que la figure de l’empoisoneuse a connu et connaît une notoriété inversement proportionnelle au nombre de cas réellement avéré. Aujourd’hui, la sociopathologie des femmes criminelles montre une femme à l’intégration socio-professionnelle réduite voire inexistante, faisant suite à une instruction très limitée. Elle est partie tôt de chez elle, où majoritairement elle a vécu une enfance compliquée, voire difficile. Son couple est ancien et stable, et dans une écrasante proportion, elle est mère. Rarement très intelligente, parfois fragile, quelques fois déficiente intellectuelle. Ces traits sont détaillés avec rigueur.

9La proximité affective est un élément central du passage à l’acte, l’auteure insiste sur celle-ci dans cette partie comme dans la seconde : « La qualité de la victime comme celle de l’éventuel coauteur constitueraient les éléments indispensables de l’infraction ».

10Que font-elles ? La seconde partie, «Les crimes des femmes», les énumère en s’appuyant sur non seulement sur des études existantes mais également sur la propre enquête sociologique de son auteure, permettant d’affiner les caractéristiques développées en premier lieu. Les homicides, d’abord. À rebours du sens commun, ces derniers (environ la moitié des crimes) sont commis par les femmes la plupart du temps sans complices - sauf si c’est un inconnu pour elles (elles connaissent alors au moins un co-auteur) - et il existe une mansuétude certaine en ce qui concerne l’infanticide, particulièrement pour le néonaticide. L’auteure met en évidence un « point de rupture (…) aux alentours de deux-trois ans » : « Cette filiation qui jouait en sa faveur jusque-là se retourne alors contre la mère ». Les violences sont étudiées ensuite et révèlent un profil plus fragile que celui des meurtrières : très immatures, extrêmement seules, la moitié d’entre elles sont déficientes, et leur alcoolisme est partagé par leur entourage.

11Malgré le déni de la criminalité sexuelle des femmes, l’auteure établit que ces actes sont occultés (le tabou empêche l’incrimination) et sous-estimés : la part de ces crimes est loin d’être anecdotique. Quant aux auteures de tortures et actes de barbarie, ces femmes ont été bien plus encore que les criminelles sexuelles abusées dans leur enfance, et leur milieu est celle d’une immense misère sociale. En dévoilant la crudité de ces actes, l’auteure appelle à une prise de conscience de leur réalité, afin d’améliorer la prévention et de l’adapter à la délinquance des femmes.

  • 6  Emile Durkheim, De la division du travail social, 12ème éd. 1910, p.35 et s.
  • 7  Jean Pradel, Manuel de droit pénal général, 15ème éd. 2004, p.21

12En conclusion, la déviance féminine n’est pas seulement ignorée de la doctrine parce qu’elle est numériquement faible, mais parce qu’elle conduit à remettre en cause les normes criminologiques. En ce sens, Mme Bellard aurait pu questionner jusqu’à la conception juridique du crime : l’on finit par se demander si, de cette dernière ou de la conception sociologique (i.e. celle selon laquelle « le crime est un acte blessant les états forts de la conscience commune »6 ) laquelle prévaut dans le champ de la délinquance des femmes. En inversant la formule de PRADEL, il semble que ce crime est en effet jugé moins sur ses caractères objectifs que d’après le jugement que porte sur lui la société7.

Inicio de página

Notas

1  Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain (dir.). Impossibles victimes, impossibles coupables. Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles), Presses Universitaires de Rennes, 2009

2  Claire Judde de Larivière, à propos de Belle Guiness, La première tueuse en série des États-Unis de Frédéric Chassaigne, dans « Belle, l’anti-femme », article publié dans le Monde des livres du 17 juin 2011

3 pour des exemples topiques, voir Annik Houel, Patricia Mercader et Helga Sobota , « Femmes criminelles, femmes ordinaires ? » Cycnos, Volume 23 n°2, juin 2006

4  Cesare Lombroso et Guillaume Ferrero, La femme criminelle et la prostituée et la femme normale, Félix Alcan, 1896

5  Michelle Perrot, « Ouverture », in Femmes et justice pénale, sous la direction de Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit, PUR 2002, p.12

6  Emile Durkheim, De la division du travail social, 12ème éd. 1910, p.35 et s.

7  Jean Pradel, Manuel de droit pénal général, 15ème éd. 2004, p.21

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Camille Dorignon, « Chrystèle Bellard,   Les crimes au féminin », Lectures [En línea], Reseñas, Publicado el 20 junio 2011, consultado el 29 julio 2021. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5865 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.5865

Inicio de página

Redactor

Camille Dorignon

Juriste en propriété intellectuelle - Bibliothèque CUJAS - Paris I, Service de documentation

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Derechos de autor

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search