Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Thomas M. Scanlon, Pourquoi s’opp...

Thomas M. Scanlon, Pourquoi s’opposer à l’inégalité

Mathieu Sadourny
Pourquoi s'opposer à l'inégalité
Thomas M. Scanlon, Pourquoi s'opposer à l'inégalité, Paris, Agone, coll. « Banc d'essais », 2022, 320 p., ISBN : 9782748904840.
Haut de page

Texte intégral

1Discutant une contribution de David Dorn et Peter Levell, Dani Rodrik1 s’interrogeait récemment sur les raisons pour lesquelles les gouvernements devraient s’attaquer aux inégalités de revenus induites par le commerce international. Si la question des outils à mettre en place pour lutter contre les inégalités compte, il convient en effet de ne pas négliger les justifications que l’on peut apporter à cette lutte. Tel est précisément l’objet du dernier ouvrage du philosophe états-unien Thomas Scanlon : Pourquoi s’opposer à l’inégalité, traduit par Victor Mardellat.

2L’inégalité est définie par l’auteur comme « la différence entre le bien-être des uns et celui des autres » (p. 5), voire comme « la différence entre ce que possèdent certaines personnes et ce que possèdent d’autres personnes » (p. 267). Cette large définition est mise au service d’une analyse où l’auteur entend examiner les fondements moraux de différentes objections aux inégalités, le plus souvent à partir d’exemples tirés du quotidien, qui font ensuite l’objet d’une montée en généralité.

3Ces objections sont formulées au fil des huit chapitres qui composent l’ouvrage. Ce dernier développant une argumentation dense, il n’est pas possible d’en rendre compte de manière exhaustive, aussi en resterons-nous aux principales lignes de force de Pourquoi s’opposer à l’inégalité.

  • 2 Le concept d’égalité de traitement est très proche de celui d’égalité d’attention, mais l’auteur pr (...)

4Le premier chapitre examine les objections aux violations de l’exigence d’égalité d’attention2. Ces violations se manifestent lorsqu’un agent a pour obligation de fournir un bien ou un service (qu’il soit de nature concurrentielle ou non) à tous les membres d’un groupe donné et qu’il s’acquitte de cette tâche de manière inégale. C’est le cas par exemple lorsqu’une mairie modifie le plan local d’urbanisme (PLU) afin de rendre constructibles des terrains pour certains de ses administrés et non pour d’autres, sans justifier ces choix par des motifs recevables. Pourquoi les pouvoirs publics doivent-ils respecter cette exigence d’égalité d’attention ? Pour l’auteur (p. 42), cela tient au fait qu’ils disposent de certaines prérogatives (lever des impôts, faire et appliquer des lois…), auxquelles les citoyens consentent parce que leurs intérêts sont censés être traités aussi bien que ceux des autres dans l’élaboration des politiques publiques. Si ce n’est pas le cas, alors les citoyens n’ont plus vraiment de raison de respecter l’autorité publique et de se soumettre à ses obligations.

5Le second chapitre s’intéresse aux inégalités de statut entre les individus, repérables dans les systèmes de castes ou encore dans les situations de discriminations raciale ou sexuelle. Les personnes qui en sont victimes ne peuvent alors accéder à certains emplois, jouir de certains droits, intégrer certains réseaux sociaux… Ces inégalités de statut suscitent deux types d’objections (p. 51) : i) c’est sans raison valable que l’accès à des biens et services est interdit à certains individus, voire que certains statuts sont valorisés ou dévalorisés ; ii) ces inégalités entravent les relations d’égal à égal entre les victimes et les auteurs des discriminations.

  • 3 L’équité procédurale « concerne le processus par lequel les individus sont sélectionnés pour des po (...)

6Les troisième et quatrième chapitres se penchent sur l’égalité des chances afin de comprendre les raisons pour lesquelles elle paraît si importante. Thomas Scanlon la définit comme « l’idée que les chances de succès économique des individus ne doivent pas dépendre du statut économique de leur famille » (p. 71). Le refus de l’égalité des chances est injuste en présence de stigmatisation, de manque d’équité procédurale3 ou d’inégalité d’attention. Par conséquent, l’exigence d’égalité des chances est remplie lorsque personne ne peut se plaindre de ne pouvoir concourir à l’obtention de positions privilégiées du fait d’un accès insuffisant à l’éducation ou à d’autres bien ou services nécessaires pour « devenir un bon candidat à la sélection à travers [l’équité procédurale] » (p. 93).

7Le cinquième chapitre est consacré à la manière dont les inégalités peuvent nuire au bon fonctionnement des institutions politiques. Deux sont évoquées. La première renvoie au fait qu’en présence d’inégalités, les citoyens les plus fortunés peuvent influencer les responsables politiques, les législateurs… afin que la décision publique favorise leurs intérêts. La seconde tient au fait que les inégalités économiques nuisent à la mise en œuvre des conditions nécessaires pour que l’équité politique soit opérationnelle, notamment lorsque les citoyens les plus pauvres se voient dépourvus de moyens d’expression efficace, ce qui les empêche de concourir et d’être élus à des fonctions politiques.

  • 4 Voir Caré Sébastien, La pensée libertarienne, Paris, PUF, coll. « Fondements de la politique », 200 (...)
  • 5 Voir Kolm Serge-Christophe, « Qu'est-ce qu'un impôt juste ? », Regards croisés sur l'économie, vol. (...)
  • 6 Cet argument semble avoir été à l’œuvre aux États-Unis, notamment lorsque les très hauts revenus ét (...)

8Le sixième chapitre revient sur un thème souvent évoqué, notamment chez les penseurs libertariens4 : « promouvoir l’égalité implique une entrave inacceptable à la liberté individuelle » (p. 161). Le cas de la fiscalité (p. 174-178) est emblématique de ce type d’objection : il est injuste qu’une partie de mon travail me soit confisquée par les pouvoirs publics à travers l’impôt sur les revenus du travail et du capital, par exemple. Cela porte atteinte à ma propriété ainsi qu’à ma liberté5. Néanmoins, il est possible aux yeux de l’auteur de justifier l’existence d’un système fiscal par au moins trois raisons : i) le système politique permet de faire émerger des décisions collectives dont le financement repose sur la fiscalité, cette dernière est alors un moyen équitable de financer la réalisation des projets issus de ces décisions ; ii) les impôts et autres prélèvements obligatoires permettent le financement d’un certain nombre de biens et services nécessaires pour que le système politique lui-même soit justifiable et acceptable (éducation, lois sur la propriété…) ; iii) la fiscalité est nécessaire, simplement pour réduire les inégalités, que ces dernières soient injustes ou qu’elles aient des conséquences dommageables6.

  • 7 Pour une défense récente de cet argument voir Mankiw N. Gregory, « Defending the One Percent », Jou (...)

9Le septième chapitre interroge l’affirmation suivante : les inégalités entre les individus sont justifiées par leurs mérites respectifs7. Thomas Scanlon passe en revue différents cas où cette affirmation est mise en avant, plus particulièrement dans le domaine des avantages financiers. Il en ressort que, dans de nombreux cas, l’usage du terme mérite est inadéquat. Par conséquent, l’argument du mérite ne paraît pas convaincant et ne peut donc servir à justifier et à légitimer les inégalités, notamment d’ordre économique.

  • 8 Voir, par exemple, Hawi Rima, « John Rawls, un philosophe chez les économistes », La vie des idées, (...)
  • 9 Pour une présentation synthétique, voir Spitz Jean-Fabien, « Le libertarisme de gauche : l'égalité (...)

10Le dernier chapitre, consacré aux inégalités de revenus, conduit l’auteur à discuter le principe de différence de Rawls8, l’argument dit de Wilt Chamberlain9, les écarts de rémunération entre le top 1% ou 0,01% et les 20% du bas aux États-Unis… Il en ressort que, pour Thomas Scanlon, il n’existe pas de réponse précise à la question de savoir quel devrait être le ratio entre la rémunération des dirigeants et celle des salariés (par exemple), ou entre les 10% les plus riches et les 10% les plus pauvres. Ce qui compte, c’est plutôt que « l’inégalité [des revenus] est contestable, et inéquitable, lorsque les mécanismes institutionnels qui l’engendrent ne peuvent être justifiés de la bonne manière » (p. 233).

11Les développements proposés, où l’auteur affirme sa position en discutant, ponctuellement, des arguments proposés par d’autres auteurs (Cohen, Hayek, Murphy, Nagel, Nozick, Rawls…), mettent à jour une conception relationnelle et pluraliste de l’(in)égalité où se joue une « forme de priorité pour les plus démunis » (p. 261). La conclusion de l’ouvrage ainsi que sa postface permettent de récapituler le chemin parcouru et de tirer quelques conclusions générales de l’analyse conduite.

12Pourquoi s’opposer à l’inégalité met donc au jour différentes objections aux inégalités et répond ainsi pleinement à l’objectif de l’auteur, énoncé en introduction. Nous nous permettons néanmoins trois remarques pour conclure ce compte rendu. La première est un (demi-)regret : au vu de la densité du propos, il est dommage que les chapitres ne soient pas structurés en plusieurs parties, identifiées par des intertitres, comme c’est le cas de la conclusion. La seconde remarque concerne le fait qu’il ne s’agit pas d’une simple traduction de la version originale Why Does Inequality Matter?, parue en 2018. En effet, outre la présence de plusieurs notes de bas de page du traducteur de l’ouvrage pour préciser ponctuellement tel ou tel point de la pensée de l’auteur, une note de l’éditeur nous apprend que « l’auteur a révisé et complété certains passages du texte de l’édition originale » (p. 4). Une postface inédite est également présente afin de préciser, clarifier la pensée de l’auteur. La dernière remarque concerne les implications de l’ouvrage. Clarifier les raisons pour lesquelles certaines inégalités doivent être combattues n’a pas qu’un intérêt théorique. Thomas Scanlon précise en effet que « [n]ous avons également besoin d’une telle clarification afin de comprendre ce que des lois et des institutions qui promeuvent l’inégalité ont d’injuste, et en quoi il peut être justifié de changer ces institutions en vue de produire une plus grande égalité » (p. 9-10).

Haut de page

Notes

1 Rodrik Dani, « A primer on trade and inequality », IFS Review, 2021, en ligne : https://ifs.org.uk/inequality/directory/.

2 Le concept d’égalité de traitement est très proche de celui d’égalité d’attention, mais l’auteur préfère cette dernière « parce qu’elle s’applique, non pas aux services fournis, mais à la manière dont leur distribution peut être justifiée » (note au bas de la page 16).

3 L’équité procédurale « concerne le processus par lequel les individus sont sélectionnés pour des positions privilégiées » (p. 93).

4 Voir Caré Sébastien, La pensée libertarienne, Paris, PUF, coll. « Fondements de la politique », 2009.

5 Voir Kolm Serge-Christophe, « Qu'est-ce qu'un impôt juste ? », Regards croisés sur l'économie, vol. 1, n° 1, 2007, p. 37-50, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-regards-croises-sur-l-economie-2007-1-page-37.htm.

6 Cet argument semble avoir été à l’œuvre aux États-Unis, notamment lorsque les très hauts revenus étaient taxés à des taux quasi-confiscatoires. Voir Saez Emmanuel et Zucman Gabriel, The Triumph of Injustice, New York, W.W. Norton, 2019.

7 Pour une défense récente de cet argument voir Mankiw N. Gregory, « Defending the One Percent », Journal of Economic Perspectives, vol. 27, n° 3, 2013, p. 21-34, disponible en ligne : https://www.aeaweb.org/articles?id=10.1257/jep.27.3.21.

8 Voir, par exemple, Hawi Rima, « John Rawls, un philosophe chez les économistes », La vie des idées, 2019, en ligne : https://laviedesidees.fr/John-Rawls-un-philosophe-chez-les-economistes.html.

9 Pour une présentation synthétique, voir Spitz Jean-Fabien, « Le libertarisme de gauche : l'égalité sous condition de la propriété de soi », Raisons politiques, vol. 23, n° 3, 2006, p. 39-40, disponible en ligne : https://www.cairn.info/revue-raisons-politiques-2006-3-page-23.htm.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Sadourny, « Thomas M. Scanlon, Pourquoi s’opposer à l’inégalité », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 08 novembre 2022, consulté le 19 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58694 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58694

Haut de page

Rédacteur

Mathieu Sadourny

Professeur de sciences économiques et sociales en classes préparatoires. Doctorant en sociologie (LESCORES et Cresppa-CSU).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search