Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Cyrine Gardes, Essentiel·les et i...

Cyrine Gardes, Essentiel·les et invisibles ? Classes populaires au travail en temps de pandémie

Myriam Chatot
Essentiel·les et invisibles ?
Cyrine Gardes, Essentiel·les et invisibles ? Classes populaires au travail en temps de pandémie, Vulaines sur Seine, Éditions du Croquant, 2022, 150 p., ISBN : 978-2-36512-362-4.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Amossé Thomas, Beatriz Mikael, Erhel Christine, Koubi Malik & Mauroux Amélie, 2021, « Les métiers “ (...)

1Cet ouvrage a pour objectif de comprendre les transformations de l’activité productive induite par les restrictions sanitaires induites par la pandémie de Covid-19. Il se concentre sur les travailleurs et travailleuses de « deuxième ligne », c’est-à-dire des personnes ayant travaillé « sur site » pendant le confinement du printemps 2020 en France, mais qui n’appartiennent pas aux personnels de santé dits en « première ligne » selon la distinction opérée par le président Emmanuel Macron. Or, bien que ces salarié·es chauffeur·euses routier·es, manutentionnaires, caissiers et caissières… aient été associé·es dans le discours public de cette période à des métiers réputés altruistes et désintéressés, au service des autres (les métiers de soins) et qualifiés d’héroïque par la catégorie de « travailleur·euses essentiel·les », c’est la recherche de profit par les entreprises qui a justifié le maintien de ces salarié·es « sur site » (au moins pour une partie d’entre eux) en dépit des risques auxquels iels étaient exposé·es. Or, ces travailleur·euses de « deuxième ligne » appartiennent largement aux catégories professionnelles « ouvrier·es » et « employé·es » non-qualifié·es et dans de plus mauvaises conditions d’emploi et de travail que la majorité1 (plus souvent en contrat à durée déterminée ou en intérim, connaissant plus souvent le chômage et avec de faibles durées de travail hebdomadaire, etc.). Il s’agit dès lors pour l’autrice de proposer « une étude sur les classes populaires dans le travail et en dehors, et sur la manière dont des événements d’ampleur mondiale peuvent les atteindre […] [en prenant appui sur les] hiérarchies sociales existantes, [que la pandémie] vient recomposer » (p. 21-22).

2Le livre s’appuie sur une enquête sociologique réalisée entre décembre 2020 et mars 2021, financée par une bourse de recherche postdoctorale de la Croix rouge française. Cette enquête consiste en 14 entretiens réalisés par téléphone avec des employé·es de la grande distribution et de la logistique, qui ont travaillé sur site pendant le premier confinement (à l’exception d’une enquêtée en arrêt de travail pour garder des enfants). Iels ont été contacté·es via des organisations syndicales. Les enquêté·es sont majoritairement des femmes (9 femmes et 5 hommes) en contrat à durée indéterminée (CDI), titulaires du brevet ou du bac (filières techniques et professionnelles), gagnant entre 1 000 et 1 500 euros par mois. Il s’agit donc d’enquêté·es appartenant aux fractions les plus stables des classes populaires.

3L’ouvrage s’articule en six chapitres, qui explorent les différents aspects des transformations des conditions concrètes et du rapport au travail pendant le confinement du printemps 2020 : la peur de la contamination, l’intensification du travail, le rapport des enquêté·es à la valorisation de leur travail (héroïsation et « prime Covid »), les recompositions des collectifs de travail et les conflits dans les secteurs « essentiels » (abordés principalement sous l’angle des négociations entre employeurs et salarié·es). Pour ce dernier chapitre sur les mobilisations salariales à l’initiative de représentant·es syndicaux, l’autrice mobilise les matériaux issus d’une autre enquête (en cours) sur les conflictualités en temps de pandémie.

4Sans surprise, le résultat saillant de l’enquête est de mettre en évidence combien ces travailleur·euses ont été mis·es sous pression pendant la pandémie. La peur de « ramener le virus chez soi », l’alourdissement de la charge de travail rémunéré et domestique et un sentiment de manque de reconnaissance de la part de leur hiérarchie et des client·es (pour les caissières) ont pesé lourdement sur ces salarié·es. L’intensification du travail pendant la pandémie est en effet dû à plusieurs éléments. Tout d’abord, les salarié·es des secteurs étudiés (grande distribution et les plateformes logistiques) ont dû faire face à une augmentation des cadences pendant le printemps 2020 (réapprovisionnements plus réguliers, rapidité en caisse pour éviter les files d’attente), avec des effectifs réduits. Ensuite, les enquêté·es ont dû faire preuve d’une disponibilité accrue au travail : changements des horaires de travail, incertitude accrue, horaires imposés plutôt que négociés comme c’était le cas auparavant. Enfin, iels ont dû assurer des tâches supplémentaires du fait du contexte pandémique : nettoyages et désinfections du poste de travail et de soi en rentrant chez soi, travail scolaire pour les parents ayant des enfants scolarisé·es, travail émotionnel pour gérer la nervosité et l’agressivité de certain·es client·es au travail et les tensions intrafamiliales dans la sphère domestique (comme l’angoisse des adolescent·es et jeunes adultes), etc.

5Or, cette intensification du travail n’a pas été compensée par un sentiment de reconnaissance sociale de leur travail, qui apparaît pour la plupart des enquêté·es comme dirigée principalement envers les soignant·es. Les caissières en particulier expriment se sentir déconsidérées par les client·es, et l’incapacité de leur hiérarchie à leur fournir des équipements de protection ou le non-respect des consignes sanitaires par les client·es renforce ce sentiment d’être méprisées. De même, les modalités d’octroi de la « prime Covid », censée matérialiser la reconnaissance symbolique envers ces travailleur·euses, font l’objet de nombreuses critiques, les conditions de versement et le montant ayant été laissés à l’appréciation de l’employeur. La prime apparaît insuffisante (dans son montant et comme compensation aux risques et aux contraintes éprouvés par ces salarié·es) et ses modalités de versement inégalitaire (par exemple, proportionnée au temps de travail ou plus faible pour les intérimaires que pour les salarié·es en CDI). Plus largement, le rapport au travail ne semble pas s’être réarticulé autour des risques encourus pendant la période : les enquêté·es rejettent la valorisation dont iels font l’objet en affirmant « je ne fais que mon travail », soulignant implicitement qu’iels n’étaient pas préparé·es à ces conditions de travail risquées (contrairement aux soignant·es, aux policier·es ou aux pompier·es, dont les risques font partie du métier).

6Le rapport aux collègues et à la hiérarchie est ambivalent. Ainsi, les relations professionnelles ont pu être initialement envisagées comme une « union sacrée », avec le sentiment que la direction est impliquée aux côtés des travailleur·euses sur site et que les employé·es sont solidaires entre eux (opposition entre le « nous » des travailleur·euses essentiel·les et le « eux » des confiné·es). La pandémie a pu être l’occasion d’investir les relations de sociabilité avec les collègues : « les émotions collectivement partagées et régulées, les solidarité, l’entraide, les coups de main, la transmission de ficelles pour se prémunir au mieux du virus, l’humour constituent des indices de l’existence de ces collectifs, qui ont aussi pu se renforcer avec l’arrivée de la pandémie sur les lieux de travail » (p. 113). Cependant, la période a aussi été marquée par des tensions accrues, la pandémie ayant contribué à fragiliser les dynamiques collectives dans les entreprises. L’autrice relève deux sources de conflits entre salarié·es : l’intensification du travail et la redistribution des horaires et des tâches d’une part et le rapport différencié des salarié·es aux protocoles sanitaires d’autre part (par exemple, des reproches envers ceux et celles qui ne respectent pas les règles sanitaires). De même, certain·es enquêté·es rapportent leur impression que la hiérarchie a manqué de considération envers les salarié·es, par exemple en n’offrant pas suffisamment de protections face au risque pandémique.

  • 2 Béroud Sophie, 2019, « Les classes populaires au travail. Quelle représentation ? », Savoir/Agir, v (...)
  • 3 Sept professions sont représentées parmi les enquêté·es, mais seules les hôte·sses de caisse, les c (...)

7En se concentrant sur les travailleur·euses de « deuxième ligne », ce livre prolonge les enquêtes précédentes sur l’impact de la pandémie de Covid-19. Il documente les conditions de travail d’une catégorie de la population aux contours ambigus (travail « essentiel » pour les citoyen·nes ou pour la rentabilité économique des entreprises ?), souvent dissimulée dans les discours sur le confinement du printemps 2020 par l’attention portée aux télétravailleur·euses et aux soignant·es, et montre l’hétérogénéité interne au sein des travailleur·euses « sur site ». Il met en évidence la dégradation des conditions de travail et l’exposition au risque de contamination de ces représentant·es des classes populaires, déjà souvent confronté·es à des facteurs de pénibilité ou un manque d’autonomie2. Il permet également d’éclairer les « coulisses » des négociations entre salarié·es et employeurs pendant la pandémie. Cependant, la petite taille de l’échantillon et son hétérogénéité ne permettent pas à l’autrice de proposer une analyse à la hauteur des ambitions posées par l’introduction. La composition de l’échantillon pose question : pourquoi inclure une enquêtée en arrêt de travail pendant le confinement du printemps 2020 ? Pourquoi privilégier trois professions3 aux conditions de travail différentes (notamment en termes de contact avec le public) plutôt que de viser une homogénéité professionnelle ? Pourquoi ne pas avoir privilégié une approche en termes de récit de vie ou des entretiens répétés si les conditions de recrutement étaient rendues trop difficiles par les restrictions sanitaires pour viser un échantillon plus étoffé ? L’enquête donne l’impression de ne pas avoir pu être suffisamment aboutie pour dépasser une synthèse descriptive des propos des enquêté·es, sans que l’impact des conditions d’enquête sur le recueil des données n’ait été pour autant exploré dans l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Amossé Thomas, Beatriz Mikael, Erhel Christine, Koubi Malik & Mauroux Amélie, 2021, « Les métiers “de deuxième ligne” de la crise Covid-19 : quelles conditions de travail et d’emploi dans le secteur privé ? », Document de travail, n° 205, Dares, CNAM-CEET.

2 Béroud Sophie, 2019, « Les classes populaires au travail. Quelle représentation ? », Savoir/Agir, vol. 49, no. 3, p. 65-72.

3 Sept professions sont représentées parmi les enquêté·es, mais seules les hôte·sses de caisse, les chauffeur·euse-livreur·euses et les préparateur·ices de commande comptent deux représentant·es ou plus dans l’échantillon et sont ponctuellement mis·es en exergue dans l’analyse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Myriam Chatot, « Cyrine Gardes, Essentiel·les et invisibles ? Classes populaires au travail en temps de pandémie », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 09 novembre 2022, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58699

Haut de page

Rédacteur

Myriam Chatot

Docteure en sociologie et post-doctorante à CITERES (Cités, Territoires, Environnement et Sociétés) dans le cadre du projet de recherche Multiconc sur la concurrence entre les EHPAD (établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search