Navigation – Plan du site

Michel Monteau, L'organisation délétère. La Santé et Sécurité au Travail au prisme de l'organisation

Hervé Polesi
L'organisation délétère
Michel Monteau, L'organisation délétère. La SST au prisme de l'organisation, Paris, L'Harmattan, coll. « Dynamiques d'entreprises », 2010, 375 p., ISBN : 9782296138148.
Haut de page

Texte intégral

1Avec L'organisation délétère. La Santé et Sécurité au Travail au prisme de l'organisation, Michel Monteau propose un ouvrage dense qui a, en positif, toutes les caractéristiques d’un manuel : une grande masse d’informations, avec des focus détaillés présentés en encadrés, mises en musique de façon à inviter le lecteur à une réflexion critique sur les éléments de connaissance transmis.

2Quatre grandes parties structurent le propos de l’auteur. Dans un premier temps, il prend la peine de s’attarder sur ce qu’il est possible d’entendre par « organisation ». Il aurait été possible de faire l’impasse sur ce travail de définition, et de laisser le lecteur se reposer sur une représentation plus ou moins intuitive de ce qu’est une organisation. Le tour d’horizon est riche : l’auteur prend la peine de multiplier les entrées et de considérer les définitions de l’organisation selon trois disciplines différentes : l’ergonomie, la sociologie, les sciences de la gestion. Les sociologues du travail se soucient faiblement des questions de santé et sécurité au travail : le rappel de l’existence de l’ouvrage de Dwyer, Life and death at work, industrial accidents as a case of socially produced error, est à ce titre tout-à-fait bienvenu. Il nous semble cependant que si la sociologie du travail néglige la question de la santé au travail, elle est en revanche très largement prise en compte par les sociologues des rapports sociaux de sexes. Il est vrai que ces derniers se penchent principalement sur les salariées, s’écartant dès lors du modèle « masculin neutre » du salarié…

3Avec la deuxième partie, le lecteur apprend à analyser un accident du travail et dans quelle mesure il est possible de rattacher la survenue d’un accident à une question organisationnelle. L’exposé succinct de plusieurs modèles possibles pour la compréhension d’un accident du travail pourrait amener le lecteur à se perdre : l’auteur veille cependant, à travers des exemples d’accidents qu’il puise dans la littérature, à rendre tout cela digeste. Les quelques modèles présentés permettent de saisir l’esprit dans lequel les différents auteurs convoqués tentent de travailler. Qu’il s’agisse par exemple de « variation », de « coactivité » ou encore de « récupération », le travail notionnel apparaît dans toute son importance : les modèles d’analyse reposent sur des définitions les plus rigoureuses possible. Là encore, Michel Monteau veille à nourrir l’esprit critique du lecteur et à le prémunir contre toute forme de fascination : le fait que les notions proposées par les uns ou les autres soient opérationnelles ne signifie pas qu’elles soient sans limites et sans contraintes. L’exemple de la récupération est particulièrement parlant : il est question de récupération lorsqu’un salarié doit intervenir de façon inhabituelle pour que le travail reprenne son cours habituel. Que le moment de la récupération soit propice aux accidents, cela apparaît clairement. Ce qui aurait en revanche pu échapper au lecteur, c’est que la notion de récupération présuppose un cadre de travail normé, et qu’il en existe d’autres où, la récupération étant en quelque sorte la règle, la notion s’avère inopérante en termes d’analyse.

4La troisième partie se consacre aux entreprises qui ont supprimé autant que faire se peut les accidents : restent les accidents de faible niveau de gravité (que l’auteur qualifie de domestiques par analogie, oubliant peut-être le poids important de la mortalité par accident domestique en France), les accidents de trajets et les accidents rares, c’est-à-dire, les accidents graves contre lesquels l’entreprise s’est prémunie, mais qui ne sont jamais totalement éradiqués. Outre la réflexion sur ces occurrences isolées d’accidents graves, ce chapitre est l’occasion d’élargir le champ de la réflexion, la santé et la sécurité au travail ne pouvant se réduire à l’accidentologie. L’auteur parle de ce qu’il y a « en deçà de l’accident », syntagme qui peut surprendre, s’agissant des conditions de travail pathogènes. Bien évidemment, il existe une logique historique à cette hiérarchisation, la législation sur les accidents du travail étant bien antérieure à celle sur les maladies professionnelles. Pour autant, cette antériorité semble résulter historiquement plus d’une résistance à légiférer sur les maladies professionnelles qu’à un primat social accordé aux questions d’accidents. Reste cependant la dimension de la construction sociale de ce qui acceptable ou inacceptable au travail, avec toute sa variabilité dans le temps et l’espace.

5Les grandes thématiques du moment sont les troubles musculo-squelettiques (TMS) et la souffrance mentale au travail (également connue sous le vocable de « risques psycho-sociaux »). L’impact de l’organisation sur ces familles de pathologies ou symptômes semblera peut-être plus évident au lecteur que le lien entre organisation et accident : peut-être est-ce une question de familiarité. Toujours est-il qu’avec ce lien apparaît également la question de l’arbitrage entre la prévention et d’autres impératifs des entreprises : cette question était moins présente au sujet de l’accident dans la mesure où l’accident n’est justement plus considéré comme acceptable, même sous l’excuse de la rentabilité ou de la compétitivité. L’ouvrage s’achève donc sur une partie passant en revue les modalités de résistance déployées à la prévention des TMS et de la souffrance mentale au travail. Michel Monteau choisi de parler de « prévention empêchée » : il désigne ainsi toutes les situations pathogènes clairement identifiées, dont l’action correctrice est connue, mais non mise en œuvre. La précarisation du travail et l’externalisation des risques sont mises en avant comme conditions d’empêchement de la prévention, situation déjà largement décrite dans le cadre de l’industrie nucléaire civile par exemple.

6L’auteur a fait le choix de réserver à la conclusion l’exposé des réponses qu’il croit possibles face aux défis posés par les questions de santé et sécurité au travail. Trois mots-clefs résument son propos : régulation, réflexivité et résilience. Nous laissons le lecteur découvrir l’exposé très ramassé qui porte ces notions, le propos aurait cependant mérité d’être davantage développé. Nous voulons par exemple bien croire que « l’entreprise doit en effet rester lucide sur aptitude et ses capacités à prendre en charge la SST […] ». Mais quels outils et quelles conditions pour favoriser cette lucidité ? Au vu de la maîtrise de son propos, Michel Monteau a probablement bien des idées à ce sujet. Nous attendons donc de retrouver ces développements dans un prochain ouvrage, en le remerciant déjà pour celui-ci, qui propose une introduction à la fois solide et accessible aux questions touchant la santé et la sécurité au travail envisagées d’un point de vue organisationnel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Polesi, « Michel Monteau, L'organisation délétère. La Santé et Sécurité au Travail au prisme de l'organisation », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 07 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5873

Haut de page

Rédacteur

Hervé Polesi

Chargé d'études en santé publique à l'ORS Alsace et doctorant au sein du laboratoire Cultures et sociétés en Europe (CNRS/Université de Strasbourg)

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page