Navigation – Plan du site

Béatrice Dubell, El Bi’r - Le puits. Récits d’engagements anti-colonialistes à Lyon pendant la guerre d’Algérie

Paul-Marie Atger
El Bi'r - Le puits
Béatrice Dubell, El Bi'r - Le puits. Récits d'engagements anti-colonialistes à Lyon pendant la guerre d'Algérie, 2008.
Haut de page

Texte intégral

  • 1  Je pense, par exemple, aux articles de Sylvie Thénault, comme « Personnel et internés dans les cam (...)

1Malgré une floraison de publications récentes, la guerre d’Algérie en métropole reste très mal connue. Quelques articles importants ont été publiés ces dernières années1, mais les bons ouvrages se comptent sur les doigts d’une main : une goutte d’eau par rapport au déluge de papier déclenché par les attentats du 1er novembre 1954.

  • 2 La guerre d’Algérie et les Français, sous dir. J-P. Rioux, Paris, Fayard, 1990, 700 p.
  • 3 La guerre d’Algérie et les intellectuels français, sous dir. J-P. Rioux et J-P. Sirinelli, Paris, I (...)
  • 4  H. Hamon et P. Rotman, Les Porteurs de valise : la résistance française à la guerre d’Algérie, Par (...)
  • 5  A. Duranton-Cranbol, Le temps de l’OAS, Bruxelles, 1995, Complexe, 319 p. et O. Dard, Voyage au cœ (...)
  • 6  Il faut citer néanmoins les travaux de Linda Amiri, dont La bataille de France, la guerre d’Algéri (...)

2Dans cette demi-pénombre, tout ce qui concerne les Français est relativement bien connu, que ce soit les répercussions politiques de la guerre sur l’opinion française2, les engagements des intellectuels3, les réseaux de soutien au FLN4, ou à l’autre extrême du champ politique, les activités en France de l’OAS5. Par contre, l’histoire de l’immigration algérienne pendant la guerre a été beaucoup moins étudiée. Le conflit entre le FLN et le MNA reste relativement obscur, alors qu’il s’agit du conflit le plus meurtrier qu’ait connu l’Europe occidentale depuis la fin de la seconde guerre mondiale. Quant à l’encadrement, à la faveur de la guerre, d’un demi-million d’immigrés algériens par un parti-Etat en gésine, on n’en sait presque rien, faute de sources et de monographies régionales6.

  • 7  Voir par exemple, E. Blanchard, “Police judiciaire et pratiques d’exception pendant la guerre d’Al (...)
  • 8  J-P. Brunet, Police contre FLN : le drame d’octobre 1961, Flammarion, 1999, 345 p.
  • 9  J-L. Einaudi,  La bataille de Paris : 17 octobre 1961, Paris, Le Seuil, 1991, 329 p. et Octobre 19 (...)
  • 10  J. House, N. MacMaster,  Paris 1961 : Algerians, state terror, and memory, Oxford, Oxford Universi (...)

3Cependant, de nombreuses avancées ont eu lieu ces dix dernières années. L’influence des études postcoloniales et subalternistes dans ce tournant historiographique est très nette7, même si tous les travaux qui traitent du camp algérien ne peuvent y être rattachés. La redécouverte des massacres commis par la police française en octobre 1961 a également eu beaucoup d’influence sur le cours des travaux historiques. Les procès et les polémiques médiatiques et historiographiques8 suscitées par les livres de Jean-Luc Einaudi9 ont eu ceci de bon qu’ils ont amené les historiens à se pencher sur la stratégie du FLN durant l’automne 1961. Le livre que Neil MacMaster et de Jim House  ont consacré à ce sujet constitue un apport décisif à la compréhension des rouages et du mode de fonctionnement du FLN10.

  • 11  Le film, par ailleurs très intéressant ,que Richard Copan a consacré en 1992  aux Frères des frère (...)

4Le film que Béatrice Dubell sur Albert Carteron, un prêtre lyonnais qui s’est engagé très avant dans l’aide au FLN, s’inscrit dans ce contexte. En 2008, on ne peut plus faire un documentaire sur les réseaux de soutien au FLN sans donner la parole aux Algériens11. Ce film montre donc autant les Français qui aidèrent le FLN que les Algériens qui bénéficièrent de cette aide. Cinq Algériens témoignent : deux d’entre eux, Saad Abssi et Amor Ghezali, eurent des fonctions importantes au sein de la Fédération de France du FLN. Amor Ghezali fut responsable de la Wilaya de Lyon, c'est-à-dire de l’organisation régionale du FLN.

5Le protocole adopté par la réalisatrice est très simple : les témoins sont filmés, soit seuls, soit le plus souvent à deux, sur un fond neutre. Ils évoquent leurs souvenirs de l’abbé Carteron : ils se sont souvent rencontrés grâce à lui. Entre deux séquences, on les voit déambuler dans les rues de la Guillotière, où Albert Carteron s’était fixé au début des années 1950 pour aller témoigner du message de l’Eglise au sein du monde musulman. Il y a quelques chose de profondément émouvant à voir ces septuagénaires marcher lentement à la recherche de leur souvenirs, dans les ruelles d’un quartier que les projets immobiliers des promoteurs ne parviennent pas tout à fait à défigurer.

  • 12  Sur l’affaire du Prado,  et en général sur l’implication des chrétiens dans la guerre d’Algérie, v (...)

6Le film de Béatrice Dubell n’est nullement une biographie d’Albert Carteron : on ne saura rien sur sa jeunesse et ses années de formation, ce qui est un peu dommage. Il faut aller sur le site du musée du diocèse de Lyon pour lire quelques lignes sur la vie de l’abbé et une lettre qu’il avait écrite en 1958 pour expliquer sa démarche. On y apprend qu’Albert Carteron a découvert le monde de l’immigration algérienne après la seconde guerre mondiale, lorsqu’il devint vicaire dans la paroisse du Saint Sacrement. Cette paroisse est située au cœur du quartier de la Guillotière, où les Maghrébins se sont installés depuis la fin de la première guerre mondiale. En 1950, il est envoyé en Algérie par le cardinal de Lyon pour y apprendre l’arabe, afin de pouvoir mieux exercer ses fonctions au sein de la Mission de France. Il revient à Lyon en 1952, et s’installe rue Villeroy, toujours dans le quartier de la Guillotière. Son logement devient le point de rencontre de militants nationalistes algériens, de chrétiens tiers-mondistes, de séminaristes engagés, de syndicalistes. Ses contacts privilégiés avec les Algériens l’amènent à héberger plusieurs membres importants du FLN. En 1958, il est mis en cause dans l’affaire du Prado : la police l’accuse d’avoir organisé une caisse de secours pour les prisonniers du FLN au noviciat de St Fons12.

  • 13  Sur les réseaux de soutien au FLN à Lyon, on peut consulter également la maîtrise de Geneviève Mas (...)

7Convoquer le souvenir d’Albert Carteron permet à la réalisatrice de faire parler les témoins, Français et Algériens, sur leur propre engagement. Jamais systématique, le film donne un aperçu du réseau catholique de soutien au FLN qu’Albert Carteron avait su créer autour de lui au milieu des années 195013. En 1958, l’affaire du Prado et la dénonciation par Albert Carteron des tortures infligées par la police française aux nationalistes algériens au commissariat Vauban de Lyon attirent l’attention sur les membres de ce réseau, qui se dispersent en France, en Tunisie, en Suisse, en Allemagne. La plupart des témoignages portent donc soit sur les années 1956 à 1958.

  • 14  J’en ai apporté la confirmation grâce aux archives dans un article paru dans Vingtième siècle, rev (...)
  • 15  http://www.museedudiocesedelyon.com/MUSEEduDIOCESEdeLYONcarteronlettre.htm

8Les proches de l’abbé logent les dirigeants régionaux du FLN, font le compte des sommes collectées pour l’impôt révolutionnaire, ferment les yeux lorsqu’on l’on leur demande de garder chez eux des armes quelque temps. La capacité qu’a eue le FLN à trouver des soutiens au sein de la population française a sans doute été déterminante dans sa lutte avec le Mouvement National Algérien. Un seul témoin français mentionne le MNA, et ajoute aussitôt que l’abbé Carteron l’a dissuadé de les aider, arguant que le MNA était manipulé par la police14. On comprend que l’abbé n’aidait que le FLN, en contradiction avec l’apolitisme affiché dans sa « Lettre aux prêtres du Diocèse de Lyon »15.

  • 16  S. Pattieu, Les camarades des frères : trotskistes et libertaires durant la guerre d’Algérie, Pari (...)

9Vu l’aide décisive apportée par ces Français aux responsables locaux du FLN, on se prend à penser que la proximité des auteurs des « Porteurs de valise » avec leur objet d’étude les avait sans doute amené à surévaluer l’importance des réseaux de résistance trotskystes et libertaires au détriment des réseaux chrétiens. Les études ultérieures sur l’aide apportée par des militants d’extrême gauche au FLN ont sans doute renforcé cette compréhension biaisée d’un phénomène plus complexe qu’il n’y paraît16. Par ailleurs, l’histoire de l’opposition à la guerre d’Algérie a longtemps privilégié les réseaux parisiens d’où émergent quelques figures bien connues, notamment celles de Francis Jeanson et de Robert Davezies. Sur ces deux points, Le Puits, qui traite d’un réseau chrétien, dans une grande ville de province, enrichit notre compréhension de l’opposition française à la guerre.

10Le film donne également l’occasion, sans doute unique, d’entendre ces acteurs parler, très librement, très simplement, de leurs années de guerre : les rires, les joies, les peines, les peurs, l’engagement politique et les amitiés qui se sont nouées dans la clandestinité. Il faut remercier l’auteur d’avoir su enregistrer la parole de militants de base, Français et Algériens, avant qu’elle ne disparaisse à tout jamais.

11On ne peut que regretter un manque de contextualisation et une mise en scène un peu sèche. La forme choisie par l’auteur met certes en valeur la parole des témoins, mais dans sa nudité, elle est un peu abrupte. Il aurait été sans doute utile de confronter la parole des témoins à celle d’historiens, ou, à tout le moins, de les relancer et de leur demander des explications. On aurait aimé, par exemple, qu’Amor Ghezali, ancien chef de la Wilaya de Lyon, nous en dise plus sur la prise en charge par le FLN de presque tous les aspects de la vie des immigrés algériens. Il se contente de l’évoquer avec nostalgie, comme si elle allait de soi. On aurait bien aimé en savoir un peu plus aussi sur le fonctionnement interne du FLN. La fédération de France du FLN était une organisation bureaucratique très structurée : or, en écoutant certains témoins, on pourrait avoir l’impression que les contacts avec les soutiens français se firent de façon informelle, alors qu’on a toutes les raisons de penser que ceux qui étaient en contact avec les militants français étaient soigneusement choisis.

12On aurait bien aimé en savoir plus, également, sur le rapport entre ces chrétiens et le monde ouvrier. L’expérience des prêtres ouvriers avait été condamnée quelques années auparavant par la hiérarchie ecclésiastique : l’apostolat auprès des musulmans, des manœuvres dans leur immense majorité, a-t-il été vécu comme une sorte de compensation ?  La question est d’autant plus légitime que plusieurs témoins français insistent sur leur condition d’ouvrier et sur leur appartenance syndicale.

13Ces quelques critiques ne doivent pas détourner les lecteurs d’un documentaire très intéressant et très rare.

Haut de page

Notes

1  Je pense, par exemple, aux articles de Sylvie Thénault, comme « Personnel et internés dans les camps français de la guerre d’Algérie. Entre stéréotypes coloniaux et combat pour l’indépendance », Politix,  2005/1, n° 69, pp. 63-81 et de Marc Bernardot, « Etre interné au Larzac, la politique d’assignation à résidence surveillée pendant la guerre d’Algérie », Politix, 2005/1, n° 69, pp. 39-61.

2 La guerre d’Algérie et les Français, sous dir. J-P. Rioux, Paris, Fayard, 1990, 700 p.

3 La guerre d’Algérie et les intellectuels français, sous dir. J-P. Rioux et J-P. Sirinelli, Paris, IHTP, 260 p. 

4  H. Hamon et P. Rotman, Les Porteurs de valise : la résistance française à la guerre d’Algérie, Paris, 1979, Albin Michel, 434 p.

5  A. Duranton-Cranbol, Le temps de l’OAS, Bruxelles, 1995, Complexe, 319 p. et O. Dard, Voyage au cœur de l’OAS, Paris, Perrin, 2005, 423 p.

6  Il faut citer néanmoins les travaux de Linda Amiri, dont La bataille de France, la guerre d’Algérie en métropole, Paris, Robert Laffont, 2004, 235 p.

7  Voir par exemple, E. Blanchard, “Police judiciaire et pratiques d’exception pendant la guerre d’Algérie »,Vingtième siècle, revue d’histoire, 2006/2, n° 90, pp. 61-72 et L. Pitti, Ouvriers algériens à Renault-Billancourt, de la guerre d’Algérie aux grèves d’OS des années 1970 : contribution à l’histoire sociale et politiques des ouvriers étrangers en France, Paris, 2002.

8  J-P. Brunet, Police contre FLN : le drame d’octobre 1961, Flammarion, 1999, 345 p.

9  J-L. Einaudi,  La bataille de Paris : 17 octobre 1961, Paris, Le Seuil, 1991, 329 p. et Octobre 1961 : un massacre à Paris, Paris, Fayard, 2001, 384 p.

10  J. House, N. MacMaster,  Paris 1961 : Algerians, state terror, and memory, Oxford, Oxford University Press, 2006, 375 p. Il faut citer également l’article que Sylvie Thénault a consacré aux couvre-feux dans le numéro 84 de Politix : « Des couvre-feux à Paris en 1958 et 1961 : une mesure importée d’Algérie pour mieux lutter contre le FLN ? », pp. 167-185.

11  Le film, par ailleurs très intéressant ,que Richard Copan a consacré en 1992  aux Frères des frères, ne donne la parole qu’aux soutiens français.

12  Sur l’affaire du Prado,  et en général sur l’implication des chrétiens dans la guerre d’Algérie, voir les pages 159 et 160 du livre que Sybille Chapeu a consacré aux chrétiens en guerre d’Algérie :  Des chrétiens dans la guerre d’Algérie : l’action de la Mission de France, Paris, les Editions de l’Atelier, 2004, 270 p.  

13  Sur les réseaux de soutien au FLN à Lyon, on peut consulter également la maîtrise de Geneviève Massard-Guibaud : Enquête sur les réseaux de soutien dans la région lyonnaise, 1982, 287 p.

14  J’en ai apporté la confirmation grâce aux archives dans un article paru dans Vingtième siècle, revue d’histoire : « Le mouvement national algérien à Lyon. Vie, mort et renaissance pendant la guerre d’Algérie », 2009/4, n° 104, pp. 107-122

15  http://www.museedudiocesedelyon.com/MUSEEduDIOCESEdeLYONcarteronlettre.htm

16  S. Pattieu, Les camarades des frères : trotskistes et libertaires durant la guerre d’Algérie, Paris, Casbah, 2006, 254 p et S. Boulouque, Les anarchistes français face aux guerres coloniales, Lyon, Ateliers de création libertaire, 2003, 120 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Paul-Marie Atger, « Béatrice Dubell, El Bi’r - Le puits. Récits d’engagements anti-colonialistes à Lyon pendant la guerre d’Algérie  », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2011, mis en ligne le 03 février 2011, consulté le 22 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/lectures/5878

Haut de page

Rédacteur

Paul-Marie Atger

Professeur agrégé d'histoire-géographie dans le secondaire

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page