Navigation – Plan du site

Splendeurs et misères du travail associatif

Diane Rodet
Splendeurs et misères du travail associatif
« Splendeurs et misères du travail associatif », Les Mondes du Travail, n° 5, 2008.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 A noter également dans ce numéro, l'éditorial de José Angel Caldéron « Refuser l'incarnation de la (...)

1«Le monde associatif n'a jamais été étudié par les sociologues comme un monde du travail », annoncent Matthieu Hély et Maud Simonet dès la première phrase de « Splendeur et misères du travail associatif ». Les cinq articles rassemblés dans ce dossier de la revue Les Mondes du travail1 analysent ainsi toutes les formes de travail présentes au sein des associations, quelles qu'elles soient (salariées mais également bénévoles, volontaires...), comme constituant non seulement un monde du travail à part entière mais surtout un monde étroitement lié au marché du travail plus généralement.

  • 2 Disponible sur le site « La vie des idées »: http://www.laviedesidees.fr/L-economie-sociale-et-soli (...)

2On retrouve sans surprise dans ce numéro des éléments mis en avant par l'auteur précédemment cité dans son article au titre un peu trompeur « L'Economie sociale et solidaire n'existe pas »2: on aurait bien tort de considérer l'économie sociale et solidaire (et donc le monde associatif) comme un monde à part, spécifique et donc incomparable; on risquerait en effet d'occulter quelques grandes transformations à l'oeuvre dans notre société, telles qu'au premier chef celles concernant notre fonction publique menacée, ou encore celles conduisant à une précarisation accrue des emplois.

  • 3 Le mouvement « génération précaire » était en effet présent lors du colloque sur le travail associa (...)

3Car à y regarder de plus près, le monde associatif reflète bien de façon troublante ces évolutions : la prise en compte du travail effectué en son sein (une fois les idéaux de « l'engagement » et de la « passion » mis de côté pour un temps) témoigne en particulier de la monté en puissance de postes occupés par défaut et de bénévolat contraint; ce qui se traduit, dans tous les sphères étudiées par un brouillage croissant des frontières entre engagement bénévole et travail salarié.Ce phénomène prend des formes diverses: qu'il s'agisse des salariés associatifs dont on attend des heures supplémentaires bénévoles au nom de l'engagement et des valeurs mises en avant par l'association, ou encore des personnes acceptant le statut de bénévole pour un temps à titre d'expérience dans l'attente d'un emploi (on retrouve d'ailleurs la même tendance dans le développement des stages de fin d'étude à répétition3).

  • 4 Université paris XII, Membre de l'équipe PRO du CMH.
  • 5 Lille II, CERAPS.
  • 6 Notion reprise de H.G. Hughes, 1937, « Institutional Office and the Person » in American Journal of (...)

4C'est ce qu'il est possible de constater à la lecture de la contribution de Vérène Chevalier4 et Sébastien Fleuriel5, intitulée « Travail bénévole et marché du travail sportif ». La confrontation de deux scènes distinctes -les Jeux Olympiques d'Athènes et la pratique ordinaire de l'équitation- met en effet en lumière la porosité entre la pratique amateur, l'engagement bénévole et l'exercice professionnel. Les auteurs dévoilent l'existence de nombreux passages de l'un à l'autre et de cumuls, notamment à travers la notion de « carrière »6: une expérience de bénévole aux JO loin d'être envisagée uniquement sous l'angle de la passion et du dévouement peut par exemple être conçue comme une opportunité pour se créer un réseau et proposer son CV dans le but de trouver un emploi dans le secteur convoité. Le bénévolat s'apparente alors bien plus à une « pré professionnalisation » qu'à un engagement désintéressé. L'observation du secteur sportif comme monde du travail met par ailleurs en avant les différences existant au sein d'un même statut: l'expérience du bénévolat n'est pas identique que l'on considère le bénévole exécutant, « invisible » (palefrenier, « dame tartine » tenant une buvette...), ou le bénévole dirigeant, particulièrement visible et valorisé (président d'un club, d'un fédération...). De même, être palefrenier aux jeux olympiques est loin d'avoir la même signification selon que l'on exerce cette activité par ailleurs de façon professionnelle après un BEP, ou que l'on effectue ce travail de façon ponctuelle avant de devenir athlète soi-même.

  • 7 Membre du GRASS

5De la même manière, la contribution de Maud Simonet7 concernant « les usages politiques du volontariat en France et aux Etats-Unis » fait apparaître le statut de volontaire comme symptomatique des activités émergeant entre bénévolat et emploi. Instauré en France en 2006, ce statut permet de s'engager à temps plein dans une association pour une durée déterminée, de façon non salariée (donc en marge du droit du travail) tout en bénéficiant d'une indemnisation et d'une couverture sociale. Tout d'abord élaboré aux Etats-Unis, le volontariat (« civic service ») s'est ensuite développé en Europe depuis une quinzaine d'années, accompagnant les réformes des services nationaux. Si les textes français le décrivant mettent en avant les valeurs de la citoyenneté une observation plus rapprochée permet de déceler, là encore, un savant mélange de dévouement et de situations de sous-emploi. Le volontariat semble en effet participer à l'institutionnalisation des formes d'emplois précaires qui accompagne les transformations des politiques de l'emploi menées ces vingt dernières années. On peut noter par ailleurs, aussi bien aux Etats-Unis qu'en France, deux types de volontaires (comparables aux deux types de bénévoles sportifs): ceux pour qui cette activité constitue une forme de « sous-emploi » dans le cadre d'une procédure d'insertion professionnelle, et ceux, plus aisés, pour lesquels il ne s'agit que d'une expérience complémentaire dans le cadre d'un parcours étudiant.

  • 8 Laboratoire Georges Friedmann, université Paris I
  • 9 Notion empruntée à DiMaggio et Powell, 1983, « The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism a (...)

6Le phénomène du brouillage entre travail salarié et engagement bénévole se retrouve également désormais au sein des entreprises elles-mêmes, via les incitations au bénévolat. L'article d'Anne Bory8 témoigne ainsi des négociations qui s'opèrent entre secteur non lucratif et entreprises privées, aussi bien aux Etats-Unis qu'en France. Le bénévolat d'entreprise représente une nouvelle forme de mécénat se développant depuis une quinzaine d'années. Comme toute forme de mécénat il consiste à promouvoir une bonne image de l'entreprise, non pas uniquement par l'intermédiaire de dons, mais également en incitant les salariés à consacrer bénévolement quelques jours de leur temps de travail à une association sélectionnée par l'entreprise. L'auteur note qu'apparaissent ainsi des salariés chargés de l'organisation du bénévolat d'entreprise et des travailleurs associatifs chargés des relations avec les entreprises mécènes et leur bénévoles. Ces deux types de travailleurs présentent un certain nombre de similarités ; Situés en marge de leurs organisations respectives ils ressentent le besoin de justifier leur activité vis-à-vis de leurs collègues. Entre deux mondes, ils sont sommés d'entretenir une relation pérenne entre l'entreprise mécène et l'association partenaire; les contacts personnels s'avérant essentiels. De plus les trajectoires de ces personnes intermédiaires révèlent des ponts entre les deux univers qu'ils relient : la majorité des responsables de mécénat sont en effet ou ont déjà été bénévoles dans une entreprises, de même que la majorité des salariés associatifs interrogés avaient déjà travaillé dans le secteur privé. Ces proximités et la nécessité de travailler ensemble entraînent des mouvements de convergence entre secteur lucratif et non lucratif. On relève des effets de contagion organisationnelle9, à travers notamment une homogénéisation des formes de mécénat, la formation des salariés associatifs dans des écoles de commerce ou encore des incitations à la rationalisation des associations de la part de leurs mécènes.

  • 10 Annie Dussuet a notamment codirigé avec Jean-Marc Lauzanas un ouvrage traitant cette question: Duss (...)

7La tendance à la rationalisation est par ailleurs un thème récurrent des analyses récentes portant sur le monde associatif10. Annie Dussuet le démontre une fois encore à travers l'étude du travail dans les services aux familles développés par les associations. Pionnières dans l'offre de services à domicile, celles-ci ont progressivement développé une offre originale, entre travail domestique et professionnel, entre organisation informelle et formelle. Néanmoins, ce modèle installé dans les années 1950 tend à se modifier. Les partenariats établis avec les pouvoirs publics et l'accentuation de la concurrence poussent en effet ces associations à revoir leur mode de fonctionnement ; certaines s'orientent vers une plus grande formalisation, d'autres vers un retour à l'informel, qui parfois constitue un atout. On assiste ainsi depuis quelques années à une dualisation des emplois de ce secteur : certains, de plus en plus formalisés sont occupés par des personnes diplômées ; et contribuent de ce fait à une moindre reconnaissance d'autres emplois, jugés non qualifiés. Le maintien d'un certain degré de formalisation par l'intermédiaire d'associations médiatrices entre l'offre et la demande de service apparaît comme un enjeu important pour limiter la précarisation des emplois les moins encadrés.

8L'observation du monde associatif comme monde du travail permet donc un certain désenchantement et la mise à jour de tendances à la précarisation similaires à celles que l'on observe par ailleurs au sein du marché du travail. Y aurait-il bien plus qu'un simple parallèle entre les évolutions du travail associatif et celles se produisant au sein des deux autres secteurs que sont le privé et le public ? C'est en tout cas ce qu'affirme Mathieu Hély dans sa contribution. Les grandes évolutions qu'a connues la fonction publique ces dernières années et l'augmentation concomitante de l'emploi salarié dans le secteur associatif ne semblent en effet pas sans rapport. Pour cet auteur, fonction publique et travail associatif représentent deux façons de servir l'intérêt général (renommée « utilité sociale » quand il s'agit d'associations). La raréfaction croissante des postes de fonctionnaires expliquerait ainsi qu'une frange importante des nouveaux entrants sur le marché du travail, en quête d'un emploi tourné vers la collectivité, s'oriente vers le salariat associatif. Une comparaison des professions exercées dans ces deux secteurs ainsi que des propriétés des individus y travaillant (telles que l'origine sociale, le diplôme ou le sexe) révèle en outre des similitudes qui permettent d'appuyer cette hypothèse. Néanmoins du point de vue des conditions d'emploi et de rémunération ces deux sphères ne peuvent s'opposer davantage. D'où la crainte que ce mouvement de substitution n'entraîne de façon voilée la précarisation d'une partie de ces personnes qui se seraient en d'autres temps destinées à devenir fonctionnaires.

  • 11 On trouvera leur réponse sur le site de l'université de Marne la vallée http://www.univ-mlv.fr/ecos (...)
  • 12 M. Hély parle d'économie sociale et solidaire dans l'article paru sur internet, et uniquement de se (...)
  • 13 Cf notamment Gardin, Laurent, 2007, Les initiatives solidaires, la réciprocité face au marché et à (...)

9On peut pourtant apporter quelques nuances à cette perspective. Les emplois précaires du monde associatif apparaissent bien comme une réalité à dénoncer et surveiller. En revanche, la question du déversement d'emplois de la fonction publique vers le secteur associatif pose problème. En effet, comme le font remarquer Michel Abhervé et Hervé Defalvard11 dans une réponse à l'auteur, ce dernier ne prend pas en compte l'augmentation des effectifs des collectivités territoriales, concomitante de la baisse de ceux de l'Etat. De plus, et toujours selon ces mêmes auteurs, il semble bien réducteur de ne voir dans le secteur associatif qu'une « nouvelle fonction publique » par défaut ; l'économie sociale et solidaire12 se caractérise non seulement par une hybridation de ses ressources comme on a déjà pu le montrer à plusieurs reprises13 mais également par la possibilité inédite qu'elle offre d'articuler liberté individuelle et intérêt public. Si regarder le monde associatif comme un monde du travail permet de dévoiler un double mouvement de « privatisation du public » et de « publicisation du privé », les conséquences qu'il est possible d'en tirer concernant la nature du monde associatif (et a fortiori concernant l'économie sociale et solidaire) sont donc loin d'être évidentes.

10Ces quelques remarques n'enlèvent cependant rien au grand intérêt de ce dossier, résidant en très grande partie sur sa capacité à mettre en lumière l'existence d'emplois trop longtemps ignorés. Ce nouveau regard apparaît enfin essentiel pour ne pas que des discours sur le dévouement, le souci d'aider les autres, ou encore la passion (comme dans le cas du bénévolat sportif) en partie sincères (mais en partie seulement), ne masquent les attentes de travailleurs tout à fait disposés à améliorer la qualité de leur emploi.

Haut de page

Notes

1 A noter également dans ce numéro, l'éditorial de José Angel Caldéron « Refuser l'incarnation de la valeur travail », un entretien avec Danièle Linhart sur « L'ambiguïté de mai 1968 », ainsi qu'un portrait de Bruno Trentin par Salvo Leonardi et une contribution de Bernard Friot intitulée « Pour un salaire universel. Réponse à Guy Standing. »

2 Disponible sur le site « La vie des idées »: http://www.laviedesidees.fr/L-economie-sociale-et-solidaire-n.html#nh28 ainsi que sur lien socio.

3 Le mouvement « génération précaire » était en effet présent lors du colloque sur le travail associatif associé au lancement de ce dossier, les 10 et 11 mars 2008.

4 Université paris XII, Membre de l'équipe PRO du CMH.

5 Lille II, CERAPS.

6 Notion reprise de H.G. Hughes, 1937, « Institutional Office and the Person » in American Journal of Sociology, ou encore H. S. Becker 1963, Outsiders.

7 Membre du GRASS

8 Laboratoire Georges Friedmann, université Paris I

9 Notion empruntée à DiMaggio et Powell, 1983, « The Iron Cage Revisited: Institutional Isomorphism and Collective Rationality in Organisational Fields », American Sociological Review, vol 48 n°2 pp 147-160

10 Annie Dussuet a notamment codirigé avec Jean-Marc Lauzanas un ouvrage traitant cette question: Dussuet et Lauzanas (dir), 2007, L'économie sociale entre formel et informel. Paradoxes et innovations.

11 On trouvera leur réponse sur le site de l'université de Marne la vallée http://www.univ-mlv.fr/ecosoc

12 M. Hély parle d'économie sociale et solidaire dans l'article paru sur internet, et uniquement de secteur associatif dans celui publié dans le dossier des Mondes du Travail.

13 Cf notamment Gardin, Laurent, 2007, Les initiatives solidaires, la réciprocité face au marché et à l'Etat. Eres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diane Rodet, « Splendeurs et misères du travail associatif », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2008, mis en ligne le 28 mai 2008, consulté le 17 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/lectures/587

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page