Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Dominique Desjeux, Le marché des ...

Dominique Desjeux, Le marché des dieux – comment naissent les innovations religieuses. Du judaïsme au christianisme

Felipe Koch
Le marché des dieux
Dominique Desjeux, Le marché des dieux. Comment naissent les innovations religieuses. Du judaïsme au christianisme, Paris, PUF, 2022, 254 p., ISBN : 978-2-13-083601-8.
Haut de page

Texte intégral

1Dominique Desjeux explore le monde à l’époque de l’invention du christianisme et de la diffusion de cette religion en adoptant une perspective d’« anthropologie stratégique ». Dans un ouvrage riche en comparaison avec des événements actuels, l’auteur nous montre comment l’on peut partir à la recherche d’invariants expliquant les processus d’innovation. En tant qu’anthropologue, Dominique Desjeux « sélectionne des traits communs à d’autres processus d’innovation pour remonter à un modèle abstrait plus général » (p. 25). Dans son introduction, l’approche compréhensive de la démarche est expliquée par l’importance du « comment » avant d’interroger le « pourquoi ». Le livre est composé de neuf chapitres qui explorent les étapes qui ont mené le christianisme à devenir, contre toute attente, la religion majoritaire du monde occidental et oriental de l’époque. Pour ce faire, il se focalise sur la période entre le IVe siècle avant notre ère et le IVe siècle de notre ère et, plus précisément, sur les 400 ans entre le IIe siècle av. J.-C. et le IIe apr. J.-C., à savoir l’époque durant laquelle émerge le courant juif dissident qui deviendra ensuite le christianisme.

2Le premier chapitre fonctionne comme une introduction générale de l’ouvrage et justifie l’application d’une anthropologie de l’innovation aux phénomènes religieux. Dominique Desjeux se sert de sa longue carrière de professeur d’université et de consultant pour faire des allers-retours entre la période de l’émergence du christianisme et ses travaux de recherche sur les processus d’innovation dans le monde d’aujourd’hui. Dans cette première partie, il montre comment le christianisme avait peu de chances de se répandre en dehors de son berceau culturel puisque, comme religion monothéiste, il était exclusif des autres religions. Il s’oppose en ce sens au polythéisme pratiqué dans le monde gréco-romain de l’époque qui était plus ouvert aux divinités d’autres croyances. Pour Dominique Desjeux, le monothéisme juif et plus tard le christianisme peuvent être considérés comme des inventions qui sont ensuite devenues des innovations : selon l’auteur, Jésus voulait davantage créer une « innovation incrémentale » et purifier la religion juive que mettre en place une « innovation de rupture » sous la forme d’une religion nouvelle. Jésus se positionne ainsi dans la continuité du judaïsme et le christianisme profite des crises systémiques de l’époque – un invariant descellé par l’auteur – pour se diffuser comme innovation.

3On apprend dans le deuxième chapitre comment le monothéisme ne pouvait que fabriquer un dieu tout-puissant pour se légitimer face au choix stratégique alors adopté de miser sur plusieurs divinités. En d’autres mots, le monde polythéiste de l’époque représentait une assurance pour les différents besoins du quotidien. Le monothéisme va trouver son origine en Babylone avec le zoroastrisme, mais sa culture était davantage « hénothéiste » (polythéisme avec un dieu dominant). Le contact de l’élite juive avec cette religion durant son exil babylonien aurait fonctionné comme prémisse du choix d’élire Yahvé (divinité inventée par les forgerons du Néguev au XIIe siècle avant notre ère) comme dieu tout-puissant qui remplacerait toutes les autres divinités.

4Le processus d’hellénisation et de romanisation du pourtour méditerranéen constitue l’objet du troisième chapitre. L’auteur se focalise sur la matrice hellénisante de la diaspora juive et son prosélytisme : sans cette communauté, « l’invention chrétienne ne serait pas devenue une innovation » (p. 57). C’est grâce au fait de pouvoir lire et écrire le grec, la langue commune, que la nouvelle religion a pu se répandre en dehors du monde juif. Le processus de diffusion de l’innovation monothéiste prendra entre six et huit siècles et profitera à la fois des instabilités politiques de l’époque ainsi que du réchauffement climatique propice à l’agriculture, secteur qui représente l’origine de la richesse et de la puissance romaines.

5L’auteur s’attarde ensuite sur deux grandes polémiques du monde juif : la circoncision et le prosélytisme. Dans le quatrième chapitre, Dominique Desjeux montre comme la circoncision représentait une barrière à l’adoption du monothéisme par les non-juifs et en même temps un obstacle pour l’intégration de l’élite juive à la modernité grecque, très liée notamment à la pratique des gymnases où le nu total était la coutume. L’autre controverse importante repose sur la notion de pureté du peuple juif : en intégrant des personnes non juives, cette idée serait mise en danger. Dominique Desjeux nous montre que le prosélytisme sera adopté par les judéo-chrétiens – groupe de juifs qui suivait les enseignements de Jésus – en acceptant l’idée d’une conversion des non-juifs qui intégreront le peuple des croyants. Ceux-ci joueront un rôle important dans la diffusion du message christique. En mettant en exergue une méthode d’induction pour révéler les invariants au sein des processus d’innovation, l’auteur explique enfin comment un phénomène inattendu, appelé « cygne noir », peut casser une longue série d’événements : c’est le cas de la destruction du temple en 70 – que l’on retrouvera plus bas –, après la révolte des zélotes à Jérusalem, qui bouleversera l’organisation du judaïsme de l’époque et donnera un nouveau souffle à la diffusion du christianisme.

6Jésus fut responsable d’une invention incrémentale, la purification de la religion du Temple. C’est la thèse défendue par l’auteur dans le chapitre cinq de l’ouvrage. Selon lui, Jésus hésitait entre la réforme et la révolution. À l’époque très peu d’éléments laissent supposer qu’un jour le christianisme deviendrait une religion distincte du judaïsme. Certaines pratiques, en revanche, contribuent à penser qu’un changement pourrait s’opérer. L’une des plus importantes fut l’adoption du baptême comme rituel de purification unique. Le baptême des prosélytes est une pratique toute nouvelle et constitue une vraie innovation puisqu’elle contribue à faire « baisser la charge mentale » (p. 93) des nouveaux adeptes : un seul rituel de purification remplace les pratiques quotidiennes de la religion juive. L’auteur fait plusieurs comparaisons avec le monde actuel pour expliquer le succès de l’innovation chrétienne. L’affaiblissement des contraintes est un invariant important de la réussite des innovations qui peut être retrouvé dans les processus de nos jours. Un autre aspect que le christianisme partage avec le marketing actuel est le pouvoir du storytelling. Le récit (narrative) selon lequel il faudrait blâmer les juifs sadducéens pour la mort de Jésus exonère les Romains de toute responsabilité (alors que c’est bien Ponce Pilate qui décida de sa crucifixion), rendant plus facile la réception du christianisme auprès des païens gréco-romains. Une dernière caractéristique commune est l’enchantement d’événements et d’objets, tels que la mort de Jésus sur la croix ou la transsubstantiation : Dominique Desjeux affirme qu’on peut d’un point de vue anthropologique considérer la publicité comme équivalente à ce dernier processus, puisqu’elle transforme un objet ordinaire en objet merveilleux. Toutes les marques d’aujourd’hui seraient l’équivalent des dieux de jadis exerçant un pouvoir magico-religieux.

7Pour qu’une innovation fonctionne, elle a enfin besoin de personnalités mobilisatrices. C’est le cas de Paul de Tarse étudié dans le sixième chapitre. Celui qui deviendra saint Paul serait, au même titre que saint Pierre, une de ces personnalités capables de transformer l’invention en innovation en jouant un rôle d’organisateur. Selon l’auteur, c’est ainsi Paul de Tarse qui a mis le christianisme sur la voie d’une innovation de rupture en supprimant la circoncision et en gérant la question de la « dissonance cognitive » issue de la non-venue du Messie. La première mesure a rendu plus facile l’adhésion des gréco-romains tandis que la deuxième – la déception de la promesse non tenue pouvant engendrer l’abandon de la nouvelle religion – a été remédiée par le prosélytisme avec la quête de signes surnaturels en lien avec la résurrection du Christ et la formation d’espaces de réconfort liés au fait de se retrouver entre semblables. L’auteur fait le lien avec le trumpisme américain et la défaite de leur candidat en 2020. Le président américain affirmait qu’il garderait le pouvoir et bien que cela ne se soit pas produit, ses adeptes ont continué à croire que son adversaire avait été élu à cause d’une fraude.

8Le chapitre sept explique que la destruction du temple en 70 permet le développement du judaïsme rabbinique à la place de l’ancien contrôle central. Ce courant, appuyé par les synagogues, jouera un rôle décisif dans la diffusion du christianisme puisque ce dernier se servira de son réseau autour de la Méditerranée pour s’étendre. Ainsi le christianisme, qui aurait bien pu disparaître vers l’an 70 après la mort de Paul et de Pierre, profitera finalement de ce « cygne noir ». Voici un autre invariant identifié par l’auteur, les périodes de crise comme terrain fertile pour les innovations. L’ambivalence entre difficulté et opportunité nous ramène à nos jours et aux crises de la Covid-19 et du réchauffement climatique.

9Les deux derniers chapitres du livre discutent de la compétition entre le christianisme et le judaïsme rabbinique pour le contrôle des synagogues et entre les récits de la Mishna juive et des évangiles chrétiens. Ces derniers ont l’avantage d’être écrits en grec, la langue commune, et de, pour la première fois, montrer un dieu qui parle à la première personne. Cet élément fut capital dans la prise du pouvoir du christianisme et la formation de son réseau autour des synagogues (qui cèderont plus tard leur place aux églises chrétiennes). Une autre bataille entre les deux courants se déroule autour de la question de la théologie et des pratiques religieuses : les juifs rabbiniques ont une théologie simple – unicité de Dieu et élection d’Israël – tandis que les chrétiens ont une théologie complexe – Sainte Trinité, virginité de Marie, résurrection de Jésus. Ces derniers ont en revanche des pratiques simples – purification unique par le baptême, pas de cacherout ni de circoncision – alors que les juifs rabbiniques doivent respecter une multitude de préceptes. Enfin, le christianisme opère ce que l’auteur appelle de « l’innovation de réception » en intégrant des éléments du monde païen romain à travers le syncrétisme des saints, des anges et de certains rituels. Dans le même temps, les chrétiens deviennent des alliés du pouvoir et occupent des positions au sein de l’administration romaine, ce qui facilite encore davantage la diffusion du christianisme et l’adhésion des Romains.

10L’ouvrage de Dominique Desjeux montre comment l’anthropologie stratégique, appuyée sur des méthodes qualitatives, peut faire ressortir les invariants des processus d’innovation. Le rapprochement de l’entreprise religieuse de Jésus à celle d’une start-up, bien que pouvant paraître osé, nous aide à comprendre les étapes et les mécanismes liés à l’innovation toujours présents dans l’imaginaire et dans les pratiques de nos sociétés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Felipe Koch, « Dominique Desjeux, Le marché des dieux – comment naissent les innovations religieuses. Du judaïsme au christianisme », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 21 novembre 2022, consulté le 08 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58809 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58809

Haut de page

Rédacteur

Felipe Koch

Docteur en Sociologie, enseignant à l’Université Paris-Est Créteil.

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search