Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Guibourg Delamotte, La démocratie...

Guibourg Delamotte, La démocratie au Japon, singulière et universelle

Xavier Mellet
La démocratie au Japon, singulière et universelle
Guibourg Delamotte, La démocratie au Japon, singulière et universelle, Lyon, ENS Éditions, coll. « Gouvernement en question(s) », 2022, 340 p., préf. Christophe Jaffrelot, EAN : 9791036205217.
Haut de page

Texte intégral

1« De quand la démocratie japonaise date-t-elle ? (…) Au-delà de ses particularités, répond-elle aux standards universels ? » (p. 19). Répondre à ces questions en apparence simples suppose une vaste démonstration sur l’articulation entre théorie démocratique et cas japonais. C’est à cette lourde tâche que se consacre l’ouvrage de Guibourg Delamotte, dont l’objectif et le mérite central sont de considérer que la construction d’un État démocratique au Japon est comparable aux constructions de régimes démocratiques occidentaux. Les analystes et théoriciens français de la démocratie pourraient ainsi tout à fait s’emparer du cas japonais. Guibourg Delamotte souligne d’une part les parallèles historiques existants avec des régimes étrangers, français notamment. D’autre part, elle insiste sur la maturation profonde de la démocratie au Japon, depuis l’émergence d’une tradition parlementaire avant-guerre. L’approche méthodologique néo-institutionnaliste se focalise sur les institutions et le jeu politique, sans viser à satisfaire aux « exigences d’une véritable étude historique » (p. 24), ni proposer de vision exhaustive de la culture politique japonaise. L’ouvrage suit un déroulement chronologico-thématique en quatre grandes parties et quinze chapitres courts, donnant un accès direct aux principales thèses défendues. Le style, clair et précis, saisit en quelques mots et propositions les éléments essentiels. Un exemple : les titres et sous-titres proposent souvent de qualifier – et rendre ainsi intelligible – chaque étape du processus démocratique japonais.

2« Si le Japon a pu se démocratiser en 1945, c’est qu’un travail préalable avait été accompli » (p. 29). La première partie présente ainsi les prémices de la démocratie japonaise (1889-1932), analysés comme un « aperçu démocratique » découpées en quatre étapes, pour autant de chapitres. Tout d’abord, l’auteure identifie un « préambule démocratique » (chapitre 1) dans l’émergence d’un mouvement nationaliste après la révolution de Meiji en 1868 aboutit à la « création d’un peuple » (p. 35) et des premiers partis politiques. Le Japon passe ensuite par un « apprentissage démocratique » (chapitre 2), lors de l’instauration d’une monarchie constitutionnelle à partir de 1889 par les nouvelles élites politiques du pays. La Constitution instaure un régime « semi-démocratique » (p. 41) qui, en dépit de ses faiblesses, favorise une affirmation du parlement, qui culmine durant la courte période dite de « démocratie de Taishô » entre 1912 et 1926, où le gouvernement peut être qualifié de représentatif pour la première fois de l’histoire du pays. Une période de courte durée, car l’affirmation de l’armée dans un contexte de guerre continentale puis mondiale aboutit au remplacement d’un régime aux institutions non consolidées (chapitres 3 et 4). « À peine esquissée, la démocratie est suspendue […], mais cette phase de l’histoire constitutionnelle japonaise laisse un héritage : celui de l’idée démocratique » (p. 71), ou les conditions d’une démocratie future.

3La deuxième partie se consacre à la « démocratie atypique » d’après-guerre (1955-1993), qui naît d’une « greffe démocratique réalisée sur un terreau favorable » (chapitre 5). Le régime n’est alors « plus semi-démocratique, mais bien démocratique » (p. 89). Son originalité vient du maintien au pouvoir d’un même parti sur toute la période : le Parti Libéral-Démocrate. L’auteure synthétise utilement les ressorts complexes de sa domination, reposant entre autres sur le clientélisme électoral, un contexte économique favorable et la division des oppositions (chapitre 6). Elle insiste ensuite sur le fonctionnement interne d’un parti organisé en différentes factions (chapitre 7), et le compare à des situations analogues à l’étranger, notamment en France, en vue d’enterrer définitivement les perspectives culturalistes dont nombre d’analyses se sont rendues coupables. « En quoi le clientélisme japonais serait-il plus “féodal” que celui d’autres démocraties ? » (p. 125). L’auteure souligne ainsi la banalité du cas japonais, en plein cœur de sa période « atypique », au-delà d’une vision superficielle focalisée sur l’absence d’alternance.

4La troisième partie traite des changements intervenus entre 1994 et 2009, période que l’auteure considère comme celle d’un « épanouissement démocratique ». Premièrement, une « recomposition de la scène politique » (chapitre 8) ouvre la classe politique à de nouveaux acteurs et contribue à limiter le poids de la corruption et du clientélisme. Deuxièmement, l’émergence progressive d’une opposition unifiée, le Parti Démocrate du Japon, témoigne d’une « adaptation des acteurs politiques à un système qui encourage le bipartisme » (chapitre 9). Troisièmement, une évolution du système parlementaire vers une logique majoritaire (chapitre 11) favorise les alternances, et accompagne une « transformation des relations de la majorité avec l’opposition » (chapitre 10), qui inclut davantage de négociations et de compromis. Ceci en dépit d’une pratique plus verticale du pouvoir par le Premier ministre Abe (2012-2020), et de la faiblesse persistante de la Diète comme lieu de pratique du pouvoir (p. 179).

5La quatrième et dernière partie se concentre sur les faiblesses persistantes de la démocratie japonaise, en insistant sur la dimension transitoire du processus démocratique, et en laissant entrevoir des pistes d’amélioration. Les premières faiblesses sont d’ordre institutionnel (chapitre 12) : l’auteure souligne, en s’appuyant sur la littérature japonaise, les limites de l’effectivité du choix des gouvernants par les citoyens, et de la responsabilité de ceux-ci, puis celles du contrôle exercé par la justice, les médias et le parlement sur le fonctionnement démocratique. Le Japon est en outre confronté à deux crises structurelles : une « crise de la gouvernance » (chapitre 13) et une « crise de la représentation » (chapitre 14). La première provient du fait que le Premier ministre et son gouvernement restent relativement faibles, face à un parlement pourtant « faiblement rationalisé ». « La démocratie japonaise repose en effet sur des usages et habitudes qui remontent à l’avant-guerre et qui marquent encore sa pratique institutionnelle – son pluralisme et l’effacement relatif du chef de gouvernement –, mais ces éléments l’affaiblissent plutôt qu’ils ne la renforcent » (p. 246). La deuxième crise se perçoit dans une défiance politique croissante des citoyens, d’un « fossé entre les élus et les électeurs », qui se traduit entre autres par un « électorat plus volatil ». Ainsi le Japon partage-t-il le « malaise démocratique » analysé par Pierre Rosanvallon pour le cas français. Le dernier chapitre souligne enfin la faiblesse structurelle de la société civile, tout en insistant sur les évolutions positives récentes. « Le régime demeure perfectible, mais il évolue vers plus de démocratie » (p. 281).

6Il ressort de la lecture de l’ouvrage que le cas japonais est d’une grande utilité pour interroger la dimension normative inhérente à la théorie démocratique. « Au gré des réformes, la démocratie japonaise, qui était proche du modèle consensuel, s’est ainsi rapprochée du modèle majoritaire. Estimer qu’elle était exceptionnelle, c’était considérer que le modèle majoritaire devait être tenu pour “normal” » (p. 283). Un autre intérêt majeur de l’ouvrage est de servir de passerelle entre des questionnements courants en France et une littérature en japonais peu utilisée dans la science politique française, en dépit du fait qu’elle repose sur les mêmes traditions théoriques issues par exemple de l’antiquité. Tout en en soulignant les limites, l’ouvrage ouvre une perspective résolument positive sur le processus de démocratisation japonais : d’abord dans le choix de qualificatifs mélioratifs sur les différentes périodes étudiées, tels que « démocratie effleurée », « semi-démocratique » ou « épanouissement démocratique » ; ensuite dans la présentation d’une trajectoire ascendante « vers plus de démocratie », et vers un traitement futur de ses problèmes, que ce soit par des réformes ou des réflexions publiques. L’ouvrage montre efficacement que la démocratie japonaise est d’une grande normalité : celle-ci est « imparfaite, comme les autres » (p. 288).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Mellet, « Guibourg Delamotte, La démocratie au Japon, singulière et universelle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 novembre 2022, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58824 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58824

Haut de page

Rédacteur

Xavier Mellet

Professeur associé à l’université Waseda (Japon), docteur en science politique.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search