Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Jérôme Denis, David Pontille, Le ...

Jérôme Denis, David Pontille, Le soin des choses. Politiques de la maintenance

Sylvain Besençon
Le soin des choses
Jérôme Denis, David Pontille, Le soin des choses. Politiques de la maintenance, Paris, La Découverte, coll. « Terrains philosophiques », 2022, 368 p., ISBN : 9782348064838.
Haut de page

Texte intégral

1Travaillant sur le sujet depuis une quinzaine d’années, Jérôme Denis et David Pontille nous livrent ici un ouvrage majeur dans le champ des repair and maintenance studies. Ce livre propose une sensibilisation, pour ne pas dire une initiation à « l’art de faire durer les choses », au « peuple des choses » et à la « danse de la maintenance ». Au fil des pages se dévoilent des manières de voir, d’entendre, de sentir et de toucher le monde que nous habitons, et d’en prendre soin.

2Dès les premières pages, les auteurs nous plongent dans le vif du sujet et nous donnent un aperçu de la diversité des activités de maintenance à travers le récit d’une journée « banale ». Bien que la maintenance soit « une activité d’arrière-plan [...] qui, très souvent, semble ne pas compter » (p. 16), elle est partout visible si tant est que nous y prêtions attention : le robinet qui goutte, des travaux dans la rue ou l’entretien d’un vélo par exemple. La maintenance nous entoure et n’a rien d’exceptionnel et pourtant, elle a une portée politique remarquable : en effet, maintenir, c’est s’opposer au déclin des choses, c’est résister à l’obsolescence, et c’est aussi « agir dans la trame ordinaire du quotidien, ici et maintenant, sans arrimer les préoccupations à l’horizon aveuglant d’une crise insurmontable » (p. 16). Le propos des auteurs lui-même est politique : « Nous voulons nous, et vous, rendre attentifs et attentives à l’attention de celles et ceux qui pratiquent la maintenance » (p. 17).

3Sept chapitres aux titres laconiques structurent l'ouvrage : « Maintenir », « Fragilités », « Attention », « Rencontres », « Temps », « Tact » et « Conflits ». Après avoir explorer ce que maintenir veut dire (chapitre 1), ils nous font voir la fragilité des choses (chapitre 2) et aiguisent notre attention en nous parlant de celle des mainteneurs et mainteneuses (chapitre 3). Le chapitre 4 nous parle des rencontres pas toujours harmonieuses entre les choses et les humains et le chapitre 5 questionne les diverses temporalités de la maintenance. Le soin des choses nécessite aussi du tact et de subtiles négociations (chapitre 6), négociations qui tournent parfois au conflit (chapitre 7). Ce riche parcours est d'autant plus convaincant qu'il s'appuie sur des matériaux empiriques denses qui nous sont transmis sous forme de récits. Ces histoires, issues des propres recherches des auteurs ou de celles d'autres anthropologues et sociologues, ne sont jamais traitées comme de simples anecdotes mais permettent au contraire d'entrer dans toute la profondeur des situations décrites.

4Le premier chapitre, « Maintenir », a pour trame de fond les performances artistiques de Mierle Laderman Ukeles, que l’on peut d’ailleurs voir sur la couverture du livre. Cette artiste a placé le « soin des choses » au cœur de ses performances artistiques. Elle a déplacé notre regard de l’objet exposé à la vitrine qui le protège et qui est régulièrement nettoyée par le personnel du musée. Que la vitrine soit propre, cela nous paraît normal, mais cette normalité ne va pas de soi : « Les rares héros et héroïnes s’occupent des situations extraordinaires. Les nombreux travailleurs et travailleuses de la maintenance se chargent de la normalité. Et c’est un sacré boulot. » (p. 61). Ici, une distinction importante est faite entre la réparation, étroitement liée à l’accident et l’extraordinaire, et la maintenance, routinière et non-événementielle : « le travail de maintenance est sans fin […]. Il génère la continuité, il la cultive. » (p. 51). Le deuxième chapitre, « Fragilités », comme une initiation, nous plonge dans les couloirs du métro parisien à la découverte du travail effectué pour maintenir la signalétique du réseau souterrain. Les auteurs nous racontent comment ce monde qu’ils croyaient familier s’est petit à petit transformé : « Jusque-là robustes, immobiles, résistants, toujours disponibles, les panneaux se révélaient, au filtre des opérations de maintenance, vulnérables, mouvants, sujets à de perpétuelles transformations » (p. 70). Une initiation à la tribologie, la science de l’usure matérielle, mais aussi au vocabulaire de la « diplomatie de l’altération » (p. 86).

5« Attention » est le titre du troisième chapitre qui commence par le récit de plusieurs tournées d’inspection. Comment prêter attention à l’usure ? « Faire l’expérience de la fragilité est affaire de perception » (p. 95) et c’est pourquoi il s’agit de sensibiliser nos différents sens qui sont mis à contribution dans ce geste attentionnel : la vue, certes, mais aussi le toucher, l’odorat et l’ouïe sont nécessaires pour « se rendre disponible à la manifestation de signes inattendus » (p. 125). Le chapitre se clôt sur une réflexion passionnante autour de la question de la visibilité des activités de maintenance et de la propension de certaines sociétés de nier cet aspect de l’existence des choses. Aller à la rencontre des choses, tel est l’objectif du quatrième chapitre intitulé justement « Rencontres ». Les auteurs se distancient ici d’une glorification romantique d’une maintenance où les humains s’occupent des choses en harmonie avec elles. Au contraire, ils insistent : parfois les choses résistent, se montrent récalcitrantes, « usent celles et ceux qui les maintiennent » (p. 142). Les auteurs évoquent l’inquiétude récurrente que certaines activités de maintenance finissent par détruire la chose même dont on veut prendre soin. L’exemple de José, effaceur de graffiti, est parlant : alors que son travail est de prendre soin des murs de la ville, il sait que les produits qu’il utilise ne sont pas inoffensifs. Ici, une multitude d’actants entrent dans la « danse de la maintenance » (p. 163) : la surface du mur en question, la composition de l’encre, celle des solvants, les chiffons utilisés, et bien d’autres. La « danse de la maintenance », c’est l’apprentissage de l’improvisation avec les choses, dans un rythme sur lequel il convient de s’accorder : trop lent, les choses se dégraderaient de manière irrémédiable ; trop rapide, les choses et les êtres humains s’useront trop vite.

6Car la maintenance est aussi une affaire de « Temps », titre du cinquième chapitre. Il commence avec l’incroyable récit du sauvetage de l’horloge Wagner du Panthéon de Paris par le collectif UX (pour Urban eXperiment) sans que ni le personnel administratif ni les agents de la sécurité du bâtiment ne l’aient remarqué. Je laisse le plaisir aux lecteurices de découvrir ce récit rocambolesque directement dans le livre et me contente de souligner une des conclusions qu’en tirent Denis et Pontille : « faire durer, c’est aussi tout simplement “faire exister” » (p. 179). Mais maintenir, c’est fabriquer l’histoire de la chose et de ce qu’elles représentent en sélectionnant ce qui durera. Ce point est d’autant plus probant dans le deuxième exemple de ce chapitre, l’histoire de la conservation du corps de Lénine après sa mort. Ce récit pose de multiples questions : qu’est-ce qui est maintenu, exactement ? Qu’est-ce qui demeure ? À quel point les dégradations de la « chose » sont-elles tolérables ? Et finalement, peut-on arrêter le temps ? D’autres exemples sont également mobilisés, comme celui de la conservation du village d’Oradour-sur-Glane « figé » en juin 1944, ou celui des travaux pour la maintenance de la Joconde. Dans ce cas, la dégradation semble irrémédiable, mais c’est un ralentissement de celle-ci que visent les multiples dispositifs de maintenance. Finalement, ce sont parfois les choses elles-mêmes qui durent plus longtemps que prévu, comme cette sonde spatiale envoyée vers Saturne qui a continué de fonctionner à la fin de sa mission, prolongeant ainsi le travail des scientifiques sur terre.

7Le chapitre 6, « Tact », commence par problématiser l’authenticité, et ce à travers l’exemple de la maintenance de la Ford Mustang. Ces voitures de collection ont parfois subi de nombreuses transformations avant d’arriver entre les mains attentionnées des propriétaires d’aujourd’hui. Or, savoir ce qui est authentique est une inquiétude, parfois même une angoisse. Par ailleurs, « [i]mmobiliser la voiture pour faciliter le maintien de son intégrité serait une rupture ontologique absolument inacceptable » (p. 250) : une voiture est faite pour rouler, une voiture immobile n’est donc plus une voiture authentique. Dès lors, les propriétaires doivent s’accommoder avec les aléas du présent, et ils et elles le font avec tact, prudence et attachement. Ce chapitre nous fait voir aussi les surprises que peuvent révéler les activités de maintenance, que ce soit sur une Mustang ou dans la vieille université de Vienne. Les auteurs concluent ce chapitre en ouvrant la discussion sur ce qui relève d’une éthique de la coexistence : « Maintenir avec tact, c’est composer avec la matière plutôt qu’essayer de trancher, et cultiver pour cela les vertus de l’hésitation et du doute » (p. 301).

8Faire durer les choses est un geste politique qui ne plaît pas à tout le monde. Le dernier chapitre, « Conflits », l’illustre très bien. On y questionne le droit à la réparation à travers plusieurs controverses, par exemple l’équipement de tracteurs d’un logiciel qui empêche toute réparation matérielle qui n’est pas issue du circuit officiel de maintenance. Ici particulièrement, la maintenance est une affaire politique : à qui appartient le tracteur équipé d’un tel logiciel ? Qui a le droit de le réparer ? Le droit à la réparation est également lié à obsolescence programmée et dans un monde gouverné par la culture du jetable, le « soin des choses est devenu superflu » (p. 320). Les auteurs mentionnent toutefois de récentes lois et réglementations qui semblent indiquer un « élargissement significatif de l’éventail des personnes pouvant à nouveau s’immiscer dans la vie des choses, aux premiers rangs desquelles les consommatrices et les consommateurs, qui peuvent s’affranchir de la position de passivité à laquelle de nombreux industriels ont cherché à les cantonner pendant des années » (p. 329).

9La conclusion du livre revient sur plusieurs facettes de la politique de la maintenance. En affirmant que la maintenance est « l’invention pratique de la continuité », Denis et Pontille l’éloignent du champ sémantique de l’innovation disruptive pour l’ancrer dans une « pulsation quotidienne, une ritournelle qui ne s’arrête jamais » (p. 352). Une autre facette de la politique de la maintenance est de mettre en lumière le peuple des choses et ce livre est un appel à prendre en compte la multitude des personnes, amatrices ou expertes, qui œuvrent pour prolonger l’existence des choses. Le style d’écriture est agréable, direct et néanmoins rigoureux, ce qui permettra aussi bien aux spécialistes qu’aux néophytes d’en apprécier le contenu. Les multiples récits souvent étonnants et captivants qui parsèment ce livre méritent à eux seuls qu’on s’y attarde ; cependant, ils ne sont jamais traités comme de simples anecdotes et sont mobilisés avec tact pour approfondir notre compréhension de la maintenance, de ses activités et de ses enjeux. Je considère donc ce livre comme une contribution majeure pour quiconque s’intéresse à la vie sociale des choses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Besençon, « Jérôme Denis, David Pontille, Le soin des choses. Politiques de la maintenance », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 22 novembre 2022, consulté le 30 novembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58828 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58828

Haut de page

Rédacteur

Sylvain Besençon

Doctorant en anthropologie sociale à l’Université de Fribourg (Suisse).

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search