Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Martial Foucault et Anne Muxel, U...

Martial Foucault et Anne Muxel, Une jeunesse engagée. Enquête sur les étudiants de Sciences Po, 2002-2022

Margaux Trarieux
Une jeunesse engagée
Martial Foucault, Anne Muxel, Une jeunesse engagée. Enquête sur les étudiants de Sciences Po, 2002-2022, Paris, Les Presses de Sciences Po, coll. « Essai », 2022, 192 p., ISBN : 978-2-7246-3955-1.
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme d’« élite » est utilisé dans le premier chapitre en référence au projet historique de l’éc (...)
  • 2 Voir Muxel Anne, Les étudiants de Sciences Po, leurs idées, leurs valeurs, leurs cultures politique (...)

1Martial Foucault et Anne Muxel proposent une étude quantitative portant sur le profil et l’orientation socio-politique des étudiants de Sciences Po au regard du contexte sociétal actuel, sur fond de crise sanitaire d’abord, et de tensions diplomatiques plus récemment, avec le conflit russo-ukrainien. L’objectif est de saisir comment pense et se dirige cette jeune « élite »1 dans l’espace social, politique et citoyen, et ce au moyen d’un questionnaire envoyé en ligne en mai 2022 en pleine période d’élections législatives. L’échantillon est composé de près de 5 000 étudiants parmi les 12 500 inscrits dans l’établissement au moment de l’enquête, dont la répartition en fonction du sexe, du parcours socio-scolaire et de l’origine géographique est proche des données officielles. Les résultats de ce questionnaire, appuyés par des indicateurs construits par les auteurs (détaillés dans les annexes de fin d’ouvrage), sont, d’une part, comparés à ceux d’une enquête sur cette même population menée 20 ans auparavant2, et d’autre part mis en dialogue avec une littérature contemporaine (articles scientifiques, rapports officiels) sur la socialisation politique, les choix et les idées ainsi que les formes d’engagement de la population étudiante, jeune et/ou française. Cette configuration rend la lecture fluide et accessible au lecteur, même novice en la matière.

2L’ouvrage est divisé en six chapitres thématiques : un premier sur la qualification sociale du groupe des étudiants en tant que « communauté Sciences Po », les deux suivants sur leur positionnement politique, le quatrième sur la citoyenneté chez les étudiants, suivi d’un cinquième chapitre sur le système de valeurs associé, et un dernier volet sur « leur monde futur ». Les frontières entre les chapitres restent néanmoins poreuses, et certaines préoccupations traversent les différents volets d’analyse. On notera notamment l’enjeu environnemental et plus précisément les questions climatiques comme principale cause d’engagement politique et citoyen des étudiants, ou encore la place du numérique qui est autant un moyen de communication (en créant du lien social, surtout en période de crise sanitaire) qu’un moyen d’information pour ces jeunes, puisque l’utilisation des réseaux sociaux est vécue comme « espace actif d’échanges politiques » (p. 73).

  • 3 Sciences Po bénéficie du statut d’établissement public à caractère scientifique, culturel et profes (...)

3Le premier chapitre reprend les évolutions sociales caractérisant cette communauté sur les vingt dernières années, analysant notamment la féminisation progressive des bancs de Sciences Po ainsi que la diversité géographique et sociale croissante de cette population, en lien avec les préoccupations de l’établissement qui entend former une classe dirigeante sélectionnée en amont tout en conservant une mission d’intérêt public3. Cette diversité sociogéographique se traduit par une augmentation des étudiants internationaux (i.e. de nationalité étrangère – 137 pays sont représentés – ou ayant réalisé un parcours scolaire à l’international) et par une ouverture sociale via la mise en place du dispositif des « conventions éducation prioritaire » (CEP) qui permet à des jeunes issus de quartiers populaires d’intégrer l’établissement. Ce chapitre se clôture sur le niveau de « bonheur » des étudiants au sein de leur cursus, le sentiment de bien-être étant majoritairement fort mais inégal au regard de l’aisance financière notamment, et ébranlé par la crise de la Covid 19, celle-ci ayant bouleversé le lien social et amical et créé un sentiment de solitude par rapport à leurs prédécesseurs de 2002.

4Les chapitres 2 et 3 proposent une analyse fine de la position politique des étudiants de Sciences Po, portée sur leurs idées et leurs actions politiques, tandis que le chapitre 4 vient éclairer cette première réflexion à travers l’expression de leur citoyenneté au regard du « triptyque » défiance politique - abstentionnisme - « culture protestataire » (p. 119) qui caractérise la jeunesse contemporaine. Les caractéristiques sociales objectivées dans le premier chapitre sont reprises tout au long de l’enquête comme des variables de comparaison, d’affinement et de nuance des résultats statistiques. On retiendra que les étudiants de Sciences Po restent politisés, à la différence des jeunes français, bien qu’ils partagent avec eux une certaine méfiance des pratiques actuelles du pouvoir. Aussi, le public étudié s’inscrit dans une culture politique majoritairement de gauche et dont les pratiques radicales (« actions violentes ou interdites » (p. 112) comme l’organisation d’une manifestation non déclarée ou l’écriture de graffitis politiques sur les murs) sont renforcées par rapport à leurs ainés de 2002. Les modes d’engagement effectifs prennent la forme d’un militantisme partisan et associatif avant tout, d’une citoyenneté dont les modes de protestation sont en cohérence avec les idées et idéaux de ces jeunes, sous la forme de manifestations parfois « non conventionnelles » (p. 110) (signature de pétition ou participation à une grève), mais qui restent inscrits dans la croyance en les bienfaits de la démocratie représentative – ils ne délaissent pas le vote –, du débat et de l’existence de différents partis dans l’espace politique.

5Le cinquième chapitre porte sur le système de valeurs qui structure l’engagement de ce public. Les auteurs abordent plusieurs thématiques (la confiance sociale, le besoin d’ordre et/ou de liberté, la culture « woke », le racisme, les inégalités de sexe et de genre, l’identité religieuse) et proposent d’établir une hiérarchie de « références idéales » de ces jeunes à partir d’une question ouverte sur les principaux problèmes qui se posent en France selon eux combinée à d’autres questions thématiques sur des valeurs fondamentales comme l’ordre ou l’ambition. Un résultat est particulièrement notable : le renversement par rapport à l’enquête de 2002 de la place des valeurs d’égalité et de justice, prépondérantes actuellement dans le système de croyances des étudiants, et se déclinant à travers différents enjeux tels que les inégalités de genre ou de race.

  • 4 C'est-à-dire comme « création incessante » symbolisant un ensemble de représentations sur le monde (...)

6Enfin, le dernier chapitre propose d’entrer dans les plis de l’imaginaire (au sens de Castoriadis4) de ces jeunes. Ces étudiants français et étrangers semblent avoir une projection dans l’avenir plutôt optimiste et une « vision mondialisée » (p. 178) de la réussite sociale bien qu’ils soient aussi traversés par l’angoisse d’une guerre imminente et d’un futur écologique ou technologique chaotique.

7C’est là une des limites de cette enquête : celle de donner une grande place à la projection des étudiants sur ce qu’ils sont et seront, et de mettre au second plan leur vécu effectif, sans pour autant tirer parti de cette position méthodologique. L’analyse des données nous apparait inachevée puisque les résultats du questionnaire pourraient être encore affinés, certains éléments discordants méritant d’être recoupés puis étudiés. Par exemple, le vote des étudiants est situé comme « anti-macroniste » pour la majorité (chapitre 4, p. 134) mais Emmanuel Macron apparait comme l’une des trois premières figures admirées par les étudiants de Sciences Po (chapitre 2, p. 79). Aussi, « l’imaginaire dystopique » (p. 199) porté par ces étudiants et défini dans le sixième chapitre est au premier abord étonnant si on le met en perspective avec la projection sociale individuelle dans l’avenir plutôt optimiste de ces mêmes étudiants. Ces conflits nous semblent révélateurs des contradictions de ce public qu’il faudrait mettre au jour.

  • 5 On pense à l’ouvrage collectif : Draelants Hugues, Dumay Xavier et al., Les écoles et leur réputati (...)

8Cet ouvrage reste pour autant une source importante de données statistiques et d’informations sur la question politique au sein de la jeunesse, et plus particulièrement au sein d’une jeunesse dirigeante. En effet, d’un côté, l’étude révèle sous des formes variées des disparités en fonction du sexe, de la nationalité et du niveau d’études dans l’établissement et éclaire donc finement la composition de sous-groupes au sein de cette population. De l’autre, les auteurs, par la comparaison répétée du groupe des étudiants de Sciences Po avec d’autres populations – « étudiante », « universitaire », « jeune », « française » – posent, en creux, la question de l’identité de ce groupe social (ancré à gauche, favorisé, diplômé) au regard des groupes sociaux plus larges desquels il fait partie. Notons deux ouvertures possibles. D’abord, l’existence d’une identité d’établissement, à travers l’interrogation, en pointillé, de l’influence sur l’orientation intellectuelle des étudiants de la culture institutionnelle de Sciences Po, que l’on peut définir à la fois comme prestigieuse et politisée (débat historiquement valorisé au sein de l’établissement, position pro-européenne affichée). Cela ouvre un dialogue avec les analyses sociologiques institutionnelles dans le champ des grandes écoles5. Ensuite, au-delà de la multiplicité des formes identitaires, ce travail souligne les ponts et les clivages existants entre la ou les jeunesse(s) et la jeunesse de Sciences Po, renvoyant par là à la question de « l’identité générationnelle », bien que la notion de « génération » – les étudiants sont parfois qualifiés de « génération Z » (p. 101) ou de « génération post-matérialiste » (p. 218) – demanderait à être davantage éclairée.

Haut de page

Notes

1 Le terme d’« élite » est utilisé dans le premier chapitre en référence au projet historique de l’école de former une classe dirigeante éduquée, et est repris par les auteurs en raison du sentiment d’appartenance à une classe dominante des étudiants répondants.

2 Voir Muxel Anne, Les étudiants de Sciences Po, leurs idées, leurs valeurs, leurs cultures politiques, Paris, Presses de Sciences Po, 2004.

3 Sciences Po bénéficie du statut d’établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP).

4 C'est-à-dire comme « création incessante » symbolisant un ensemble de représentations sur le monde de demain. Voir Castoriadis Cornelius, L’institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975, p. 8.

5 On pense à l’ouvrage collectif : Draelants Hugues, Dumay Xavier et al., Les écoles et leur réputation. L’identité des établissements en contexte de marche, Bruxelles, De Boeck Supérieur, 2016, compte rendu de Luc Chicoine pour Lectures : https://journals.openedition.org/lectures/22195.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Margaux Trarieux, « Martial Foucault et Anne Muxel, Une jeunesse engagée. Enquête sur les étudiants de Sciences Po, 2002-2022 », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 23 novembre 2022, consulté le 07 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58833 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58833

Haut de page

Rédacteur

Margaux Trarieux

Doctorante en Sociologie, spécialité clinique, Université de Paris (LCSP), co-rattachée à l’Université Toulouse II (CERTOP).

Haut de page

Droits d’auteur

© Lectures - Toute reproduction interdite sans autorisation explicite de la rédaction / Any replication is submitted to the authorization of the editors

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search