Navigation – Plan du site

AccueilLireLes comptes rendus2022Anne Duclos-Grisier (dir.), Franc...

Anne Duclos-Grisier (dir.), France 2022, les données clés

Adrien Barrier
France 2022, les données clés
Anne Duclos-Grisier, France 2022, les données clés, Paris, DILA Direction de l'information légale et administrative, coll. « Doc' en poche - Entrez dans l'actu », 2022, 200 p., ISBN : 978-2-11-157383-3.
Haut de page

Texte intégral

1Régulièrement, la collection Doc’en poche, publiée par la Direction de l’information légale et administrative, propose une suite d’ouvrages thématiques ; celui qui nous concerne a la particularité de rejoindre la série des France 20**, les données clés, débutée en 2012. L’intérêt tout particulier de cette série vient du fait qu’il s’agit d’une sorte de vade-mecum, fournissant pour chaque grande thématique du débat public des données quantitatives, en même temps que de brefs historiques ou des définitions précises pour des termes dont l’emploi est souvent malmené. Le choix de publier un cinquième ouvrage de cette série en 2022 relève de la nécessité de réactualiser les données du dernier volume (2016), mais surtout de notifier des bouleversements entraînés par la pandémie de la Covid-19.

2En ce qui concerne la croissance ou l’emploi, les facteurs sont plutôt positifs, « grâce aux mesures exceptionnelles déployées pendant la pandémie » (p. 32). En effet, au sujet de la reprise post-Covid, les chiffres présentent une reprise plus rapide qu’attendue entre d’abord les prévisions de la Commission européenne et puis l’évaluation de la Banque centrale européenne (p. 26). Le chômage retrouve également son niveau d’avant-crise, à 8,1% (France hors Mayotte) au 3e trimestre 2021, d’après l’INSEE. Le télétravail s’est déployé à grande échelle pendant la pandémie : en effet, « en 2007 seuls 3% des salariés y avaient recours au moins un jour par semaine » (p. 30). En revanche, si les bénéfices pour la croissance sont envisageables de 5 à 30%, des risques sont également à anticiper pour le professionnel, qui peut, pour autant, y gagner en bien-être. Néanmoins les finances publiques subissent une dégradation déjà entamée avant la crise, avec une augmentation du déficit public et donc de la dette, après « une décennie de recul quasi continu » (p. 34) ; entre « la hausse [des prélèvements] en 2010-2013 à la baisse pour les ménages modestes » (p. 42). Les différentes réformes fiscales depuis 2017 sont ensuite listées (p. 43) ; elles ont pour objectif de rétablir la compétitivité des entreprises, entre autres.

3Selon les auteurs, « la réussite mondiale des grandes entreprises françaises est spectaculaire » (p. 44). La France, sixième puissance économique mondiale, représente 3% du PIB mondial. Si les politiques publiques cherchent à rendre plus attractive la France pour les entreprises, le World Economic Forum de Davos, qui place la France au 15e rang des pays les plus compétitifs, pointe « les mauvaises performances dans le domaine du marché du travail » (p. 46). La pandémie a réduit de beaucoup, en 2020, les échanges commerciaux en UE, avec une baisse de 10% en valeur. Le solde du commerce extérieur dégradé en 2020, ainsi que le manque de soutien à l’industrie, est entre autres à l’origine de la perte de compétitivité de la France ; la crise a quant à elle ralenti l’évolution positive qui se profile pour les entreprises (p. 48). Depuis 2013, la France se tourne vers une économie de l’offre afin de viser une plus grande compétitivité.

4Entre 2008 et 2014, « le pouvoir d’achat des Français ne progressait plus significativement », mais, depuis 2014, celui-ci augmente ; alors que la perception est « plus négative que la réalité mesurée par les statistiques » (p. 52), excepté pour 2022 où il est probable que convergent la perception et la réalité, à cause d’une augmentation des prix. Quant aux inégalités de revenus, elles sont en hausse, tandis que la France ne compte pas moins de 9,2 millions de pauvres en 2019. La crise de la Covid a mis en relief une autre inégalité sociale, en matière de santé, ainsi que le besoin de réformer le système de santé. Le Ségur de la santé en 2020 a donc élaboré 33 mesures pour la revalorisation et la transformation des métiers de soignants qui se sont réalisées par la revalorisation des grilles salariales et des indemnités ainsi que par la création de places en IFSI (Instituts de formation en soins infirmiers) et IFAS (Instituts de formation d’aides-soignants).

5Les auteurs reviennent également sur la question des retraites, de la dépendance et du logement. Ils expliquent alors le système complexe et à plusieurs niveaux des pensions de retraite, avec les différentes mesures envisageables selon le Conseil d’orientation des retraites : diminution du montant moyen des pensions, élévation de l’âge moyen à la retraite et hausse du taux de prélèvement global (p. 70). L’historique des mesures prises à propos de la dépendance (p. 75) commence par la création de la prestation spécifique dépendance en 1997. Au sujet du logement, le confort s’améliore sans pour autant régler le problème des passoires thermiques.

6Après avoir replacé le système éducatif dans son contexte républicain, les auteurs reviennent sur les dernières principales dispositions prises pour l’école : en 2015 la réforme du collège, en 2019 la loi pour une école de la confiance, en 2019 la création des instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation (INSPE) prévoyant le pré-recrutement des enseignants, entre 2017 et 2020 le protocole « Parcours professionnels carrières et rémunérations » (PPCR), en 2020 l’obligation de formation des jeunes portée de 16 à 18 ans. Les réformes de l’université visent une meilleure compétitivité internationale et une meilleure insertion des diplômés, tout en recherchant à maintenir son autonomie. Un autre mode de formation est la formation continue – pour les actifs – dont le compte personnel de formation (CPF), créé en 2014, a obtenu un élargissement des formations éligibles en 2018.

7D’après l’ouvrage, les principes de la République sont encore à approfondir, malgré des progrès notables. La laïcité a bénéficié en 2021 de la création du Comité interministériel de la laïcité, remplaçant l’Observatoire de la laïcité, et de la loi confortant le respect des principes de la République. Concernant l’égalité femmes-hommes, on n’est pas encore parvenu à effacer le poids des mentalités : par exemple, « à l’Assemblée nationale, une femme a été élue présidente d’un groupe parlementaire pour la première fois en avril 2018 » (p. 96). Les institutions de la République ont aussi évolué. La révision constitutionnelle de 2008 limite globalement les pouvoirs du président de la République et revalorise le pouvoir du Parlement : entre autres, le président ne peut depuis plus cumuler deux mandats consécutifs, son droit de grâce ne peut plus s’exercer pour un groupe, mais individuellement, et ses choix de nominations (comme pour le Conseil constitutionnel) peuvent être contestés par les commissions permanentes compétentes de chaque assemblée. Malgré la volonté de décentralisation, persiste un « constat d’enchevêtrement des responsabilités entre les différents niveaux de collectivités » (p. 118), tandis que les intercommunalités ont vu leurs compétences se renforcer.

8La justice également s’est vue réformée. Entre autres, se trouvent la réduction du nombre de courtes peines par l’élargissement du panel des peines, la réduction de la densité carcérale, par l’ouverture de nouveaux établissements, l’accélération de la justice civile (malgré les ralentissements survenus pendant la crise sanitaire). Toutes les insécurités ne reculent pas cependant. Si, depuis les années 2000, le taux de délits et de crimes pour 1000 habitants est en baisse (p. 100), les actes antimusulmans, les violences conjugales et les violences sexuelles enregistrés sont globalement en forte hausse (p. 105). Ces chiffres, de même que la forte diminution des faits racistes et antisémites en 2020, sont toutefois très variables d'une année sur l’autre, et ont probablement été diminués du fait du confinement. En effet, l’année suivante, ceux-ci ont été en forte hausse : « en 2021, 1659 actes antireligieux ont ainsi été recensés par le [Service central des renseignements territoriaux], dont 857 faits antichrétiens, 589 faits antisémites et 213 faits antimusulmans » selon le rapport sur les actes antireligieux du 29 mars 2022. Il est possible de noter l’absence, dans le vade-mecum, d’une mention de la forte quantité de faits à caractère antichrétien. L’ouvrage retrace l’évolution des politiques migratoires, après avoir défini différents termes souvent confondus (« immigré », « étranger », « immigré clandestin », « immigré irrégulier »). De la décennie 1950 à celle 1970, il s’agit d’une politique ouverte recherchant une immigration économique. Puis, « à partir de 1974, la crise a incité l’État à instaurer un contrôle des entrées sur le territoire » (p. 110). Cette restriction s’est spécifiée, avec la loi du 24 juillet 2006, et la volonté d’une immigration choisie, ne laissant « entrer que des migrants considérés comme nécessaires à l’économie du pays » (Ibid.).

9Plusieurs transitions seraient à entreprendre, en particulier écologique et numérique. En ce qui concerne l’urgence climatique, nous pouvons citer cet exemple saillant : « 18,6% du littoral français a vu son trait de côte reculer, parfois de plusieurs mètres par an (Céréma, 2018) » (p. 123). Plusieurs engagements ont été pris aux échelons national (avec le Charte de l’environnement de 2004 ou la loi du 17 août 2015 qui vise à réduire de 50% la consommation énergétique) et international avec l’accord de Paris issu de la COP 21. La politique d’économie d’énergie ainsi que la grande part du nucléaire en France sont à l’origine du statut de bon élève que tient la France dans la lutte pour la réduction des émissions de gaz à effet de serre (p. 126). La France lutte aussi depuis la loi « anti-gaspillage » de 2016 contre le gaspillage alimentaire, qui représente par an « l’équivalent de 12 à 20 milliards d’euros pour l’ensemble du pays » (p. 129). En ce qui concerne le numérique, la presse ou le marché musical sont au premier plan de la croissance du numérique. Le programme Action Publique 2022 cherche par la transition numérique à simplifier les 250 démarches administratives les plus fréquentes. Cependant persistent des inégalités d’accès et d’usage : en effet, « l’illectronisme concerne 17% de la population (Insee, 2021) » (p. 132).

10Enfin, la France, appartenant à de nombreuses organisations internationales, possède une place influente à l’international. Détenant 11,2 % des sièges du Parlement européen depuis 2020 et l’issue du Brexit, contre 19,8 % en 1979, elle rassemble 15 % de la population européenne (p. 141). Pour mettre en œuvre sa diplomatie économique et commerciale, la France « dispose avec ses 160 ambassades du troisième réseau diplomatique mondial » (p. 148).

11Pour conclure, en quelque 150 pages, cet ouvrage réussit donc son objectif ambitieux de vade-mecum et de synthèse à propos des principales thématiques françaises. Enfin, l’efficacité de l’ouvrage tient en ses paragraphes concis et clairs, fournissant le contexte, les dynamiques et des données précises pour à peu près tous les sujets touchant aux politiques publiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Barrier, « Anne Duclos-Grisier (dir.), France 2022, les données clés », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, mis en ligne le 28 novembre 2022, consulté le 07 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/lectures/58942 ; DOI : https://doi.org/10.4000/lectures.58942

Haut de page

Rédacteur

Adrien Barrier

Normalien étudiant en lettres classiques à l’ENS de Lyon.

Articles du même rédacteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search